Economie globale : où en est-on ?

Après 3 années de gouffre financier et bancaire, l’économie mondiale semble connaître une embellie depuis 2011-2012. Sauf en Europe, où le chômage ne baisse pas, la zone euro visiblement pénalisée par une croissance économique très
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

11 thoughts on “Economie globale : où en est-on ?”

    1. Je ne suis pas certain qu’il soit plus pertinent de laisser des commentaires laconiques sur les autres.

      En fait, c’est sûrement l’inverse. Quand on regarde les velléités politiques de la « dieudophère » (Dieudonné lui même n’a pas de programme), au delà de la confusion venant d’une population variée se crée une véritable culture politique (qu’on y adhère ou pas, c’est autre chose, mais elle existe). Et on tombe généralement sur les propositions du FN, qui veut un retour au franc, et pas n’importe lequel, celui d’avant la loi du 3 juillet 1973.

      Et volontairement ou non, il y a un peu de ce mouvement là qui grandi à chaque fois que ces barbares de partisans de Dieudonné piétinent le pauvre bitume innocent en nombre plus important.

      Alors est ce que c’est la solution au problème, je ne sais pas, il parait que ça pourrait provoquer l’effondrement du système économique internationale, ce serait une bonne chose, ça changerait rien, ce serait la guerre, la guerre serait une bonne chose, les économistes sont partagés sur ces sujets.

      Le drame c’est que si elle reste la seule solution proposée, j’ai bien peur qu’elle finisse par remporter 2017, par défaut.

  1. Bon article de Yovan, comme d’hab. Il est en forme en ce moment.
    Visiblement, ça ne déchaîne pas les foules, tout le monde s’en fout. Kit’ s’excite à refaire la 2nde mondiale pendant ce temps… bon, on se croirait presque sur TF1, là.
    Manque plus que la rubrique « argent public gaspillé »….
    Sinon, aujourd’hui, on a droit à un rayon de soleil, c’est sympa.
    Et notre Président, il queute avec qui, ce soir ? :-)

  2. Des sources, encore des sources, toujours des sources ! Où sont-elles d’ailleurs ?
    Le prix des salariés est de 20% dans un produit ? Qui le dit, sur quel produit (étranger, français, … ?), dans quel secteur ?

    Je partage l’ensemble des analyses présentées mais il faut toujours se rappeler qu’une présentation de chiffres / graphes n’est rien sans la diffusion de la source primaire. A moins qu’on fasse de la politique bien sûr …

    1. Pas eu le temps, mais elles sont un peu partout les sources, chez tous les analystes éco…Et l’article parle de produits français, en moyenne. Mais si tu a sle temps d’aller chercher les graphes, les sources, tu les publies, ça aidera.

  3. Je crains que les solutions proposees ici soient au mieux inefficaces au pire nefastes:
    1) protectionisme. C est sur que c est l ideal pour eliminer la concurrence, c est pas pour rien que les chauffeurs de taxis (ou notaires ou pharmaciens) sont pour. Si l etat decide de proteger un secteur, celui ci n a aucun interet a evoluer et pire il a tout interet a concentrer toute son energie non pas a satisfaire ses clients mais a choyer son protecteur (l etat et nos politiciens): Dassault est un exemple parfait de ce comportement
    Par contre, pour sortir de la crise c est pas la panacee: c est ce qu on a essaye de faire en 1929 et le resultat n a pas ete probant.
    2) grand chantier sur le renouvelable. C est deja mieux que de faire les grand chantiers sur le BTP comme d habitude. Mais la encore, on risque plutot d attribuer les contrats aux copains et aux grosses multinationales plutot qu aux PME qui inovent. Rapellez vous le fisco du plan calcul ou des TO7 fournis a l education nationale
    3) forcer les banques a financer l economie et pas speculer. Facile a dire, plus difficile a faire.
    Comment faire la difference entre les deux ? c est pas toujours evident. ex on peut utiliser un outil pour se couvrir des variations de change car on exporte ou utiliser le meme outil pour speculer.
    De toute facon a moins de mettre des commissaires politiques dans toute les banques, comment verifier que les banques suivent la ligne du parti ? meme en chine ils n y arrivent pas (et pourtant, ils ont une dictature qui permet d emprisonner sans trop de probleme et chaque grosse societe a une hierarchie parallele calquee sur le PCC. Mias ca n a pas empeche un enorme shadow banking qui ferait palir de jalousie Dexia)

    Sinon il ne faut pas oublier comment est arrive la financiarisation de l economie: via les fonds de pension US et la necessite pour ces fonds de degager des profits pour payer les retraites. Si on supprime la finaciarisation de l eco (ce qui a mon avis serait une bonne chose, ne vous meprenez pas), quid des retraités ? Dnas nos pays democratiques, vous imagines que baisser le niveau de vie de 30 % des electeurs va se faire sans effet sur les elections (seule chose qui interessent nos dirigeants)

      1. @Anonyme.
        Personnellement je pencherai plutot pour le fait que ce soit vous qui planez mais les attaques personnelles ne font pas avancer la question.
        J ai lu avec attention le premier de vos lien. Ce qui est propose c est en gros ce qui existait avant l euro. ca s appelait le SME. Toutes les monnaies avait un cours vis a vis de ce qui etait appele l ECU. Je sais pas quel age vous avez, mais si vous avez plus de 35 ans vous devez vous rappeler qu a cette epoque le franc etait regulierement devalue et que le DM (mais aussi le florin hollandais) etait lui reevalue. Et on peut pas dire que ca a ete positif pour la France (il y a qu a voir dans quel etait on se trouve. Si la comparaison avec la RFA vous gene, comparez vous a la hollande ou l autriche)
        Sinon l idee de faire que les monnaies soient echangeable uniquement a la banque centrale est la meilleure facon de generer un taux de change au noir (qui est lui curieusement bien plus bas que le taux officiel). C est ce qu il se passe au venezuela ou en chine.

  4. Le fait que la crise dure plus longtemps ca a toujours été ainsi.
    Les pays avec un modèle économique « moins régaliens » que les USA connaissent historiquement des crises moins violentes mais plus prolongées.

    Pour la politique économique menée pendant la crise il ne faut pas non plus se faire de fausses idées.
    La 1ère phase avant la crise de la dette a été très mal gérée en France, relance massive de l’offre quand on assiste à une crise de la demande ca ce passe de commentaires.
    Si les pays de l’UE avaient pu continuer à relancer après ils l’auraient fait (même le président de la BCE à fait des pieds de nez à l’Allemagne pendant la crise de la dette, c’est pour dire). Mais contrairement aux USA en UE il n’y a pas les Chinois pour racheter massivement la dette, donc pour garder de la crédibilité sur les marchers financiers, on fait ce qu’ils veulent, et ils veulent ce qu’on leur a apprit à vouloir, de l’argent à court terme et de manière sure, donc on fait le ménage dans le budget.

    Dire que c’est le bonne solution? Non bien sur. Mais si on se place dans l’éventail des possibilités « soft » c’est la seule solution.
    Il en existe d’autres, mais avant qu’un politique les mettent en place…

    La majorité des pays ayant pratiqués l’austérité sont ceux de l’UE, pourquoi? Parce que ce sont les pays les plus endettés qui n’ont pas d’autre moyen de s’en sorti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *