L’attention revient sur l’Europe et ça fait mal

Il aura fallu attendre un peu, mais l’attention des investisseurs revient (temporairement ?) sur les fondamentaux économiques de l’Europe et subsidiairement, des Etats-Unis. L’incertitude née des mouvements arabes ne s’est pas envolée et l’approche d’une
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

7 thoughts on “L’attention revient sur l’Europe et ça fait mal”

      1. Moi je trouve cela étonnant : si certains sont endettés, d’autres devraient avoir de l’argent en trop (puisqu’ils peuvent le prêter).

        Si tout le monde (les ménages, les entreprises, les États, etc.) est endetté (envers qui?), il y a un problème dans le système.

        Je pense bien sûr à l’Argent Dette et au mécanisme de création d’argent ex-nihilo par les banques privés, à leur seul profit et au détriment de tout les autres, grâce au crédit.

        Voir aussi un entretien intéressant en vidéo.

          1. j’oubliais, bien sûr, l’or et l’argent. Valeurs refuge où les cours sont à des plus hauts historiques

          2. Les cours de tel ou tel truc peuvent être plus haut ou plus bas, mais le problème central ne vient-il pas de la création ex-nihilo d’argent par des acteurs privés ?

  1. Les agences de notations ne servent à rien et sont peuplées d’idiots qui ne jurent que par la dette et le déficit publics pour mesurer la solvabilité d’un pays. L’avertissement sur les Etats-Unis? Il n’a en rien changé la tendance générale à la baisse des interêts des bons du trésor américain. Laissez tomber la dette publique, ce n’est pas le problème. Les problèmes des pays occidentaux sont d’abord le chômage, le surendettement des ménages et les inégalités de revenus. La Chine connaît une forte inflation car elle refuse de laisser sa monnaie s’apprécier. Tous les pays en développement font face au même problème, une conséquence de la crise dans les pays avancés. Ils ont le choix de laisser leur monnaie s’apprécier ou de voir l’inflation exploser; la Chine croit juste pouvoir juguler l’inflation par des moyens dérisoires comme le contrôle des prix. C’est son problème. Enfin, il me semblerait bien plus judicieux de parler de la manière dont l’Euro va s’effondrer non pas à cause de la dette publique des pays d’Europe « périphérique », mais à cause de la politique monétaire suicidaire de la BCE qui impose un réequilibrage via la déflation à ces pays plutôt que par une inflation en l’Allemagne. La BCE ne jure que par le contrôle de l’inflation au moment même où elle est très basse, alors que sa précoccupation devrait être d’aider au retour à la croissance et au combat contre le chômage. Cette attitude stupide aura la peau de l’Euro, de même que l’attitude des dirigeants grecs qui préfèrent imposer des décennies de souffrances plutôt que de sortir de l’Euro et de faire défaut pour mieux reconstruire en deux ou trois ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *