Fukushima : le début de la catastrophe, c’est maintenant

La crise économique européenne, les présidentielles en France, il n’en faut pas plus pour que nous en oubliions la catastrophe de Fukushima de mars 2011. Pourtant, la crise est loin d’être terminée, c’est même tout
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

68 thoughts on “Fukushima : le début de la catastrophe, c’est maintenant”

      1. Désolée, je suis herboriste de profession, j’en ai cueilli des milliers des pissenlits, et j’ai jamais vu ça.
        Ce n’est pas normal. En même temps je ne vis pas en France, ceci explique peut-être cela…

  1. ERRATUM
    Je cite vos sources (avez-vous lu l’article?)
    « The No. 4 pool is about 100 feet above ground, is structurally damaged and is exposed to the open elements. If an earthquake or other event were to cause this pool to drain this could result in a catastrophic radiological fire involving nearly 10 times the amount of Cs-137 released by the Chernobyl accident. »

    Je m’en suis aperçu car j’ai fait la même erreur que vous il y a peu. Vous pouvez effacer mon commentaire après correction je ne le prendrais pas mal ;-) pas de soucis !

    Ce n’est pas 85 fois mais 10 fois. En revanche le total du site contient potentiellement 85 fois tchernobyle en cesium et si la piscine se fissurait la gestion du site entier sera quasiment impossible. Plus d’explications et des sources intéressantes sur mon blog « nuclear info tumblr ». (Si vous avez d’autres sources on partage ?! :-)

  2. De A à Z c’est complètement surréaliste…
    Si ça arrivait demain au centre de la france (je parle des taux de radiation, pas d’un tsunami), je prends le 1er avion et je me casse ! Je ne reste pas attendre de voir si les scientifiques et les politiques arrivent à se mettre d’accord sur la date à laquelle on devrait tous mourir.
    Cette pancarte qu’on s’empresse de cacher aux infos, ces « stars » locales qui font de la propagande, ce père de famille qui n’ose pas refuser du poisson complètement irradié à ses enfants… personne qui n’a fuit le pays, solidaires qu’ils sont à l’image des milliers de « liquidateurs » qui se sacrifient à l’usine de Fukushima… nan c’est pas sérieux… on dirait une vaste blague. Vu d’ici j’ai pas l’impression qu’ils ont compris l’ampleur de la catastrophe (sur le long terme entre autres), c’est l’effet voulu de la communication d’état / des médias ?

    1. Ce qui est surréaliste c’est ton post.
      Peut-être qu’ils ont compris que fuir et paniquer ne va sûrement pas arranger une situation déjà catastrophique.
      Peut-être qu’ils ont compris que penser uniquement à sa gueule serait moins efficace que faire preuve de solidarité.
      Comme je l’avais lu sur un blog japonais : si une catastrophe pareille était arrivée en France, il y aurait les morts dûs au tsunami, les morts dûs à la catastrophe nucléaire, et le chaos engendrée par la panique.
      C’est triste à dire mais c’est problablement vrai.
      Tout comme il est probablement vrai que les français, si prompts à donner des leçons, termineraient à genoux en suppliant les États-Unis de leur envoyer de l’aide, pays sur lequel ils ne manquent jamais une occasion de cracher.

      1. D’accord, ils sont restés. Solidaires certes, mais apparemment la seuls solution qu’ils ont trouvé c’est de bouffer leurs légumes irradiés, de démultiplier la teneur en radioactivité acceptable à la consommation. C’est beau comme solidarité. Si cela était arrivé en France, ce dont je suis sûr, c’est que les artistes qui auraient pris le parti de promouvoir la consommation de produits irradiés se seraient fait lyncher. Et si c’est lâche de quitter un pays irradié, peut-être est-ce une lâcheté « utile » ?

        En tout cas, le mal est fait, et ces propagandes me sidèrent. Ces gens vont crever, les enfants et les personnes fragilisées sont malades, et au lieu de réagir ils s’accoutument de la situation. Je n’appelle pas ça une solution.
        Les vrais dégâts, sur leur santé, on les verra dans quelques années, et nous le savons déjà. On sait que c’est en quittant le pays qu’ils auraient pu limiter les risques et les radiations, etc.
        Que diront-ils à leurs enfants qui leur demanderont « pourquoi on n’a pas quitté le pays, après la catastrophe, quand il était encore temps, et que des pays (la Russie) nous offraient une terre d’accueil ? »
        -Parce que nous n’avons pas cédé à la panique, et nous sommes restés là sereins et solidaires ? :s

        1. Vraiment n’importe quoi, comme si toi tu accepterais de quitter ton pays pour la Russie…
          Déjà il faut prendre une carte et se rendre compte que le Japon ne se résume pas à Fukushima, beaucoup ont déjà quitté cette région pour une autre.
          Évacuer tous les japonais en Russie…. j’ai jamais lu quelque chose d’aussi idiot…

          1. Ce n’est pas de moi mais d’un politique russe. C’est sûr qu’on prend moins de risque quand on n’a rien à proposer.

        2. Il suffit de voir comment on réagit les pays face au nuage de Chernoby
          1 – l’Allemagne : arrête de la production et de la consommation locale et importation depuis les zones non touchées.

          2 – La France: Propagande médiatique et politique expliquant aux français que le dangers reste à l’étranger et ne traverse pas les frontières.

      2. Cracher sur les US ?? Penser que les USA nous ont prêtées main forte uniquement pour nous faire plaisir, c’est faire preuve d’une incroyable inculture. Nous avons payé leur aide très chère et nous payons encore. Va te prosterner devant la statur de la liberté triple ignorant ! Et fait toi soigner un bon cancer chez eux a tes frais… Ainsi tu cracheras ta bêtise dans le pays de l’oncle SAM !

    2. Qu’il y ai mutation chez les pissenlits c’est normal. On en a tous plus ou moins vu des pissenlits siamois. Ce qu’il faudrait déterminer c’est la quantité de pissenlits siamois.

      Dans la nature, un accident, une mutation génétique sont normaux, à faible mesure. cela a permis à la nature de s’adapter à son environnement.

      Ce qui est inquiétant c’est lorsque ce sont les radiations qui provoquent les mutations. D’où quelle serait la proportion de pissenlits siamois par rapport à un endroit « pas » contaminé ?

  3. Merci d’avoir parlé de ces choses importantes.

    Il est difficile d’avoir des informations dans un monde saturé de signaux, et cela, les propagandistes de tous les pays l’ont bien compris.

  4. Trop de choses inexactes dans cet exposé:
    exemple ça veut rien dire ==>> Ces matériaux accusent une radioactivité au Cesium 137 dans des proportions 10 fois supérieures et pour des quantités de matériaux 85 fois supérieures à ce que nous avons connu au coeur de la catastrophe de Tchernobyl…
    TEPCO prévoit donc de pomper l’eau de la piscine afin de la rejeter… dans l’océan. c’est FAUX (avant de vous lancer dans la publication travaillez votre sujet ce genre de publication décrédibilise tout notre travail et Sylvestre Huet va encore nous allumer à juste titre

      1. Lequel ? Parce que, voulant vérifier moi aussi, le lien « avant 2025 » ça renvoit sur un article qui -déjà- parle de au mieux de 2014 pour la récupération des barres pas de 2013 et ensuite ne fait aucune mention du rejet programmé dans l’océan ni de 2025. Si tu avais ce lien ça m’interrese.

          1. Je confirme qu’il y a pas mal de choses inexactes, notamment sur les unités de radioactivités. A quoi cela sert il de dire « 9000 becqurels par kilo » si on ne fait pas d’analogie? On se rend alors compte que ce n’est pas vraiment énorme…Sans parler du lien 32bcq/kilo qui renvoie à des sieverts, rien a voir + 32 bcq par kilo = radioactivité naturelle de l’eau de mer…Pas vraiment de quoi paniqué.

            De toute facon ca ne m’étonne pas de ce site, avec en en-tete les tweets, les follower, les shares, juste pour un pseudo « buzz ».

  5. Chapeau et merci Bluetouff, comme d’hab vous faites un excellent travail journalistique.
    C’est hallucinant à notre époque ce silence étouffant, et plus on avance, plus il nous étouffe.
    On ne peut quasiment rien n’y faire, mais avec ce silence, on passe du quasiment rien n’y faire à rien faire du tout. Après côté Français on en a une habitude historique, dormez bien français, le nuage s’est arrêté à la frontière, je suis plus dubitatif avec Greenpeace ou les US ou la Russie qui auraient pu/du réagir

  6. Le truc avec les japonais, c’est pas qu’ils en ont rien a faire ou qu’ils sont inconscients, c’est qu’ils ne peuvent rien faire d’autre que de continuer leur vie active dans leurs environnements respectifs.
    Ma grand-mère qui est japonaise s’énerve quand je lui traduis l’article, parce qu’elle pense que je prends les japonais pour des idiots.
    Ces gens n’ont pas le choix…

    1. Bonjour, ton commentaire me touche sincèrement. Cet article n’a pas du tout été publié pour prendre les japonais pour des idiots, je t’assure, bien au contraire, je sais qu’ils n’ont pas le choix. Mais avoir le choix, est ce que ça justifie que le gouvernement finance des campagnes de propagande qui mettent encore plus en péril la santé des japonais ?
      C’est cette question et celle là seulement qui m’intéresse. Dans ma vision bisounours des choses, le gouvernement devrait plutôt éduquer et informer la population pour vivre en prenant les mesures qui vont bien pour préserver tant que faire se peut la santé des concernés avec et pas subir « parce que c’est comme ça ».
      Puis la centrale a quand même été vendue par General Electrics, une boite américaine, et rien que dans les choix techniques, on se demande s’il n’y a pas une erreur quelque part au niveau du placement de la piscine de refroidissement.

  7. Sans vouloir faire (trop) de mauvais esprit, les USA, le Japon et la radioactivité, ça devient une habitude malsaine…
    Le choix du nucléaire dans un pays tel que le Japon était vraiment un pari fou.

  8. J’ai traduit la transcription en anglais d’une vidéo japonaise traitant de la question des piscines de combustibles, et c’est plus qu’inquiétant…

    « Fukushima menace le monde d’une catastrophe majeure »
    http://activart.com/intelliblug/index.php/2012/04/15/124-fukushima-menace-le-monde-d-une-catastrophe-majeure
    avec lien vers la vidéo sous le titre.

    Dans le pire cas l’ensemble de l’hémisphère Nord pourrait être fortement pollué…

  9. ERRATUM pas 85x ds le reacteur 4 mais 10x en cesium (même si ça veut pas dire grand chose en effet, tout dépend de la météo, de la pluie qui le fixe au sol par exemple).

    Bon et bien ce n’est pas encore ça du coup je te cite mon blog… lis le et reprends cela ajoute quelques trucs à ton article.

    « LE POINT SUR FUKUSHIMA ; HUMANITE EN DANGER !
    Si la terre retremble…
    La piscine du réacteur 4 s’éffondrera certainement au prochain tremblement de terre de magnitude 7, les scientifiques pensent que cela arrivera dans moins de 4 ans.
    Dans le réacteur 4 on compte 1,531 barres de combustibles nucléaires dont 1,231 barres de combustibles dans la piscine. Si la piscine s’effondrait ce serait 10 fois tchernobyle en cesium 137 répendu dans l’air et donc une menace réelle pour l’humanité.

    Si cela arrive, il sera impossible de conduire les autres réacteurs à cause d’une radioactivité mortelle en quelques minutes d’exposition sur le site.
    Au total à fukushima on compte 11,421 barres de combustible, 134 million curies en Cesium-137, 85 fois tchernobyle – 1 kilocurie (kCi) = 37 terabecquerel (TBq) -.
    Source http://akiomatsumura.com/2012/04/682.html

    Url de mon article :
    http://nuclear-info.tumblr.com/post/21471737966/le-point-sur-fukushima-humanite-en-danger

  10. « Le bois qui cuisait les pizzas était contaminé à hauteur de plus de 9000 becquerels par kilos ! »
    it’s over 9000!!

    voilà ça par exemple, cela ne m’impressionne pas, car je n’ai aucune idée de ce que cela représente, et il ne suffit pas de gros chiffres pour m’effrayer

    « 32bq/kilos… une dose impressionnante dont ce document vous donnera idée. »
    j’espérais, mais pas vraiment, non

    le comic d’xkcd parle de sivert, moi j’ai des bq/kilos, et je ne connais pas l’équivalence, s’il y en a une

  11. « Pendant que la voix off parle on voit rapidement le résultat : 32bq/kilos s… une dose impressionnante dont ce document vous donnera idée. » : l’excellent lien que vous pointez ensuite (Xkcd) donne les valeurs en Sieverts, pas en Becquerel/h.

    Le Becquerel ne mentionne que l’activité d’une source radioactive, pas ses effets sur l’homme (rôle de la mesure en Sievert), cf Wikipedia (1) et (2).

    Je ne sais par contre comment relier les deux valeurs.

    (1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Becquerel
    (2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sievert

    1. @Vinz : il n’y a pas de réponse rapide et simple à votre question (relier les valeurs en Bq et en Sv)
      Les Bq c’est pour mesurer l’activité d’un matériau, les Sv pour mesurer la dose encaissée par un corps (humain par ex.) placé à proximité. Pour 1 même activité, donc un même nombre de Bq, ton corps va se prendre + ou – de Sv en fonction du matériau radioactif (tous n’ont pas la même énergie), en fonction aussi de la distance. Peut-être aussi d’autres paramètres mais je me souviens plus.
      Dans le cas des gens contaminés à coups de bois de four à pizza, il est plus que probable que des particules provenant du bois brûlé se soient retrouvées dans la bouffe, ont été ingérées, d’où distance ~ 0, donc dose encaissée maximale pour un type de matériau radioactif donné.

  12. Je trouve cet article très bien renseignée, et déjà aux U.S.A certains cassandre prévoient l’embrasement radioactif du monde par exemple http://blogs.wsj.com/japanrealtime/2012/04/17/fukushima-daiichis-achilles-heel-unit-4s-spent-fuel/
    Peu ou pas du tout de journaux en france pour alerter sur ce qui se passe là-bas, le journal LeMonde étant le pire de sa catégorie avec une rubrique planete indigente.
    Mais le lobbie du nucléaire est vigilant même si l’industrie nucléaire n’a aucun avenir sauf celui de nous polluer la vie

  13. C’est dommage, mais comme à chaque fois, la non-connaissance du/des auteurs décridibilise beaucoup l’article. C’est flagrant sur les unités, confondre dose et activité etc… 32 Bq/kg ne sera jamais que la moitié de la dose INTERNE reçue en moyenne par le corps humain par le potassium 40 qu’il contient par exemple.

    L’ensemble des chiffres sont très mal utilisés, et, généralement desservent le propos voir pire, tendent à prouver le contraire.

    Le net regorge de bonnes références en radioprotection. Il serait alors assez simple pour les journalistes de ne pas dire trop d’énormités.

  14. Le reportage sur les pissenlits, c’est ridicule. Les émissions matinales du matin, c’est du remplissage et de la non-information. Dans le cas présent, le présentateur dit « j’ai trouvé moi-même un coin avec des pissenlits comme ça. » Ça n’a rien de scientifique, cette approche ! Si c’est une mutation courante, c’est bien la peine d’en faire un reportage. Comme si je disais « oh, j’ai trouvé trois trèfles à quatre feuilles ! Si c’est pas du à l’incident de Fukushima, ça ?! »

    Je suis en revanche beaucoup plus inquiété par la propagande sur les aliments du Tôhoku ! (Et d’ailleurs, comme j’habite au Tôhoku et que je mange donc tous les jours des produits locaux, je m’inquiète aussi pour ma propre santé…)

    Je n’ai pas pu visionner le premier reportage, et n’ai donc pas d’idée sur son contenu.

    P!

  15. Bonjour.

    Le liens que vous donnez pour le graphique des doses de radiations est en Sievert alors que le dosimètre du chanteur de pop est en Bq/Kilo.

    La relation entre l’une et l’autre n’est pas si évidente que votre article le laisse entendre.

  16. Histoire d’eau.
    J’ai déjà travaillé en centrale nucléaire, l’eau est utilisée en circuit secondaire pour le refroidissement, par contre dans celles où je suis allé les piscines tant de stockage que celles des réacteurs était remplies d’acide borique et non d’eau

  17. Merci de votre article !! En plus d’être pertinent, il est bien sourcé ( j’ai envie de dire malheureusement!)

    C’est effrayant, une propagande pareil. Tout ces complots pour cacher la vérité, sa me rend malade. La folie des hommes nous perdra…. Comment est ce possible de contaminer des millions de personnes et de les condamner sans se sentir coupable? Aucune action n’a été faite pour limiter cette catastrophe…
    C’est inhumain…

  18. Voila ce qu’en dit le blog science² de libé :
    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/04/le-dernier-hoax-sur-fukushima-et-ses-coeurs-en-fusion.html

    […]

    Cette dépèche n’est pas inventée semble t-il (je n’ai pas le temps de vérifier). Sa date du 6 avril non plus. Mais, manifestement, il s’agit du 6 avril… 2011. Il y a un an. Un léger détail que l’énorme majorité des internautes affolés – y compris un directeur de recherche en cosmologie dont je ne donnerai pas le nom – n’a pas pris la peine de vérifier.

    C’est pourtant la première chose à faire lorsqu’on lit quelque chose sur internet. Qui a écrit, et surtout quand ? Tant que la réponse à ces deux questions n’est pas connue, il est inutile de lire. Il faudrait apprendre ça à tous les enfants à l’école primaire, et le mettre en exergue sur tous les forums et sites web.

    « En outre, cette dépèche du 6 avril 2011 a beau dater d’il y a plus d’un an, elle était déjà en retard sur l’information sérieuse à l’époque de sa publication. La fusion des réacteurs nucléaires de Fukushima a été confirmée dès le 13 mars 2011 par les sources sérieuses, par exemple ce blog, dans cette note.

    Vérifiez vos sources SVP !

  19. FAUX !
    « Ces matériaux accusent une radioactivité au Cesium 137 dans des proportions 10 fois supérieures et pour des quantités de matériaux 85 fois supérieures à ce que nous avons connu au coeur de la catastrophe de Tchernobyl. »

    85 fois c’est le total des rods de fuel des 6 reacteurs. 10 fois c’est la piscine du réacteur 4. Si la piscine s’effondre (et il y a beaucoup de chance), le site devient mortel, et c’est une catastrophe en chaîne, car les autres réacteurs et piscines deviennent inacessibles. C’est l’hécatombe sur terre.

  20. « À Fukushima même, les secousses ont atteint une magnitude de 5,9 sur l’échelle de Richter. »

    Double non… soupirs. La crédibilité d’un billet se réalise à la neutralité du ton et est inversement proportionnel aux points d’exclamations.

    C’est dommage car l’enjeu est grave.

    Reprenons

    5,9 est sur l’échelle JMA. comme l’indique d’ailleurs la copie d’écran réalisée qui va de 1 à 7.

    Fukushima ken oki (福島県置き) ne se trouve pas au lieu de la centrale nucléaire mais de la ville de Fukushima. La préfecture de Fukushima est une grande aire géographique.

    La centrale nucléaire se trouve dans la ville de Ōkuma (okuma-machi 大熊町) dans le district de Futaba (Futaba-gun 双葉郡) dans la préfecture de Fukushima (Fukushima-ken 福島県) à 100 km de la ville de Fukushima.

    1. Fukushima-Ciy est exactement à 62 Km à vol de césium de Fukushima-Daiichi. Même à cette distance de la centrale atomisée, la ville de 300.000 habitant est soumise à une radioactivité moyenne de 1µSv/h, soit de 10 à 20 fois plus que le niveau « normal » au Japon.

      A ces niveaux d’exposition (un petit 10 mSv/an), le délai d’apparition de maladies éventuelles radio-induites (cancers) est compris entre 5 ans et… plus de 50 années ; la morbidité supplémentaire est difficile à apprécier mais est loin d’être nulle : il y aura obligatoirement des retombées sanitaires décalées à la crise nucléaire Japonaise.

      C’est une catastrophe au ralenti et rien n’explique l’attitude de déni et d’auto-isolement des autorités Japonaises dans la gestion de cette crise ; encore aujourd’hui toute assistance internationale est refusée, par fierté ou par crainte de perte de souveraineté, autant de motifs futiles en y réfléchissant bien à côté de la sécurité sanitaire des populations exposées.

      Trifou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *