J’ai des doutes…

Par hasard, en ouvrant mon navigateur (c’est la page par défaut), mon oeil a été attiré par la liste des nouveaux arrivants. Sachant que 70% des salariés ont quitté l’Agence cette année, j’étais curieux de
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

13 thoughts on “J’ai des doutes…”

  1. Euh oui mais c’est quelle boite?
    Est ce bien important?
    Si c’est la tienne j’espere que reflets va commencer a rapporter car une boite qui vit grace au stagiaires c’est un signe, comme s’appeller titanic pour un bateau ou lindenberg pour un zeppelin.

    1. @wtf
      AMHA ça dépend du type de boite. Dans celles où former le stagiaire (et immobiliser pour cela un titulaire) n’est pas nécessaire pour le mettre au boulot, avoir une bonne quantité de «masse salariale» bon marché, productive et éjectable est un véritable atout. Sans compter qu’un stagiaire ça ferme sa gueule.

  2. Voilà une conclusion qui tombe à plat.

    Au fait : agence quelle agence ? Ce serait intéressant de le préciser parce que dans certains secteurs il est habituel de faire travailler des stagiaires qui sont sous-payés et remerciables du jour au lendemain. C’est possible et courant par exemple dans la presse, d’autant que le niveau des papiers ne fait que s’écrouler, un stagiaire peut faire souvent aussi bien voire mieux puisqu’il a la motivation et la déontologie toute fraiche, pour bien moins cher qu’un titulaire.

    En temps de crise (et pour la presse en ce moment il y a double part de crise) quand le personnel se taille l’occasion est trop belle pour ne pas le remplacer par des stagiaires.

  3. Il suffit d’aller faire un tour sur les différents sites de recherche d’emploi pour voir la tendance.

    C’est pas prêts de s’arrêter.
    Première occurrence pour une recherche chef de projet

    « En contact direct avec le client, le/la chef de projet gère la communication avec les différents contacts. Il/elle apporte les réponses aux questions qu’il/elle peut traiter lui/elle-même, hiérarchise et fait remonter les autres informations.

    Au sein de l’entreprise, le/la chef de projet organise et gère les développements demandés par le client. Il/elle s’assure que le planning qu’il/elle a établi et fait validé par le client est bien respecté, teste les éléments rendus par les développeurs avant de les livrer au client.

    Enfin, le/la chef de projet gère l’aspect financier du projet. Il /elle participe à la rédaction des devis, assure le recouvrement des créances et le paiement des fournisseurs.
    · Secteur : Internet Multimédia
    · Fonction : Chef de projet
    · Démarrage : Au plus tôt
    · Durée : Supérieure à 6 mois
    · Type de contrat : Stage conventionné
    · Rémunération : De 417,09 à 500 Euros
    Le profil recherché

    Pour mener à bien cette mission, il est souhaitable que vous ayez un niveau d’étude au minimum Bac+3 en Autre.
    Vous aurez besoin d’avoir les compétences informatiques suivantes : Gestion de projet (Débutant), Communication (Moyen), Sites Internet (Moyen).
    La connaissance de CMS comme Joomla et Prestashop est apprécié. « 

    1. Et encore ici il ne demande que 6 mois. Quand je cherchais du boulot (y’a déja 7 ans) on m’a proposé des stages de 2 ans pas ou très peu rémunérés… Le sujet semblait intéressant mais j’ai pas lu l’offre, le foutage de gueule à des limites (oupas…).

  4. « 70% des salariés ont quitté l’Agence cette année »

    Dans ces cas là, on a raison d’avoir des doutes sur l’avenir de la boite.

    Mais ça ne sonne pas forcement le glas de la boite pour autant.

    On peut facilement recommencer avec zéro salarié.

    Comment ?

    En les matraquant avec un discours entrepreneurial façon 14-18, alternant avec le thème des espoirs futurs de la boite et un constat alarmiste sur l’état de cette dernière, ainsi que sur l’état catastrophique du secteur pro en général.

    Qui accepterai ça ?

    Des jeunes, motivés, isolés ,et surtout « SOUMIS ».

    Gouks CDIMD de 2 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *