Eric Mettout : un journaliste en colère

300La petite polémique entre Eric Mettout, rédacteur en chef de l’Express.fr et les « légions de l’Internet libre« , comme il les définit, n’est pas aussi inintéressante qu’elle le paraît. Elle donne à voir une facette du journalisme qui laisse songeur. La presse s’enferre depuis plus de 25 ans dans une crise qui s’éternise mais surtout, qui s’aggrave. Nous avions évoqué ce sujet dans une rubrique ad hoc. Le lectorat a fondu, les recettes aussi. A grand coups de « nouvelles formules », de publicités façon arbre de Noël, de hausse des prix au numéro, la presse tente de surmonter ces problèmes en évitant de se remettre en question. Les sujets abordés sont-ils intéressants ? Les lecteurs sont-ils autre chose que des prospects ou des consommateurs ? Les journalistes sont-ils compétents ? Sont-ils légitimes sur leurs sujets ? Doit-on faire appel à une tripotée de contrats à durée déterminée et à des pigistes précaires, plutôt qu’à des CDI qui auront le temps de s’approprier un sujet sur 10 ans ? Doit-on fermer le service de doc « parce qu’il y a Internet » ? Doit-on chercher à tout prix une rentabilité à deux chiffres lorsque l’on est une entreprise de presse ? Doit-on offrir des tablettes avec les abonnements ? Doit-on privilégier des flux d’agences (à peine bâtonnés) pour remplir le site, histoire de donner l’impression de suivre l’actualité en temps réel ? Doit-on payer une photo pour le site 1 euro, parce que bon… Mais aussi… Doit-on envoyer paître les lecteurs mécontents d’un contenu publié, surtout lorsqu’ils ne sont pas des cas isolés, mais qu’ils sont… légion ?

Capture d’écran 2015-12-04 à 14.29.20

Eric Mettout est un journaliste en colère. Comment ? Des hordes de barbus se permettent de contester une tribune de l’une de ses consoeurs publiée sur L’Express.fr ? Ni une ni deux, il prend la plume et invective ces « légions de l’Internet libre » qui « se servent des mêmes armes que leurs homologues moins recommandables et ont les mêmes travers« . Leurs homologues étant tout de même les hordes « climatosceptiques, sectaires, conspirationnistes, dieudonnistes, religieuses, automobilistes, antisémites, ultra-sionistes, islamistes, islamophobes, homophobes, veggies ou politiquement extrémistes, de gauche mais surtout de droite« . Pas moins. Ça leur fera plaisir d’être comparés à des antisémites, des homophobes et tant d’autres personnes peu recommandables.

Foncer dans le mur en klaxonnant…

Quand une ou deux personnes s’offusquent de ce que l’on écrit, quant elle partent en mode troll sans aucune argumentation précise, on peut les envoyer paître. Ou les ignorer. Mais quand une foultitude de personnes faisant référence sur un sujet vous disent : « tu t’es trompé »…, il est préférable de s’arrêter avant d’avoir l’air, au choix, ridicule ou agressif. Problème d’ego vieux comme le monde, les gens préfèrent généralement continuer de s’enfoncer plutôt que de reconnaître leurs erreurs.

laurent-c

Sur cette histoire de terroristes de l’état islamique (Daesh) qui « n’existeraient pas » sans Internet, il y a quand même pas mal de gens dont le bagage technique et l’expérience d’Internet sont stratosphériquement supérieurs à ceux de Christine Kerdellant ou d’Eric Mettout qui ont prévenu : cette article est une daube (©Guillermito).

djihadistes-internet

Une alerte qui aurait dû, assez logiquement mener soit au silence, soit à un article mettant en question cette tribune (oui, ici nous faisons ce genre de choses). L’inverse s’est produit. Eric Mettout a soutenu les dires de sa collègue, qui sont, mais je n’y reviendrai pas trop, erronés techniquement (Bitcoin ou Telegram par exemple) et qui contredisent une étude ayant désormais pignon sur rue.

Mais pas seulement, il s’est lancé dans une diatribe surréaliste contre ceux qui mettaient en doute les écrits de sa collègue. Et une diatribe pas très sympa comme nous l’avons vu, lorsqu’il les compare à des antisémites, des islamistes ou des homophobes…

Si à 40 ans t’as pas eu un procès à cause d’un journaliste de Newbiz, t’as raté ta vie

L’auteure de l’article incriminé est Christine Kerdellant, qui se présente comme fondatrice d’un magazine aujourd’hui disparu, Newbiz. Il se trouve que j’ai de la mémoire et que je me souviens qu’à l’époque, Newbiz employait au moins un journaliste aux méthodes plus que douteuses. Un certain Stéphane Barge à qui je dois plus de deux ans d’emmerdes.

Pour Christine Kerdellant, comme Stéphane Barge ou Eric Mettout, le Net, c’est « Le Web », et probablement, accessoirement, un supermarché, le creuset de la « nouvelle économie », des start-up inventives, un repère de monstres. Et pas grand chose d’autre.

Parce que dans un univers sans foi ni loi, comme celui que défendent les plus radicaux de tes amis, ce n’est pas l’intelligence qui gagne, mais la force, le fric, le mensonge, l’intox et la démagogie. Et aujourd’hui, entre gafa et manif pour tous, le Web, hélas! c’est beaucoup ça.

Alors, lorsque les Internets sont un peu envahis par les GAFA, par les islamistes, on s’énerve. Un mot devant l’autre dans un article enflammé, et voilà que les gens de l’organisation état islamique n’existeraient pas sans Internet. C’est oublier un peu vite, tout enfant de dix ans le comprend pourtant, que ces gens là égorgent, pillent, tuent, délirent, dans un monde très réel. Et que même sans Internet, ils continueraient de le faire.

Ils ne font pas des cyber-morts via Telegram, ils font des vrais morts, avec de vraies armes et de vrais discours sectaires. Les combattants de cette organisation, ce sont entre 20.000 et 200.000 personnes, selon les estimations que l’on veut retenir. Principalement « locales ». Quant au combattants étrangers venus d’occident, ils seraient 3.000. Ou plus. Car en fait, à défaut de journalistes sur place (à part des otages) il n’y a pas grand monde pour dire ce qui se passe vraiment dans cette région.

Sur les 700 Français qui ont rejoint l’organisation terroriste, combien d’auto-radicalisés sur Internet, cette théorie chère au gouvernement français qui évite de se poser les bonnes questions ? Combien radicalisés au contact d’autres radicalisés ? Détails sans doute que tout cela, pour l’Express. Oui, pour l’Express, parce qu’un édito, cela engage toute la rédaction. C’est un peu le principe…

La cyber-guerre, ça fait des cyber-morts

La cyber-guerre (et ses cyber-morts)… Eric Mettout et Christine Kerdellant ne pouvaient pas faire l’impasse sur ce FUD de première bourre et très ancien. Il a été inventé par l’armée américaine circa 1996/1997 pour obtenir de gros budgets juteux.

tv5monde-mettoutEt pourtant, Eric Mettout… Le cyber-terrorisme est un fantasme. D’une part, l’attaque de TV5 Monde n’est pas, sauf preuve avérée, une attaque de Daesh. D’autre part, la seule réelle opération de cyber-terrorisme ayant eu un vague succès concerne l’Iran, lorsque Stuxnet a permis d’atteindre les centrifugeuses d’une centrale nucléaire. Et encore, via une clef USB, pas via Internet. Bilan de cette opération de cyber-terrorisme ? Zéro mort.

Parler de hack, de piratage, de cyber-guerre, de cyber-terrorisme est toujours un terrain miné pour un journaliste. Ce qui défie l’imagination sur ce terrain est par nature non public. Non partagé. Ce ne sont pas les DDoS de quelques Anonymous, ce ne sont pas les piratages de LulzSec, ce ne sont pas des modifications de pages d’accueil. Comment parler de ce que l’on ne peut pas voir, de ce qui n’est jamais partagé par leurs auteurs ? Dur métier que celui de reporter de cyber-guerre…

La Loi, rien que la Loi

Internet, n’en déplaise à Eric Mettout ou à Christine Kerdellant, n’est qu’une photocopie du monde « réel ». Le réseau n’invente rien. Pour toute situation bien réelle, ou « numérique », il existe un texte. Parfois même, les textes sont plus durs pour une situation équivalente, dans le monde numérique. Paradoxal, mais c’est la réalité.

 


Christophe Barbier : « Ça se régule aussi… par rmc

Nous, les légionnaires dinosaures, on est un peu fatigués de le répéter depuis 1996 : il est inutile de légiférer en permanence à propos d’Internet. Ce réseau n’est pas un lieu où le droit ne s’applique pas. Et utiliser Internet pour commettre un délit ne doit pas systématiquement être perçu comme une circonstance aggravante. Nous ne sommes pas des libertariens, comme le dit Eric Mettout. Bien au contraire. Nous pensons que la liberté d’expression, dans les limites de la loi, du contrat social qui nous unit, doit s’appliquer avec la même force sur Internet que dans la vie, nous pensons que le droit au pseudonymat et au respect de notre vie privée doivent être aussi légitimes sur Internet que dans la vie réelle. Pseudonymat qui est une pratique courante dans la presse ou l’écriture de livres (Journalistes du Canard Enchaîné qui ont un nom de plume par exemple, ou Emile Ajar).

Le droit à la vie privée sur Internet, c’est aussi, par exemple, ne pas voir révélées ici ou ailleurs les trois adresses mail des trois clients d’un sexshop en ligne ayant travaillé à l’Express. Et c’est très bien comme ça.

Sur écoute

onu-collin-powelPenser que les terroristes (au sens large) sont plus dangereux aujourd’hui qu’hier en raison de leur usage d’Internet dénote une perception assez floue de ce que les Etats ont mis en place en matière de surveillance des réseaux. Il y a bien les powerpoint moches d’Edward Snowden, qui ont alerté les journalistes. Ils ont compris plus ou moins précisément que « la NSA surveille tout » et que « c’est grave ». Mais encore ? Ben, c’est un peu tout. C’est déjà beaucoup.

La portée des écoutes, la puissance des outils mis en place reste un concept flou pour Eric Mettout et Christine Kerdellant. Sans quoi ils se féliciteraient que les terroristes utilisent un réseau sous TCP/IP.

La période est guerrière. Les discours se tendent. Nous allons assister à un mauvais remake des années Bush. Attendons-nous à lire des articles qui soutiennent les dérives sécuritaires gouvernementales, les volontés de surveillance généralisée. Soyons prêts à recevoir des charges violentes lorsque l’on dénoncera ces dérives. Tout cela, nous l’avons déjà vécu. Daesh n’existerait pas sans Internet, comme Saddam Hussein avait des armes de destruction massive (et même du yellowcake), ce qui avait été prouvé à l’ONU par Colin Powell. C’est dire si c’était vrai…

caze

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


31 thoughts on “Eric Mettout : un journaliste en colère”

  1. Leurs homologues étant tout de même les hordes « climatosceptiques, sectaires, conspirationnistes, dieudonnistes, religieuses, automobilistes, antisémites, ultra-sionistes, islamistes, islamophobes, homophobes, veggies ou politiquement extrémistes, de gauche mais surtout de droite »

    En tapant aussi large il était pas loin, manqué de peu.

    Cette « horde », cette « masse informe », « inculte », « ignorante de tout », qui fait tellement peur aux tenants du pouvoir de l’ancien monde, c’est le peuple.

    La, il est en capacité de publiquement t’alpaguer quand tu dis des conneries et de te mettre le nez dans tes erreurs, fautes, mensonges, manipulations, réelles, supposées ou imaginaires.

    C’est désagréable, le jugement des pairs, surtout quand on ne les coïncidèrent justement pas comme des pairs, par ce qu’on a une carte de presse/journaliste/politicard alors qu’eux ces « gueux grognants incultes » n’ont qu’une carte d’électeur.

    Bienvenus sur Internet ! :$

    Et si le peuple il a de la « merde dans la tête », c’est peut être parce qu’on lui en donne un peu trop à manger, dans « la presse », à « la télé », dans « les médias » en général ou directement de la bouche de beaucoup/certains « politicards ».

    1. s/coïncidèrent/coincident/g

      Et je suis d’accord, ce n’est pas la carte de journaliste qui donne le droit d’expression, de réponse et le devoir de réflexion…clairement ! Dommage que ce soit (toujours?) les plus mauvais qui se retrouvent catapultés rédac en chef…

  2. Cher Kitekoa, je ne vais pas répondre à ce post auquel j’avais répondu par avance (puisque tes arguments ne changent pas) sur mon blog. Mais te poser une question: qu’est-ce qui t’autorise à affirmer, quelle phrase de moi, quelle approximation factuelle, quelle erreur, précise, l’erreur, que mon « expérience technique » est (si je déduis correctement) inférieure à la tienne? Parce que donner des leçons de journalisme, c’est bien, encore faut-il en appliquer les principes. PS: une « foultitude de personnes », c’est vrai, j’en ai bien compté une vingtaine…

    1. Je dirai qu’au pif
      – je t’imagine mal bidouiller du kernel ;
      – tu n’es pas un ancien de Transfert ;
      – tu confonds, en 2015, web et Internet (au passage le protocole de telegram c’est MTProto, pas http) ;
      – tu n’as toujours pas corrigé le XSS du module All In One SEO Pack de ton blog.
      … bref mauvaise pioche.

      Plus sérieusement à chacun son métier. Tu es journaliste Eric, on ne te demande pas d’être adminsys, ou dev, mais quand des gens comme Laurent ou Pierre te signalent des choses, même si pour toi Reflets « c’est que des branleurs », écoute les, ils sont de bons conseils, parfois.

    2. Bienvenue Mr. Mettout,

      Si vous y restez un peu, vous allez apprécier cet endroit.

      Concernant la remise en question de votre maîtrise technique
      – Vous ne semblez pas faire la différence en le web et Internet
      – Les protocoles réseaux vous semblent être un détail
      – Vous parler de CRYPTAGE. Une personne qui crypte des données n’a pas envie de pouvoir les récupérer sinon elle les CHIFFRE

      J’ai parcouru une trentaine de vos post. Vous semblez avoir de bonnes connaissances web, SEO, Trends, BuzzTracking, E-réputation, … C’est pas mal pour écrire une multitude d’article par contre, c’est de loin pas suffisant pour mener une réflexion poussée demandant de maîtriser quelques bases techniques.

      Sinon
      – pourquoi utilisez-vous cette stratégie habituel de disqualifier les avis divergeant en les traitants de « facho, antisémite, dieudofan, … » C’est extrêmement insultant
      – Pourquoi ne pas avoir fourni des éléments chiffrés
      – Pourquoi croire qu’il y a une réaction concertée contre vous et votre collègue. Vos textes sont paroles d’évangiles qui ne méritent aucune critique?
      – Pourquoi avoir fermé les commentaires sur votre dernier billet?

      1. Cher Kropy, je ne connais pas grand chose aux questions de cryptage ou de protocoles réseaux – et le jour où je devrais en parler, je m’appuierai donc sur des compétences que je n’ai pas, mais comme je n’en ai pas parlé jusqu’ici, c’est pas si grave. Net/Web, merci, ça va, je sais. Et merci d’avoir pris la peine de lire autre chose que ce que la majorité des crétins qui s’expriment à mon propos depuis 24 heures disent de moi ;o)

        1. « Sinon
          – pourquoi utilisez-vous cette stratégie habituel de disqualifier les avis divergeant en les traitants de « facho, antisémite, dieudofan, … » C’est extrêmement insultant
          – Pourquoi ne pas avoir fourni des éléments chiffrés
          – Pourquoi croire qu’il y a une réaction concertée contre vous et votre collègue. Vos textes sont paroles d’évangiles qui ne méritent aucune critique?
          – Pourquoi avoir fermé les commentaires sur votre dernier billet? »

          Vous pourriez répondre aux questions qu’on vous pose ?

          Pour ma part, j’insiste sur les questions 1 et 3. Merci d’avance.

  3. « Des hordes de barbus se permettent de contester une tribune de l’une de ses confrères publiée sur L’Express.fr ? »

    On va dire une de ses consoeurs et vous êtes pardonné. ;)

    Pour le reste, continue comme ça et longue vie à Reflets ! :)

  4. Donc si j’ai bien compris, pour pouvoir parler de l’usage d’Internet, il faut connaître le Kernel et être un ancien de Transferts (avec qui j’ai juste bossé pour L’Express pendant deux ans), c’est ça? Faut avoir fréquenter Vint Cerf, aussi? Ca va pas laisser beaucoup d’interlocuteurs légitimes, ça. Et ça ne répond pas à ma question: dans ce que J’AI écrit, oppose-moi des faits avérés contredisant mes faits avérés et qui prouveraient comme dit l’un de tes aimables amis que tu laisses (parmi d’autres) aimablement m’insulter sur ton blog (confirmant encore ce que j’écris de vos légions, c’est une caractéristique commune à toutes les légions, l’insulte) je ne suis pas un lamentabilitude contrat avec marqué « journaliste » dessus? PS: si je te tutoie, c’est que tu me tutoies dans ton post.

    1. Là-dessus, je te suis. Non, on est pas obligé d’être un hyper-technicien pour réfléchir sur les usages d’Internet, en fait des différents services qu’il propose, comme le Web.

      Par contre, refuser de facto les critiques de techniciens d’expérience qui connaissent vraiment bien le quoi et le comment de la chose Internet sous le seul prétexte que ce sont, justement, des techniciens, et que par voie de conséquence ils réagissent forcément par réflexe, sans réfléchir, c’est un peu la pire manière de commencer une discussion constructive.

      J’ai trouvé cet édito terriblement mauvais. L’un de tes arguments était qu’il était censé d’ouvrir le débat, poser des questions, alors qu’il n’en pose aucune. Du sensationnalisme et aucune profondeur. Je t’ai fait connaître mon opinion sur l’édito, poliment je crois. En réponse, un ton franchement agressif et un refus d’ouvrir le débat que tu fais semblant de réclamer.

      Notre légion, comme tu dis, est beaucoup plus diversifiée que ce que tu le laisses entendre. Nombreux sont ceux qui s’intéressent honnêtement, qui travaillent quotidiennement à des broutilles comme les problématiques d’éthique sur, dans, et à côté d’Internet. Tu pourrais peut-être te poser la question de savoir si les termes et comparaisons que tu as choisi d’employer peuvent être perçues comme insultantes. Être comparé à un membre de la fachosphère ou autres personnellement ça me fait un peu mal au derrière.

      Si tu a été toi-même la cible d’injures, crois bien que je le regrette, mais tu pourrais peut-être, dans un même geste, mettre la pédale douce sur la susceptibilité et balayer devant ta porte.

      La discussion de fond vaut le coup.

    2. Eric :

      Comment as tu deviné que Kit avait aussi fréquenté Vint ? ;)

      Les questions abordées par l’article initial font appel à des questions un peu plus lourdes de sens que « l’usage d’Internet », il me semble en outre t’avoir écrit plus haut que non, on attend pas de toi que tu sois dev ou adminsys, ce n’est pas notre point. Mais ton média est lu, beaucoup lu, tu as donc une responsabilité de mettre les mots justes sur les concepts que tu abordes. Si l’expression des légions de l’Internet nous a fait sourire, tes subtiles comparaisons :

       » Des légions climatosceptiques, sectaires, conspirationnistes, dieudonnistes, religieuses, automobilistes, antisémites, ultra-sionistes, islamistes, islamophobes, homophobes, veggies ou politiquement extrémistes, de gauche mais surtout de droite, c’est le sens du vent en ce moment. »

      n’ont pas appelé d’insulte ni de ma part, ni de celle de drapher auteur du second article/

      Dans ce que tu as écrit il y a des insultes, beaucoup de condescendance, et de la victimisation. Tu veux qu’on te réponde quoi quand tu demandes si ce que tu as écris est vrai ou faux ? Il n’y a pas de contenu, pas de faits, juste des injures.

      Il y a cependant une chose qui nous a choqué, celle que tu as jugé bon de mettre en gras dans ton billet la « neutralité du net ». Nous t’avons expliqué ici à plusieurs reprises et d’autres l’ont fait sur twitter que surveillance du Net et neutralité sont deux concepts très différents (oui on peut surveiller un Net neutre), comme si pour toi la neutralité voulait dire « pas de surveillance », un terme sale. Donc la neutralité dans ton esprit, tu l’assimile au « dark web », je cite encore :

      « Le dark Web n’a pas plus droit à l’extra­ territorialité que ma cave, le coffre de ma voiture ou mes e­mails »

      Cette définition de la neutralité est erronée Eric. Neutralité ne veut pas dire impunité. Il n’y a pas d’extraterritorialité, c’est au mieux comparable au maquis, et si tu te souviens de l’épisode SilkRoad, les autorités n’ont heureusement pas attendu de nouvelles lois antiterroristes pour y mener des investigations efficaces. Croire que l’on est anonyme et au dessus des lois parce que l’on est sur Tor, c’est idiot, et ceux qui le pensent finissent toujours un jours ou l’autre par tomber.

      Concernant les insultes dont tu te dis victime sur ce site : par défaut nous faisons ici le choix, contrairement à toi de ne pas modérer nos commentaires, pour ma part je ne les lis même pas tous je regarde au mieux s’il ne s’agit pas d’un spam et je valide le premier commentaire d’un contributeur, ensuite ses commentaires suivant ne sont plus modérés à priori. Tu trouveras de nombreux commentaires où nous nous faisons nous même copieusement insulter. Cependant nous avons un lien « Report Comment » juste à côté du bouton répondre qui te permet de nous remonter ce que tu juges être des insultes à ton encontre.

      Si moi je te tutoies c’est parce que tu as commencé, souviens toi :
      https://twitter.com/Mettout/status/671989967825014784

      Si tu nous connaissais un peu tu saurais que nous sommes des gens plutôt bien élevés, même sympas à nos heures, et que nous avons un certain respect pour ta profession. Je suis ravis que tu ai un peu nettoyé les insultes que tu nous as lancé ici et là (dommage d’avoir effacé ton dernier billet). Peut-être nous croiserons-nous dans une occasion un peu plus détendue pour causer Net, VPN, anonymat, identité numérique ou ce que tu veux de manière calme, car comme expliqué sur le screen ci-dessus et dans mon billet que tu as trouvé si « nul », je trouvais la problématique posée par ta collègue intéressante… ça n’aurait pas été le cas, je n’aurais pas perdu de temps à répondre.

      1. Merci de prendre le temps de répondre, ce genre de message posé mais sans ambages est approprié de mon point de vue. Il n’est pas forcément question d’opposer la technicité de certains aux idées des autres, tout ça peut marcher en complément. Je prends le message de Bluetouff comme une démarche allant dans ce sens-la. (mon héros) :)

        un âne (noname) de la Légion du ‘ternet, lol.

        Bonne continuation les gonzo-hacktivistes !
        datalove xoxo Mr Mettout

    3. « dans ce que J’AI écrit, oppose-moi des faits avérés contredisant mes faits avérés »

      Je me permets de repondre à cela :

      – janvier 2015 : charlie hebdo/hyper cacher, Daech n’a pas spécialement eu besoin d’internet.

      – novembre 2015 : la même chose mais en pire, toujours pas organisé sur internet.

      Notons au passage que les fameuses boîtes noires ne sont plus du tout évoquées, elles devraient être terriblement d’actualité pourtant…

  5. Wow ! : « climatosceptiques, sectaires, conspirationnistes, dieudonnistes, religieuses, automobilistes, antisémites, ultra-sionistes, islamistes, islamophobes, homophobes, veggies ou politiquement extrémistes, de gauche mais surtout de droite »
    Je dois dire que dans la rubrique terrorisme intellectuel, il manquait quand même « nazis, pédophiles, esclavagistes et djihadistes ». Comme quoi, ils ont encore un peu de marge de progression dans leurs insultes.

  6. Passons effectivement les approximations, la terminologie et autres confusions de sens : on ne tire pas sur une ambulance (et en passant des compétences en digital marketing ne dispensent pas de se former/documenter un peu sur le fonctionnement du réseau quand on veut traiter le sujet de façon sérieuse).

    Ce qui est plus intéressant d’analyser c’est cette colère voir cette rage contre Internet. On la retrouve chez les politiques, corporations, grands groupes; bref tous ceux qui ont un pouvoir qui est en partie menacé par un média qu’ils ne contrôlent (encore) pas. D’où cette haine profonde des libertaires qui l’on fait naitre et cette volonté farouche de reprise en main (il faut réglementer cet univers sans foi ni loi peuplé de conspirationnistes anonymes blablabla ….).

    Les éditorialistes et les professionnels de la profession y voient surtout une remise en cause d’un monopole de parole et d’un statut un peu particulier qui leur confiait le soin de diffuser au bon peuple ce qu’il doit savoir.
    Avec l’accès aux données, aux études et la multiplication des blogs spécialisés, Internet a jeté une lumière crue sur la pauvreté et la superficialité de l’information délivrée par les médias mainstream. Alors quand des pekins lambda d’internautes osent remettre en cause leur gloubi-boulga, c’est plus qu’ils ne peuvent en supporter et on sombre rapidement dans l’hystérie.

    1. Charron, Journaliste, VTC, Free qui débarque dans la téléphonie mobile, SACEM, Microsoft, …

      ça me fait toujours penser aux étapes du deuil où à la phrase d’un certain Gandhi.

      Négation : Se réinventer? Non Internet n’aura aucun effet sur notre métier!

      Colère : Il font n’importe quoi sur Internet, c’est un repère de pédo-nazi-jiadiste. Je suis pour la liberté d’expression mais vos gueule écoutez-moi!

      Marchandage : S’il vous plaît Google donnez-moi argent. Plus de taxe plus de taxe.

      Le doute : -90% de traffic, serions-nous en train de faire fausse route?

      Tristesse : Pourquoi on en veux à mon métier? Maichant!

      Résignation : Cette agora c’est pas si affreux que ça finalement.

      Acceptation : oké j’arrête de reprendre uniquement des dépêches AFP

      Reconstruction : Ha mais c’est sympa ce reflets.info

  7. Bluetouff, trois dernières réponses: 1. Je ne compare que les pratiques de « légions » dont je ne confonds à aucun moment les idéologies. Sur ces pratiques, je constate depuis une semaine que j’ai raison – mais ce n’est pas nouveau, critiquer Internet est un exercice qui expose. 2. Sur le deep Web, je réagissais à je ne sais plus qui au-dessus qui en faisait un dernier espace de liberté, ce qui est très con. 3. Que vous tous vous sentiez individuellement « insultés » par la description d’une pratique collective, validée a posteriori en plus, est assez symptomatique des… légions. Et un PS: j’assume, voire revendique, ma gestion musclée des commentaires (y compris au prix d’excès possibles, comme c’est arrivé bêtement sous le papier de Christine). Je suis un vieux sur le coup, et crois profondément au débat. Virer les trolls comme les deux ou trois qui polluent ci-dessus, quantitativement, ca paye pas. Mais au moins, ca cause, ca n’éructe pas. C’est ca la démocratie, pas la foire aux cretins. Ça me va.

    1. Quant à vous, vous venez de nous faire une brillante démonstration des trois faiblesses les plus communes à votre corporation :
      – Complexe de supériorité
      – Difficulté à remettre ses idées en causes
      – Déficit d’effort/temps consacrés à la maitrise des sujets complexes

    2. > je constate depuis une semaine que j’ai raison […] critiquer Internet est un exercice qui expose.

      En critiquant Internet sur Internet, bien sûr que tu t’exposes à des discussions: tous tes lecteurs sont de facts utilisateurs donc concerné. Quelle surprise là dedans?

      > Que vous vous sentiez « insultés » par la description d’une pratique collective

      De quelle pratique parles tu précisément?

      – Celle de l’anonymat? Point déjà traité.

      – Celle que tu appelles « flinguer », à savoir visiblement manifester sa désapprobation sans argumenter? Twitter (l’exemple que tu inclus dans ton post) n’est pas, de par son format, un haut lieu de l’argumentation. Quand aux posts, on trouve de tout comme réactions, du plus construit au plus primaire. Il me semble que ça a toujours été le cas depuis Usenet, et il me semble aussi que c’est pareil dans la vraie vie et ce, quel que soit le sujet abordé…

      À propos de « flinguer », admets (puisque la mauvaise foi est exclusivement dans les commentaire) que ta Reductio ad Hitlerum (voir la longue litanie des « légions ») n’est ni fine ni honnête…

  8. Bonjour

    J’ai essayé à trois reprises de poster un commentaire sur L’Express
    Erix Mettout le démocrate me les a tous modérés (supprimés) Voici les messages supprimés par ce Pol Pot de la pensée:
    1) @la chouettedeminerve : je ne savais pas que l’Arabie Saoudite luttait contre Daesh. Tu peux me citer une action? Sinon bombarder le Yemen et massacrer les chiites et les civils, là ils sont au top!!!! Vive l’Arabie Saoudite, son respect de la femme, les droits des autres religions, tu dérailles chouette sinistre ou tu trahis? »

    2)Ne pas stigmatiser car ce sont toujours las mêmes barbares qui agressent les autres qui ne demandaient rien à personne….
    Url de l’article : Ils s’invitent aux soirées réveillon: trois hommes arrêtés pour vol et violences

    3)Obama est arrivé à la maison blanche comme un prince et en repart comme un minus (« la Russie est un petit pays… ») Si Poutine avait déclaré: « les USA sont un petits pays… « ou « les USA ont semé le chaos dans tous les pays où subsistait une dictature laïque… »?????
    Url de l’article : VIDEO. Les meilleurs moments des Américains avec le président Obama

    Voila le dernier commentaire d’Eric Mettout:

    « Merci de ne faire ni propagande, ni prosélytisme sur notre site » ! ! ! !

    Tout est dit, ce type abuse de son pouvoir et ne tolère sur SON site que les décalcomanies de sa pensée

    Comme disait un homme politique: « quand quelqu’un est un salaud… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *