La PAC, ça donne la banane !

bananes-martinique

La Politique Agricole Commune (PAC) est un système de subvention de l’agriculture européenne. Les agriculteurs peuvent donc essayer de toucher des subventions issues de la PAC, qui est le budget européen le plus important de l’Union. Les critères sont assez particuliers, complexes, mais ce sont les agriculteurs qui ont les terres agricoles les plus étendues, ou le plus de têtes de bétails qui touchent le plus. En 2009, le scandale des subventions royales de la couronne britannique, puis de la couronne de Monaco, obligeaient les décideurs politiques à rendre un peu plus transparent le système des subventions de la PAC.

Les citoyens-contribuables peuvent donc aller désormais consulter les bénéficiaires des subsides agricoles, financés par tout un chacun. Le site français permettant de vérifier les bénéficiaires de la PAC se nomme https://www3.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/feader/afficher.action, et l’on peut exécuter des requêtes dessus. Par exemple, demander qui a touché plus de 1,5 millions d’euros en 2011-2012. Réponse : 14 entreprises agricoles. Jusque là, rien de stupéfiant. Mais étrangement, lorsque l’on regarde la localisation de ces 14 entreprises, un doute nous assaille : mais pourquoi donc sont-elles toutes situées dans le 97 ?

pac-1millioncinq

Le dit département du 97 ce sont en réalité les DOM, et en fouillant un peu plus, il est facile de découvrir que chacune des entreprises agricoles touchant plus d’un million cinq cent mille euros de subventions de la PAC, sont toutes productrices de « fruits exotiques ». La SARL Petit Morne, en Martinique est l’une de celles qui touchent le plus : plus de 4 Millions d’euros. Pour un capital social de 180 000 euros… Son code NAF ne fait aucun doute : « 0122Z Culture de fruits tropicaux et subtropicaux ».  Son PDG, Jean-Michel Hayot, est  aussi PDG d’une autre entreprise, Le Lareinty, société agricole qui cultive de la canne à sucre. Il y encore la SARL Eden qui produit des bananes, avec un tout petit capital de 1500 € mais touche…1 737 139,50 € de subvention de la PAC. Monsieur Frédéric De Reynal , son patron, n’a pas de souci à se faire.

Chacun peut aller sur le site https://www3.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/feader/afficher.action se faire une idée de comment les subventions européennes de la politique agricole commune sont versées : cet argent est celui de tous les contribuables. Les bananes ne sont pas chères en France, et c’est certainement grâce à ces subventions. Mais si l’on calcule les montants versés, et le gain pour le consommateur, il est peut-être moins évident que chacun s’y retrouve. A part les patrons de l’agro-business tropical des bananes et autres délices exotiques. Se questionner aussi sur la mort de la petite paysannerie semble intéressant, quand on compare le travail des derniers petits paysans à celui des PDG des entreprises bananières subventionnées. La juste répartition des richesses c’est maintenant ? Non, plutôt après-demain.

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

20 thoughts on “La PAC, ça donne la banane !”

  1. Juste une petite remarque concernant le numéro de département : 97 est le désignatif commun à tous les DOM. L’identificatif de la Martinique est 972. Il y a donc aussi deux entreprises de Guadeloupe (971).
    973, c’est la Guyane, 974 la Réunion, 975 St-Pierre-et-Miquelon et 976 Mayotte.

  2. Soit je suis trop bête pour faire une recherche correcte, soit le site est en vrac. En tout cas, je n’ai pas réussi à avoir les infos sur la distribution de cette obscure subvention. Si quelqu’un a pitié de moi et veut bien m’éclairer, je suis preneur!

    1. Sauf que les entreprises qui ont les plus grosses propriétés sont en général celles qui font le plus de bénéfices et donc sont celles qui ont le moins besoin de subventions.

      Les aberration de la PAC sont bien réelles. Je cite un des nombres articles sur le sujet: http://www.liberation.fr/economie/2013/02/06/les-cerealiers-gobent-la-pac-manne_879950

      Cet article ne fait que pointer du doigt un cas plus aberrent que la norme.

      Et à coté de ça, les petits producteurs, eux, ne touchent pas grand chose.

  3. Article très intéressant !

    Par contre, si on en croit les données disponible sur le site data.gouv on tombe sur le dossier « Aides perçues par les personnes morales au titre de la Politique Agricole Commune », et si on prend le rapport pour l’exercice 2011 (voir ci dessous en .txt) on peut voir que les sommes attribués sont beaucoup, beaucoup plus importante. (Je compte 152 personnes morales a qui la PAC a attribué plus d’un million d’euros, dont 13 supérieur à 10 millions d’euros).

    (http://static.data.gouv.fr/d3/332365ce061881817abf05e4357f8dfd7e3621a9d3412eddd6dad70ad260a8.txt)

  4. Ton tableau ne concerne que les paiements directs FEAGA qui n’affichent qu’une « petite » partie des aides perçues. Le plus gros apparaissant dans les « autres paiements ».
    Si tu te bases sur le montant total des aides, les résultats ne sont plus les mêmes. Le premier bénéficiaire est DOUX qui touche plus de 55 millions d’aides de la PAC pour nous refiler ses volailles bourrées aux antibiotiques (oups je m’égare…).
    On y retrouve bien sûr des entreprises des DOM (39 sur les 81 qui touchent plus 1.5 millions). Faut dire aussi que la production de bananes ou de café et sucre demande une une grosse superficie d’où leur position en tête de groupe avec ce système d’aides débile basé sur le nombre d’hectares.
    Et petite précision, les exploitants individuels n’apparaissent pas dans les résultats car les autorités ne sont pas tenues de les publier. Il n’y a donc que les personnes morales. De toute façon, ce sont elles qui touchent le plus gros du pactole.

  5. Ce n’est pas « mon tableau » mais le résultat d’une requête sur telepac, celle qui demande les bénéficiaires d’aide directes FEAGA, je le sais, puisque c’est moi qui l’ai effectuée. Donc, les paiements directs de la PAC ne concernent que des départements du 97, des DOM. Donc de la banane. D’où l’article et son nom. Rien n’empêche ceux qui s’intéressent à ces subventions d’aller sur Telepac et chercher à voir toutes les différentes aides perçues, et en tirer des conclusions. Ou des articles.

    1. Dans ce cas, je trouve personnellement qu’il aurait fallu préciser que tu ne prenais en compte que les paiements directs FEAGA qui ne représentent que 6% du total des aides de la PAC sur la tranche supérieure à 1.5M€. 80% étant comptabilisé dans les « autres aides FEAGA ».

      Je ne contredis pas le fait que le système est mal conçu et dominé par les lobbys agro-industriels. Mais les chiffres que tu présentes peuvent induire en erreur le lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *