COP21 : opération #çafoutlatrouille et nucléaire à fond

Restons prudents, l’apocalypse climatique promise n’est pas encore là, mais des spécialistes plus ou moins bien inspirés savent pourtant bien nous la vendre. C’est une vision du monde. D’avant, pendant, et après la COP21. C’est
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

24 thoughts on “COP21 : opération #çafoutlatrouille et nucléaire à fond”

      1. Quant à me renseigner, excusez-moi cher Stan, mais je ne biberonne pas aux articles bidons du Monde pour comprendre depuis bientôt une décennie ce qui constitue la recherche sur le climat. Tiens, un repère d’articles (très) scientifiques du monde entier, qui permet d’aller fouiller plus loin sur la réalité scientifique (et pas politique ou militante aveugle) du changement climatique anthropique…

        http://pensee-unique.fr

        Bonne lecture. Mais c’est dense. Ca demande de l’effort, c’est moins spectaculaire aussi. Par contre c’est du vérifiable, concret, avec des spécialistes du domaine (des climatologues par exemple), pas des tanches de polytechniques qui s’en mettent plein les fouilles en surfant sur la vague du « développement durable » et autres absurdités d’énergies propres comme le nucléaire, et qui nous mènent droit dans le mur depuis des années.
        Mais je sais que vous ne lirez pas. Ce n’est plus d’époque de chercher à comprendre les choses. Plus du tout.
        Sachant que quand l’équivalent de Fukushima surviendra en Europe, on sera quand même un peu emmerdé. Déjà que là, c’est pas terrible…

        1. Ha-ha vous oubliez les terroristes. Une petite bombinette et les dômes en béton de nos vieilles centrales n’y résisteraient pas… Mais chut! Le gouvernement ne communique pas là dessus , il ne faudrait pas que le citoyen le sache….

        2. Pensee-unique… Vous êtes toujours aussi rigolo Yovan.

          Vous pourriez, s’il vous plaît, me citer un seul article scientifique de Duran sur le climat ?

          La réponse est : non, vous ne pouvez pas. Tout simplement parce que Duran n’a jamais rien écrit d’autre que des fadaises sur cette question, impubliables ailleurs que sur son blog. A cet égard, sa page sur la question de l’effet de serre (forçage radiatif de l’atmosphère) est une anthologie d’absurdités.

          Pour un journaliste qui prétend vouloir comprendre depuis bientôt une décennie ce qui constitue la recherche sur le climat, vous êtes, une fois de plus, ridicule.

          Tenez, une source un peu plus solide sur la question
          http://www.nature.com/nclimate/index.html

          Et sinon il y a toujours la première partie du dernier rapport du GIEC, celui qui fait le bilan de quelques milliers d’articles scientifiques sur la question mais que vous n’avez peut-être pas encore lu.

          1. Bon,

            @jane8re, Hervé LecTreut, dans Le Figaro, était étonnement moins péremptoire. Dans le cas de la thèse du réchauffement anthropique, la science n’est pas établie. Puisque vous êtes sensible à l’argument d’autorité, je vous conseille le bouquin de Postel, plus facile à lire (on peut sauter des chapitres pour une première lecture).

            http://www.editions-jclattes.fr/la-comedie-du-climat-9782709647007

            Et il y a un siècle, on disait que toute la physique est comprise et qu’il n’y a plus qu’à gagner quelques décimales. On connait la suite.

            Pour la thé.se du réchauffement anthropique, on est loin du niveau où il n’y a plus qu’à gagner quelques décimales.

            Il me semble ?

          2. Ah, c’est amusant ça. Vous me répondez mais mon commentaire a malencontreusement été effacé.

            Ohlala, il y aurait-il des choses qui indispose à ce point certain rédacteur de Reflets ? Dois-je me plaindre d’une apparente censure ? Pourtant il ne me semble pas avoir été plus désagréable que d’habitude.
            Est-ce un complot ?

            Plus sérieusement, la science n’est pas établi, me dites vous. Et vous avez raison. Sinon, à quoi serviraient les chercheurs, les labo, les publications. Il y a toujours plein de questions qui se posent. Mais il y en a aussi un certain nombre pour lesquelles on dispose aujourd’hui de pas mal de données et de réponses argumentées, fondées sur une démarche un peu particulière qui s’appelle « raisonnement scientifique ».

            Plutôt que de lire le blog de Duran, l’auteur ferait mieux de potasser un peu de cette littérature là où elle se trouve, dans les revues scientifiques.

            Cela lui permettrait peut-être enfin de comprendre que le débat scientifique n’est pas un débat d’opinion.
            C’est ce que semble avoir oublié Postel-Vinay, hélas, lui qui fut rédac-chef de La Recherche…

  1. Le nucléaire est une énergie à grands risques
    Mais les énergies renouvelables ne sont pas une solution d’avenir :

    http://www.revue-projet.com/articles/2015-11-bihouix-penurie-des-ressources-tabou-pour-l-industrie/

    Alors, quoi ?
    Il faut réfléchir ensemble à ce que nous pouvons faire des ressources dont nous disposons, sinon notre époque ne restera dans les mémoires que pour celle des générations de gaspilleurs drogués à l’obsolescence programmée et de très sombres conflits vont éclater pour les matières premières.

  2. Les premières solutions préconisées par Jancovici ne sont pas nucléaires, cher Yovan.
    voir sa conférence de rentrée de cette année :
    https://youtu.be/o7805tvS9hc?t=1h18m15s

    C’est décarboner l’énergie par :

    1) transports et tissu urbain :
    – une réglementation sur la consommation de carburant des véhicules neufs (sous entendu forcer les conducteurs à ne faire plus que des voitures plus légères et moins puissantes), assorti d’une taxation sur les carburants et la détention de voitures qui consomment bcp.
    – modifier le tissu urbain en faisant plus de villes de taille moyenne qui permettent un approvisionnement direct en denrées essentielles et limitent les déplacements.
    En clair : les zones trop peu dense (avec un mode de vie moderne) et trop dense sont trop énergivore.
    Y développer un réseau de bus qui est le plus efficace, stimuler le covoiturage et le vélo !

    2) le bâti :
    – l’isolation des logements et bâtiments administratifs.
    – tout passer à la pompe à chaleur.

    3) électricité :
    tuer le charbon et le remplacer par du nucléaire (réfléchir bénéfice risque et ordre de grandeur des valeurs, et ça ne se fait pas en 5 minutes) Il dit qu’il y a un problème d’ordre de grandeur avec l’éolien et le solaire PV, je suis assez d’accord avec lui.

    4) consommation :
    Se faire à l’idée que les objets vont devenir plus cher, plus durables, plus réparables et moins accessibles.
    La production industrielle diminue, il faut s’y organiser.
    Faire du low tech pour pouvoir recycler. (il cite Bihouix, l’age d’or des low techs)

    5) agriculture :
    décentraliser et remettre des gens qui vont bosser localement.
    remettre le sol en état
    faire des circuits courts (production -> consommation)
    En gros il est contre l’agro industrie et pour le système agro pastoral cher à Claude Bourguignon.

    6) relocaliser l’industrie
    « la mondialisation ça ne marche pas avec peu de pétrole »

    7) réinventer le dialogue social !
    Se préparer à vivre la décroissance. (solutions politiques au choix, mais le capitalisme me semble particulièrement inadapté si on lit bien entre les lignes :p)
    Je rajoute aussi ici ce que j’ai vu dans une autre vidéo de lui :
    Utiliser l’argent récolté pour permettre aux classes les plus modestes de pouvoir réaliser cette transition.

    8) Se préparer à gérer les problèmes climatiques à venir.
    (voir le très bon film passé sur France 4 :
    https://www.youtube.com/watch?v=Hs-M1vgI_4A)

    Voilà, ça c’est les idées de Jancovici, le diable lobbyiste du nucléaire. Au final il a un avis très documenté et qu’on pourrait juger pertinent sur la plupart des domaines… sauf sur le nucléaire ? et si c’était toi qui avait tord sur le nucléaire ?
    Tu le présentes comme un pion de la COP21 alors qu’il l’analyse avec beaucoup de pertinence, la critique et montre quels acteurs peuvent et vont sans doute agir sans attendre l’ONU.
    Et que ça te plaise ou pas, le changement climatique va contraindre les rendements agricoles, qui sont déjà largement inadaptés à une forte productivité à long terme. La capacité de production agricole de l’humanité et son grenier sont extrêmement mal gérés.
    La population mondiale s’est construite et continue à augmenter en période d’optimum climatique sur une production agricole très abondante mais temporaire (car surexploitation des sols, ressources en eau et boostage par des ressources limitées comme le phosphore, l’usage massif de la deforestation qui trouvera ses limites et ne compense déjà plus aujourd’hui qu’une baisse annoncée + forte dépendance du système actuel à l’énergie, notamment le pétrole qui va décroitre)
    T’analyse ça comme tu veux, ça peut pas se passer gentiment dans un système international aussi peu collaboratif.

    Dans la conf, il explique aussi largement qu’on est entré en décroissance et qu’il faut piloter des budgets qui tiennent compte de cet état de fait. Il explique l’économie par l’énergie et montre qu’on n’est ni en limitation par la main d’oeuvre ou le capital mais par l’énergie et les matières premières.

    C’est une figure publique que je suis de près depuis des années, son site http://www.manicore.com est une mine d’or et on y trouve de nombreuses données scientifiques, dont les sources sont citées. Le réduire à un lobbyiste du nucléaire comme tu le fais est malhonnête et contre productif vis à vis des idées que tu voudrais défendre.

    1. Oh, tu sais (on se tutoie visiblement), je ne suis pas très inquiet sur les 2°c : el Nino se termine, el Nina va prendre le relais, la glace de l’arctique s’épaissit et recommence à s’agrandir, sans parler du pôle sud qui va très bien… Donc, je suis plus inquiet par les décisions humaines que par le climat. Tout ça avec des modèles informatiques qui ont démontré leur parfaite défaillance depuis 15 ans (confiance de 2% des scientifiques aux vues de leurs prédictions et des données réelles récoltées), pour ceux qui auraient envie de s’intéresser aux choses concrètes plutôt qu’aux hurlements décalés, politiques et médiatiques sur le sujet.
      Quand on apprend que le changement climatique « participe aux tsunamis et aux tremblements de terre », dixit des dirigeants qui mènent tout ça, on peut rigoler deux minutes à propos des lobbyistes comme le créateur de manicore.com, que j’ai repéré moi aussi il y a des années. Allez, bon « sauvetage du climat ». Bisous. Climato-alarmiste et climato-réaliste, choisis ton camp camarade.

      1. On a déjà fait le débat du climato scepticisme, et de ce coté là j’ai choisis mon camp en effet.

        Ce à quoi je t’invitais aussi à réfléchir c’est au panel de solutions que j’ai relayées plus haut et qui me semblent toutes très pertinentes pour une meilleure société, réchauffement climatique ou pas.

        Avant de vouloir détourner l’énergie vers le nucléaire, Jancovici parle largement de comment l’économiser dans les secteurs qui comptent et de ce coté là il donne de très bonnes pistes qui ne favorisent aucun lobby au contraire.

        1. Je vous lis souvent Yovan et d’habitude, je suis assez conquis par ce que je lis mais sur ce coup, je suis assez d’accord avec web.
          Comme vous deux, je suis un peu ce qu’il dit à droite à gauche depuis quelques années et je pense que Jancovici est plus qu’un simple lobbyiste nucléaire. Si c’est le cas, il a du sois retourner sa veste récemment ou alors il a pas mal caché son jeu pendant des années.

          Globalement, il a l’air d’être assez pragmatique. Il appelle à un changement fort dans les politiques énergétiques de l’homme tout en restant réaliste sur le fait qu’il ne suffira pas de dire: « fin du pétrole, fin du charbon, fin du nucléaire », on arrête tout et maintenant on avise ».

          Sur ce, je vais aller fouiner un peu sur http://pensee-unique.fr pour essayer de mieux cerner votre point de vue Yovan.

  3. Yovan tu suinte la malhonneté.
    Tu vaux pas beaucoup mieux que les comploteux de base.

    Bizzarement tle ton ultra negationniste que tu arborais encore il y a peu commence etonnament et furtivement a faire defaut…. Bizzare … un complot visant a changer d’avis sans qu’on ne le voie ? T’as honte d’etre pote avec tout ces pourris de courtillot ou d’exxon ??

    Aller je te rappelle le commentaire que jai posté sur ton,dernier torchon :
    Je te re-propose l’histoire du complot d’exxon qui a plus de 35 ans et qui consistait a cacher la montee de 2 degres a l’horizon 2100.
    Sachant que 35 ans plus tard, justement (je repete pour eviter les confusionnistes a deux balle), les scientifique corroborent ce scenario malgree les evolutions dans ce domaine.

    Mais nan, les rechauffistes font parti Du Complot judeo-maconico-gauchiste-islamo-athees qui veulent forcer le monde a manger des legumes bio …

  4. Il a le mérite d’être cash sur les solutions réalistes ou pas.

    Ça reste son avis issu de son expérience et expertise.

    Mais je suis assez d’accord sur le fait que la 1ere chose à faire est de diminuer nos consommations énergétiques avant même d’aborder les nouvelles solutions à entreprendre.

    Je confirme que sa conf’ de rentrée est intéressante.

    Concernant pensée-unique, les articles sont intéressants et loin de dire des conneries, il faut néanmoins être accroché pour digérer les articles qui demandent, pour certains, une certaine connaissance de base.
    http://pensee-unique.fr/effetdeserre.html

    Par contre, je ne pense pas que l’approche géopolitique de Jean-Marc soit totalement en contradiction. L’approche scientifique pure, ne prend pas forcément les conséquences politiques, économiques ou encore humaines.

    1. @ Cut

      Concernant pensée-unique, les articles sont intéressants et loin de dire des conneries, il faut néanmoins être accroché pour digérer les articles qui demandent, pour certains, une certaine connaissance de base.
      http://pensee-unique.fr/effetdeserre.html

      Vous êtes sérieux là ?
      Parce que de tout le salmigondis de Duran, la page consacrée à l’effet de serre est une des plus délirante.

      Même Roy Spencer, qu’il est difficile de qualifier de « carbo-centriste », a fini par dénoncer ce genre d’absurdité sur son blog en expliquant très clairement pourquoi.

      Vous devriez le lire (et Yovan aussi, ainsi que Duran)

      C’est là

      http://www.drroyspencer.com/2013/05/time-for-the-slayers-to-put-up-or-shut-up/

    2. « Mais je suis assez d’accord sur le fait que la 1ere chose à faire est de diminuer nos consommations énergétiques avant même d’aborder les nouvelles solutions à entreprendre. »

      Et c’est ce qu’on ne nous dit jamais quand on nous parle de transition énergétique.

      Parce que c’est inavouable, quand par ailleurs on ne cesse de vous rabâcher la nécéssité du retour de la croaassance.

      Comment faire de la croissance en diminuant la consommation d’énergie ?

      C’est ce qui me laisse penser que ce modèle économique touche à sa fin.

  5. C’est dommage que plutôt de débattre sur Jancovici ou l’approche climato-alarmiste qu’il adopte (et qu’on pourrait éventuellement remettre en cause, y’a plein de choses à dire), on en soit encore à faire le débat de la réalité du réchauffement climatique anthropique.
    Enfin débat… c’est Yovan contre le reste du monde pour le coup, mais je suis quand même choqué que Reflets dans son ensemble fasse le choix éditorial de relayer un avis ouvertement climato sceptique.
    Moi aussi pendant quelques temps, j’avais trouvé séduisantes les bêtises de « la révélation des pyramides ». Puis en prenant le temps de la réflexion et face à des arguments de fond et des personnes lucides qui se tenaient TOUTES face à moi, j’ai compris à quel point je m’étais planté dans mon analyse et surtout pourquoi je m’étais planté. Là dessus les remarques de Jane8re devraient vous faire réfléchir.
    Il n’est jamais trop tard pour changer d’avis ou reconnaître ses tords même si ça fait très mal à l’ego.
    La différence c’est que je n’écris pas pour un site de cette qualité et je n’ai pas mis 10 ans à comprendre mon erreur.

    Petite vidéo sortie récemment qui vulgarise bien la physique du réchauffement climatique :

    1. Non, non, j’suis pas tout seul, heureusement, hein :-)

      Avec des personnes très compétentes, il y a moyen de réfléchir. C’est là l’enjeu. Pas s’emballer n’importe comment, en suivant aveuglément l’ONU et les grands de ce monde sur le « climat ».

      Reflets ne fait aucun choix envers le climat : Reflets me laisse publier à propos du climat, ne me censure pas. Nuances. Je ne sais même pas si les membres de Reflets sont « pour » ou « contre » ce que je publie, à ce sujet. Je crois plutôt qu’ils sont surtout fans de la liberté d’expression. Un concept compliqué, embarassant pour certains.

      J’ai publié récemment le discours de Curry, une très éminente climatologue, qui a travaillé longtemps pour le GIEC, et qui comme de nombreux autres climatologues, est inquiète de la tournure que prennent les choses.

      https://reflets.info/climat-des-voix-scientifiques-contre-lemballement-politique/

      La vidéo originale au Congrès est intéressante. Son blog aussi. C’est scientifique. Ca ne vulgarise pas des masses son blog, c’est vrai, mais c’est intéressant. Plus que les apostrophes hargneuses des Hulot et autres godillot du GIEC qui ont décidé de nous la mettre profond. Envers et contre tout.

      Le problème de l’égo est déjà là : les prévisions du GIEC sont toutes tombées à l’eau. Wait and see…

      Un journal comme le nôtre n’a pas vocation à suivre une ligne officielle établie, et réfuter les théories du GIEC, questionner la direction prise avec cette théorie qui ne tient pas ses promesses n’est pas manquer de sérieux. C’est tout bonnement choisir de chercher au delà d’une parole officielle qui serait incontestable.

      Mais peut-être militez-vous pour un tribunal climatique qui punirait toute personne contestant le réchauffement par les gaz à effet de serre ?

      Nous serions là dans une drôle de configuration quand même.

      Au passage, réfuter le discours du GIEC n’est pas vouloir laisser les grandes multinationales de l’énergie pourrir la planète ou aller contre l’écologie.

      Parce que les grandes multinationales vont bien rigoler avec les accords de la COP21. Le business est déjà en place. L’écologie est déjà phagocytée par la théorie du réchauffement climatique anthropique par les gaz à effet de serre.

      C’est la mort de l’écologie qui est inscrite dans ces modélisations foireuses qui ne démontrent rien d’autre que leur incapacité à savoir ce qu’il se passe au niveau climatique. Et les adeptes des énergies de l’atome sont déjà en train de se frotter les mains…

      Bien à vous.

      1. Merci pour les explications sur votre fonctionnement interne.

        Mais je me permets une question du coup :
        Comment expliquez-vous que sur bien d’autres sujets où reflets ne suit pas l’idéologie dominante, ce ne sont que vos articles qui sont très critiqués ?

        Je ne pense pas qu’on m’ait plus lavé le cerveau sur le climat que vis à vis de l’amour que je serai censé avoir pour le capitalisme, l’état d’urgence, la société de consommation, etc.

        Une petite remarque aussi : Je pense que Jancovici est autant à la solde de l’industrie nucléaire que vous êtes à la solde de celle du pétrole… c’est à dire pas du tout. Vous avez tous les deux vos convictions, pour des raisons qui vous sont propres.

        Sinon je milite pour des objectifs qui sont sensiblement les mêmes que les vôtres, et justement je suis également assez dérangé par le fait que la question climatique en masque bien d’autres (pénuries de ressources, questions sociales, dégradation de certains espaces, etc.)
        Mais ce n’est pas pour autant que je la remets en cause. Il y a une différence entre critiquer la récupération politique, les fausses solutions, le catastrophisme, l’opportunisme de multinationales qui orientent à leur sauce les décisions, et nier l’aspect anthropique du réchauffement.
        Si c’est une erreur qui ne mérite pas la lapidation, je la trouve quand même majeure, comme une majorité de vos lecteurs.

        Ma position est plutôt d’apporter à la question du réchauffement climatique des solutions globales qui couvrent d’autres problèmes et qui se recoupent. Le réchauffement climatique n’étant qu’une motivation parmi d’autres. (comme dans l’excellent docu de France 4 que je vous ai linké qui parle de changement de société, de décroissance économique mais de développement humain, d’éthique de l’action, de révolte populaire contre le système politique actuel… si si, sur le service publique !)

        Cette manière d’aborder le sujet, qu’on retrouve chez bon nombre de créateurs de contenu sur Internet, tend à me faire dire que la question climatique ne mène pas qu’à la mort de l’écologie ou à l’énergie atomique, mais contribue comme beaucoup de sujets actuels à une remise en cause du système capitaliste.

        1. Jancovici est pro nuke de part sa formation polytechnique, cet article par l’un de ses collègues évoque bien ce véritable formatage « haut niveau »: http://www.telerama.fr/monde/bernard-laponche-il-y-a-une-forte-probabilite-d-un-accident-nucleaire-majeur-en-europe,70165.php

          Et jetez un coup d’oeil à ses références professionnelles et vous comprendrez pourquoi il n’est pas prêt de remettre en cause la doxa étatico-affairiste, à moins de cracher dans la soupe, élégance rarement pardonnée chez ces gens là.

          Cela avant même de débattre sur le fond, chose dont personne ici n’est probablement capable.

          J’émets ici l’hypothèse que Jancovici serait sympa, éventuellement brillant, voire sincère, mais que ces qualités ne l’entravent en rien dans son aisance à profaner des conneries.

      2. @ Yovan

        Reflets me laisse publier à propos du climat
        C’est exact. C’est la raison pour laquelle quand un journaliste veut s’emparer d’un sujet qu’il ne maîtrise pas… comme vous l’avez dit ailleurs, cela donne la même chose sur Reflets et dans l’Express. Mais vous avez raison de souligner que vous êtes tout à fait libre d’enfiler des perles à propos de science et du climat sur Reflets. Et votre commentaire n’en manque pas.

        1) J’ai publié récemment le discours de Curry, une très éminente climatologue, qui a travaillé longtemps pour le GIEC
        Pour un journaliste qui se préoccupe de la question climatique depuis presque dix ans, selon vos propres propos, vous n’avez toujours pas compris comment fonctionne le Giec ?
        Judith Curry n’a jamais travaillé pour le Giec. Du reste, l’expression n’a pas vraiment de sens car les (nombreux) auteurs du rapport ne travaillent pas pour le Giec mais pour leurs labos ou leurs universités. En revanche les travaux de J.A Curry font partie des centaines d’articles scientifique dont le Giec a fait la synthèse dans ses rapports. Y compris dans le dernier, l’ar5wg1. Vous le sauriez si vous l’aviez lu. Mais vous ne l’avez pas lu.

        2) Un journal comme le nôtre n’a pas vocation à suivre une ligne officielle établie, et réfuter les théories du GIEC, questionner la direction prise avec cette théorie qui ne tient pas ses promesses n’est pas manquer de sérieux.
        Vous ne réfutez rien du tout. Reflets n’est pas une publication scientifique et vos articles non plus, c’est un euphémisme. Vous n’avez décidément pas peur du ridicule.
        Au passage, vous remarquerez que « réfuter le discours du Giec » implique que vous réfutez les travaux sur lesquels il se fonde, y compris ceux de J.A Curry. Mais vous n’en êtes pas à un paradoxe près.

        3) Le comité « science, espace et technologie » de la chambre des représentants américains n’est pas la National Academy of Science. Mais vous ne semblez pas avoir bien saisi la différence. Et le texte de l’intervention de J.A. Curry, invitée par ce comité lors d’une séance consacrées aux « promesses du président sur le climat à l’ONU : scientifiquement justifiées ou nouveaux impots sur les américains », n’est pas non plus une publication scientifique.
        Ce qui encore plus amusant, c’est que ce comité est dirigé par un élu Républicain du Texas, Lamar Smith. Un personnage haut en couleur, principalement financé par l’industrie pétrolière. Quelle surprise…
        http://www.theguardian.com/environment/climate-consensus-97-per-cent/2015/nov/11/lamar-smith-climate-scientist-witch-hunter.

        Un peu de fact checking, ça ne fait pas de mal. On ne vous l’a pas appris dans votre école de journalisme ?

        Cordialement.

  6. Voilà! L’histoire est bien belge (flamande!) et j’ai mis le temps à la retrouver, mais je m’en serais voulu de ne pas en faire profiter tous les hurluberlus qui s’imaginent encore que les énergies renouvelables sont sans danger!
    Suffit de savoir où les placer!
    http://www.lalibre.be/actu/belgique/les-eoliennes-sont-plus-dangereuses-que-les-centrales-nucleaires-51b8fcc5e4b0de6db9ca8a25
    Les rescapés de Fukushima et Tchernobyl apprécieront!

  7. Je remercie Yovan pour un article qui, comme il est critiqué, amène des réactions ouvrant de nouvelles portes de par les liens proposés, et autres supports d’information et développements. Et merci alors à ses détracteurs. :)

    Comme quoi, tout a un sens, même ce qui peut sembler inexplicable… Quand on commence à regarder par un autre bout de la lorgnette, la situation apparaît différemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *