Doha et Arte : Hummmmm comme c’est beau à voir tout ça…

Ah, oui, c’est vraiment magnifique, splendide, superbe : du grand journalisme. Regardez cette vidéo, à partir de 11:39 (rien ne vous empêche de regarder le premier sujet, bien entendu), et faites-vous une idée. Ecoutez attentivement,
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

64 thoughts on “Doha et Arte : Hummmmm comme c’est beau à voir tout ça…”

  1. “Unfortunetely we do not own the rights to stream this video in your country. Thank you for your understanding.”

    J’ai jamais compris à quoi servait cette merde de restriction géographique à part faire chier le monde. -__-« 

        1. Les termes sont sans doute un peu cru, mais tres sincerement il a raison. Cela devient soulant que pour des raisons de droits d’auteur il soit impossible de visionner ces videos hors d’Europe.
          D’ailleurs ce n’est pas propre a Arte mais c’est general et franchement gonflant

  2. effectivement c’est assez terrible.
    En fait il représente la caution « climato-sceptique » du débat, personne ou presque ne l’écoute, en particulier Lipietz qui commence directement par l’insulter et le prend de très haut tout au long du « débat ».

    le truc marrant c’est qu’ils opposent des arguments idéologiques à une démonstration scientifique, sans jamais rien démontrer.
    le passage sur le « consensus » dans la science est d’ailleurs très intéressant.

  3. Sympa cette façon qu’ont les intervenants à mélanger tous les facteurs (mention spéciale à notre ex-député) pour expliquer au final tout et n’importe quoi.

    Je retiens surtout le journaliste (?) lorsqu’il présente les coûts liés aux phénomènes climatiques extrêmes (??) en Europe, qui fait le lien entre ces coûts et les gaz à effet de serre… WTF ? Je ne savais pas qu’on avait enfin lié de façon ferme et définitive ces phénomènes aux gaz à effet de serre, voilà qui est donc fait :)

    Quant à l’ex député, espérons qu’il fut meilleur économiste que débatteur…

  4. Ca s’explique assez facilement : l’émission même est basée sur le postulat même que le climat se réchauffe. Suffit de voir le titre. Le scientifique dit que cette hypothèse même est fausse… Forcément ça ne peut pas bien se passer. Et «on» n’a pas besoin de priver le troublion de parole pour qu’il se sente décalé, hors jeu.

    D’ailleurs il résume ça assez bien en rappelant que le but de la science n’est pas de faire consensus, mais d’établir des faits. Autrement dit on n’est pas dans une émission scientifique, mais dans un buzz sur Doha. Personne ne l’écoute, ils ne sont pas là pour ça.

    La présence du garçon sert de caution scientifique (pas de scientifique coincé à table ça aurait manqué), mais clairement pas à contribuer à une réflexion de fond. Vu le titre de l’émission il aurait du refuser de participer mais ce n’est pas évident, sans doute les occasion de s’exprimer ne courrent-elles pas les rues. Le compromis était un risque.

    Mais dites, au fait, ne croyez pas que je soutienne la thèse de M. Menkevick «contre» le réchauffement. Enfin, la conclusion de Lipietz n’est pas débile, et finalement l’émission aura peut-être tout de même servi à ça. C’est peu, oui mais c’est de la télé les enfants, faut pas rêver C dans l’air donc on est pas c…

  5. Notez, il y a beaucoup d’autres occasions dans lesquelles le politique et l’émotionnel l’emportent sur le scientifique. C’est un peu le jeu de la vie, du charisme et de la démocratie.

    Ce qui est réellement triste c’est que le journaliste a cessé d’être un véritable contrepouvoir neutre et objectif dans son rapport au politique.

  6. J’ai mal pour ce pauvre mathématicien tombé dans un panier de crabes
    Journalistes (ou presque), politiques, avocat(e)s (toi je te prendrai jamais pour me défendre)… ils ne savent même pas lire ce qu’ils présentent. A 26′, on affiche un certain 42% et c’est le contraire qui est dit, personne ne relève. Tout le monde s’en fout. Tous complices.
    32’20 « Face au changement climatique, des mesures s’imposent. ça tombe sous le sens »
    ça c’est de l’argument…
    ‘t1, fait chier Reflets, ça m’a énervé de voir un tel monceau de conneries

    et Viva el Costa Rica !

    1. « Nous voila revenu au moyen age. »

      Certains parlent de « phénomène de reféodalisation », ok c’est plus en rapport avec la concentration extrème des « richesses » (+ de 50% du pib mondiale est controlé par – de 500 multinationnal…..)

      J’aime bien l’expression ;)

  7. Lipietz : « Si on avait raison, il faudrait absolument faire quelque chose. Donc il faut mettre nos idées dans la tête des gens, quitte à leur mentir. » Joli mélange entre pari de Pascal absurde et manipulation. Tout cela commence à sentir la religion à plein nez.

  8. Ca me rappelle les dernières élections présidentielles où les petits candidats étaient carrément snobés, moqués par les journalistes. Même si pour Jacques Cheminade, c’était justifié ^_^

  9. Bon visionnage…

    « Un plugin est nécessaire pour afficher le contenu. Installez le plugin… »

    NON, je n’installe pas le plugin.
    Par contre je sollicite l’attention des redacteurs sur le fait qu’il existe une balise native html .

    Cordialement

  10. OK, les intervenants sont ridicules, mais il me semble que les effets de la surindustrialisation sont désormais visibles sur le climat pour tout un chacun.

    S’il est trop tard, comme un grand nombre de scientifiques l’estime, à quoi bon continuer à tergiverser ? S’il n’est pas trop tard, qui cela peut-il déranger que le sort de la planète et l’impact de la pollution deviennent des sujets majeurs ?

    J’avoue ne pas très bien comprendre l’animosité des « anti-réchauffement » et pense même que leurs lubies et leur « urgence d’attendre » pousse le « clan adverse » à passer en mode défensif.

      1. Dessin drôle, mais trompeur.

        Le problème est : faut-il rejeter beaucoup moins de gaz à effet de serre ? Si on dit oui, il y a deux solutions envisageables : augmenter fortement la part du nucléaire, ou diminuer fortement notre consommation énergétique. Je ne parle pas d’énergies renouvelables parce que c’est aussi crédible que la fusion à l’heure actuelle (c’est-à-dire pas du tout).

        Évidemment les écologistes n’aiment pas le nucléaire, reste la décroissance énergétique. Revenir sur des acquis de la révolution industrielle, comme les transports rapides et intercontinentaux par exemple. Orienter les recherches vers l’efficacité énergétique plutôt que vers la performance. C’est un choix de vie, mais certainement pas une amélioration indiscutable.

        Pense au pari de Pascal, certains de ses partisans disent la même chose : si les valeurs du christianisme sont bonnes, pourquoi s’évertuer à remettre en doute l’existence de Dieu. Reste qu’on ne rêve pas tous du même monde…

        1. @Pierre : vous oubliez une alternative, qui est pourtant l’unique voie raisonnable (le nucléaire et ses déchets, sa dangerosité, non merci) : la réduction de notre consommation d’énergie.

          Certes, il faut pour cela changer de paradigme et ne plus vivre pour consommer, mais vivre pour être heureux, en symbiose avec la planète qui nous accueille.

          1. Bon, Pierre, je n’avais lu votre commentaire qu’en diagonale, mais nous ne sommes pas d’accord sur le fond.

            Preuve que l’on peut avoir un débat démocratique et qu’il n’y a pas de « dictature verte »…

          2. @TZ Vous êtes sûr d’avoir lu mon commentaire ? J’explique justement que c’est la seule solution viable envisagée par les écologistes, présentée comme la panacée, et que pour moi elle est discutable.

            Par exemple, je rêve de voyage spatial abordable, et ça ne se fera pas sans une consommation énergétique importante. Si vous ne trouvez pas ça assez terre à terre, prenez le développement de l’Afrique…

            Nous sommes face à un choix entre ralentissement du progrès et risque écologique, entre décroissance et explosion de la consommation énergétique. Les deux posent leurs problèmes, mais présenter le problème en termes de « vite, ça chauffe, et même si ça ne chauffe pas faisons comme si » ne me semble pas la bonne solution.

  11. « OK, les intervenants sont ridicules, mais il me semble que les effets de la surindustrialisation sont désormais visibles sur le climat pour tout un chacun. » : heuuuu, non. En aucune manière. Il n’y a pas d’augmentation de T° depuis plus de 10 ans, et les épisodes d’ouragans, cyclones, etc sont faussement déclarés comme uniques ou exceptionnels, suffit de consulter des sites avec des climatologues… les années 30 ont été bien plus terribles que la première décennie du XXIème siècle à ce niveau là.

    http://epw.senate.gov/public/index.cfm?FuseAction=Files.View&FileStore_id=66585975-a507-4d81-b750-def3ec74913d

    Mais par contre vouloir à tout prix donner une responsabilité apocalyptique à l’industrialisation, en trichant à toute berzingue et en niant des réalités scientifiques sous prétexte d’urgence et de sauvetage du monde, ça oui…

    La question est : lutter contre la pollution, oui, qui ne le voudrait pas ? Mais pour empêcher un réchauffement naturel…et à forte variabilité, là, ça coince. Que fait on de l’énergie nucléaire…un peu plus inquiétante qu’une supposée montée des eaxu totalement bidon…

    Il n’y a pas à tergiverser ou pas, parce que sinon c’est la dictature de l’urgence. Et la dictature, c’est pas terrible en général…Et les écolo-fighters, la dictature ça n’a pas l’air de les gêner, du moment qu’elle est « verte ».

    1. C’est peut-être mon coté bitnik qui ressort mais il ne me semble pas que ce soit le réchauffement naturel qui soit remis en cause, plutôt l’augmentation du rythme de ce cycle qui est extrèmement loin de se fameux rythme naturel, et ce en analysant des données sur des millénaires (et non sur les 10 dernières années).

      Fin j’sais pas si je suis bien clair là….

      Certains font un lien intéressant entre l’apparition du langage (et donc la montée en puissance des capacités et compétences humaines à un rythme effréné) et cette explosion du rythme….

      Un lien intéressant est aussi fait par certains entre le déclin puis la disparition de sociétés avancées et la surexploitation de leur environnement naturel (les mayas, les romains….).
      J’ai pas lu énormément de chose à se sujet (encore, j’espère), mais ce peu là était vraiment très intéressant.

    2. Ah OK, Yovan, je reste pantois devant tant d’arguments…

      Il y aurait donc une dictature verte en ce moment, qui ne dirait pas son nom !?

      Vous pouvez me dire où sont ses cachots ? Où sont ses morts ?

      Parce qu’à parler de dictature comme vous le faites, j’aimerai que l’on parle de chose que chacun connait. Vous avez connu les geôles chinoises ? Iraniennes ? Russes ? Oui ? Non ?

      Alors mesurez vos propos car là vous commencez à me chauffer vraiment les oreilles et vous insultez toutes celles et ceux qui vivent vraiment sous une dictature.

    3. « les années 30 ont été bien plus terribles que la première décennie du XXIème siècle à ce niveau là. »

      Le lecteur attentif du texte que tu cites constatera qu’il s’agit des années 30 *aux USA uniquement*.
      Bien sur, tu peux toujours penser que si c’est vrai pour les USA alors c’est vrai pour le monde entier…

      Mais c’est un tout petit peu reducteur :)
      Comme l’écrit l’auteur lui même : « Actually, the Earth is very large » :D

      C’est bizarre quand même qu’il ne soit pas allé chercher les données mondiales (elles existent et sont publiques, elles aussi sur le site de la NOAA).

      Il y a aussi quelques questions que l’on peut se poser sur les données de l’USHCNv2 utilisées (non corrigées ? corrigées ? Quelle correction ?).
      L’auteur ne précise pas, ce qui n’est hélas pas trés rigoureux.

      Le lecteur attentif pourra ainsi constater qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’un article scientifique (il n’y a pas de comité de lecture au sénat américain !)
      Mais pour cela il faut avoir lu le texte en question…

  12. Le match est déjà joué, les politiques ont pris leurs décisions, dans un sens ou un autre.
    Ce genre de débat n’est que l’écume destinée à faire croire qu’on débat, que le problème est étudié, mis sur la table. On voit avec quelle aisance le seul sceptique est renvoyé dans les cordes, par les pros de l’info.
    A mon avis, les restrictions exigées par les pays riches sont essentiellement un moyen de freiner le développement des pays pauvres, et n’ont que peu à voir avec le climat qu’on laissera – sauf mesures cosmétiques – se détériorer (ou pas..)comme on laisse aller le Marché, sans limites. Intervention il y aura seulement au moment où la situation sera vraiment grave.

  13. Toutes proportions gardées, ça rappelle les débats autour du 11 sept 2001. Même technique : tu aboies avec la meute ou tu te fais lyncher.
    Rappelez-vous du bon vieux sujet de philo : « peut-on avoir raison seul contre tous ? »

    1. Oui, mais non.

      Autant je suis d’accord concernant le 11 Septembre, autant sur le réchauffement climatique on parle d’observations que tout un chacun, avec un minimum de matériel et de connexions, peut faire.

      Et qu’un grand nombre de scientifiques ne se prive pas de faire… Mais là j’entends d’ici les cris de certains ici pour dire que le « grand nombre de scientifiques » n’est pas représentatif.

  14. Lipietz est un execrable faux cul, et dire que j’ai failli voter pour lui. C’est par leur « habileté » à esquiver les arguments de Benoît Rittaud que l’on se rend compte que ces gens là jouent une partition composée par les financiers dans le seul but de nous faire peur pour lâcher les thunes.

  15. Qu’ils arrêtent déjà de bouffer de la barbaque (soit 30% de la pollution de la planète et de son réchauffement) pour déjà commencer à être crédible aux yeux de ceux qui regarde.

    Merci pour avoir changer la vidéo, le plugin arte est pourris jusqu’à la moelle, il est à éviter :)

  16. @Pierre Chapuis:
    « Nous sommes face à un choix entre ralentissement du progrès et risque écologique, entre décroissance et explosion de la consommation énergétique. »

    NON, vraiment pas.

    Nous sommes face à un choix entre la production et la sur-production.
    Mais pour le toujours plus d’argent, nous avons choisi la surproduction, quitte à ce que la matière première ou le produit fini finissent en déchet avant même leurs exploitation.

    Vous pourrez tourner vos hypothèses ds tout les sens que vous voudrez, tant que nous n’auront pas dit NON à l’argent, nous ne pourrons stopper notre mise à mort.

    1. @Pierre Chapuis
      « C’est un choix de vie, mais certainement pas une amélioration indiscutable. »
      C’est forcément une amélioration indiscutable, être efficace c’est forcément plus performant, que ça soit à court, moyen ou long terme, que de rajouter de la performance pure.

      Nous profitons beaucoup plus d’une efficacité toujours plus grande des processeurs que de rajouter des immeubles d’ampoules.

      Une voiture qui consomme moins vous emmènera plus loin qu’une voiture avec un plus gros réservoir.

      Vous n’avez pas vraiment besoin d’un congélo capable de descendre à -50°…

      Quel drôle d’argument.

      1. Évidemment, si on peut autant être efficace et performant. C’est une question de délai et de priorités.

        Les processeurs de PC sont un bon exemple : pendant des années on ne s’est pas vraiment préoccupés de la consommation énergétique, on a augmenté la fréquence pour plus de performance. Quand les ordinateurs portables sont arrivés on a fait des gammes de x86 plus économes en énergie mais moins performantes. Maintenant que la dissipation devient un problème un peu partout on se préoccupe de la consommation dans toutes les puces, mais ça n’aurait pas fait sens pour le marché dans les années 90.

        La voiture qui consomme moins m’emmênera plus loin mais peut-être moins vite. Et un plus gros réservoir fonctionne aussi pour aller plus loin, au passage.

        L’exemple absurde du congélateur montre que dans pas mal de cas le choix de l’économie d’énergie fait évidemment sens. Je n’ai aucune utilité d’un congélateur qui nécessite une centrale nucléaire pour fonctionner.

        Je ne dis pas que l’amélioration de l’efficacité énergétique ne fait pas sens dans certains cas. Si la batterie de mon téléphone ou de mon ordinateur portable dure deux fois plus longtemps, tant mieux. Si je paie moins cher ma facture d’électricité, tant mieux. Et si c’est bon pour la planête, parfait !

        Par contre, quand on commence à dire que les gens qui voyagent détruisent la planête, à inciter les gens à ne pas utiliser d’énergie à coups de taxe carbone et à produire cette énergie de manière inefficace financièrement parce qu’on privilégie le bilan carbone, à dire aux pays émergents qu’il n’ont pas le droit de polluer même si ça doit ralentir leur développement, on n’est pas dans le même schéma gagnant-gagnant. Ça s’appelle un trade-off et on est en droit de se faire une idée des avantages et des inconvénients de chaque solution.

        D’où l’intérêt d’avoir un débat scientifique non biaisé sur le sujet de l’influence du CO2 sur le réchauffement climatique…

        1. «  » » »D’où l’intérêt d’avoir un débat scientifique non biaisé sur le sujet de l’influence du CO2 sur le réchauffement climatique… » » » »

          L’influence du CO2 ne fait plus débat dans la communauté scientifique, la responsabilité de l’homme non plus. Rittaud n’a aucune compétence en la matière, bien qu’il cherche à le faire croire.

          1. Je me permets de reformuler et de préciser ce qu’a écrit Robert.

            L’augmentation du CO2 d’origine anthropique dans l’atmosphère en tant que facteur déterminant du déclenchement et de la poursuite de l’actuel réchauffement climatique ne fait plus débat dans la communauté scientifique.

            Sur les compétences de B. Rittaud, il est indubitablement un mathématicien compétent.
            On notera cependant qu’il n’a jamais rien publié dans la littérature scientifique concernant le climat ; ni article, ni réponse à un article dans une revue à comité de lecture ou sur arXiv.
            Sa contribution au sujet se limite à son livre (qui ne répond pas aux critères de la littérature scientifique) et à des posts sur différents blogs.
            Il a evidemment tout à fait le droit de s’exprimer uniquement en dehors du cadre du débat scientifique sur cette question. Mais il ne peut prétendre le faire en tant que scientifique tout en refusant obstinement les règles épistémologiques dudit débat.

          2. « blah les règles épistémologiques blah » ???

            Merci du fou rire jane8re ;)

            A+, sans rancune ok

  17. Ah le dailymail ! C’est sur, ça c’est un vrai journal scientifique d’une fiabilité à toute épreuve. Il suffit de regarder le nombre d’articles et de photos d’ovnis que publie ce tabloïd pour s’en convaincre.
    Le hadley center n’a publié aucune nouvelle courbe, et certainement pas celle du dailymail. Au contraire le Hadley center a gentiment expliqué que la dite courbe ne valait pas grand chose. C’est ici
    http://metofficenews.wordpress.com/2012/10/14/met-office-in-the-media-14-october-2012/

  18. Arte est comme les autres « Grands Medias » et cette émission m’a déplu la première et donc dernière fois où je l’ai vue en entier.
    Reste donc les étrangers pour m’informer, par exemple http://rt.com/usa/news/un-internet-itu-packet-385/
    A part ici il n’y a pour l’instant que chez eux qu’il me soit arrivé de lire des informations sur le DPI (ou Ron Paul ou le mouvement occupy par exemple).
    Je sais, pour le réchauffement climatique les russes sont disqualifiés d’emblée pour être des producteurs d’hydrocarbures ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *