Crise sociale : c’est l’injustice qui est en cause

La loi travail n’est potentiellement qu’un déclencheur d’un malaise de société bien plus profond. Les dernières révélations des Panama Papers ne sont qu’une partie du puzzle, celui d’un système profondément injuste que les populations des
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d’autres médias. Ni « désengagé » ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

26 thoughts on “Crise sociale : c’est l’injustice qui est en cause”

  1. Consommer intelligent pour tuer dans l’oeuf le dumping social, quitter facebook, google et apple pour casser le pouvoir de ces nouveaux maîtres du monde qui veulent faire de nous des consommateurs décérébrés, apprendre à ses enfants à avoir un oeil critique sur le monde, à ne pas céder aux sirènes de la consommation, à savourer les bonheurs simples.

    J’essaie autant que faire se peut d’appliquer ces principes, si nous les appliquions tous, le monde changerait. Le pouvoir est entre nos mains.
    Les grandes entreprises ne veulent qu’une seule choses : que nous consommions leurs produits, arrêtons de consommer les produits des groupes cultivant les inégalités ou aux pratiques écologiquement douteuses et les entreprises changeront.

  2. Salut

    « … Quand on sait l’angoisse procurée par une seule soirée sans télévision chez 80% des Français, jeunes inclus .. »

    pas de télé chez moi, mes 2 gnomes ne l’ont jamais connu, pas vraiment d’angoisse à ce niveau là.

  3. J’ai toujours un peu de mal avec les gens qui savent tout, contrairement à « la masse » qui est hypnotisé par les médias de masse.

    Concrètement vous proposez quoi ? On installe un système communiste ? Tiens je vais demander conseil aux cambodgiens ou aux nord-coréens ce qu’ils en pensent, ou aux manifestant cubain pour lesquels nos violences policières doivent ressembler à une partie de golfe…

    Étrangement, des pays se situant à des latitudes plus boréales ont pourtant adopté des lois travail (ou devrais-je dire sataniques pour vous), tout en réussissant à instaurer un système de protection plus flexible aussi pour contrebalancer. Ces pays sont pourtant, plus démocratiques, ont un chômage bas, un taux de pauvreté plus faible, et un indice de développement humain plus élevé.

    1. Le Cambodge un pays communiste ? Plutôt une oligarchie familiale dirigée par le dictateur Hun Sen mais tu dois confondre avec le Laos…
      C’est vrai que niveau violences policières, nous ne pouvons pas – encore – rivaliser avec les US, un pays compmuniste de plus, où la police tue plus que le terrorisme.

      1. Non, je parlais de la période 1975-1979…

        Je ne prends aucunement comme modèle les Etat-Unis. Les pays que je citais sont aussi les pays dans lesquels les mauvaises pratiques policières sont très rares.

    2. L’auteur répondrait mieux que moi, cependant il me semble que tu n’as pas lu ou pas compris l’article. Je te conseille la lecture d’un autre article du même auteur :

      https://reflets.info/neoliberalisme-et-post-colonialisme-sont-dans-un-bateau-et-nuitdebout-tombe-a-leau-ou-pas/

      On comprend mieux que la question n’est pas la remise en cause du capitalisme (ce que tu semble croire en évoquant ironique ment le communisme), mais de sa dérive néolibérale.

  4. +1 et pour donner un peu d’ouverture au texte, si on est d’accord pour dire que le capitalisme est acceptable, alors, on devrait pouvoir s’accorder à dire que notre prochaine action en tant qu’assemblée citoyenne publique doit être de purger cette classe politique ci par la rédaction et l’établissement de notre propre constitution.

    Mais commençons déjà par nous convaincre que quelle que soit la voix choisie, l’immobilisme attentif, ou l’activité salutaire, rien ne se fera sans heurts.

  5. Bonjour,
    Faudrait que je relise attentivement l’article pour pouvoir dire précisément en quoi je ne suis pas d’accord quant aux analyses qui y sont développées… Mais ce serait chercher la petit bête ! Là j’ai juste le sentiment d’être d’accord à 100%, c’est dire !
    Merci donc, ça fait du bien (de lire votre article) !

    A Gator (Pour me présenter peut-être d’abord) : Je n’ai jamais été encarté nulle-part, j’ai 43 ans, ma femme vient de trouver du boulot après + de dix ans d’inactivité salariée et jusqu’il y a quelques mois j’étais l’unique revenu de notre famille (3 enfants dont je ne suis pas le père biologique). On s’en sortait parce qu’on avait l’immense chance de pas payer de loyer (merci belle-maman..) et parce que mon salaire avoisine les 1500 euros. Je sais pas trop où me placer sur l’échelle de la richesse mais j’ai toujours tiré le diable par la queue, tout en étant conscient que c’est pire pour l’immensité des habitants de cette planète. J’ai dù voter à 4 scrutins dans ma vie (pas un grand militant politique tu peux voir) par contre je milites pas mal (enfin j’essaye) sur le front environnemental depuis quelques années déjà…

    Ce que je voulais te dire Gator c’est que je l’entends depuis bien 30 ans maintenant cet argument semblant disqualifier le modèle communiste au regard des expérimentations chinoises, soviétiques etc… Faut arrêter par pitié… J’ai pas le bac mais en 5em déjà j’étais conscient qu’aucun modèle communiste n’a jamais existé dans l’histoire, ni n’a jamais été expérimenté vraiment… Qu’indubitablement on a eu des semblants de modèles communistes toujours gouvernés et orchestrés par des oligarques plus ou moins assumés… Suffit pas de se mettre une plume quelque-part pour se faire passer pour un coq comme dit l’adage…

    Bref, libéralisme, néo-libéralisme, capitalisme, productivisme et autre ‘modèles’, communistes ou socialistes même qu’importe, fondamentalement aucun système n’est bon ou mauvais en soit, et les gens le savent à défaut de savoir l’expliquer… tout dépend du contexte dans lequel un ‘modèle’ est mis en application (mais ça nos candidats se gardent bien de le rappeler en général).

    Dans l’absolu, la concentration des pouvoirs dans les mains de quelques minorités, si ceux-ci étaient habités totalement par l’abnégation et le soucis de tous (vive la science fiction…), pourraient être une bonne chose, tout comme une démocratie (serait-elle même totale) au service d’un peuple xénophobe et insensible aux autres populations du globe serait terrifiant (bientôt plus de la SF me dis-je là, à raison je ne sais pas mais surement de moins en moins à tort je le crains)…

    Ce que je vois moi, depuis que je suis môme, c’est des politicards tenter de me vendre leur soupe de droite (ou leur fausse soupe de gauche) en faisant toujours l’impasse sur le fait que les classes dirigeantes qu’ils veulent nous faire élire sont inaptes à aimer correctement ceux qui les entourent (et c’est phénoménologique, loin de moi l’idée de tirer sur qui que ce soit)… Il faut toujours que des traits soient tirés au sol en tentant de nous convaincre que d’un côté il y a les bons et de l’autre les mauvais… D’un côté (pour donner quelques exemples en vrac), les bons travailleurs/consommateurs, les français, les banquiers et les politiques qui savent bien sur, et à peu près tout ce qui porte un costard même si pas seulement (le bleu de travail fait l’affaire si t’évites de croire que tu peux résonner, et que donc tu ferme ta bouche)… La violence de tout ce beau monde se dilue à travers le système par tant de procurations qu’elle passe inaperçue et qu’elle reste peu pénalisée par nos régimes actuels, voir valorisée (consommation sans distinction de produits détruisant la planète et tant d’espèces – issus de l’esclavagisme ou du travail d’enfants au passage-, optimisation fiscale pour les plus riches, gestion de patrimoine, direction des ressources humaines, métiers de la répression ou de la ‘justice’ et on en passe)… Tout ce petit monde respecte la loi bien entendu, paye ses impôts pour la plus grande partie, ou en est légalement dispensé s’il a les moyens de gérer ‘finement’ ses ‘actifs’…

    De l’autre côté les RMistes qui ne produisent rien (de valorisé) et donc qui sont des gens mauvais, les immigrés qui veulent nous envahir car ils n’ont même pas le courage de se battre chez eux pour virer leurs dirigeants pourris (auxquels on vend des armes, qui nous vendent des diamants, de l’or noir, des bois précieux, et dont on forme les armées et les polices)… De ce côté encore les vilains bisounours militants de gauche qui voudraient que les méchants touchent autant que les gentils, les Zadistes qui ne sont que des terroristes anarchistes, les chômeurs qui font semblant de chercher du boulot, les fonctionnaires sales rentiers toujours malades ou grévistes, les criminels dans les prisons (qui y sont bien pour quelque-chose !), etc, etc, etc…

    Depuis que je suis gosse, pour résumer, je n’ai jamais connu en France de gouvernement ne tentant pas d’une manière ou d’une autre de restreindre la porté de l’amour que je dois porter à mon prochain… Ne tentant pas d’implanter en moi l’idée qu’il y en a qui méritent, et d’autres qui sont coupables… Des bons ou des méchants…

    Avec mon BEP et mon CAP, l’expérience des 43 employeurs que j’ai eut dans ma vie, et au contact des gens que j’ai eu la chance de croiser dans mon existence, l’agnostique que je suis croit tout de même avoir compris un truc ou deux : Nous sommes tous vecteurs de violences envers ce qui nous entoure, et en cela personne n’est innocent (et nous devrions tous nous montrer humbles, sans exception ) ; mais avec ça la sociologie et toutes les sciences de la phénoménologie comportementale nous enseignent que notre libre arbitre est lui même conditionné par notre ‘terreau social’, et qu’en cela nul n’est plus méritant que quiconque sur cette planète, fut-il plus altruiste que son voisin… La notion de mérite, lorsqu’elle se rapporte à l’individu, devrait déserter la culture de toute société civilisée…

    De là les modèles politiques les plus justes sont ceux qui tendent à vouloir répartir les richesses à part égale entre tous, sans distinctions aucunes, sans frontières, et à réguler les comportements néfastes tout en ne privant pas de respect les acteurs de ces comportements, quels que soient ces comportements, et ça évidemment sans tomber dans l’angélisme et sans nier que certains individus plus déglingués que d’autres par la vie nécessitent d’être plus ou moins momentanément mis à l’écart de la société, ou privés de certaines libertés pour le dire autrement (mais dans la dignité et sans les priver de leur droits civiques et de leurs droits à un salaire décent, tout incarcérés qu’ils soient (quand on voit les prisons du monde entier…)).

    Et tout ça en attendant qu’une vraie culture humaniste et non spéciste soit prodiguée à tous dans nos écoles, et que l’humanité dans son ensemble soit éduquée à l’altruisme et s’éloigne de la compétitivité…

    Dans le paysage politique actuel en France, même si je ne vois personne qui veuillent aller ouvertement et explicitement vers ça, on sait tout de même que la droite, l’extrème-droite, les centristes et le parti-socialiste nous en éloignent… Chez EELV c’est plus compliqué mais y’a pas de quoi se flatter la couenne (leur participation aux différents gouvernement ‘socialistes’ depuis des années en dit long sur la solubilité de l’humanisme dans le pragmatisme politique que les ‘grands’ du parti on longtemps clamé)… Au PC évidemment c’est mieux côté aspirations sociales et altruistes, mais on continu de croire que faire passer l’humain avant le reste c’est aimer l’humain correctement, à ne pas intégrer l’interdépendance des espèces sur la planète et à promouvoir le productivisme mortifère…

    Mélanchon / Hullot en attendant une 6em république qui ne ferait pas écrire les lois par ceux qui les votent ?… Sans naïveté et en y réfléchissant un peu vite, là, présentement, je vois pas trop mieux dans l’immédiat…

    Bien à vous et bien à tous,
    E.

    1. Si toutes les differentes « experiences » communistes se sont terminees en dictature, c est quand meme qu il y a un probleme non ?

      A partir du moment ou tu veux (meme sincerement) faire le bonheur des gens malgre eux, ca a de tres forte chance de deraper, car a un moment il faudra utiliser la force. Sans aller chercher dans les autres pays, il suffit de regarder la France. Robespierre etait surement bien intentionne mais il a quand meme finit par installer un regime d exception (la terreur), ordonner des massacres (les colonnes infernales)

      Apres quand vous avez un systeme economique qui est dysfonctionnel a la base, comme le systeme communiste, la seul facon de le faire tenir c est un gros appareil repressif

      1. Rebonjour,

        En d’autres temps il paraissait évident que le soleil tournait autour de la terre, ou que si les noirs assis au fond des salles de classes avaient de moins bon résultats scolaires que les autres, c’était bien qu’il y avait un problème avec eux, non ?… Comme souvent la réponse est ailleurs et deux constats empiriques peuvent sembler reliés par un lien de causalité mutuel tout en se révélant être, après analyse, deux effets distincts d’une cause non évidente de prime abord…

        Plus simplement dit : qu’on me cite un seul travers des différentes expérimentations du communisme dans l’histoire qui serait intrinsèquement propre au communisme plutôt qu’un travers de l’humanité actuelle ? Qu’on trouve un seul travers ‘communiste’ qui n’entacherait aucune autre expérimentation de tout autre modèle qui soit ?… J’attends :-p

        Ensuite pour ce qui est de faire le bonheur des gens malgré eux, je te rejoints sur ce point CDG, même le plus beau des idéaux échouera dans les poubelles de l’histoire et en passant par les répressions les plus sanglantes, ça me semble certain… Tout est question de méthode…

        Qu’on commence par cesser d’enseigner la compétitivité dans les écoles ; qu’on y débatte objectivement et qu’on se rende compte des bienfaits considérables qu’il y aurait (pour tous) à enseigner le respect d’autrui quels que puissent être ses actes ou ses paroles (ce qui n’exclue en rien le fait d’enseigner la nécessité de lutter toute sa vie contre les idées ou les paroles que l’on juge néfastes, ni n’exclue qu’il faille contrecarrer les actions de certaines personnes)… Qu’on enseigne la solidarité, la primauté de notre statut d’être humain avant celle de notre nationalité, la causalité, l’interdépendance, l’écologie qui nous impose des limites qu’il faut qu’on respecte, le respect de toute forme de vie, etc, la liste n’étant évidemment pas exhaustive… Qu’on utilise la pub et les médias pour éduquer les adultes pendant que leurs enfants seraient dans de telles écoles… Et je vous en fiche mon billet que dans 20 ans il n’y aura plus besoin d’imposer aux citoyens un quelconque modèle politique… Il iront eux-même vers quelque-chose s’approchant peu ou prou du socialisme ou du communisme, revu à la sauve 21em siècle évidemment sur fond d’écologie en prime, de réconciliation avec la planète et les autres formes de vie, et en toute fraternité entre les nations…

        Les dirigeants veulent diriger et nous dire ce qu’on doit penser tout en refusant de mettre les moyens qu’il nous faudrait mettre dans l’éducation pour qu’on en vienne à penser par nous-même, c’est bien le problème… On fabrique des travailleurs spécialisés… tss… La sagesse nous dicterait pourtant d’éclairer les chemins, laissant les hommes et les femmes libres de décider par eux-même, capables qu’ils seraient de distinguer le meilleur modèle politique à promouvoir…

        Enfin et pour finir sur le volet économique du communisme… Je ne suis pas économiste et ma culture est assez limitée en la matière, tous modèles confondus, mais je suis loin de croire que l’économie est une science certaine et plutôt enclins à penser que les ‘sciences’ économiques jusqu’ici ont surtout rendu complexes au plus grand nombre, dans leurs formulations, des notions finalement assez simples à la base. Je suis en fait surtout loin de croire que l’économie soit le problème pour tout dire… Tout dépendrait-il pas plus, en économie, de ce qu’on souhaite valoriser ou pas ?… Je connais des gens qui irradient la gentillesse et la compassion, inactifs les vilains, qui apportent bien plus à la société que nombre de nos politiques suractifs les plus en vue… Y’a pas besoin de sortir de je ne sais quelle école pour comprendre que le partage est plus profitable à l’ensemble de la communauté que le chacun pour soi… J’en revient à l’altruisme qui au final deviendrait même de l’égoïsme intelligent pour dire les choses un peu grossièrement.

        En vous souhaitant un bel après-midi à tous,
        E.

        1. Je crois qu intrinsèquement l homme est est loup pour l homme. donc malgré tous vos efforts, que ca soit éducatif ou propagande (car remplacer la pub par des « messages » comme vous le proposez, ca s appelle de la propagande que vous le voulez ou non), l homme aura tendance a vouloir dominer/asservir/piller son prochain

          Regardez par ex ce qu il se passe quand le controle de l etat disparait (guerre civile, inondation …) Il y a certes des comportements altruiste mais aussi pas mal de saloperies (pillage ou quand on a la certitude que le controle etatique est perdu pour longtemps on va aller faire la peau du voisin ou violer ses filles).

          Sinon, pour les travers specifique du communisme vous en avez un: economiquement ca ne marche pas (C est pas pour rien que Lenine a fait la NEP, qui etait une sorte d economie de marche ou que Deng Xio Ping a renié le communisme sur le plan economique) .
          Donc forcement, si vous voulez garder le pouvoir alors que votre economie génère misere et penurie, vous devez developper un systeme coercitif
          Avantage de ce systeme coercitif, il permet de pallier a certains problemes economiques générés par le communisme: la main d oeuvre des goulag est docile et quasi gratuite et personne n ira se plaindre s il n en revient pas. La peur d etre accusé de sabotage remet un aiguillon pour limiter le je-m-en-foutisme

          1. Bonjour,

            L’assertion qui consiste à dire que l’homme est un loup pour l’homme est déprimante…

            De tout ce que j’ai pu lire, il semble qu’elle ne repose sur aucune étude objective (ni aucune étude tout court à ma connaissance), et qu’elle est même contredite par les études comportementales les plus récentes qui tendraient plutôt à démontrer que le comportement altruiste est autrement plus généralisé que le comportement égoïste chez l’humain. A ce sujet je ne saurais que trop conseiller la lecture du Plaidoyer pour l’altruisme de Matthieu Ricard qui, justement, tente de démonter l’idée reçue que l’homme est foncièrement égoïste et violent. L’idée qui s’impose de plus en plus à moi depuis plusieurs années maintenant – à la lecture ce livre par exemple mais pas seulement – est qu’en définitif l’altruisme prédomine chez nous et que ce constat s’appuie de plus en plus, et de mieux en mieux, sur de véritables études comportementales. Ce n’est que mon avis j’en convient mais au demeurant les défenseurs de l’idée inverses ne me semble avoir généralement pour arguments que la mise en exergue de comportement minoritaires et surreprésentés (à la fois parce que la violence est bien plus sensationnelle médiatiquement que la bonté, mais aussi parce que ses conséquences sont bien plus visibles que celles de toutes les petites gentillesses de l’être humain dans toutes les sociétés du monde tout les jours)… Pour clore sur le loup que l’homme serait foncièrement pour lui-même, il n’est pas inintéressant d’évoquer aussi les plus récentes études sur les relations interspécifiques, lesquelles elles aussi tendraient à démontrer que contrairement à ce que nous avons l’habitude de croire depuis longtemps, la modèle collaboratif serait plus répandu que le modèle prédateur… Pour le moins l’idée que l’être humain est foncièrement mauvais me semble donc devoir être remise en question et mériterait d’être démontrée pour justifier qu’on continu de s’en servir en vue de disqualifier les modèles politiques faisant la promotion d’un partage égal des richesses entre tous.

            A côté de cela, quant au fait que prodiguer une éducation altruiste tant à l’école que via les médias (ou la pub) s’apparenterait à de la propagande, je te le concède CDG mais tu notera qu’à ce tarif là tout relève de la propagande… Apprendre à ses enfants une langue plutôt qu’une autre c’est leur imposer de fait un langage en faisant fi du fait qu’un autre serait peut-être meilleur… Ecrire comme tu le fais que l’homme est un loup pour l’homme c’est faire la propagande de l’idée que tu formules… Ne pas choisir ce qu’on fait le choix de propager comme idée ou modèle politique revient à ne rien promouvoir et à laisser libre court à une liberté totale dans un monde ou les déséquilibres dès la naissance entre être humains, en terme de pouvoir et de chances, entérinent de fait la loi du plus fort… La publicité est donc aux mains de ceux qui peuvent se la payer, avec toutes les conséquences qu’on connait sur le plus grand nombre (les faibles) au profit des minorités dominantes, et les médias sont livrés aux riches en capacité de se les offrir et de les produire à perte sur le plan financier mais en gagnant par la-même le pouvoir exclusif de propager leur vision du monde et leur lecture des faits dont on nous abreuve, en laissant de côté ceux qu’ils préfèrent taire…

            En bref je dirais qu’entre accepter de tenter la propagation d’une belle idée faisant la promotion de la solidarité et l’égalité, et refuser de promouvoir quoi que ce soit, laissant ainsi les minorité puissantes se payer les médias et propager les idées qui les arrangent, il me semble que le bon sens parle de lui-même, non ?

            J’ajouterais enfin à cela que l’idée s’imposer à tous une idéologie ne me pose pas plus de problème que cela dans la mesure où avant de décider de légiférer pour nous imposer un modèle ou un autre on prendrait le temps de mener une véritable étude comparative et objective entre les différentes modèles politiques expérimentés dans l’histoire, permettant ainsi aux citoyens de juger par eux-même du bien fondé du choix que nous nous proposerions de nous imposer à tous… A titre personnel je ne crains pas la comparaison entre les idéologies égalitaires dites de gauche et celles dites de droite. Depuis toujours celles de droite sont imposées à l’humanité aux quatre coins du Monde de manière plus ou moins régulées mais avec les conséquences qu’on connait (et qui plus est sur le bases d’arguments scientifiques nuls et dans le plus parfait dogmatisme), tandis qu’aucun système égalitaire véritable n’a jamais été expérimenté, ce qui est d’autant plus frappant que les sciences humaines tendent à confirmer de plus en plus ce que le bon sens nous dit depuis des siècles : vivre entouré de voisins (ou de pays) heureux c’est s’assurer le bonheur, la sécurité et le bien-être. D’où la nécessité pour le bien de tous de promouvoir l’idéologie altruiste (dont le communisme est l’avatar politique le plus concret même s’il est probablement à réviser au moins sur le plan des nouvelles contraintes environnementales qui s’imposent à nous).

            Pour clore : Tu préfères le système actuel qui nous impose la compétition, nous rend suspicieux entre nations et entretien la peur entre les pays du globe CDG ?…

            Bonne fin de journée,
            Bien à vous et bien à tous,
            E.

            PS : heu navré CDG sur tes remarques relevant de l’économie je sèches ; je n’y connais rien et je ne comprends pas concrètement à quelles contraintes les modèles économiques que tu disqualifie (et dont je ne sais rien) seraient incapables de faire face.

  6. Apparemment l auteur pense que Hollande et le gouvernement sont contraint par la mechante EU dirigee par la satanique Merkel. Ca ne lui est pas venu a l idee que Hollande & co etait d accord avec lesdites reformes bien avant d etre elu.

    Hollande a juste fait une campagne electorale « a la chirac 1995 » : raconter n importe quoi, promettre de raser gratis demain. « Les promesses n engagent que ceux qui les croient » (phrase attribuee a Pasqua)
    D ailleurs, a part un conseiller de la tout enouvelle ministre, personne dans les ministeres ou a l elysee n avait dit que cette loi travail allait a l encontre de tout le discours du PS

    Sur le fond, par contre, l auteur a un serieux probleme. Car ce qu il propose c est de continuer les deficits. Supposez que demain l etat a des milliards en plus. Que va t il en faire ?
    Il suffit de voir ce qu il se passe aujourd hui pour avoir une idee: la majorite de l argent va etre depensé inutilement : distribution de l argent a des clienteles electorales (les profs pour le PS, les paysans pour les LR demain), construction de rond points, autoroutes generateurs de pot de vin, des EPR (on s en fout que ca marche pas et que c est risque)

  7. …………Tiens tiens, Drapher semble commencer à admettre, puis comprendre, ou l’inverse, des choses, sur UE notamment. Que personnellement je considère comme un des moteurs essentiels en fait, avec un autre qui est l’entière corruption de la forme démocratique actuelle aux niveaux nationaux.
    Avec comme point commun aux 2 l’exclusion quasi totale des souverainétés populaires, de la démocratie dit autrement.

    Sinon tu le sors d’où ce chiffre de 80% concernqnt télé??? Parce que 80% des plus de 60 ans, je veux bien -:), mais 80% des gens là ça ne colle pas avec infos.

  8. L’injustice est possible dès que l’état peut être contrôlé par une minorité, cela peut être les riches, l’armée, une révolution par le peuple et au final la minorité de ses représentants…
    Restaurer la justice c’est commencer par empêcher l’état d’être contrôlé, quel que ce soit le groupe.

    Quand vous parlez des journaux qui sont possédés par les milliardaires, vous oubliez un peu vite de rappeler à quel point ils sont subventionnés et donc contrôlés. C’est un cercle vicieux Les riches contrôlent l’état qui subventionne les riches… (au passage milliardaire, ne signifie pas capitaliste, ni libéral et pour ceux là on en est même très loin)

    il faut casser ces cercles vicieux en retirant du périmètre de l’état les fonctions qui n’ont rien à y faire (logement, emploi, culture, journalisme, art, transports…) ouvrir à la concurrence les autres fonction non régaliennes (education, santé, énergies…), empêcher l’état d’être actionnaire ce qui revient à pseudo-nationaliser (Areva, EDF, Renault…) et ne laisser au monopole étatique que les fonction régalienne en maximisant la transparence.

  9. pour une fois je vais tenté de faire court, j’ai une question :
    l’article (intéressant) évoque les effets du manque de tv, on sait aussi (depuis pas mal de temps) que la tv aiment la peur, la tristesse, ce qui va mal parce que ça fait vendre (on se sent mal, on veut compenser tout ça), parce que c’est un appel simple etc…
    bref, la tv et les « grands » journaux c’est pas le top… mais je me demande s’il existe des études sur les sites internet les plus fréquentés.
    parce que je côtoie pas mal une « génération » informée, qui va voir des chaînes youtube engagées (déjà c’est drôle) etc.. mais qui (nuit debout ou pas) ne semble pas vraiment se rendre compte des mécaniques en jeu.

  10. L’ignorance, c’est la force….

    Une société hiérarchisée n’ést possible que sur la base de la pauvreté et de l’ignorance.

    Donc laissez moi faire, regardez la TV et voté pour moi.

    Merci

    SuperValls (V comme Vador)

  11. Il n’ y a qu’un système, celui de la marchandise. Le but de ce système est de valoriser le capital. Tous les systèmes mentionnés ne font que cela. Ce système a pour composantes le travail, la valeur, l’a marchandise et l’argent. Le capitaliste ne cherche pas à produire des biens et services nécessaires, mais à produire pour a voir le plus de rentabilité possible.

    La baisse du taux de profit conjointement à la hausse spectaculaire de la productivité via la technologie de la micro électronique ne permet plus aux capitaliste d’avoir cette rentabilité.

    La cause est là et non dans les injustices. Le système en lui-même est inégalitaire et amoral. Le capitalisme fordiste n’a été qu’une parenthèse car il permettait de maintenir le taux de profit avec une consommation de masse. Pour réaliser cette consommation, les salaires ont été augmentés et ont permis à de nombreux ouvriers de pouvoir acquérir voiture, électro ménager, radio, télévision, etc…

    Dès la fin des années 70, la révolution micro électronique a sapé cet épisode car la valeur économique contenue dans la marchandise quelle qu’elle soit ne provient que de la moyenne du travail abstrait dépensé pour produire la marchandise.

    Ces gains de productivité ont donc dévalorisé la marchandise ce qui doit être compensé par une plus f=grande quantité de marchandise fabriquée. L’obsolescence programmée permet aussi de créer facticement du débouché.

    Cependant, cet état de fait n’ a pas permis de trouver des débouchés de valorisation pour tout le capital accumulé; il a fallu donc créer l’industrie financière qui a permis depuis 30 ans de « tirer » la croissance. si cela n’avait pas été fait, nous aurions eu un effondrement depuis bien longtemps. Bien entendu, les quelques acteurs qui s’enrichissent grâce à cette industrie sont des cupides et des cyniques, mais ils profitent de ce fait.

    De nos jours, la capitalisme, la société de la marchandise avance petit à petit, avec son cortège d’horreurs, vers sa limite interne: la dévalorisation générale.

    Dans le procès de la marchandise, tout se dévalorise à cause de la surproduction ( pour contrer les gains de productivité ) et la suraccumulation de capital qui ne trouve pas de débouchés.

    Les attaques contres les salaires, la protection sociale, les conditions de travail sont la conséquence de l’agonie du système.

    Une relance de type keynésienne est largement préférable à l’austérité, mais il est absolument faux de dire que cel

  12. il est absolument faux de dire que la relance va sauver le système car cette relance a besoin d’une ponction sur la valeur créée qui devient de plus en plus minime suite aux gains de productivité et aux manques de débouchés généralisés.

    Ce qui nous guette est donc un effondrement de ce système qui ne peut résoudre sa contradiction interne (en Chine, FOXCONN qui travaille pour les APPLE et compagnie va automatiser ces chaînes donc mettre au rancard un très grand nombre de salariés; en outre, la Chine ne parvient pas à créer un marché intérieur; la classe moyenne chinoise a consommé grâce à l’endettement; de plus, la croissance de ce pays est dû à tout le béton employé pendant quelques années pour construire à tout va des villes nouvelles vides et des infrastructures inutilisées).

    Le partage des richesses est une nécessité, mais ne permettra pas de sortir de la contradiction interne du capitalisme. Ce système est en train de conquérir tous les domaines de la vie pour essayer de perdurer et trouver des débouchés, mais il n’arrivera pas à créer plus de valeur dans la marchandise (voir par ex le flop avec la bulle internet et la marchandisation des services qui ne crée pas de valeurs, mais simplement de la dépense en argent qui lui est réalisé par la valeur contenue dans la marchandise).

    DONC, NON! LA CAUSE NE PROVIENT DE LA CAPTATION DES RICHESSES. LA CAUSE EST CONTENUE DANS LE CAPITALISME LUI-MÊME QUI D’UN CÔTE PRODUIT DE PLUS EN PLUS AVEC DE MOINS EN MOINS DE VALEUR ECONOMIQUE CONTENUE DANS LA MARCHANDISE ET UNE SUR-ACCUMULATION DE CAPITAL NE TROUVANT PAS DE DEBOUCHES CAR LA PLUPART DES PAYS NE SONT PAS OU PLUS RENTABLES. L’INDUSTRIE FINANCIERE N’EST QU’UNE CONSEQUENCE DE CETTE CONTRADICTION.

    Il faudrait dès maintenant réfléchir à dépasser ce système qui détruit notre environnement, notre santé, nos liens sociaux. Cependant,aucun parti ne prendra le risque de la faire car nous sommes tous plus ou moins dépendants et acteurs de cette société qui nous exploite et nous aliène. D’ailleurs, le slogan nous sommes les 99%, ils sont les 1% est contre productifs et inapproprié car il laisse croire justement que nous-mêmes n’avons aucune responsabilité dans ce désastre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *