Damas, le Monopoly et les sanctions

Quelle étrange idée ! Fabriquer une monnaie quasi dévaluée dont personne ne veut. Y aurait-il quelques personnes que cela aiderait ? Il faut dire que pour le banquier syrien moyen, ce n’est pas vraiment la joie. D’abord,
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

6 thoughts on “Damas, le Monopoly et les sanctions”

  1. Ça me refait penser à toutes ces histoires d’utilisation, en temps de guerre et par des gouvernements ennemis, de monnaie contrefaite… et qui est parfois de meilleure qualité que l’originale !

      1. J’avais dû voir ça dans un documentaire, je crois. Je pense que ça devait être un tout petit passage. Un passage parmi d’autres, où a été abordé ce sujet de l’utilisation de la monnaie contrefaite comme… on va dire « arme de guerre non-conventionnelle ». Mais de là à dire quel documentaire précisément… J’ai l’impression que c’était sur la 2e guerre mondiale, mais je n’en suis même pas sûr.

        Non, je n’ai pas le moindre document à conseiller. Mais, en regardant les résultats d’un moteur de recherches, il semble que cette façon d’utiliser de la monnaie contrefaite existe depuis l’invention de la « monnaie fiduciaire » (ou plus familièrement du « papier-monnaie »). Et c’est un peu logique, quand on y pense. Ensuite, parmi toutes ces histoires, je serais bien incapable de dire lesquelles sont vraies et lesquels sont fausses (ou relèvent simplement de la propagande).

        1. La contrefaçon existe depuis la nuit des temps. En Syrie, il a été trouvé des moules servant à fabriquer des pièces d’or contrefaites, datant de … je ne sais plus au fait!
          Mais de mémoire c’étaient les plus anciennes fabriques connues d’argent contrefait.

        2. Yes. Je suppose qu’il y a aussi des questions de proportions, non ? Disons que s’ils innondent le pays avec de la fausse monnaie et se garde la vraie pour eux, ça revient à appauvrir tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *