Nuage de Fukushima: comment la France rassure le peuple en brassant du vent

Vous avez aimé le Professeur Pellerin en 1986? Alors vous allez adorer André-Claude Lacoste en 2011. Hier à la télé, le grand patron de l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), un haut fonctionnaire X-Mines qui émarge dans le
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

14 thoughts on “Nuage de Fukushima: comment la France rassure le peuple en brassant du vent”

  1. Merci pour cet article c’est exactement ce que je pensais sur les mots du patron de l’ASN.
    ça m’inquiète un peu car j’ai vu le documentaire d’Arte sur Tchernobyl

    vous pensez que les données de l’IRSN ne sont pas en temps réel, même de 2009 ?
    mouarf inquiétant alors.

    Mais comment va-t-on savoir demain, si c’est risqué ou non pour la population française ?
    ça existe des instituts vraiment indépendants sur la radioactivité en france ?
    ou faudra-t-il s’équiper soi même de compteur Geiger pour voir l’impact de la radioactivité.

    Alors certes le japon est situé à + de 10 000km de la france, mais on a aucune idée actuellement de l’impact qui peut y avoir.

  2. C’est pas vraiment ça, il ne faut pas mélanger Sv/h et Sv.

    Par exemple, si on parle de radioactivité à 1 Sv/h, cela veut dire que si on reste dans cette zone pendant une heure, on aura une dose de radiation de 1 Sv.

    Le débit de doses radioactives devient dangereux à partir de 25µSv/h.

    Mais c’est à partir de 100mSv que l’on considère que les doses de radiation peuvent être dangereuses.

    Pour plus d’info :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9bit_de_dose_radioactive
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sievert

    Pour ce qui est des dangers du panache radioactif, à Tokyo, le débit était de 0,125µSv/h hier. Sachant que les particules se dispersent lors de leur voyage, je vois mal comment on peut atteindre des valeurs dangereuses en France.

    http://www.cbryanjones.com/journal/2011/3/19/japan-radiation-levels-in-english.html

    1. Oh, c’est sans doute parce que leur site n’est pas vraiment configuré pour recevoir autant de visites en ce moment, si les services publics faisient un peu mieux leur boulot peut-être qu’on ne se tournerait pas vers les organes indépendants en cas de doutes et d’incertitudes. Surtout que je suppose qu’ils ne sont pas subventionnés – cf leur appel aux dons.

  3. Je n’avais peut être pas tord de m’inquiéter hier,
    aujourd’hui la CRIIRAD publie un document plutôt « accablant » :
    http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon/11_03_23_Volet1der.pdf

    Aucune donnée interprétable en Amérique du nord pour mesurer la radioactivité.
    Et ce n’est pas fini :
    Les Etats cotisent en effet à hauteur de 55 700 000 € pour faire fonctionner les stations de mesure.
    Et ces résultats ne sont pas rendu public !
    etc..
    Je vous invite à le lire !

  4. concernant l’interprétation de l’échelle jaune-marron sur les 2 schémas.
    j’ai peut-être tout faux, mais on a:
    en haut du schéma : « concentration […] en bq/m3 »
    à droite: « max de l’échelle 1.0e+03 » soit 1000
    enfin à vue de nez la France se situe dans la tranche de couleur « max/100000 ».

    tout ça nous donnerait donc dans les 0,01 Bq/m3.

    j’ai bon? :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *