Grand concours pour exclure du fichier ADN les militants les plus méritants

Le refus de « prélèvement biologique » est né en 2003 dans la loi sur la sécurité intérieure. Il se matérialise aujourd’hui dans l’article 706-56 du Code de procédure pénale (CPP), qui encadre les conditions dans lesquelles
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

20 thoughts on “Grand concours pour exclure du fichier ADN les militants les plus méritants”

  1. Ben, c’est une loi sans surprise,…
    Elle fait partie des préoccupations de nos maîtres – pas ceux élus, les autres, nos vrais maîtres -, SOUMETTRE ceux de la France ( ou de l’Europe ) d’en-bas, peut importe les méthodes et moyens utilisés, un seul mot d’ordre SOUMISSION !
    « On » ne nous aide plus à vivre, »on » nous dit comment il faut vivre,…

  2. Ça va être difficile de faire comprendre à tout le monde que l’arrêt du fichage ADN est nécessaire.

    La ligne de défense qui ne manquera pas de surgir :

    « Et les viols ? »

  3. Un fichier n’empêchera jamais personne de commettre un viol/délit…

    Mais si quelqu’un a des chiffres sur le nombre de fois où ce fichier a réellement été d’une aide précieuse dans une affaire, je suis intéressé.

  4. Si je suis d’accord pour dire que la prise d’ADN n’est que trop abusé. Je ne rejoins pas les conclusions de l’auteur qui souhaite la disparition du principe de fichier.

    Je pense que le fichage est nécessaire pour le suivi des peines (sursis) le bon fonctionnement judiciaire et policier. Mais les fichier de police et de la justice doivent être strictement encadré et contrôlé (qui surveillera les surveillant) et surtout quand on rentre une information est doit avoir une péremption:
    On est suspect ou mis en examen ?? On a une entrée dans les fichiers mais celle-ci se supprimera automatiquement au bout de x temps. On part du principe que l’administration oublie d’actualiser les fiches surtout pour retirer des suspects.

  5. Tiens je me demande si quand un test salivaire de dépistage de stupéfiants est effectué (contrôle routier par exemple), ils n’en profitent pas pour l’enregistrer dans le FNAEG.

  6. Il ne faut pas jeter le bebe avec l eau du bain. Autant vouloir ficher toute la population (car a terme c est ce qui se profile) doit etre combattu, autant un fichage (ADN ou non) des criminels a un sens puisque ca permet de retrouver plus vite les coupables et de ne pas etre deroute si ceux ci changent d identite. C est pas pour rien qu on a fait il y a un sciecle des fichiers d empreinte digitale
    Maintenant c est vrai qu on peut debattre de ce qu on doit ficher (photo, empreinte, adn ..) et pour quel delit/crime
    PS: L ADN se prete bien aux investigations sur les viols car c est ce qu on preleve par contre pour des escroqueries c est rare que l escroc laisse son ADN

    1. Attention de ne pas tout mélanger. On parle principalement de suspects (donc par définition incertainement coupables ou innocents), et, dans le cas des 5 syndicalistes, de délits et non de crimes.

      D’où le détournement du fichier de son usage d’origine.

  7. J’en entends certains dire d’annuler ce fichier serait nécessaire et d’autres s’en plaindre parce qu’ils ont en été « victimes » (->> mon gars personne t’a forcé à faire ce que t’a fait…<_< = cerveau "On")

    Comme d'habitude en France, on regarde toujours du mauvais côté de la chose… ça en devient agaçant. Il y a certainement des dérives avec ce fichier qu'il faut encadrer et restreindre que pour des délits spécifiques.. (exemple l'usager du stup n'en est pas contraint) contrairement au cambrioleur qui le sera.. et pourquoi tient donc ça servirait..?? et ben à le retrouver quand il recommencera ou bien quand il aura fait déjà plusieurs faits auparavant. Il faut se mettre un "petit peu" à la place des victimes et arrêter de plaindre toujours les mêmes..

    Au lieu de crier sur tous les toits, faut réfléchir un petit plus loin du bout de son nez et descendez de votre tour d’ivoire…

    1. > (->> mon gars personne t’a forcé à faire ce que t’a fait…<_ et pourquoi tient donc ça servirait..?? et ben à le retrouver quand il recommencera

      « Quand il recommencera ». Car il recommencera, c’est certain.

      Bon, je te laisse réfléchir, tu as l’air de faire ça tellement bien… Moi je vais rester en haut de ma tour d’ivoire.

    2. C’est justement ce qui est reproché à ce fichier : comment se fait-il que de simples délinquants (non sexuels) voient leur ADN prélevé ? Ou pire, des prévenus ! On se fait arrêter sous un certain motif sans être coupable (ça arrive, c’est normal) et paf prélèvement d’ADN ! C’est du grand délire.
      Alors oui, il faut voir le mauvais côté de la chose. Le fichier n’était au départ réservé qu’aux délinquants et criminels sexuels, ce qui est très justifiable. On peut se demander pourquoi n’importe quel quidam se retrouve à présent fichable. A la limite, l’étendre à d’autres crimes peut se justifier, puisqu’on voudra remettre en tôle les criminels récidivistes au plus vite. Mais je répète : un quidam qui a volé une pomme sur le même plan qu’un violeur, ça ne vous offusque pas ?

  8. Quand est-il de la falsification de preuve ADN?
    Que se passera-t-il quand, on jettera une pomme mordue par X sur une scène de crime? Que se passerai-t-il si on pouvais créer de fausse preuve ADN?

    bref tout ce que nos séries (plus ou moins) chéries inventent sans se préocupé de la faisabilité pourrait voir le jour de manière concrète.

    à quand la photographie systématiques des oreilles dont les spécificités donnes plus de distinction qu’une empreinte digitale?
    C’est un jeu de chat et de souris et ça ne profitera ni au citoyens, ni aux forces de l’ordre.

    Un tel système permettra juste au criminel (et personnes soucieuses de leur vie privé) de monté en connaissance. et on pourra encore faire un amalgame entre une personne soucieuse de sa vie privé et un criminel.

  9. Je ne suis pas d’accord. Un syndicat se bat pour le droit syndical, son but est ici juste et il ne faut pas tout mélanger. Je suis syndicaliste et militant du logiciel libre, je lutte contre la surveillance généralisée et je milite pour une économie coopérative. Pour convaincre il n’est jamais bon d’insulter mais au contraire d’expliquer, tenter de convaincre. Ceux qui se battent pour la liberté son du bon coté, même si ce n’est pas parfait à la virgule près. Chacun est libre d’avoir son point de vue, mais pour convaincre, la moindre des choses c’est d’etre ouvert et courtois.

    1. Il est bien triste qu’au lieu de défendre toute la population et a fortiori tous les travailleurs, et pas seulement les syndicalistes, la CGT semble vouloir ne défendre qu’une partie des travailleurs. Ce n’est peut-être pas le but qu’ils recherchent, mais l’un des sentiments qui m’a traversé l’esprit était une conservation de privilèges, en tant que représentants de travailleurs. Donc un éloignement de la fonction du syndicat, et un but pas si juste que ça.

  10. on est loin du pire : par exemple si un agent des services de sécurité internes de la SNCF ou de la RATP refuse un prélèvement ADN, il perd son boulot (enfin il doit changer de service avec des exigences de réussite de tests de sélection volontairement inatteignables), merci la LSQ. Il suffit qu’il soit -même brièvement et sans conséquence sur la suite de sa carrière- placé en GAV après une interpellation avec usage des armes ou des moyens de forces intermédiaires.

  11. Je vais tenter de faire une réponse collective à des avis qui ne sont pas du tout ou tout a fait unanimes — ça va être coton!

    Je suis en effet convaincu que le fichier, l’outil, la chose, est nuisible — pour tous les justiciables, pas seulement les militants ou les simples prévenus, qui ne seront jamais condamnées;

    Oui, je sais, je risque là de me faire traiter d’irresponsable, puisque dès qu’il s’agit de trouver des justifications, on ressort le violeur d’enfants et le terroriste assoiffé de sang qui flingue des gamins ou des femmes enceintes.

    Le fichier est une peine à part entière; une peine qui viole plusieurs articles fondamentaux au sens de ce qui est censé réguler notre vie en commun. Alors on pourra discuter cent sept ans de savoir quels actes méritent ou pas d’être consignés ans un registre, cela n’enlève pas le caractère discriminant et profondément liberticide de ce genre d’outil. Changer le mot ‘fichier’ avec ‘instrument de torture’, et essayez de discuter qui mériterait d’en subir le supplices.

    Si le fichier est devenu incontournable dans notre système pénal, c’est qu’il est au service d’un phénomène qu’ont très bien décrit des philosophes comme Michel Foucault. En gros, on est passé d’un système pénal où le centre de la procédure n’est plus l’acte en tant que tel – pourtant ce sont les actes que le code pénal est censé réprimer – mais « l’infracteur », en d’autres termes : la personne coupable de cet acte interdit. L’infracteur est devenu « délinquant » et tout, désormais, tourne autour de l’individualisation de la procédure judiciaire; on doit punir le coupable, plus seulement les conséquences de l’acte par lequel il est devenu délinquant; c’est pourquoi connaitre de plus en plus finement le caractère et la personnalité du criminel est devenu plus important, presque, que de s’attacher à trouver des peines proportionnées, adéquats et surtout « réparatrices », au sens d’essayer d’éviter que cet acte se reproduise.

    Voilà pourquoi, à mon avis, s’amuser à hiérarchiser les profils de criminel (ou de ‘criminels’ potentiels = les simples prévenus) qui mériteraient d’entrer dans tel ou tel fichier, c’est justement tomber dans le panneau: ça nous divise! Et ceux qui règnent peuvent ainsi encore mieux régner.

    Et que ceux qui s’imaginent qu’un fichier aidera la « justice » à empêcher les récidivistes d’agir, c’est comme prétendre que la prison peut jouer le même rôle dans l’état actuel des taules de notre beau pays.

    C’est pourquoi je m’attache à dire tout simplement qu’un bon fichier est un fichier mort. Sans nuances.

    J’ai eu l’occasion de me pencher sur les principaux registres, casiers et répertoires informatisés français il y a qqs années pour l’excellent Revue Z. J’en avait fait une belle cartographie en format poster (cf mon papier paru sur Reflets à l’époque, cf La République des fiches).

    Cela pour bien dire qu’il y en a pour tous les goûts. Et que dès qu’un fichier déclenche un peu trop de réaction d’indignation, on ressort la même machine à faire avaler la pilule, et on décide d’en créer 2, ou 3, qui font le même boulot au final mais qui paraissent moins dangereux car on a hiérarchisé les populations, catégorisé les individus. Cf EDVIGE en 2008, devenu PASP et EASP…

    Pour ceux qui veulent plonger dans cet océan d’immondices, voilà le lien vers la carte en grand format (cf aussi la fin de mon article mis à jour plus haut):
    http://i1.wp.com/reflets.info/wp-content/uploads/2014/01/cartoZ5RECTO3-low.jpg

    Attention, imprimé sur une feuille A4, on ne voit quasiment rien. C’est (presque) fait exprès pour se rendre compte de l’immensité du truc…

    jet lambda

    PS – Cf Attentifs Ensemble (La Découverte, 2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *