La scène (ou les Anonymous), cette obscure entité

Il y a parfois des pépites journalistiques. Celles-là, il faut les garder dans un coin pour toujours. Cette fois, c’est le Figaro qui nous la livre sous la plume de Jean-Marc Leclerc

Analyse de texte…

Un Français de 15 ans, cerveau des vengeurs de WikiLeaks

D’emblée, Jean-Marc Leclerc présente un présumé innocent qui n’a d’ailleurs pas été déféré, comme le cerveau d’un vilain gang de pirate des Internets. Et comme on insiste sur son âge (15 ans), on présume que le reste de la bande est à l’avenant. Les « vengeurs » de Wikileaks sont donc des gamins. Ils ne sont donc pas bien crédibles. Pas mal. On démarre fort. Il ne va pas falloir relâcher la pression, Jean-Marc, on compte sur toi !

Le garçon a été placé en garde à vue pendant quelques heures il y a six semaines.
WikiLeaks a ses vengeurs masqués. Ados ou jeunes adultes, ces «anonymes» viennent de tomber, pour partie, dans les filets de la cyberpolice.

Insistons, des fois que Mme Michu n’ait pas bien compris. Les gros malins de Wikileaks qui se prennent eux aussi pour des justiciers avec leurs publications d’anarchistes ont des supporters à leur image. Des kidults. Pourquoi pas même des kidiots ?

Leur crime ? Avoir mené des attaques informatiques pour bloquer les sites de paiement de Visa ou MasterCard. Des institutions fautives, à leurs yeux, d’avoir privé le réseau de Julian Assange de ses moyens financiers après le scandale de la divulgation de télégrammes diplomatiques pillés aux Américains.

Voyez-vous cela… Les câbles américains ont été « pillés ». Ils n’ont pas fuité, comme toutes sortes de documents régulièrement publiés par la presse. Ils ont été pillés. Un pillard, dans votre esprit Mme Michu, c’est quoi, un gentil ou un méchant ?

Cinq arrestations ont donc eu lieu à Londres et cinquante autres devaient suivre jeudi aux États-Unis, tandis qu’en France, les gendarmes spécialisés de Rosny-sous-Bois rappelaient leur rôle dans cette affaire.

Force reste à la loi ! Ouf, on a eu peur, un instant.

De leur propre initiative, ils auraient identifié dans l’Hexagone des serveurs numériques utilisés pour commettre ces agressions à distance, qui les ont menés à un administrateur de 15 ans qui en paraîtrait 12.

Décidément, Jean-Marc est un journaliste très bien renseigné. Parce qu’il est le seul à donner cette précision. Toute la presse a donné l’âge de ce garçon. Personne n’a précisé qu’il en paraissait 12. On peut également s’interroger sur l’intérêt de cette précision, mais ce serait faire preuve de mauvais esprit. Ah, oui, zut, c’est vrai, Reflets.info en a une bonne dose.

Ce collégien vit dans un petit village à 400 km au sud de Paris. Les cybergendarmes ont déboulé chez lui, en pleine campagne, voilà plusieurs semaines, emportant son ordinateur, avant de le placer en garde à vue, sous le regard effaré de ses parents, petits entrepreneurs sans histoire.

Oyez, oyez bon peuple de France (qui se lève tôt), cela peut arriver à tout le monde d’avoir un crypto-anarcho-communiste qui se cache au coeur même de sa propre maison…

Leur fils a commis un délit passible de cinq ans de prison. Le voyant des heures durant devant son écran, eux pensaient qu’il jouait. Et lui croyait défendre la liberté d’expression, enfermé dans sa chambre, au milieu des tee-shirts et des chaussettes sales.

Ah. Merci Jean-Marc. Tu ne nous a pas déçu, la chute est une explosion, une véritable apothéose. Ce gamin « croyait défendre la liberté d’expression »… Mais dites-nous, Jean-Marc, car le suspens est intolérable, que faisait-il donc s’il ne défendait pas la liberté d’expression ?

Jean-Marc, avez vous imaginé un instant que Anonymous pourrait ne pas être cette obscure entité que vous décrivez ? Que certains de ses membres puissent être des gens parfaitement intégrés dans la société, comme vous-même ? Mais avec des valeurs ethiques qui sont si éloignées des vôtres ? Des gens qui défendent, peut-être pas toujours de la manière la plus efficace, la liberté d’expression, la démocratie ?

Avez-vous imaginé un instant que ce garçon n’est pas le cerveau des Anonymous. Et que peut-être, les Anonymous ne vont pas aimer votre article ? Avec les conséquences que l’on peut imaginer.

Combien de méta-tonnes d’articles d’évangélisation faudra-t-il pour que les journalistes comprennent que « la scène » des hackers qu’ils décrivent n’a rien à voir avec le vrai monde des hackers ? Que ceux qui peuvent restent dans l’ombre. Qu’ils ne parlent pas à la presse ? Que ce n’est pas parce qu’une attaque informatique provient d’un bête proxy chinois que c’est l’armée chinoise qui lance une cyber-guerre ? Que la cyber-guerre, ça fait des cyber-morts ?

Comment leur dire, à ces « journalistes », qu’ils ne font au mieux qu’effleurer leur sujet, et que dans la majorité des cas, ils véhiculent des inepties ?

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

7 thoughts on “La scène (ou les Anonymous), cette obscure entité”

  1. J’ai complètement halluciné en lisant la couverture de cette arrestation. Rien que l’association entre « 15 ans » et « cerveau » c’est déjà du grand art (il n’y a qu’à voir le logo des Anonymous qui plus est : pas de tête!), quand au reste de l’article c’est la consécration (les chaussettes, tout ça). Personnellement je trouve ce type de « journalisme » bien plus dangereux que ce pauvre gamin qui n’a pas fait grand mal à ses semblables. Après on passe des heures à expliquer à ses collègues de bureau / amis / famille que non, ce n’est pas un méchant, qu’Internet n’est pas le mal (après tout on peut tuer son voisin avec un coueteau à pain), que le cyber terrorisme et les pédophile ne sont que des épouvantail bien utiles à ceux qui les agitent. Et malgré tout, on continue à vous regarder comme un excentrique, un original, un être un peu bizarre, parce que « ils l’ont dit à la télé » ou « je l’ai lu dans le journal ». Merci à tous ceux qui brodent sur du vide, qui deforment, amplifient, inventent. On a bien besoin de ça.

  2. Comment on peut être journaliste et (vouloir faire) croire ca ?
    C’est honteux.

    De plus, l’arrestation du gamin (/o/) me parait in justifier. En pluys faire croire a Mme Michu que ce jeune homme est capable de faire crasher les serveurs de Visa (seul ou en controlant son gang) …

  3. Ahah ça rassure, après avoir lu l’article d’origine sur le site du Figaro (depuis les fluxs de news Yahoo!, pour ma défense)

    Par contre,

    Et que peut-être, les Anonymous ne vont pas aimer votre article ? Avec les conséquences que l’on peut imaginer.

    contrairement au Figaro, je pense que les Anonymous sont très à cheval sur l’idée de liberté d’expression… Donc ils ne s’en prendraient pas à un site de presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *