Internet : les jean-foutres ont pris le pouvoir

En 1994, apparaissait le Web. L’un des premiers sites était Playboy.com. Depuis cette époque, toutes les entreprises ont ouvert une vitrine sur cette sous-partie d’Internet. Avec l’explosion du nombre d’ordinateurs interconnectés, sont apparus… les piratages.
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

10 thoughts on “Internet : les jean-foutres ont pris le pouvoir”

  1. Il est triste de voir que ce constat est très juste.
    Btw Bozoote la clown a encore frappée: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/16/97001-20110516FILWWW00467-une-deputee-s-attaque-aux-anonymous.php
    lol©: http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3412.asp

    Un jour je ferai bien moi aussi un retour d’expérience sur mes aventures virtuelles, mais je crois pas que ça plairait à beaucoup de monde ;)

    Et comme c’est mon premier commentaire sur Reflets:
    Bravo pour cette formule et bonne continuation à vous.

  2. Très bon article qui met bien en évidence l’absurdité des lois prises par le législateur dans ce domaine.
    On ne voit pas assez ce genre d’analyse chez les journalistes de la presse quotidienne généraliste …

    Merci à vous pour vos « investigations » et vos analyses toujours très pertinentes! ;)

  3. « la voiture bélier » elle est volée, elle défonce une vitrine, des produits sont volé…

    pour la voiture Mr Machin mettra une alarme, une meilleur serrure a sont garage d’ailleurs son assurance lui « impose » presque sinon moins bien remboursé ou assurance plus cher…

    le magasin, pareil pose de bollards (bite anti bélier), vitrines renforcés, alarme, ou/et assurance plus cher…

    un jouet tue un enfant on renforce la législation sur la résistance des jouets (après accident toujours)…

    mais internet ça ne se tient pas, ce n’est pas une voiture, un jouet,… ce n’est pas physique !

    quand on fournis internet à Mme Michu, on lui vend un service, un service international, ou les données qui transitent, ce qu’elle consulte (vie privée), ce quelle fournie (données personnelles) s’échangent, se monnayent, se volent…

    quel est le risque pour les sociétés (FAI, hébergeurs, sites web,…) en cas de vol de ces données ? que ca profite a un concurrent ? oh mer#e ! que ca lèse un utilisateur/client ? aucune condamnation !

    ça va peut être changer avec certaines grosses affaires (sony), ou pas. vu que, comme vous le dites, la cnil, les procureurs… ca ne semble intéresser personne !

    même si on en parle dans les journaux, la sécurité informatique ne tue pas encore des bébés étouffés avec l’œil mal cousu d’un ours en peluche

    Merci pour ce site et ces articles

  4. Le problème d’un internet mal fichu, voire dangereux est évident mais il faut le mettre en comparaison avec le service qu’il rend en échange de ce risque.
    Comparaison : a t’on créé la voiture pour emmener les habitants d’ile de france jusqu’à leur bureau ?
    Lorsque que l’on a créé la voiture, on s’est bien rendu compte qu’avec cet outil les gens se tuaient ou se mutilaient à tour de bras mais on n’a pas interdit son expansion pour autant. On aurait pu interdire les moteurs qui roulent à + de 50 kmh, ou de mettre ses enfants à l’intérieur, on ne l’a pas fait non plus.
    Globalement le bénéfice de son usage est bien supérieur aux pertes.
    Idem pour l’électricité…
    Bien entendu le gouvernement doit agir, mais il doit surtout aider les gens à comprendre internet et à s’en servir en prenant conscience des risques. On ne peut pas revenir en arrière.
    Il n’y a pas d’autres solution que l’éducation des gens

  5. Profitons en au passage pour dire que la conception d’Internet qui est un tas d’emplâtres avec une gestion à la petite semaine qui vaut celle de Windows. C’est la méthode à l’ « américaine » – dite « pragmatique » – qui consiste à traiter chaque problème unitairement sans jamais chercher à avoir une vision d’ensemble. Autrement dit, je suis au milieu du tunnel, je n’ai pas de lampe de poche et j’avance à tâtons.

    Sur les aspects de sécurité, la CNIL a toujours été d’une passivité extrême, certes. Mais il ne faut pas oublier la presse qui dans son ensemble a toujours adopté une posture de fascination face à la nouveauté en se posant rarement de questions. Il suffit de voir comment les annonces d’Apple sont relayées – gratuitement- dans les journaux.
    Ainsi le flicage de Google, de nombreux logiciels, de facebook , des portables et même des cartes de crédit a pu prospérer sans quasiment de contre pouvoir. Et ce genre de fichage est beaucoup plus dangereux pour nos libertés individuelles que ce que peut faire la police.

    Il est loin le temps où on découvrait avec stupeur que France Telecom avait mis une puce dans les premiers minitel qui contenait un … simple identificateur de l’appareil. A l’époque la presse s’en était fortement émue.

    Enfin, outre la presse, il y a une responsabilité des utilisateurs. Ce n’est pas bien compliqué à comprendre que si on fournit des données personnelles , même sur des sites soi-disant sécurisés , elles se retrouveront publiques inexorablement en vertu du principe intangible selon lequel ce qui est possible techniquement est inéluctable.

    On peut l’ignorer, mais alors il ne faut pas pleurnicher quand on découvre que Facebook – qui est une entreprise privée qui doit bien vivre de quelque chose – constitue des profils personnels?.

  6. Un constat saisissant me vient à l’esprit. En France, les lois et institutions censées impressionner les « pirates » (soit tout le monde de mon petit cousin à ma grand mère) n’ont eu pour résultat que de développer une communauté hyper active et solidaire qui se lève contre ces injustices. En Belgique, rien de tout cela: ni loi anti-machin, ni communauté de libertaliens. Fascinant dirait Sheldon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *