Facebook : une palanquée d’abrutis

Alors…? Bug, pas bug ? Les messages privés se sont-ils affichés sur les murs publics d’utilisateurs ? Franchement… La réponse a-t-elle la moindre importance ?

Il y a maintenant un bout de temps, j’expliquais chez nos amis d’OWNI que Facebook était très largement surévalué par des investisseurs toujours aussi stupides, prêts à refaire les mêmes erreurs que par le passé (la bulle Internet). Je ne me trompais pas puisque l’introduction en bourse du réseau a été une des pires de l’histoire. Les gogos qui ont cru aux chants des sirènes (Forrester et autres Gartner ou banques conseil), en sont aujourd’hui pour leurs frais.

Passé l’engouement pré-introduction, les financiers qui semblaient tout d’un coup avoir une vision claire, expliquaient doctement que l’entreprise n’avait pas les moyens d’engendrer les profits espérés. Et de donner toutes sortes d’exemples pertinents.

Au delà des chiffres, une bonne connaissance du monde Internet suffisait pour le dire. Ce réseau est, en vrac :

  • une mode (elle passera),
  • un piège à cons (lesdits cons finissent généralement par comprendre qu’on les désigne comme tels),
  • une aberration en termes de protection de la vie privée (et donc de la vie tout court),
  • un « machin » qui ne sert strictement à rien,
  • en termes de diffusion de l’information, Facebook est au Net ce que TF1 est à la télévision, RTL à la radio, le Journal du dimanche à la presse écrite,

Internet est un outil sans pareil pour la diffusion des savoirs, la mise en réseau de l’humanité. Un moyen pour cette dernière de s’élever et de se transformer. Facebook est probablement le plus gros frein posé sur ce chemin depuis l’apparition du Web avec, peut-être, les Skyblogs.

Vous avez entre les mains un outil sans pareil. Appropriez-vous cet outil, publiez. Ne laissez pas une société commerciale s’approprier votre production. Sans quoi, votre création est entre ses mains. Le jour où l’entreprise disparaît (et cela arrivera, tout est cyclique, rond, dans l’univers), votre production disparaitra avec elle.

Créez votre propre maison sur Internet, maîtrise-en les portes, les fenêtres, les murs, le toit, les fondations. Cela ne coûte pratiquement rien financièrement et cerise sur le gâteau, vous maitriserez votre déco et vos contenus…

Ceux qui viennent se plaindre aujourd’hui d’avoir vu des messages privés s’afficher dans une partie « publique » (s’ils existent) ne subissent que ce qu’ils ont créé eux-mêmes. Donner ses petits secrets à une entreprise commerciale est une démarche aussi stupide que de les inscrire sur un mur dans une rue, en signant en bas (ne pas oublier d’inscrire son numéro de téléphone et son mail en bas).

Fermez vos comptes Facebook et décentralisez !

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


103 thoughts on “Facebook : une palanquée d’abrutis”

    1. Du tout.

      Il faut de tout sur Internet comme dans le monde classique. Des gens qui utilisent Facebook et des gens qui ne l’utilisent pas.

      Mais dans la catégorie de ceux qui l’utilisent, il y a ceux qui semblent choqués par un problème concernant leur vie privée (vie privée et Facebook sont par nature antinomiques) et ceux qui s’en foutent.

      Laissons ceux de la deuxième catégorie, plussoyer l’article s’ils le souhaitent.

      1. Moi ce qui me fait rêver, ce sont les gens qui pense que Internet et vie privée ne sont pas antinomiques…

        C’est pas grave les gens, le problème ce n’est pas facebook, c’est d’étaler sa vie privée sur le net et croire que cela n’a pas de conséquences, que ce soit par mail ou tout autre moyen de d’échange de données.

        Après, on peut tout chiffré via PGP mais bon, c’est hors de porté du grand public.

        Et sinon, l’argument facebook peut disparaître, on verra dans 10 ans si reflets.info existe toujours hein ;)

        1. comme le dit Psikopate, j’ai tendance à être persévérant. En outre, même si l’aventure Reflets se terminait, les contenus seraient toujours là car répliqués à l’infini. Et la suite se passerait ailleurs. Transformation, évolution, toussa.
          :)
          Mais je vous rassure, on est là pour un bon moment.

      2. Certes, il faut de tout pour faire un monde, mais tout de même, Reflets pourrait se dispenser des Facebook et de Paypal…Cela dit, d’accord avec toi sur la décentralisation et la responsabilité de l’internaute: confier sa vie à une multinationale n’est jamais une bonne idée.

  1. Pas bon et même piège, encore plus puissant car moins fragilisé par effet « mode », Google.
    J’ai tiqué aujourd’hui en lisant leur initiative de « collaborative translation » pour les videos YT.

    Je dis depuis assez longtemps que Facebook allait se planter, dès que j’ai vu leurs premières couacs en termes de « vie privée » fuiter sur le net, et la manière dont ils y réagissaient.
    En plus, je trouve Zuckerberg « médiocre » ; juste un truc pas novateur d’ailleurs mais au bon moment, et ça a flambé, mystère…

    N’est pas brin et Page qui veut pour asseoir un écosystème!
    Et même eux ne sont pas à l’abri.

    Tout comme Apple, qui va commencer à se dégonfler allez dans les 5 ans, un pari pris comme ça.

    Question con par rapport à tes conseils, si tu as 2 secondes.
    Je poste ici quelques commentaires.
    Si demain le boss de Reflets, imaginons, s’échappe aux caraïbes parce que poursuivi par le fisc, le site et les contenus tombent et mes modestes comments disparaissent? :)

    1. «  » » »En plus, je trouve Zuckerberg « médiocre » ; juste un truc pas novateur d’ailleurs mais au bon moment, et ça a flambé, mystère…

      Tout comme Apple, qui va commencer à se dégonfler allez dans les 5 ans, un pari pris comme ça. » » »

      Juste lire cette phrase…. et rire

        1. Bah, c’est ce qui se reflète de ton post mon ami :)
          Le problème, ce n’est pas Facebook… c’est la nature humaine…
          J’ai la naïveté de penser que jamais Zuckerberg n’a imaginé créer ce défouloir, déversoir de l’indignité humaine
          Maintenant FB… je suis musicien, je ne m’en sers que comme un outil, et hélas, je dois à cette outil la survie de mon groupe… c’est comme ça.
          Et puis il n’y aurait pas FB… les gens déverseraient leur idiotie ailleurs… ils avaient fini par pourrir Myspace, ils nous gavent de téléréalité plus débiles les unes que les autres… tout ça ne fait qu’exploiter la nature voyeur/exhib des gens, c’est tout….

          1. Je crois avoir été le premier sur ce sujet à avoir évoqué ici sur Reflets/comments la dimension psycho(socio)logique de la chose…

            Mais il y a un truc auquel je tiens énormément, en sus… : le côté structurant pour le modèle de société.
            FB et ses arrières cours ne me plaisent pas du tout, c’est fascisant, stricto sensu comme on dit!

  2. Hôpital, charité, toussa…
    Héberger… c’est la croix et la cuillère à héberger.
    1- Faut d’abord comprendre pourquoi faut le faire
    2- Faut mobiliser du matériel, le laisser tourner H24
    3- Faut être propriétaire de ses données, encore faut-il les protéger. Va t’en foutre du LUKS, du RAID5 et du backup-manager. Au passage, on doit mettre en place un MTA pour recevoir les plaintes du RAID ou du SMART.
    4- Quel serveur (logiciellement parlant) pour ce que je veux faire? Tu vois pas le temps dépenser juste pour connaître le NOM du serveur de streaming que tu vas installer!
    5- Et au final, ton ADSL a pas assez de BP…

    1. Je suis relativement d’accord avec ça. S’autoheberger avec ses petits bras mucslés, ça demande des compétences techniques pas piqué des vers. (En tout cas, pour un Noobs de ma trempe qui vit avec un clicquodrome sous windows !)

      Ceci étant, c’est de la technique bien connue, donc rien d’insurmontable. On peu décomposer le travail par étapes, et commencer par expliquer le point 1 exprimé par liladou, en évitant de prendre les gens de haut et en se montrant patient.

      Une fois que la grande masse aura compris pourquoi il ne faut pas laisser trainer ses affaires sur le web, ils en viendront à poser la question de l’alternative.

      C’est là que le boulot des techos commence (ou finit, c’est selon) :
      Si s’autoheberger est plus compliqué/plus chiant/cher/que sais-je, que d’ouvrir un compte facebook ou assimilé, alors c’est raté, les gens resteront sur facebook ou assimilé, et il faudra revoir la copie.
      Au mieux, on aura fait migrer que les déjà convaincus.
      Ce sera pas mal, mais pas suffisant.

      Qu’est ce que vous en dites ? Pédagogie et technicité ? Ca tient debout ?

      1. Heu, il me semble qu’il y a confusion.

        Entre
        autohébergement,
        hébergement chez hébergeur stable,
        et facebook.

        Même si X sait créer un facebook like comme un grand
        (ce que quasiment personne jamais ne saura faire à mon avis, faut arrêter les délires sur « tout le monde il a sa bécane en main comme Fangio sa Ferrari »),
        X il va les chercher où les 800M d’amis potentiels qui in fine doivent bien contribuer psychomachintrucsocialoagiquement au succès en flèche de ce truc et ceci auprès du quidam X du net???

        Confusion de ta part je m’excuse je peux me tromper
        sur la nature technique des choses (autohébergmt, hébergt, blog, site, réseau soc, …)
        mais aussi sur la nature psychologique de ces différentes choses.

        1. Effectivement, j’ai sauté une étape, qui serait intermédiaire, et qui consisterait entre prendre un hébergement chez truc ou machin et y poser ses valises en laissant l’hebergeur se débrouiller avec le coté technique.

          Si je ne l’ai pas fait c’est un peu à cause de Benjamin Bayart, le saint patron des Cravatiers, qui signale à juste titre, que c’est -justement- une position intermédiaire.
          La partie technique étant à la charge de l’hébergeur, les données sont en quelque sorte à la merci de sa compétence et de sa bonne volonté…

          1. Ouaip.

            Mais enfin faut pas oublier que le très honorable Benjamin Bayart est techos de chez techos et en plus un voyou qui passe sont temps à télécharger des mp3 et des blueray en surfant sur des sites terroristes tout en uploadant plein de machins dans tous les sens que ça doit donner le tournis.

            Forcément, alors, il est pas très « intermédiaire »… :)

            (si tu passes par là Mister BB, respect)

          1. On ne s’est pas compris.

            Tu crois que FB aurait connu ce succès POPULAIRE sans la PROMESSE de milliers d’amis potentiels, sans la PROMESSE de découvrir plein de gens et de devenir une « star »?

            Tu serais pas hacker pur et dur la tête dans son clavier, par hasard? ;) amical

            Bon, sinon, oui, il y a vraiment une question intéressante derrière, qui est la possibilité d’un social network wideopened ET sur infrastructure type P2P (le type réseau entre amis me déplait fortement, en tout cas comme généralité sur le net).
            Mais à brule pourpoint il reste des tas de questions, et celles pas piquées des vers sur la privacy/netsecurity et sur la gestion de sa privacy par le enduser.
            En outre, je ne suis pas informaticien, héhé, …

          2. apt-get install autohebergement (ou download et double-clic sur autoheberge.exe)
            Après choisir les services à activer : web, courrier, « cercle social », photos, musique, vidéos, t’chat, …
            cliquez ensuite sur les partages : personne/que pour moi tout seul, que sur les machines locales chez moi, distants familiaux, distants amis, tout horizon
            définissez qui fait partie de votre accès local, de votre famille, de votre cercle d’amis,
            Définissez enfin si vos contacts : famille-amis-tout horizon peuvent ou non agir sur vos contenus : diffusion, annotation, modification de l’info que vous partagez…
            ou en ligne de commande apt-get install autohebergement -add web mail photos -share local -do diffuse annotate …..

            Et voila un noeud de l’auto hébergement partagé en place, à d’autres de faire un apt-get chez eux, et de vous inclure dans votre cercle familial ou d’amis …
            Et un autre, et un autre encore ; le maillage s’installe. Si l’un des maillons se ferme, les données partagées restent visibles mais sont gelées : non modifiables non partageables… ; si au bout de 1 (ou 3 ou 6 ??) mois de maillon d’origine inaccessible, les données partagées sont éffacées des partages. Et c’est pas falsebouk que décide, c’est vous, depuis votre hébergement …
            Et la politique de confidentialité, ce sera à chacun de se la constuire. L’apt-get de base ne partagera rien à l’installation. Ce sera à chacun de définir avec ses p’tits doigts gourds ce qu’il faudra ou non partager, et avec qui, et pourquoi pas pendant combien de temps.

            Et oui c’est chiant, va falloir le faire, pffff
            Mais bon je crois que la liberté est là, yapluka

            Et le jour où l’on aura des imprimantes 3d avec atelier/mini centre d’usinage auto-hébergés, autonomes :
            téléchargement d’un script de construction/usinage de « la pièce qui vous manque » pour créer ou réparer « la machine qui vous aide »
            Ha oui, et le mini atelier, alimenté en accus autonomes aussi évidemment que l’on peut prêter à son voisin parce que le sien est out ou en cours de recharge. ?

            owncloud ??
            rapsberry py ??

          3. Yep Kride, why not…

            Moi je veux bien me prendre la tête pour refaire un doubleboot sans perdre ce que j’ai sur mon disque tel quel,
            et puis faire tout ce qu’il faut derrière pour que ce soit full secure (bien que non spé informaticien je ne serais jamais certain que c’est full après l’avoir fait seul…)

            Mais tout de même je m’interroge sur un détail. Ca a des chances de devenir assez grand public pour que ce ne soit pas que communautaire, un truc pareil?

  3. Oui, mais non. C’est un discours élitiste ça. À lire cet article, Mme Michu ne devrait pas pouvoir parler avec les gens si elle ne sait pas ELLE MÊME créer son propre site..
    Mais ou vas-t’on. Facebook utilise nos données? Et alors? Vous n’avez rien d’autres à faire que d’essayer de trouver des causes pour vous battre là ou il n’y en a pas? Oui, peut-être que Facebook sait quels sites je visite. Et alors? Je m’en fiche. Je sais très bien que ça va peut-être être utilisé pour des pubs… Et alors? Sérieusement, qu’est-ce que ça vous fait? « Oh mon dieu non, un publicitaire qui a DES MILLIONS d’autres données comme les miennes sur des gens sait quel site j’ai visité samedi à 19h! Je suis fichu! »…

    1. Relire mes tweets et mes commentaires :

      chacun fait ce qui lui plaît. On peut utiliser Facebook si cela semble utile (j’ai des doutes).

      Mais en sachant que Facebook et privacy sont antinomique.

      Vous pouvez étendre cette antinomie à Internet.

      Alors venir faire un foin du diable quand il y a problème (supposé) de protection de la vie privée pour les utilisateurs de Facebook… C’est ridicule.

        1. Antoine, ça aussi c’est un discours élitiste.

          Tu sais très bien que 70% des utilisateurs de FB ne font qu’un usage très sommaire des configurations de confidentialité qu’offre FB (vu la complexité, on peut comprendre).

          Dans les 30% restant, combien réalisent réellement les conséquences de tel ou tel paramétrage ? Franchement ? Très très peu.

          1. « Tu sais très bien que 70% des utilisateurs de FB ne font qu’un usage très sommaire des configurations de confidentialité qu’offre FB » C’est de leur faute, pas celle de facebook. (avant qu’on me sorte ça dans une réponse: non, je ne travaille pas pour eux.)

          2. Antoine, scoop :

            Ils ont fait le test avec 10 astronautes de la NASA pour voir comment ils arrivaient à piloter leur compte FB.
            Ils ont tous échoué au test!

            Capito? :)

    2. Demain, un vilain terroriste qui a tout fait pété a été pisté car il est passé sur tel site, tel site et tel site. Donc potentiellement ceux qui font pareil sont des terroristes. bah tiens ça tombe bien on sait déjà que tu vas sur les sites en questions. Serais-tu un terroriste?

      Et puis comme FB est capable de reconnaitre les gens sur les photos, il s’avère justement qu’on te voit en arrière plan sur une photo du su-cité terroriste.

      Ca peut paraitre surréaliste, mais faut pas sous-estimer la capacité des machines a créer des faux positifs basé sur ce genre d’informations.

      Aujourd’hui l’info que tu laisses n’a pas de valeur pour toi. Qui dit que demain elle n’en prendra pas ?

    3. « Mme Michu » si elle veut parler avec les gens sur internet elle est tout à fait capable d’envoyer un mail.
      ou d’utiliser msn. comme tout le monde faisait ya moins de dix ans quoi. Les competences techniques c’est vraiment pas un argument.

      1. « Les competences techniques c’est vraiment pas un argument. »

        Je t’assure que si.
        Les compétences techniques, ça fait toute la différence.
        L’outil et la compréhension de l’outil, ça fait toute la différence.

        Après, il y a bien évidemment la grande majorité des gens qu’en on rienafout !

        1. Je crois que tout le monde est capable d’envoyer un mail et d’utiliser skype ou msn (cad une bonne partie de ce à quoi facebook est sensé servir, moins le coté « annuaire », au choix pratique ou intrusif).
          Mais peut etre que la non comprehension de l’outil fait qu’on se pose aucune question avant de considerer facebook comme un outil de communication comme un autre. j’ai quand même l’impression que c’est des motifs moins avouables que juste communiquer qui attirent les gens vers facebook.

  4. L’insulte c’est de la provoc’ gratuite à la Charlie Hebdo? Ou une « inside » pour les lecteurs de ce blog qui sont déjà par définition paranos et anti-trucs de masse? Facebook est un annuaire comme nulle autre. Effectivement ils voudraient tout savoir des contributeurs et ceux-ci ne réalisent pas qu’ils n’ont pas la même protection de leur vie privée que lorsqu’ils décroch(ai)ent le téléphone. Mais je vois mal facebook exploiter ces données de manière un peu trop visible, faute de quoi l’usager lambda deviendrait soudain plus sensible à cette problématique, tuant du même coup la poule aux oeufs d’or.
    Les abrutis sont plutôt les médias qui ont monté une rumeur en info, et les politiques qui ont une fois de plus exposé leur médiocrité en s’y mêlant.
    Et je pense que le lien de partage facebook est effectivement un poil cynique vu la considération apportée à ses utilisateurs (en théorie, aucun abruti ne lisant ce blog il ne devrait jamais servir :-))

    1. « Mais je vois mal facebook exploiter ces données de manière un peu trop visible, faute de quoi l’usager lambda deviendrait soudain plus sensible à cette problématique, tuant du même coup la poule aux oeufs d’or. »

      C’est précisément ce qui est en train de se passer. Ce grand délire de la presse et des ministres Français sur un bug qui n’en est pas est un symptôme flagrant.

  5. On peut aussi taper dans les Diaspora/Jappix/SocialZE, libres ou décentralisés, ou les deux. Mais comment convaincre ma mère Michu de passer sur Diaspora, si elle ne peut plus jouer à Farmville, ou discuter avec ses copines qui n’y sont pas encore?
    Du coup, comme Emma Indoril, pédagogie (sur le libre et la décentralisation), parce que c’est obligatoire, et que c’est l’avenir du net « neutre », mais mine de rien il faut éviter au maximum la technicité. Parce que pour ma mère Michu à moi, c’est pas valorisant de savoir se servir du terminal. Ses copines n’en ont rien à braire.

  6. De quel production parlons nous? Rares sont les artistes, par exemple, à rendre public leur œuvre uniquement sur Facebook. Ils le font sur leur site bien à eux, et ne mettent sur Facebook qu’un lien.

    Tout ce qu’on « produit » sur Facebook c’est de la conversation, du buzz… Rien qui aie de la valeur. On ne donne donc rien a Facebook qui aie la moindre valeur pour soi (même si ça en à pour eux, à travers la connaissance des utilisateurs et donc le ciblage des pubs).

    Il est illusoire de s’imaginer qu’on va garder ses données sur ses disques durs chez soi et ne faire qu’en donner l’accès depuis le net. On hébergera toujours ses données ailleurs quand on veut les mettre en ligne. Et même quand on ne veut pas, avec l’explosion du « Cloud ». Et c’est la un problème autrement plus important, et plus risqué, que de dire « bon anniversaire m poutou d’amour » sur Facebook sans se rendre compte que tout le monde peut le lire.

      1. Fabrice, il y a plein de lecteurs qui commentent en mode spagrave, facbook c bien. Je pense qu »ils ne sont pas venus pour la prez de PSES 2012 :

        DANS « DONNÉES PERSONNELLES », IL Y A : « PERSONNELLES »

        « M’EN FOUT, MOI, JE N’AI RIEN À CACHER. AH, SI… PEUT-ÊTRE MES TENDANCES SEXUELLES : ZOOPHILE, OPTION TÉCKEL MORT »

    1. oui enfin si c’est pas sur facebook c’est souvent sur youtube, flickr, vimeo, soundcloud… c’est à dire des services avec des conditions d’utilisations à l’entrée qui méritent une lecture attentive au sujet de l’appropriation des contenus qu’on y met dessus (globalement tous ses services se donnent un droit plus ou moins grand dessus, dont certains sont légitime puisque c’est normal par exemple d’autoriser youtube à copier puis convertir en plusieurs formats le fichier qu’on y envoie)
      Pas la même chose que de prendre un hebergement où il me semble que ce que on y met dessus n’appartient qu’à nous (à verifier)

  7. Pour n’avoir jamais créé de compte facebook, et vaguement un compte diaspora que je visite jamais,
    j’ai encore du mal à comprendre vraiment ce qu’apporte le type de media meme « reseau social »,et ce en dehors du phenomene facebook. Si je veux communiquer avec les gens, que ce soit avec une personne ou plusieurs, j’ai le mail qui fait très bien ça.
    Si j’ai besoin de dire quelque chose à tout le monde ou à plus de cinquante personnes dont je suis pas foutu de retenir l’adresse, je crée un blog.
    Si je veux montrer des photos, je les mets sur un ftp meme pas privé mais que personne ne connait.Et si elles sont vu accidentellement bon ce sera pas non plus un drame (et si je veux vraiment eviter que ça arrive je mettrais un mdp)
    ça ça demande deux trois connaissances techniques pas bien violents mais ya un paquet de services (commerciaux ou non) qui font ça très bien, donc je vois pas trop ce que la technique vient faire la dedans.
    Facebook j’ai juste l’impression que c’est un outil de voyeurisme et d’exhibitionnisme généralisé (ou de surveillance de tout le monde par tout le monde), avec en plus des grilles et des miradors autour (peints en rose pour pas que ça se voit trop).
    Je demande à voir si j’utiliserais ce type d’outil meme si c’était un protocole ouvert d’internet.
    Meme des ‘reseaux sociaux de contenus’, type myspace, soundcloud, vimeo, flickr, ça je peux tout à fait comprendre que ça puisse avoir un intérêt, malgré tout les problemes de droits que ça peut poser.

    Le problème ça devient les gens qui substituent facebook à toute autre forme de communication et qui du coup se coupent (ou coupent les utilisateurs non inscrits c’est selon) du reste du monde.

    1. Tu as mit le doigt dessus :
      Pourquoi FB ça marche ? Parc que « c’est un outil de voyeurisme et d’exhibitionnisme généralisé »

      C’est comme l’iphone 5 : c’est un outil qui ne sert qu’a montrer qu’on en a un.
      Ça flatte les bas instincts des gens, et ça marche.

      Et ça ne nécessite AUCUNE connaissance technique.
      car oui, la technique, c’est important.

      1. Printemps arabe, toussa…

        Attention, c’est pas parce qu’on vit dans un tiers-monde du numérique que le monde entier se résume à ça. On peut faire n’importe quoi avec Facebook, ou tout autre daube de ce genre, il suffit d’en hacker les usages.

        Certaines populations font ça de façon massive, et ça donne des choses assez dingues, et bien plus interessantes que ce coté voyeurisme egocentré qui s’y développe dans nos sociétés occidentales ;-)

    1. pas de chance, ça tombe sur vous… Après avoir lu plusieurs commentaires sur le même thème, je m’arrête sur le votre pour répondre :

      Vous avez quoi à la place du cerveau pour lire un texte et le comprendre autant à l’envers. Je n’ai quand même pas pondu du Nietzsche.

      J’ai même précisé ma pensée pour les non comprenants comme vous dans les commentaires, en haut…

      1. Vous avez juste précisé qu’on est libre de faire ce qu’on veut de sa vie privée, notamment en plussoyant votre article sur FB. Vous ne précisez pas en quoi mettre son espace perso/autohébergé sur internet tout en permettant aux grands méchants du nuage de violer la vie privée des visiteurs de votre espace n’était pas cynique. Cohérence, quand tu nous tiens…
        Pour vous perturber un peu plus, que pensez-vous du fait que j’ai un compte FB et que j’utilise ghostery? Et que je ne comprend toujours pas ce que le bouton FB fait sur cette page (après tout, vous ne voulez pas être lu par des cons abonnés à un truc qui ne sert à rien, si?)

      2. « Mais dans le cas de Facebook, la prison numérique sur laquelle nous proposons, à Reflets , que ceux qui y sont, puissent faire connaître nos publications (nous n’allons quand même pas priver les prisonniers de Facebook de lire Reflets sous prétexte que nous ne sommes pas nous même dans la prison »
        Chapeau bas pour l’hypocrisie. Grâce à vous les prisonniers ont l’opportunité d’avoir une fenêtre sur le monde libre! J’espère qu’ils réalisent leur chance :D
        Sérieusement, dégagez le bouton qui permet à de potentiels récidivistes de retourner en prison et vous couperez court à toute discussion.

        1. Je ne suis qu’un modeste scarabée qui court dans l’herbe, mais mon avis est qu’il n’y a aucune raison d’enlever le bouton FB si il peut servir à contribuer à détruire FB.

          Et je rappelle au passage que ce truc qui s’est passé il y a quelques jours autour de FB est extrêmement efficace, plus qu’un ou deux excellents papiers, hélas peut être mais c’est comme ça…
          Et ce truc peut être utilisé pour d’autres trucs…

  8. Que tout cela est me semble plein de morgue et de suffisance !

    Si tant de monde est sur Facebook, c’est peut être parce que la plateforme leur apporte des choses qu’ils ne trouvent nulle part ailleurs.

    Les enquêtes sociologiques montrent que les utilisateurs de Facebook sont très au fait des questions de confidentialité. Ils savent que Facebook fait de l’argent leur dos. Ils considèrent que l’équilibre est encore gagnant/gagnant et ils partiront dès l’instant ou ce ne sera plus le cas.

    Il n’y a pas qu’une façon d’habiter le cyberespace ! Tout ne monde n’est pas obligé d’être une fétichiste texte brut et du sudo apt. Cela ne fait pas des « autres » des imbéciles et des ignorants.

    Il faut aussi prendre en compte que nous ne sommes plus au temps du Bastard Op from Hell. Ce n’est pas Facebook vs l’usager. il y a maintenant plusieurs tiers (CNIL, Gouvernements, législations) qui jouent un rôle de tiers. Donc, si quelqu’un n’est pas satisfait du service de Facebook, il peut faire autre chose que partir.

    (PS : attention, il y a des boutons Share qui se sont égarés sur le blog)

  9. Non mais faut arrêter là. Qu’est-ce qui fait que FB a eu du succès? Le fait de pouvoir publier du texte, des images, du media sans balise ou BBcode, le fait de pouvoir trouver facilement des gens qu’on connaît, le fait de pouvoir rencontrer des gens sans sortir de chez soi, et j’en passe.
    Après, la gestion opaque, le côté tentaculaire, les collusions avec les milieux du pouvoir et de l’argent, font que la mode est à adorer détester FB.
    Moi j’ai quitté le site (en même temps que mon smartphone, eh oui), puis j’y suis revenu… et je sais pourquoi.
    Mais je suis d’accord avec le fond de l’article, on ne peut pas s’offusquer de leaks voulues ou non, sachant que leur modèle économique est basé sur la vente de données personnelles et la visibilité publicitaire.

  10. Pff…

    Jolie, la recette pour faire du buzz sur le buzz…

    1. Prenez un « incident qui fait du bruit » et remet en lumière la question de la vie privée.

    2. Utilisez un ton agressif voire des propos insultants pour provoquer la polémique

    3. Ne rajoutez surtout pas de réflexion poussée ou d’analyse, cela risquerait de faire avancer le schmilblik…

    4. Saupoudrez d’absurdités telles que « Créez votre propre maison sur Internet, maîtrise-en les portes, les fenêtres, les murs, le toit, les fondations. Cela ne coûte pratiquement rien financièrement et cerise sur le gâteau, vous maitriserez votre déco et vos contenus… »
    Et oui, tout le monde sait çà, Internet c’est chacun fait son truc dans son coin. Si on se débrouillait pour interconnecter les contenus et developper un RESEAU ce ne serait pas fun. Vaut mieux faire son truc dans son coin et réinventer la roue.

    5. Laissez infuser une longue liste de commentaires de gens gens qui ont « mordu » (je m’inclue dans la liste) et proposent des axes de réflexion à la place de l’auteur initial.

    6. Exploiter ces commentaires pour essayer d’écrire un article un peu moins con (je me permet hein, c’est la thématique de cet article finalement, tous des cons sauf moi…)

    7. Partager cet article sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *