Dans la tête de Donald Trump, avec une loupe et une Maglite…

Dessin © JM Reflets.info

Nous vivons une époque formidable dans laquelle le président des Etats-Unis appelle la presse « l’ennemi de la démocratie« . Une époque où ses sympathisants arborent des t-shirts appelant à lyncher les journalistes. Les journalistes et la presse seraient les vecteurs de « fausses informations », les fameuses « fake news« . On peut faire beaucoup de reproches à la presse et Reflets.info, bien que partie de celle-ci, ne s’en prive pas. C’est la capacité à se remettre en question qui fait de nous des êtres libres, à la recherche d’une vérité sans doute jamais atteinte. A l’inverse, dans le camp Trump, qui intègre désormais beaucoup de monde y compris hors des frontières de son pays, il y a des certitudes. Pourquoi pas. C’est bien d’en avoir quelques unes pour s’enraciner. Ce qui est toutefois un peu gênant, c’est de constater que ces certitudes ne résistent pas à la logique et aux faits. Pire, mis en face de leurs contradictions, les tenants de ces certitudes ne sont pas le moins du monde ébranlés. Les mêmes qui sont si prompts à fustiger les décérébrés radicalisés croient dur comme fer que l’eau brûle ou que le feu mouille, si leur gourou peroxydé le leur dit.

L’ère Bush et l’ère Sarkozy avaient vu l’avènement du règne du faux. Ces deux hommes repeignaient le monde tel qu’ils aimeraient le voir, on assistait à une narration fausse mais qui servait leurs buts. Pour George Bush, l’invasion de l’Irak, pour Sarkozy… la glorification de Nicolas Sarkozy. Cette fois, nous entrons dans l’ère des contre-vérités. Ce n’est pas une vision fausse du monde qui est mise en place. C’est l’assertion permanente de contre-vérités. Celles-ci ont cela de particulier qu’il est aisé de prouver qu’il s’agit de contre-vérités. Un mensonge est difficile à démonter, comme celui sur les armes de destruction massives en Irak. Qui pouvait à l’époque, à part Hans Martin Blix qui a tout fait pour le démontrer, apporter des preuves tangibles que l’Irak, pays relativement fermé et mis prématurément à l’index par la communauté internationale, n’en détenait pas ? Mais quand Donald Trump invente des attentats aux Etats-Unis ou en Suède, il est assez simple de démontrer qu’il s’agit de contre-vérités.

Pour autant… Les adeptes du gourou de la contre-vérité le croient. Y compris en France où les complotistes d’extrême-droite se sentent pousser des ailes.

Constater tout cela n’est pas très compliqué. Essayer de comprendre comment des gens arrivent à se persuader de choses aussi rocambolesques, c’est une autre histoire.

En s’équipant d’une loupe à fort grossissement et d’un puissante Maglite, il est possible d’essayer d’entrer dans la tête de Trump et de tenter d’y voir clair.

Avant d’entrer dans la tête de Trump, il est possible de passer en revue les contenus de ses tweets puisqu’il affectionne ce canal sur lequel il est très productif. La première constante de sa prose est un moteur. Ce moteur est la haine. L’envie permanente d’en découdre. La recherche permanente d’un ennemi. La seconde est une certitude inébranlable d’avoir raison.

Le vieux documentaire « Star Wars » (plutôt bien fichu) avait documenté à la fin des années 70 ce qu’il advient des êtres humains se laissant aller à la haine. Mais Donald Trump n’a pas dû le voir. La haine est un combustible puissant, mais également un facteur d’auto-destruction.

Et dans la tête de Trump, quels sont les mécanismes qui lui permettent de se convaincre que ses contrevérités sont des vérités ?

Dans un univers peuplé d’ennemis, une construction mentale auto-réalisatrice s’est sans doute mise en place. Pour exister, Donald Trump se crée des ennemis. Les ennemis de Donald Trump lui veulent du mal. Pour ce faire, ils énoncent des faits qui lui sont défavorables. La presse est, c’est son métier, une caisse de résonance. La presse est donc un ennemi. Probablement le premier d’entre eux. Pour attaquer Donald Trump, la presse ne peut utiliser que des mensonges (souvenez-vous, Donald Trump a toujours raison). Il faut donc contrer ces mensonges par des faits qui retranscrivent la réalité de Donald Trump. Ces faits sont donc les opposés de ceux avancés par la presse. Peu importe qu’il s’agisse de contre-vérités. S’ils vont dans le sens d’un Trump idéalisé, ce sont forcément des vérités. Et si d’aventure la presse venait à évoquer des faits qui démontrent qu’il s’agit de contre-vérités, c’est forcément qu’elle ment et que ces contre-vérités sont des vérités. CQFD.

Plus près de nous, la presse se demande pourquoi Marine Le Pen continue de faire la course en tête alors que les casseroles judiciaires s’accumulent. Ce matin, un journaliste de France Info expliquait qu’en dépit de la contradiction entre le slogan historique « Mains propres et tête haute » et les mises en examen pour des détournements de fonds publics, les électeurs FN continuaient à apporter tout leur soutien à Marine Le Pen. Ce qui n’avait pas été le cas pour François Fillon.

Le mécanisme est le pourtant le même. Dans l’esprit de ses sympathisants, Marine Le Pen fait peur au « système » parce qu’elle est dans la vérité. Le système veut donc l’abattre, y compris en instrumentalisant la justice. Elle n’est donc, par principe, coupable de rien.

Le grand remplacement de la logique

Pour comprendre dans quel monde fantasmé vivent les sympathisants du Front National, on peut prendre pour exemple ce tweet de Gilbert Collard à propos d’un changement de logo de la Protection Civile.

Là où n’importe quelle personne verrait le travail d’un graphiste, Gilbert Collard y voit les effets de l’islamisation rampante de la société française, le fameux « grand remplacement ».

Au delà du délire personnel de Gilbert Collard, il est intéressant de noter les réactions des sympathisants du Front National. Car ils sont nombreux à lire entre les lignes du message de Collard.

Ils lisent ce que Collard a voulu dire : « l’islamisation » forcément « insidieuse » de « notre pays » est en cours. « La gauche et les médias » sont bien entendu les complices du grand remplacement en cours. On est chez nous oui ou non ? Nous c’est la croix, eux, c’est le croissant. Il n’y a pas de croissant sur le nouveau logo ? Il n’y a pas de confession à la Protection civile ? Peu importe. C’est que « ils« , (qui ça, les aliens, les musulmans, les « arabes » ? seuls les sympathisants du FN le savent, ne cherchez pas) « s’immiscent« , toujours « sournoisement » « dans les postes clés des organes décisionnaires« . Ca fiche un peu la trouille et ça transpire la haine. Gratuite parce que niveau diversité, la protection civile, c’est léger. Et avec un président qui s’appelle « Francheterre » (on n’invente rien), les « Ils » n’ont pas l’air de s’être beaucoup « infiltrés« . En même temps quand on voit dans la disparition d’une croix dans un logo une « abnégation de notre culture« , on comprend qu’il manque un peu de vocabulaire aux sympathisants du FN pour analyser le monde qui les entoure.

Mais comme pour Trump, ce n’est malheureusement pas cela qui empêchera une accession au pouvoir de leurs gourous hystériques, autocentrés et haineux…

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

9 thoughts on “Dans la tête de Donald Trump, avec une loupe et une Maglite…”

  1. Il y a beaucoup de sujets abordés dans ce billet. J’en prends deux qui peuvent paraitre anecdotiques mais histoire de donner un éclairage différent aux choses.

    Le premier concernant le logo de la protection civile pour lequel il ne faudrait voir dans ce changement que le travail d’un graphiste. Kitetoa, sérieux, t’as suffisamment baigné dans le monde de la com pour savoir que ce genre de détail ne doit pas qu’à l’inspiration artistique. La disparition de la croix peut être liée à une volonté d’afficher une plus grande neutralité ou même le caractère laïc de l’institution mais on ne peut pas dire que c’est fortuit. Il y eu certainement des heures de brainstorming et de conseils de com derrière cette évolution de logo.

    Deuxième point, concernant le peu d’écho sur les emplois fictifs du FN au parlement européen. La perception qu’en a Paulo par rapport au Penygate pourrait se résumer ainsi : Pénélope, elle était payée des sommes astronomiques à rien faire avec mes impôts Vs le FN faisait payé certains de ses salariés par l’UE. Mais bon c’était un vrai travail et l’Europe de toute façon, c’est des gros co**ards.
    Oubliant au passage que les fonds européens c’est sans doute aussi ses impôts, mais restons aux ressentis, aux perceptions, le fond ayant été relégué au rang d’archaïsme d’une autre époque.

    Toujours un plaisir de vous lire, keep it up

    1. La croix en question n est pas vraiment un symbole chretien (c est la croix latine qui l est. facile a faire la difference : une branche est plus longue que l autre).
      Vous etes comme la police religieuse d arabie seoudite qui interdit les couteaux suisse marqué du drapeau suisse car c est pour eux un symbole religieux…

      1. Voir la croix grecque comme moins connotée religieusement que la croix latine, c’est juste être affecté d’ethnocentrisme et d’un peu de myopie historique. Dans le cas de la sécurité civile la symbolique s’éloigne sensiblement de considérations religieuses, mais certains l’auront perçue comme telle : la preuve dans ce billet !

  2. Cet article me donne envie d’envahir la Pologne

    En même temps, Trump et Collard permettent à chacun d’avoir l’impression de voir le monde à travers les yeux d’Hunter S Thompson tout en étant sobre…le problème étant de s’apercevoir que c’est le lot de beaucoup trop de personnes au quotidien… »et on servait de l’alcool à ces abominations!!! d’ici peu ils vont nous dévorer à belles dents! »

  3. Bel élément de novlangue que ce « contre-vérité » qui n’est en fait, et selon vous, qu’une graduation dans le mensonge et la tromperie.
    L’Irak et la propagande sur les armes de destruction massive ? Un GROS mensonge.
    Les élucubrations de Trump ? Des petits mensonges.
    En quoi ce terme de « contre-vérité » amène un sens nouveau ?

    Je ne veux pas jouer les vieux cons, mais pourquoi inventer et utiliser ce terme de « contre-vérité » quand la langue française est si riche de termes pour désigner les travestissements de la réalité ?

  4. Trump n’a pas le monopole de la haine et ceux qui « luttent » contre lui ne sont pas en reste. Certains allant jusqu’à demander son assassinat qui aurait déjà eu lieu si le risque de guerre civile n’était pas aussi élevé.
    On peut reprocher plein de choses à Trump mais il n’est pas arrivé la par hasard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *