Cop 21 : réduire le CO2 pour mieux vendre du nucléaire ?

  C’est une enquête publiée sur Mediapart, intitulée « Climat : le lobby nucléaire prend position au plus haut niveau«  qui relance — et souligne — la problématique de cette fameuse lutte contre le changement climatique
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

119 thoughts on “Cop 21 : réduire le CO2 pour mieux vendre du nucléaire ?”

  1. Il y a du « gros sous » à récupérer, les centrales étant vieillissante, ils vont prétendre que remettre en état une centrale entrainerait un sur-coût trop important. Oui c’est vrai.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/guillaume-blavette/300115/les-centrales-nucleaires-ne-sont-que-des-chateaux-de-sable

    Alors il faut en vendre des neuves..

    Mais minute, nous savons qu’une centrale c’est impossible à « recycler », que vont-ils nous pondre?
    Tout autant que le combustible, une quantité énorme nous reste sur les bras aprés utilisation, ils ne savent strictement pas quoi en foutre. Si on les stocks ailleurs…

    Tout est encore une fois bien ficelé.il faut faire tourner la thune

    De toute évidence l’énergie, joue un rôle clé, c’est surtout notre manière de la consommer, et notre mode de vie qui est en question.

    Le gouvernement de sont côté ne veut surtout pas que l’on bouleverse notre mode de vie. Tant que ça consomme on fait semblant de rien.

    L’argument du CO² une fausse bonne idée, un écran de fumée, le CO² en vrai c’est bon pour le business, on rachete à celui qui a du stock, pour le vendre à celui qui en a besoin.
    En vrai ils kiffent tous le CO²

    En plus le pétrole sous la banquise sera plus vite accessible avec le réchauffement .
    Les uns comme les autres vont tuer la planète, et nous avec

    http://www.sortirdunucleaire.org/Je-diffuse-l-infographie

    1. « Tout autant que le combustible, une quantité énorme nous reste sur les bras après utilisation, ils ne savent strictement pas quoi en foutre. »

      Les déchets nucléaires ne sont pas en si grande quantité que ça (la totalité des déchets nucléaires depuis 1950 tiennent sur un stade de foot). On peut soit les enterrer dans des bunkers sécurisés (comme on fait maintenant), soit les recycler (sauf que c’est interdit, puisque ça les transforme en composants utilisables pour des bombes).

      Les centrales modernes produisent beaucoup moins de déchets, et sont capables d’en réutiliser la majorité quasiment immédiatement.

    2. elle fait partie des « patriotes » qui ont suivi un petit stage de (dé)formation intellectuelle chez les « young leaders » comme la plupart de nos dirigeant historiques aujourd’hui… (la liste ici : http://french-american.org/annuaire-young-leaders/ + tapez « france » dans la zone « country » et c’est parti !)

      PS : participation de l’homme dans le réchauffement
      (données fournies par le GIEC ou wikipedia : vous pourrez vérifier)

      L’effet de serre, principalement dû à la vapeur d’eau (0,3 % en volume, 55 % de l’effet de serre) et aux nuages (17 % de l’effet de serre) soit environ 72 % pour H2O, les 28 % restant étant pour l’essentiel le fait du CO2, porte la température moyenne à la surface de la Terre de -18 °C à +15 °C (source Wikipédia)

      Un delta de 33°C sur lequel on mesure une augmentation de 1,6°(GIEC et autres : valeur communément admise pour l’augmentation de température constatée depuis un siècle, durée de réabsorption du CO2 par le système) ça fait ~4,8% et le CO2 joue pour 28% de cela soit 1,36%

      L’apport humain dans les échanges de CO2 représente ~4% (GIEC) de ce 1,36% soit 0,05% de l’augmentation de la température (soit +0.001°C si l’on considère une augmentation de 2°C ce qui n’est même pas prouvé)

  2. http://boucheaoreille77.canalblog.com/archives/2014/03/19/29470591.html
    Brice Lalonde pour le nucléaire, un nucléaire international et la recherche du gaz de schiste…

    A partir de 5′30 pour les pressés…

    Brice Lalonde prône un nucléaire incontournable et international, la recherche de gaz de schiste – “pourquoi les us seraient indépendants et nous toujours à attendre le gaz russe ?” Décidément, un pro-tafta qui veut sans doute aider son cousin Kerry.

  3. Climatoseptique ?

    Et les images des glaces polaires elles sont trafiquées ?

    « Que ce ne soit pas le cas ne gêne personne » !?
    « l’est de quelques centièmes de degrés et ne représente rien »

    Il faut en parler aux victimes d’inondation…
    Je ne pensais pas voir ici de théorie du complot « fumeuse ».

    Dommage que cette intro. nuise au reste de l’article.
    Pour avoir été dans l’environnement de climatologues, plus un n’ose se dire climato-sceptique après, tous ne sont pas d’accord sur les causes.
    Mais les conséquences et l’amplification du phénomène ! on ne doit pas vivre sur la même planète.

          1. C’est Al Gore, ce n’est pas un scientifique reconnu, c’est un homme politique. Les vrais scientifiques et organismes comme la NASA et le CNRS sont tous d’accord sur le réchauffement climatique.

          2. Peut-être bien, n’empêche que son prix Nobel de la paix, il est allé le chercher quelque part. Tu sais, c’est les mêmes qui donnent des prix en chimie, physique et médecine…
            Par ailleurs, on critique très facilement les climato-sceptiques, mais je trouve qu’on est très tolérants vis-à-vis des déclarations intempestives d’hommes politiques importants (l’ex-vice-président Al Gore, disions-nous) qui s’avèrent au final ridicules…
            Et l’on s’étonne que des gens deviennent climato-sceptiques…
            Quand même: qui a fait ces modèles climatologiques auxquels se réfère Al Gore ? L’école maternelle de sa fille ou de vrais scientifiques ?

          3. @Nil
            « Tu sais, c’est les mêmes qui donnent des prix en chimie, physique et médecine… »

            Je ne sais pas ce qu’il sait, en revanche, toi, tu ne sais pas grand chose semble-t-il

            @TopestOfAllKeks

            Les vrais scientifiques et organismes comme la NASA et le CNRS sont tous d’accord sur le réchauffement climatique.

            . « Les vrais scientifiques » : définir la notion svp
            . « organismes comme la NASA » : faux à ma connaissance, source ?
            . CNRS : possible mais source svp

            Et d’une manière générale, ça sent l’argument de la science officielle tout ça. Faire éventuellement une recherche sur Lysenko pour se faire une idée.

            (et la pré-modération, c’est de la merde; la modération sans règle claire énoncée aussi d’ailleurs. J’adore les gens qui soit disant défendent la liberté d’expression mais la mette sous contrôle a priori et de manière discrétionnaire.)

          4. Votre premier commentaire est modéré par principe. Après, vos commentaires sont publiés directement.
            Jugement hâtif, toussa…

          5. Oui peut-être. Cela dit les règles de modération des commentaires des articles ne sont pas clairement établies.

          6. « « Les vrais scientifiques » : définir la notion svp »

            Des gens qui font des études scientifiques, dans des laboratoires, et qui produisent des papiers qui sont lus par d’autres scientifiques. Pas quelqu’un comme Al Gore qui est un homme d’affaire et politique.

            « . « organismes comme la NASA » : faux à ma connaissance, source ? » http://climate.nasa.gov/

            «  CNRS : possible mais source svp » https://lejournal.cnrs.fr/articles/le-changement-climatique-mauvais-pour-la-sante

            « Et d’une manière générale, ça sent l’argument de la science officielle tout ça. » Ce n’est pas de la science officielle, c’est de la science publiée dans les plus grands journaux scientifiques, lue et relue par d’autres scientifiques avant d’être publiée, et accepté par la quasi-totalité des scientifiques de la planète.

            « Faire éventuellement une recherche sur Lysenko pour se faire une idée. »

            Mais Lysenko, c’était au début du XXè siècle en Union Soviétique. Aujourd’hui, on vit dans un monde où une publication scientifique est accessible immédiatement dans le monde entier et peut être critiquée librement par tous les scientifiques.

          7. Merci. j’en étais resté à l’époque ou cela discutait encore mais 2 mandats d’Obama ont eu raison de cela.
            Quelle tristesse pour la NASA. Ils reprennent même cette horreur du 97% des scientifiques qui sont pro RCA … C’est moche.

          8. « Mais Lysenko, c’était au début du XXè siècle en Union Soviétique. Aujourd’hui, on vit dans un monde où une publication scientifique est accessible immédiatement dans le monde entier et peut être critiquée librement par tous les scientifiques. »

            LOL j’avais pas lu jusqu’au bout ton message.

            Toute personne se renseignant un tout petit peu, verra à quel point il est dangereux pour un scientifique de se prononcer contre le RCA.

            Et c’est toi qui parle de déni de réalité …

          9. « Toute personne se renseignant un tout petit peu, verra à quel point il est dangereux pour un scientifique de se prononcer contre le RCA. »

            « Toute personne se renseignant un tout petit peu, verra à quel point il est dangereux pour un scientifique de se prononcer contre la gravité. »

            « Toute personne se renseignant un tout petit peu, verra à quel point il est dangereux pour un scientifique de se prononcer contre l’évolution. »

            Le RCA est un fait avéré, si un scientifique se prononce contre, forcément tout le monde se fout de sa gueule.

          10. « Le RCA est un fait avéré, si un scientifique se prononce contre, forcément tout le monde se fout de sa gueule. »

            C’est drôle comme tu arrives à confirmer mieux que moi ce que je dis au sujet du lykessisme.

            D’une part, nuance d’importance, le RCA n’est pas un fait mais une théorie. Et si l’on parle de faits, pour l’instant ils infirment la théorie : entre autres, aucune projection n’est cohérente avec les températures observées. Faut dire que cela fait bientôt 20 ans que les températures sont stables alors que le CO2 lui continue d’augmenter.

            D’autre part, la science avance par la discussion et la contestation des résultats précédents. C’est le principe de base de la science. Admettre que celui qui n’est pas d’accord avec la théorie officielle doit être ostracisé est une horreur, c’est du facisme de la pensée et cela montre bien que nous sommes dans le principe de la science officielle et le lykessisme.

            Et comme tu le reconnais toi même, en tant que tenant de la science officielle, tu trouves cela normal que des scientifiques ne puissent exercer leur métier parce qu’il veulent exprimer un doute sur la science officielle …. C’est gerbant.

          11. « D’une part, nuance d’importance, le RCA n’est pas un fait mais une théorie. »

            Tu as raison, c’est une théorie : « En philosophie des sciences, une théorie scientifique doit répondre à plusieurs critères, comme la correspondance entre les principes théoriques et les phénomènes observés. Une théorie doit également permettre de réaliser des prédictions sur ce qui va être observé. Enfin, la théorie doit résister à l’expérience et être compatible avec les nouveaux faits qui peuvent s’ajouter au cours du temps. »

            « Et si l’on parle de faits, pour l’instant ils infirment la théorie : entre autres, aucune projection n’est cohérente avec les températures observées. Faut dire que cela fait bientôt 20 ans que les températures sont stables alors que le CO2 lui continue d’augmenter. »

            Faux. La température globale ne cesse d’augmenter depuis plusieurs décennies. http://data.giss.nasa.gov/gistemp/graphs_v3/

            « D’autre part, la science avance par la discussion et la contestation des résultats précédents. C’est le principe de base de la science. Admettre que celui qui n’est pas d’accord avec la théorie officielle doit être ostracisé est une horreur, c’est du facisme de la pensée et cela montre bien que nous sommes dans le principe de la science officielle et le lykessisme.

            Et comme tu le reconnais toi même, en tant que tenant de la science officielle, tu trouves cela normal que des scientifiques ne puissent exercer leur métier parce qu’il veulent exprimer un doute sur la science officielle …. C’est gerbant. »

            Les scientifiques peuvent exprimer leurs doutes sur le réchauffement climatique. Mais pour cela, ils doivent apporter des preuves qu’il n’existe pas, et ça, c’est impossible, car c’est un FAIT OBSERVABLE, comme la gravité ou l’évolution.

          12. Je ne vois pas comment on peut nier que les températures sont stables depuis presque 20 ans :

            http://woodfortrees.org/plot/gistemp/from:1998

            « Les scientifiques peuvent exprimer leurs doutes sur le réchauffement climatique. »

            La question n’est pas le réchauffement climatique (RC) mais d’une part sont attribution anthropique (RCA) ainsi que son cousin germain catastrophique(RCAC).

            Même si on a parfaitement le droit de douter du RC, le RC des 150 dernières années est plutôt accepté par tout le monde. Les doutes éventuellement exprimés concernent son l’amplitude. Cela me semble un doute raisonnable quand on voit la manière dont les données brutes sont torturées. A titre d’illustration, je te conseille cet article, et c’est loin d’être un cas isolé :

            https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2015/01/20/massive-tampering-with-temperatures-in-south-america/

            « Mais pour cela, ils doivent apporter des preuves qu’il n’existe pas, »

            Tu présentes ici une erreur rhétorique majeure : on ne peut pas prouver que quelque chose n’existe pas. C’est con mais c’est comme ça.

            « et ça, c’est impossible, »

            je confirme, mais pas pour les mêmes raisons que toi.

            « car c’est un FAIT OBSERVABLE, »

            Encore une fois, tu parles du RC, alors que le doute principalement émis par les sceptique concerne le RCA et le RCAC.

            Et je répète donc que le RCA, et par conséquent le RCAC :
            – sont des théories et non des faits;
            – sont des théories dont les prédictions sont fausses et qu’a ce titre elles doivent être considérées comme réfutées.

          13. @ Gordon

            Quand on veut faire une régression linéaire sur une série de données, on prend soin d’avoir un échantillon suffisant et on évite le cherry-picking pour ne pas se retrouver avec un résultat totalement biaisé, c’est à dire qui n’a pas signification.

            Cela veut dire travailler sur un nombre d’année suffisant. En statistique, la loi des grands nombre, mais surtout le théorème de Moivre-Laplace et les travaux de Fisher sur la convergence des lois statistiques et les faibles échantillon (tables de Student-Fisher) montrent qu’il faut au moins un échantillon supérieur ou égale à 30.
            Dans les filières scientifiques, on voit ça en terminale S. Sinon c’est en L3.

            Concrètement cela donne cela :

            http://woodfortrees.org/plot/gistemp/from:1985/trend/plot/gistemp/from:1985

            D’autre part, lorsque vous nous expliquez qu’il y a bien réchauffement climatique, mais que son attribution à l’activité humaine est fausse, il faudrait être un peu plus précis.

            L’augmentation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, principalement du CO2, augmente le forçage radiatif de celle-ci.
            C’est de la physique.

          14. Maintenant, revenons-en aux mathématiques de base, la soustraction : 2015-1985 = 30 ans

            Je dis, pour ma part, qu’il n’y a pas d’augmentations des températures depuis « presque 20 ans » et j’ai mis un graphe dans l’un de mes commentaires qui le montre.

            C’est quand même marrant ce combat d’arrière garde qui consiste à vouloir nier/cacher cette réalité, mais bon cela te regarde.

            Pour ton info, la question actuelle, même pour les tenants du RCA, est de tenter d’expliquer cette stabilité qui met toutes les prédictions des modèles climatiques à base de CO2 dans le décors.

            Concernant le rôle du CO2 dans la théorie du RCA, soit vous êtes ignorant, soit tu fais semblant de l’être, attitude peu respectable si c’était le cas.

            Ne mettant pas en cause ta respectabilité, je vais opter pour l’ignorance et te réexpliquer ici que la théorie du RCA ne tient pas sur le forçage radiatif du CO2 dans l’atmosphère mais sur une série d’hypothèses de rétroactions amplifiant ce forçage initial. Quand on parle du RCA et du RCAC (C pour catastrophiste), c’est bien de ces rétroactions que l’on parle et non de l’effet radiatif du CO2.

            Or, et l’on en revient à la stabilité des températures depuis 20 ans, les modèles, issus de la théorie du RCA et qui intègrent donc ces rétroactions, font des prédictions de températures qui sont fausses.

            https://www.youtube.com/watch?v=b240PGCMwV0

            « If it disagrees with experiment, its wrong. In that simple statement is the key to science. It doesn’t make a difference how beautiful your guess is, it doesn’t make a difference how smart you are, who made the guess or what his name is… if it disagrees with experiment, its wrong. Thats all there is to it.

            Si tu ne parles pas anglais, Richard Feynnam dit que, en science, si les prédictions sont fausses, la théorie est fausse.

          15. @ Gordon

            « Maintenant, revenons-en aux mathématiques de base, la soustraction : 2015-1985 = 30 ans »

            Comme dirait Kitetoa, vous allez être ridicule dans 2 minutes.
            Figurez-vous que c’est là période 1985-2014 qui fait 30 ans parce que 1985 est la première année prise en compte. Elle vaut donc 1 et non 0.
            « C’est quand même marrant » une telle erreur sur une simple soustraction.
            Vous auriez du compter avec vos doigts.

            A propos des modèles et des prédictions.
            a) Un modèle ne fait pas des prédictions. Ce n’est pas une boule de cristal.

            b) Les modèles sont un peu plus solides que vous ne le croyez et ils ne sont pas vraiment « dans le décors ».
            cf. Marotzke & Forster (2015), Forcing, feedback and internal variability in global temperature trends
            http://www.nature.com/nature/journal/v517/n7536/full/nature14117.html

            « la théorie du RCA ne tient pas sur le forçage radiatif du CO2 dans l’atmosphère mais sur une série d’hypothèses de rétroactions amplifiant ce forçage initial. »

            Je regrette, mais vous avez réussi à écrire plusieurs mensonges en une phrase.

            a)Le RCA n’est pas une théorie, son constat ne repose pas sur des modèles. Il se mesure sur le long terme et de plusieurs manières (concentration de GES, en particulier CO2, dans l’atmosphère, élévation du niveau des océans, fontes des glaciers et des inlandsis, refroidissement de la stratosphère, élévation de la moyenne des température à la surface, etc).
            Sur la relation entre CO2 et RCA, voir :
            Rohde et al. (2013), A New Estimate of the Average Earth Surface Land Temperature Spanning 1753 to 2011
            http://static.berkeleyearth.org/papers/Results-Paper-Berkeley-Earth.pdf
            Regardez bien la figure 5.

            b) Le problème des rétroactions est très important. On sait qu’il y a des rétroactions parce que le climat est un système complexe : augmentation de la vapeur d’eau, libération de CH4 et de CO2 du fait de la fonte du permafrost, diminution de l’albédo entre autre. Mais pour l’instant ces rétroactions semblent encore assez faibles et l’on n’a pas de recul suffisant dans le temps pour pouvoir les différencier de la variabilité naturelle et du forçage anthropique. Leur impact est donc difficile à mesurer.
            cf. Gao et al.(2013), Permafrost degradation and methane: low risk of biogeochemical climate-warming feedback
            http://iopscience.iop.org/1748-9326/8/3/035014
            On en revient donc à un problème d’échantillon.

            c) Je vous répète que faire des statistiques sur 20 ans cela n’a pas de sens parce que votre échantillon est trop faible.
            Vous devriez lire ceci, c’est d’un niveau L3
            Michel Lejeune (2010), « Statistique, La théorie et ses applications »
            http://www.springer.com/statistics/statistical+theory+and+methods/book/978-2-8178-0156-8

          16. Tu as raison, 1985/2015 cela ne fait pas 30 ans, les modèles ne font pas de projection, et le lien de causalité entre le CO2 et le RCA est prouvé et Lyssenko n’a jamais existé.

            Cadeau bonux : un point de vue intéressant (en anglais) :

          17. @ Gordon

            Patrick Moore, grand lobbyiste pro-nucléaire, grand partisan de l’exploitation des sables bitumineux du Canada, grand climato-sceptique, soutient indéfectible de Monsanto, l’homme qui prétendait que l’on pouvait boire un grand verre de RoundUp sans aucun risque… mais qui s’abstenait prudemment de le faire quand on le lui proposait.

            Je vous ai indiqué un certain nombre de références scientifiques et vous me répondez par une vidéo YouTube de Patrick Moore au profit de l’institut Heartland, think tank américain ultra-conservateur qui fut très actif au cours des années 90 dans le lobby du tabac aux cotés de Philip Morris avant de se consacrer au lobbying climato-sceptique.

            Vous n’avez décidément aucun argument valable et vous êtes vraiment rigolo.

          18. @ Gordon

            j’oubliais, la période 1985-2015, cela fait 31 ans, pas 30. Apprenez à compter avec vos doigts avant de balancer du Lyssenko en guise d’argument.
            Cela vous évitera le ridicule.

  4. C’est une blague cet article ?

    « Nous devrions donc avoir des étés caniculaires et des hivers très doux, et ce, de manière exponentielle. »

    Je ne sais pas où vous vivez, mais ici à Marseille, c’est observable : il y a dix ans, il faisait 30° en été et 0° en hiver et on avait parfois de la neige. Maintenant, il fait 30° en été et 15° en hiver.

    «  que le plateau climatique qui dure depuis 1998 »

    Quel plateau ? Celui là http://www.les-crises.fr/images/1300-climat/1340-rechauffement-global/planete-temperature-moyenne-2.jpg ? Il est bien raide votre plateau.

    « La chaleur doit être coincée quelque part (l’année 2014 « la plus chaude » depuis 100 ans l’est de quelques centièmes de degrés et ne représente rien, mais on s’en fout, c’est très grave pour les lobbies) »

    Quelques centièmes de degrés ? Oui, 60 centièmes de degrés, dont 40 depuis seulement 30 ans.

    « les scientifiques continuent de la chercher cette chaleur »

    Des scientifiques ont aussi prouvés que les nègres étaient moins intelligents. Renseignez vous sur le consensus scientifique sur le réchauffement climatique, c’est un phénomène observable et prouvé.

    « la pollution ? L’industrie nocive ? Les transports polluants ? Les énergies dangereuses ? Non : le CO2. Il faut D-E-C-A-R-B-O-N-N-E-R. »

    Ben oui. Le CO2 est le gaz à effet de serre le plus courant, et il y en a beaucoup trop http://www.rac-f.org/IMG/gif/co2_emissions.gif.

    « Tout est dit. Surtout quand on sait que le dernier rapport de synthèse du GIEC en direction des décideurs préconise très clairement l’énergie nucléaire comme solution de lutte contre le changement climatique »

    Le nucléaire est actuellement la source d’énergie la plus sûre, la plus rentable et la moins polluante.

    Votre article est un tissu de conneries ignorantes. Essayez de faire des recherches avant de répandre de tels mensonges.

    1. http://www.canalacademie.com/ida7532-Histoire-du-climat-avec-Emmanuel-Le-Roy-Ladurie-les-accidents-climatiques-au-XXe-siecle-4-6.html
      http://www.canalacademie.com/ida278-Histoire-humaine-et-comparee-du-climat.html

      Ca va te refroidir un peu la tête. Parce que là, tu t’emportes et tu es franchement désagréable. La connaissance n’est pas du côté de celui qui gueule le plus fort. Tape un peu « climat » sur ce site, et tu trouveras des choses qui ne vont pas dans ton sens, mais qui sont documentées, et qui réfléchissent au sujet.

      « Le nucléaire est actuellement la source d’énergie la plus sûre, la plus rentable et la moins polluante. »

      Va habiter au Japon, ou en Ukraine, près des réacteurs de Tchernobyl ou Fukushima, et reviens nous ensuite. Quant à la rentabilité, tu devrais franchement te documenter sur le sujet. Mais on sent bien que tu es très énervé par le sujet : des intérêts dans la chose ? Monsieur travaille à EDF ?

      1. > Tape un peu « climat » sur ce site, et tu trouveras des choses qui ne vont pas dans ton sens, mais qui sont documentées, et qui réfléchissent au sujet.

        http://www.climatechange2013.org/images/report/WG1AR5_Chapter02_FINAL.pdf
        http://en.wikipedia.org/wiki/File:EPICA_temperature_plot.svg
        http://www.gfdl.noaa.gov/cms-filesystem-action/user_files/kd/pdf/gfdlhighlight_vol1n6.pdf
        http://www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/syr/en/spms1.html

        Nier le changement climatique est un déni de réalité.

        > Va habiter au Japon, ou en Ukraine, près des réacteurs de Tchernobyl ou Fukushima, et reviens nous ensuite.

        L’explosion de la centrale de Tchernobyl est due au fait qu’il s’agissait d’une centrale qui ne respectait aucune norme de sécurité, qui était conçu dès le départ pour que les déchets soient réutilisés pour faire des bombes, et qui était en sur-régime. Ça ne pouvait pas bien tourner.

        La centrale de Fukushima a subi un tsunami et un tremblement de terre, et aucune explosion n’a eu lieu, juste une fuite et aucune conséquence à long terme pour les populations.

          1. Le nombre de cancers de la thyroïde est en augmentation constante depuis 1970 et cette augmentation n’a pas accéléré depuis Tchernobyl ou Fukushima.

          2. « Le nombre de cancers de la thyroïde est en augmentation constante depuis 1970 et cette augmentation n’a pas accéléré depuis Tchernobyl ou Fukushima. »
            Comme quoi le nucléaire peut bien avoir du bon même sans méchant communiste, et sans tsunami…
            Demandez donc aux riverains de certains terrains appartenant à Areva ou au CEA en France.

          3. > Le nombre de cancers de la thyroïde est en augmentation constante depuis 1970 et cette augmentation n’a pas accéléré depuis Tchernobyl ou Fukushima.

            Cela ne se vérifie pas dans les zones touchées par les retombées de Tchernobyl.

      2. Yovan,je me demande bien pourquoi tu persistes a nier le rechauffement climatique alors que quasiment plus un scientifique le fait

        Pour le reste, tu as raison, le nucleaire c est pas cher car on ne paie pas pour le dementelement ni les risques d accident.
        Par contre il faut bien etre clair, sans le nuclaire, il va falloir faire de sacrees economies d energies et ca va pas plaire a la majorite de la population

        1. Cher cdg, je ne « nie » rien. Je continue de réfléchir sur le sujet, et je peux t’assurer que quand tu dis « quasiment plus un scientifique le fait », tu sors une énormité. Il faut un peu sortir de l’hexagone…
          Le fait est que les prévisions du GIEC de 2000 pour 2014 sont toutes fausses… Et les calculs de réchauffement global ne sont pas en faveur d’un réchauffement depuis 1998, mais d’une pause. Ce n’est pas moi qui le dis, mais la Revue Nature http://www.nature.com/news/climate-change-the-case-of-the-missing-heat-1.14525 il y a un an. Et ce sont des chercheurs de labos qui bossent pour le GIEC. Donc, je veux bien que vous soyiez complètement perméable à la propagande, mais il y a des limites quand même. Allez lire au lieu de répéter vos mantras.

          1. >Je continue de réfléchir sur le sujet, et je peux t’assurer que quand tu dis « quasiment plus un scientifique le fait », tu sors une énormité. Il faut un peu sortir de l’hexagone…

            OK, sortons de l’hexagone. La NASA par exemple : http://climate.nasa.gov/scientific-consensus/ ou bien Science mag http://www.sciencemag.org/content/306/5702/1686.full : « In recent years, all major scientific bodies in the United States whose members’ expertise bears directly on the matter have issued similar statements. For example, the National Academy of Sciences report, Climate Change Science: An Analysis of Some Key Questions, begins: “Greenhouse gases are accumulating in Earth’s atmosphere as a result of human activities, causing surface air temperatures and subsurface ocean temperatures to rise” »

            Sors de ta bulle conspirationniste, le changement climatique c’est comme l’évolution : il y a quelques scientifiques qui n’y croient pas mais c’est accepté comme vraie par une très grande majorité de la communauté scientifique. À moins que tu ne crois pas non plus à l’évolution.

            > faveur d’un réchauffement depuis 1998, mais d’une pause. Ce n’est pas moi qui le dis, mais la Revue Nature http://www.nature.com/news/climate-change-the-case-of-the-missing-heat-1.14525 il y a un an.

            http://climate.nasa.gov/news/2221/

            « Since 1880, Earth’s average surface temperature has warmed by about 1.4 degrees Fahrenheit (0.8 degrees Celsius), a trend that is largely driven by the increase in carbon dioxide and other human emissions into the planet’s atmosphere. The majority of that warming has occurred in the past three decades. »

            La pause depuis 1998 est liée à El Niño, qui fait fluctuer la température du Pacifique – la température moyenne globale reste la même, mais les écarts de température entre les régions sont plus forts :

            « While 2014 temperatures continue the planet’s long-term warming trend, scientists still expect to see year-to-year fluctuations in average global temperature caused by phenomena such as El Niño or La Niña. These phenomena warm or cool the tropical Pacific and are thought to have played a role in the flattening of the long-term warming trend over the past 15 years. However, 2014’s record warmth occurred during an El Niño-neutral year. »

      3. @ Yovan Menkevick

        Quand on cite Le Roy Ladurie, il est bon de le lire d’abord. Cela permet d’éviter de lui faire dire ce qu’il ne dit pas en prétendant « refroidir la tête » de vos propres lecteurs.

        Votre premier paragraphe montre que vous n’avez pas fait le moindre effort en matière de bibliographie et de compréhension des questions que vous abordez. Plus généralement, votre culture scientifique n’a pas beaucoup évolué en un peu plus de deux ans depuis vos premiers articles rigolos, complotistes et absurdes sur la question.

        http://reflets.info/chercher-la-verite-ca-craint-sauto-convaincre-cest-mieux-reopen911-climategate/

        Il semble néanmoins que vous ayez compris qu’il y a un forçage radiatif de l’atmosphère (effet de serre) et que le CO2 est un gaz à effet de serre (ce n’est pas le seul).
        C’est un progrès si on compare à l’époque, lorsque vous affirmiez « que l’effet de serre par le Co2 ne tient pas debout. »

        Et c’est dommage parce que le reste de votre article et les questions que vous posez à propos du rôle de certains hommes politiques au sein du lobby du nucléaire sont, elles, nettement plus intéressantes.

  5. « Nier le changement climatique est un déni de réalité. »

    Ahahah. Très drôle. Une religion révélée, donc ?

    « La centrale de Fukushima a subi un tsunami et un tremblement de terre, et aucune explosion n’a eu lieu, juste une fuite et aucune conséquence à long terme pour les populations. »

    Ahahah : là, effectivement, je comprends mieux. Pas la peine de discuter plus avant. C’est sans issue…

        1. J’ai réfuté les arguments avancés avec des études scientifiques, tout ce qu’il trouve à dire c’est « Ahahah. Très drôle. » et « Pas la peine de discuter ». Il n’a plus d’arguments parce qu’il a tort.

    1. « Ahahah. Très drôle. Une religion révélée, donc ? »

      Non, non, juste de la science publiée, par exemple dans Nature ou encore dans Science.

      Vous devriez essayer de la lire.

  6. Oui, oui, tu es trop fort : quand je lis qu’il n’y a aucune fuite et aucune conséquence pour les populations avec Fukushima, je plie sous ton expertise. Adieu, monde cruel…

    1. > quand je lis qu’il n’y a aucune fuite »

      Donc tu ne sais pas lire :

      «La centrale de Fukushima a subi un tsunami et un tremblement de terre, et aucune explosion n’a eu lieu, juste UNE FUITE et aucune conséquence à long terme pour les populations. »

      > aucune conséquence pour les populations avec Fukushima »

      « D’après l’OMS, les conséquences sanitaires anticipées des doses d’irradiations reçues par les populations sont minimes. Au-delà d’une dizaine de kilomètres de la centrale, le niveau de radiation moyen n’a pas dépassé 100 µGy⋅h-1, débit de dose en dessous duquel aucune pathologie n’est plus observée en laboratoire même pour des expositions chroniques. » Source : http://www.unscear.org/docs/reports/2013/13-85418_Report_2013_Annex_A.pdf

          1. Il faudrait revoir ce qu’a dit l’OMS après Chernobyl juste pour checker ;-) Sans jouer le super sceptique, on a pas encore trop de recul pour le Japon, la pollution radioactive étant particulièrement complexe (impact nature, écosystème). Dire aujourd’hui qu’il n’y a pas d’impact long terme est un peu prématuré.

  7. Au passage:
    – oublier que le nucléaire a évité 64 milliards de tonnes de CO2,
    – que la majorité absolue des climatologues pensent que le nucléaire est absolument essentiel à la lutte contre le réchauffement climatique et,
    – que les seules fois où le nucléaire a été massivement déployé à l’échelle d’un pays, ça a provoqué la disparition du charbon et du gaz dans l’électricité alors que leur hégémonie est constatée dans les 190 autres pays avec 40% de charbon et 25% du gaz à la mortalité réelle…

    J’appelle ça du dénialisme à la hauteur de celle des climatosceptiques

    1. tu oublies toi aussi l’exploitation de ressources minières pour en arriver là et en particulier leurs conséquences, mais les pro-nucléaire ont cette fâcheuse tendance de ne mettre en avant que les points qui les arrangent.
      Comme le jeune homme plus haut qui veut nous vendre que Tchernobyl ne peut pas arriver dans nos chères contrées civilisées, et que ce ne sont que de toutes petites fuites pas bien méchantes. En même temps quand c’est part of the job…

      1. « Tchernobyl ne peut pas arriver dans nos chères contrées civilisées »

        Les centrales nucléaires modernes (celles construites après 1980) ne peuvent pas exploser et sont parfaitement sûre, que ça te plaise ou non.

          1. Ce n’est pas une explosion due à une fusion du réacteur comme Tchernobyl. C’est dû à un problème du système de décompression, qui a conduit a une accumulation d’hydrogène, puis une explosion. Le réacteur lui-même n’a pas explosé.

    2. Tout cela n’a aucune importance par rapport aux quantités d’énergie en jeu.

      On nous dit qu’il va falloir produire l’énergie autrement.

      On ne nous dit pas qu’il va surtout falloir en consommer 5 ou dix fois moins.

      Le nucléaire, le pétrole de shiste, moi j’appelle ça l’énergie du désepoir pour une forme de société condamnée à assez court terme (10, 20 ans… mais pas plus).

      Donc si vous êtes dans la classe moyenne vous pourrez prochainement dire adieu à votre voiture et aux voyages en avion à l’autre bout du monde.

      Par contre on va relocaliser dur et si on ne s’entretue pas, il y aura du boulot pour tout le monde.

      1. « Le nucléaire, moi j’appelle ça l’énergie du désespoir »

        Pourquoi ? C’est actuellement la source d’énergie la plus propre et la plus sûre. C’est autrement plus propre que le charbon ou le solaire, et plus efficace.

        1. Autant le premier paragraphe de l’article de Yovan Menkevick est du grand n’importe quoi (c’est une habitude chez lui quand il aborde une question scientifique).

          Autant dire que le nucléaire est « plus propre que le charbon ou le solaire » me parait discutable. Ne serait-que parce que vous mettez dans le même sac deux sources d’énergie très différentes.

          Auriez-vous des données chiffrées pour soutenir une telle affirmation à propos du solaire ?

          1. @ TopestOfAllKeks

            L’article que vous mettez en lien est plus que discutable. Hervé Nifenecker, l’auteur, y compare la technologie de l’EPR avec l’éolien. Or l’EPR n’est pour l’heure qu’a l’état de projet, de plus en plus compliqué d’ailleurs. Son estimation du cout de cette technologie est donc très contestable. De la même manière son évaluation du bilan carbonne d’une éolienne et de sa durée de vie (20 ans) est nettement biaisée. Ces 20 années correspondent à la durée de vie de la turbine seulement et non de l’ensemble de l’installation.

            D’autre part, cette estimation de la durée de vie de la turbine est de plus en plus longue, autour de 25 ans aujourd’hui soit autant qu’une turbine de centrale thermique au gaz, cf. Staffell & Green, 2014, How does wind farm performance decline with age?.
            http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0960148113005727

            Enfin, M. Nifenecker, qui reste un vrai scientifique, est néanmoins aussi un lobbyiste reconnu de l’industrie nucléaire.
            Or l’article que vous citez n’est clairement pas un article scientifique.

        2. Source d’énergie la plus propre? Parlez-en donc aux Nigériens qui l’extraient pour le compte d’Areva…

          Source d’énergie la plus sûre? Perso j’ai encore vu aucune autre centrale de production d’énergie polluer les 2 tiers du globe en un seul « incident »… Et ne parlons pas de la durée de vie des polluants en question, qui rend toute étude pseudo-scientifique des résultats « à long terme » aberrantes, étant donné le peu de recul que nous avons comparé à la demi-vie du plutonium sortant de nos centrales. Et ne parlons pas de la sécurité offerte par les « bunkers » abritant ces déchets. Tout le monde sait bien que le béton résistera plus de 24 000 ans…

          1. > Parlez-en donc aux Nigériens qui l’extraient pour le compte d’Areva…

            Ce problème là ne vient pas des centrales nucléaires mais des pratiques des exploitants. C’est un autre problème.

            >Perso j’ai encore vu aucune autre centrale de production d’énergie polluer les 2 tiers du globe en un seul « incident »

            Moi non plus. Les retombées radioactives à plus de quelques centaines de kilomètres de la centrale sont élevées mais ne posent aucun risque. De plus, l’explosion de Tchernobyl était due à une centrale vieillissante, pas aux normes et en surrégime. Ce genre d’accidents ne peut pas arriver sur une centrale moderne.

            > toute étude pseudo-scientifique des résultats « à long terme »

            Je ne savais pas que le CNRS, la NASA,… étaient pseudo-scientifiques. L’explosion de Tchernobyl a eu lieu en 1986 et n’a eu que des conséquences limitées sur l’environnement et la santé, ça fait 30 ans c’est plutôt long comme terme.

            > Et ne parlons pas de la sécurité offerte par les « bunkers » abritant ces déchets. Tout le monde sait bien que le béton résistera plus de 24 000 ans…

            24 000 ans ? Non, bien plus : 100 000 ans. C’est pour ça qu’on utilise pas du béton mais des cuves en acier, placée dans des capsules en cuivres, puis recouverte de bentonite, le tout enterré 420m sous terre. http://en.wikipedia.org/wiki/Onkalo_spent_nuclear_fuel_repository

          2. « De plus, l’explosion de Tchernobyl était due à une centrale vieillissante »

            Je parlais de Fukushima, qui était semble-t-il une centrale plus moderne…

            « ça fait 30 ans c’est plutôt long comme terme. »

            c’est vrai que 30 ans représentant 0,1% de la demi-vie dudit polluant, c’est largement représentatif!

            « Non, bien plus : 100 000 ans »

            Là encore, on connait le fer depuis moins de 5000 ans, donc il me parait péremptoire d’être aussi affirmatif sur la résistance des container à déchets me semble dangereux….

            D’autant que nous n’avons aucune certitude sur la stabilité de notre sol, donc même enterré à 420m sous terre, ces déchets restent un bombe à retardement potentielle.

          3. « Je parlais de Fukushima, qui était semble-t-il une centrale plus moderne… »

            Perdu : Fukushima a été mise en service en 1970, soit 1 an avant la construction de Tchernobyl et 7 ans avant sa mise en service.

            « c’est vrai que 30 ans représentant 0,1% de la demi-vie dudit polluant, c’est largement représentatif! »

            http://www.sfen.org/Dechets-nucleaires-quelles,197 :

            « Les déchets à vie courte – qui constituent 90% de la totalité des déchets nucléaires– sont stockés en surface […] Leur radioactivité globale diminue de moitié tous les 30 ans. Elle aura disparu au bout de 300 ans. »

            « Parmi tous les scénarios étudiés par les ingénieurs, le plus pénalisant serait que des conteneurs se corrodent (c’est éventuellement envisageable, mais au bout de milliers d’années) et que de l’eau vienne au contact des blocs de verre contenant les radioéléments (c’est très improbable et cela ne pourrait être, dans les couches géologiques imperméables, que de faibles quantités d’eau).
            Pour que cette eau, chargée en radioéléments, remonte vers la surface, il faudrait des centaines de milliers d’années. Mais la radioactivité décroît avec le temps. Cela veut dire qu’au bout de quelques milliers d’années, les déchets reviennent à un niveau de radioactivité équivalant à celui du minerai d’uranium que l’on trouve dans les gisements. »

  8. Nous devrions donc avoir des étés caniculaires et des hivers très doux, et ce, de manière exponentielle.

    Le problème d’une affirmation aussi péremptoire que mal documentée, c’est qu’elle jette le discrédit sur l’ensemble de l’article.

    C’est plus compliqué que ça, mais ça reste assez simple à comprendre:

    http://www.manicore.com/documentation/serre/courants.html

    C’est la raison pour laquelle les climats de deux pays situés aux même latitudes peuvent être différents:

    http://forums.infoclimat.fr/topic/79336-pourquoi-le-climat-est-si-different-a-meme-latitude/

    Alors en Europe, on aura le droit à une série de canicules ou à un ère glacière ? Les paris sont ouverts.

  9. Quand aux lobbys du nucléaire, et bien oui ils cherchent à refourguer leur camelote, comme tous les lobbys.

    Le nucléaire c’est essentiellement pour fabriquer de l’électricité.

    L’électricité n’étant qu’une fraction de l’énergie utilisée dans le monde, et accessoirement elle est majoritairement fabriquée à partir de charbon. A ce titre la France fait figure d’exception.

    Questions:

    A) Combien de centrales nucléaires sont en fonction dans le monde actuellement ?

    B) Quelle fraction de l’énergie mondiale cela représente-t-il ?

    C) Combien de centrales nucléaires faudrait-il pour couvrir les besoins énergétique de la planète en se substituant aux énergies fossiles ?

    D) Quelles sont les réserves mondiales d’uranium ? En fonction de la réponse à la question C), en combien de temps en arriverons-nous à bout ?

    E) Sachant qu’avec le parc actuel, la fréquence des catastrophes observée est d’environ un tous les 25 ans (non représentative par manque d’échantillons, mais permet de ne pas nier qu’il arrive des catastrophes), et que l’on peut l’estimer à la louche de cette façon:

    http://www.pauljorion.com/blog/2014/09/03/levaluation-du-risque-pour-les-centrales-nucleaires-par-benoit-puel/

    F) En fonction du nombre de centrales nécessaires à l’approvisionnement mondial calculé en C) et de l’évaluation du risque estimé en E), calculez la fréquence probable des catastrophes nucléaires.

    G) Que déduisez-vous de l’ensemble des calculs précédents ?

    ‘Z’avez 4 heures.

    1. A) 435
      B) 10%
      C) 4350
      D) 5 404 000 Kg – quelques mois
      E) ce n’est pas une question
      F) très faible
      G) J’en déduis que les centrales modernes ne courent absolument aucun risque (couper complètement le courant dans le système de contrôle, ou même le détruire, ne provoque absolument rien, si ce n’est une baisse de la production), que l’uranium n’est pas utilisé dans les centrales modernes (au thorium), que les deux catastrophes nucléaires majeures (Tchernobyl et Fukushima) ont été causées respectivement par des erreurs humaines (parfois volontaires) et une catastrophe naturelle (et que l’incident a eu une incidence sanitaire négligeable). Le nucléaire est donc la forme d’énergie la plus sûre.

          1. « D) 5 404 000 Kg – quelques mois »

            quelques mois pour 4350 centrales et donc moins de 10 ans pour 435.

      1. A la question:

        B) Quelle fraction de l’énergie mondiale cela représente-t-il ?

        Vous m’avez répondu la fraction de l’électricité mondiale produite par le nucléaire.

        Je veux la fraction de toute l’énergie mondiale, car on parle bien de remplacer les énergies fossiles par du nucléaire.

        La bonne réponse est :

        L’électricité représente 11% de l’énergie utilisée dans le monde.

        de ces 11%, 40% est nucléaire.

        La part du nucléaire dans la production énergétique mondiale est donc 4,4%

        Donc je repose les question C et D.

        1. Non. 10% de l’électricité mondiale est produite par le nucléaire, pas 40%, donc 1,1% de l’énergie.

          Ensuite, quel rapport avec les autres énergies (thermiques, chimiques,…) ? Soit on les convertit en électricité, soit on utilise l’électricité pour en produire. Donc oui, il faudrait un nombre ahurissant de centrales pour produire toute l’énergie utilisée, mais ça n’a aucun sens.

          1. On joue une sur les mots et sur les chiffres, mais je pense que sur le fond on est d’accord.

            Tous les graphiques qu’on trouve sur le net donnent entre 1% (votre chiffre) et 6% (le mien).

            De toutes façons le message est qu’il n’est pas possible de remplacer (en terme de quantité) les combustibles fossiles (énergie primaire présente à l’état naturel) par du tout électricité nucléaire (les centrales fussent-elles propre et sans danger) en l’état actuel de nos connaissances.

            Et cela, même sans parler de la sainte croissance qui veut nous faite doubler la consommation tous les 35 ans (= 2%).

        2. « car on parle bien de remplacer les énergies fossiles par du nucléaire. »

          « Fossile », ce n’est pas un type d’énergie, comme chimique, thermique,… C’est un moyen de produire de l’électricité : il y a les énergies fossiles (charbon, pétrole) et les énergies renouvelables (éolien, solaire).

    2. Au passage :

      « accessoirement elle est majoritairement fabriquée à partir de charbon »

      Les centrales à charbon sont beaucoup plus polluantes et cancérigènes que le nucléaire.

  10. J’ai une question:
    Je n’ai à peu près aucun avis sur la réalité du réchauffement climatique, si ce n’est que je suis à peu près persuadé de l’incompétence des journalistes grand public sur le climat en particulier et plus généralement sur la science.
    S’agissant des études sur le climat, j’ai beau avoir une formation scientifique, j’estime ne pas avoir le niveau (ni les informations) pour savoir s’il est juste ou faux de dire qu’il y a un réchauffement climatique causé par l’homme.
    D’habitude et sauf motif spécifique, j’ai cependant plutôt tendance à croire les scientifiques et je ne les imagine généralement pas défendre autre chose qu’une vérité scientifique.
    J’ai tendance à devenir plus méfiant quand la science sous-tend des motifs politiques et c’est le cas ici.
    Par contre, il y a quelque chose que je ne m’explique pas:

    Supposons que je sois persuadé qu’il n’y a pas de réchauffement climatique, qu’est-ce que ça fait ?
    C’est à quel moment que l’on me demande mon avis de toute manière, que j’aurais un pouvoir et plus généralement que l’Europe à un pouvoir ?
    Ça fait un moment que les zones de productions se sont délocalisées en Chine qui fait tourner des usines à charbon pour produire son électricité. Quel est alors l’intérêt d’animer des débats ou les climato-sceptiques seront blackboulés alors qu’on est dans un pays ou nul n’est censé être inquiété pour ses opinions ?
    C’est un peu l’existence même du débat et de la façon donc il est animé qui me fait me poser des questions plutôt que ces analyses chartistes qui me dépassent.

    1. « Quel est alors l’intérêt d’animer des débats ou les climato-sceptiques seront blackboulés alors qu’on est dans un pays ou nul n’est censé être inquiété pour ses opinions ? »

      Pour quelqu’un qui a une formation scientifique, il y a là quelque chose de très surprenant.
      Le débat scientifique *n’est pas* un débat d’opinion.

      « j’ai cependant plutôt tendance à croire les scientifiques »

      Il n’est pas question de croire, ni de croyance ici. Il s’agit de comprendre et pour cela rien ne vaut d’aller à la source. Les articles scientifiques sur la question sont nombreux et le dernier rapport du premier groupe de travail du GIEC, l’AR5WG1, vous donnera de très très nombreuses informations sur l’état des connaissances actuelles.

      http://www.ipcc.ch/report/ar5/wg1/

      1. Ah ah ah, mais tu crois qu’une formation en biologie te rendrait compétent pour faire de la physique des particules sans formation ?
        Il est impossible pour quelqu’un de maitriser la totalité du savoir de son époque, ça implique de croire (oui CROIRE) ce que disent tes Co disciples, parce que tu ne peux pas t’intéresser à tout et être spécialiste en tout…

        Et puis je préfère avoir des centres d’intérêt qui correspond à mes centres d’intérêt ou qui me sont profitables, car de toute façon, personne ne croira en ma qualité d’expert et si j’avais par exemple un doute sur le sérieux d’un carottage en antarctique, je n’ai ni les fonds ni les moyens techniques de refaire la manip moi-même.
        Votre réponse est clownesque…

        1. À priori, quand les plus grands organismes scientifiques de la planète sont tous d’accords sur un sujet, tu leur fait confiance, mais si tu ne comprends pas totalement ce qu’ils font.

        2. Pour ma part, pendant ma formation scientifique j’ai eu la chance d’échanger avec des spécialistes du climat. Et comme tout scientifique qui se respecte, aucun d’entre eux ne pouvait se permettre de faire des prévision d’avenir sûre à 90% comme le fait continuellement le GIEC.
          Je ne connais pas non plus de consensus accepté lorsqu’il est obtenu en virant ceux qui ne sont pas d’accord.
          A partir de là, les prévisions du GIEC… Surtout quand on voit la fiabilité des prévisions météo locales à 3 jours. Alors le climat de la terre dans 10 ans!
          Mais il y des commentateurs ici qui sont capable d’aligner du lien comme personne, et sont du coup persuadés de connaitre la vérité suprême, tout en prétendant nous prouver ce qu’est une démarche scientifique.

          1. La météo et le climat sont deux choses différentes. Renseigne toi avant de dire n’importe quoi.

          2. TopestOfAllKeks: c’est vrai, mais déjà un cycle glaciaire se déroule sur 10000-15000 ans et nous n’avons que 150 ans de relevé météo (le compte n’y est pas), par ailleurs ça commence à faire un petit bout de temps qu’on nous parle de réchauffement climatique: des prévisions passées sur le climat ne se sont-elles pas déjà révélées fausses ?

            Dans les années 90, des journalistes nous expliquaient que le CO2 n’était pas récupérable parce que pas assez réactif… Bizarrement nous n’entendons plus ce discours, les journalistes sont-ils allés prendre des cours de chimie ?
            On a également changé de vocable: ce n’est désormais plus le « réchauffement climatique » mais le « dérèglement climatique »… c’est plus prudent…
            Je m’étonne cependant de la mobilisation des journalistes à tenter de nous convaincre, là ou tout ne semble pas au point…
            Je ne sais pas, d’habitude quand on me parle de CO2, je m’attends toujours à ce qu’on m’explique que la mondialisation politique, c’est bien…
            C’est devenu un quasi réflexe… Y aurait-il un rapport entre les 2 ?

          3. « Dans les années 90, des journalistes nous expliquaient que le CO2 n’était pas récupérable parce que pas assez réactif… Bizarrement nous n’entendons plus ce discours, les journalistes sont-ils allés prendre des cours de chimie ? »

            Les journalistes disent beaucoup de conneries quand ils parlent de sujets qu’ils ne maîtrisent pas. Ce sont des journalistes qui ont rependu le mythe du nuage de Tchernobyl qui se serait arrêté à la frontière, alors que le SCPRI disait bien que le nuage est passé en France.

            « On a également changé de vocable: ce n’est désormais plus le « réchauffement climatique » mais le « dérèglement climatique »… c’est plus prudent… »

            C’est juste un terme plus précis. « Réchauffement » sous entend que ce n’est qu’un problème de température, alors que « dérèglement » est un terme plus large qui permet d’englober les problèmes liés au réchauffement (conséquences géophysiques et sismiques, augmentation de l’intensité des cyclones,…).

        3. @ Nil

          1) Vous confondez croyance et confiance.

          2) Dans le domaine que je connais le mieux, on fait appel, entre autre, à des connaissances en biologie et en physique. Ce ne sont pourtant pas mes spécialités. C’est la raison pour laquelle un travail de recherche ne se fait pas dans son coin. C’est un travail en commun et en équipe.

          Ne pas « faire » de la biologie ou de la physique n’empêche pas de faire l’effort nécessaire pour comprendre de quoi l’on parle.

          3) Si vous voulez découvrir comment travaillent les glaciologues, vous pouvez aller rendre visite à un labo. C’est un bon début. Il y a par exemple le LGGE à Grenoble.

          http://lgge.osug.fr/

          1. Pas nécessairement.
            Le crédit qu’il faut accorder à une publication scientifique dépend de plusieurs facteurs. Principalement :
            1) La revue par les pairs.
            Chaque article publié est normalement d’abord revu par d’autres chercheurs spécialisés dans la question qui vont émettre éventuellement des remarques ou des corrections.
            2) Le principe de réfutabilité.
            Tout discours scientifique est réfutable, c’est à dire qu’il peut être invalidé par un autre discours scientifique, avec les mêmes règles de méthode et de rigueur du raisonnement.
            La réfutabilité est au cœur de la démarche scientifique.

            Lorsqu’un article est accepté et publié, cela ne signifie pas que son contenu est gravé dans le marbre.
            S’il contient des erreurs, en particulier de méthode, qui n’ont pas été relevé par le comité de lecture, il y a de fortes chances pour qu’une autre équipe, travaillant dans le même domaine, les découvre très vite et publie une réfutation.

            Ce n’est donc pas de la croyance, c’est une confiance raisonnée.

            Certes, le système n’est pas parfait parce qu’il y a une inflation assez énorme du nombre de publications. Mais il fonctionne quand même assez bien, surtout dans les domaines de recherche très sensible auprès du grand public comme la santé ou … le climat.
            Un bon exemple est la rocambolesque histoire de la (fausse) mémoire de l’eau.
            http://sciences.blog.lemonde.fr/2010/12/07/le-professeur-montagnier-et-la-memoire-de-leau/

  11. À propos les amis, vous vous souvenez des essais nucléaires à ciel ouvert ou au mépris de la population ?
    Pourquoi nos dirigeants sont-ils subitement devenus écologistes ?
    Pensez-vous que si un réchauffement climatique existe, que c’est en tant que tel un sujet de préoccupation pour eux ?
    Ça ne me semble pas si évident…
    Il me semble évident que l’animation d’un débat sur le réchauffement climatique est faite pour des raisons politiques qui n’ont rien à voir avec le climat, à mon avis c’est fait pour culpabiliser les gens sur leur niveau de vie parce que nos politiques pensent qu’ils ne pourront pas le maintenir.
    Bref: la vie sera pire pour nous et pour nous faire gober la pilule on va culpabiliser les gens et ça sera eux (nous) les responsables.
    Comment je vis exactement: bah ils ne le savent pas mais c’est de ma faute quand même…

    La réalité du réchauffement climatique: hors sujet et sans importance: ils s’en foutent.

    1. Si le climat intéressait vraiment quelqu’un dans ce débat, comment se fait-il que la sacrosainte croissance à tous prix en soit absente?

      Ah oui! J’oubliais qu’on a inventé le mot « développement durable » pour éviter le sujet…

      1. Parce qu’ils savent qu’il est probable qu’ils doivent changer de modèle… mais de modèle de société ET DONC de modèle de consommation… C’est de l’utilité même de l’homme dont il est question.
        Mais ça, c’est ma conviction…

  12. Je comprends pas dans cet article et les commentaires pourquoi il faudrait choisir un camps entre les tenants du réchauffement climatique et les tenants du danger nucléaire. Et, de là, chercher un complot pro-nucléaire parmi la quasi totalité des scientifique travaillant sur le climat.
    Au vu des connaissances scientifiques actuelles, la consommation d’énergies carbonées et le nucléaire sont tous les deux dangereux pour l’environnement (et donc surtout pour l’homme). Et on pourrait au lieu d’avoir à choisir entre le charbon et l’atome réduire nos consommations d’énergie, limiter les voyages en avion, produire localement, et utiliser davantage les énergies renouvellables.

    1. Mais les énergies renouvelables ne produisent pas assez d’électricité. Le nucléaire est moins dangereux pour l’environnement que les panneaux solaires. Les avions polluent moins que les voitures (en gramme de CO2/passager/km).

      1. « Mais les énergies renouvelables ne produisent pas assez d’électricité. »

        Euh… l’idée est de diminuer les consommations (et surtout le gâchis) pour commencer. Ensuite, on recalcule ce qui produit assez ;-)

  13. Hi Yovan & les autres, je vois un débat enflammé et je vais en profiter pour poser les questions qui m’etreignent quand je lit tes articles sur le climat.
    D’abord pour poser le débat et éviter de me faire traiter de pro/anti nuclaire/rechauffement antropique je vais exposer ce que je pense: ouaip il y a une modification du climat d’origine antropique. Oui moults lobbies cherchent et vont en tirer partir. On va constuire des centrales partout mais avant d’essayer de demonter les anciennes histoire de ne pas avoir à se justifier quand le démontage fera des merdes. La crise de l’energie en préparation va de toute facon balayer toute consideration rationnelles/écologique.

    Bon maintenant les questions:
    Pourquoi se focaliser sur le réchauffement? Ici on parle d’energie, et une des nombreuses manifestation de l’energie est effectivement l’elevation de temperature. Mais bon donne plus d’energie (avec tes pouvoirs shamaniques par exemple) à un gosse, il va pas avoir de ma fievre, il va devenir hyperactif et faire des conneries un peu partout (c’est ce qui est en train de se passer non?)

    Pourquoi dire que si le rechauffemnt est soutenu par le lobby du nucleaire, alors c’est qu’il existe pas? faut abandonner la notion de bien/mal, et l’ennemi de ton ennemi n’est pas forcement ton ami dans la vrai vie. D’ailleurs les sceptiques sont souteu par les lobbies petroliers, eux aussi c’est des méchants non?

    Enfin, pour la courbe de temperature, ok peut etre que l’année 2014 n’est la plus chaude que de quelques centiemes, ouai mais c’est quand même la plus chaude… Et 2015 sera pire et 2016 aussi, même si c’est que de quelques centiemes encore, à l’echelle de la terre ca reste un départ type dragster non?

    bref au plaisir de lire une réponse :) cheers!

    PS le CAPCHA fonctionne pas des masses, aux denieres nouvelles 7*8 ca fait 48 ;)

    1. @ wtf

      « 2014 n’est la plus chaude que de quelques centiemes, ouai mais c’est quand même la plus chaude… Et 2015 sera pire et 2016 aussi »

      Le fait que 2014 représente un nouveau record de la moyenne globale des températures est assez anecdotique en soi.

      Cela vient simplement confirmer la tendance du réchauffement, lequel ne s’est pas mis en pause contrairement à ce que prétend Yovan Menkevick.

      Rien ne dit que 2015 puis 2016 seront de nouveaux records parce qu’il y a une variabilité naturelle du climat qui est très importante.

      Les climatologues privilégient donc plutôt la tendance calculée à long terme (30 ans minimum).
      On regarde aussi les moyennes décennales. La dernière décennie a été plus chaude que la précédente. Et la prochaine sera plus chaude encore.

      Mais ce ne sont pas les seules données utilisées pour mesurer le réchauffement climatique. Il y a aussi la fontes des grands inlandsis (Antarctique et Groenland), l’élévation du niveau des océans (fonte et dilatation thermique), le refroidissement de la stratosphère.

  14. > Pourquoi se focaliser sur le réchauffement? Ici on parle d’energie, et une des nombreuses manifestation de l’energie est effectivement l’elevation de temperature.

    Parce que la production d’électricité rejette du CO2, et qui réchauffe la planète plus que de raison.

    >Pourquoi se focaliser sur le réchauffement? Ici on parle d’energie, et une des nombreuses manifestation de l’energie est effectivement l’elevation de temperature.

    Mais un gosse dans une salle avec plus de CO2 que d’air et il va s’asphyxier.

    >Pourquoi dire que si le rechauffemnt est soutenu par le lobby du nucleaire, alors c’est qu’il existe pas?

    Parce que l’auteur de cet article ne sait pas de quoi il parle.

    1. « Parce que la production d’électricité rejette du CO2, et qui réchauffe la planète plus que de raison. »

      Rappelons malgré tout qu’il n’existe aucune preuve scientifique que l’augmentation du taux de CO2 est la cause d’un quelconque réchauffement catastrophique des températures et que cela relève du domaine de la croyance. Chacun étant libre de croire ce qu’il veut bien sûr.

      1. @ Gordon
        « Rappelons malgré tout qu’il n’existe aucune preuve scientifique que l’augmentation du taux de CO2 est la cause d’un quelconque réchauffement catastrophique des températures et que cela relève du domaine de la croyance »

        Vous devriez faire un petit effort pour commencer votre biblio sur la question avant d’écrire un aussi gros mensonge.

        Je vous aide un peu.

        Robert Rohde, Richard A. Muller, et al. (2013), A New Estimate of the Average Earth Surface Land Temperature Spanning 1753 to 2011.

        http://static.berkeleyearth.org/papers/Results-Paper-Berkeley-Earth.pdf

        Lisez attentivement et regardez bien la figure 5.

        1. Ma bibliothèque, c’est justement en la faisant que j’en suis venu à douter sérieusement de ces histoires. J’ai commencé il y a longtemps, sans a priori, sans même savoir qu’il y avait des gens qui doutaient, je voulais seulement comprendre.

          Je n’ai pas été déçu du voyage. Un voyage passionnant qui couvre je pense tous les aspects de nos sociétés (scientifique, politique, philosophique, économique, financier, psychologique, religieux …) tellement il est devenu central. J’ai beaucoup appris sur beaucoup de choses.

          Je connais bien sûr cette étude, une xième reconstruction avec une nouvelle méthodologie. Au delà du doute légitime que l’on peut avoir sur la reconstruction elle même, ce qui n’est vraiment pas digne, c’est d’essayer d’expliquer que la simple corrélation avec la courbe de CO2 permet d’en déduire une quelconque causalité.

          Bref, il n’y a rien dans cette étude qui prouve le rôle du CO2 dans le réchauffement que nous semblons constater. Et encore moins qui montre que ce réchauffement soit catastrophique d’une manière ou d’une autre.

          Je rappelle ici que toutes les projections de tous les modèles climatiques carbocentrés sont fausses. En science quand une théorie fait des projections fausses, la théorie est normalement considérée comme fausse.

          Et dire que cela fait presque 20 ans que les températures sont stables …

          Je vous laisse méditer sur ce que disait Monod sur Lyssenko :

          « Comment Lyssenko a-t-il pu acquérir assez d’influence et de pouvoir pour subjuguer ses collègues, conquérir l’appui de la radio et de la presse, l’approbation du comité central et de Staline en personne, au point qu’aujourd’hui la vérité dérisoire de Lyssenko est la vérité officielle garantie par l’État que tout ce qui s’en écarte est « irrévocablement banni » de la science soviétique ? […] Tout cela est insensé, démesuré, invraisemblable. C’est vrai pourtant. Que s’est-il passé ? »

          « la vérité dérisoire de Lyssenko » … quelle belle formule.

          1. « Bref, il n’y a rien dans cette étude qui prouve le rôle du CO2 dans le réchauffement que nous semblons constater. Et encore moins qui montre que ce réchauffement soit catastrophique d’une manière ou d’une autre. »

            CO2 = gaz à effet de serre = retient la chaleur = réchauffement, c’est si simple que ça.

            « Je rappelle ici que toutes les projections de tous les modèles climatiques carbocentrés sont fausses. »

            Faux. Les projections climatiques ne sont pas exactes mais s’approchent beaucoup de la réalité. http://iopscience.iop.org/1748-9326/7/4/044035/article

            « Et dire que cela fait presque 20 ans que les températures sont stables … »

            N’importe quoi.

            http://www.insu.cnrs.fr/environnement/climat-changement-climatique/les-resultats-les-temperatures
            http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/co2-temperature.xml#mesures

          2. ******
            « CO2 = gaz à effet de serre = retient la chaleur = réchauffement, c’est si simple que ça. »
            ******

            Il faut vraiment que tu te renseigne sérieusement sur la théorie du RCA car tu dis n’importe quoi.

            La théorie du RCA n’est pas basée sur l’effet direct radiatif du CO2 qui est très faible mais sur l’hypothèse de rétroactions de second niveau qui sont censés avoir des effets multiplicateurs.

            ******
            « Je rappelle ici que toutes les projections de tous les modèles climatiques carbocentrés sont fausses. »

            Faux. Les projections climatiques ne sont pas exactes mais s’approchent beaucoup de la réalité. http://iopscience.iop.org/1748-9326/7/4/044035/article »
            ******

            Arf, Rahmstorf et tamino alias Foster …

            Si cela t’intéresse vraiment de lire, de comprendre, je t’invite à lire cette critique (il y en a d’autre) :

            http://rankexploits.com/musings/2013/estimating-the-underlying-trend-in-recent-warming/

            Cette étude est une bonne illustration du parallèle que je fait avec Lyssenko : comment une étude aussi « faible » a-t-elle pu être peer-reviewed ? C’est le coté magique de la science officielle.

            Si les biais sur le principe du peer-reviewed t’interessent, la partie analyse sociologique du rapport Wegman sur l’affaire MBH98 est très instructive.

            http://www.uoguelph.ca/~rmckitri/research/WegmanReport.pdf

            (à partir de la page 38)

            ******
            « Et dire que cela fait presque 20 ans que les températures sont stables … »

            N’importe quoi.
            ******

            C’est bien de balancer des liens mais c’est mieux s’il sont en rapport avec ce que l’on dit. Balancer des liens sur des courbes sur les 150 dernières années alors que je parle des 20 dernières années est hors sujet.

            Concernant la stabilité des températures deouis une vingtaine d’année, même les tenants de la science officielle l’admettent. Le jeu pour eux est aujourd’hui de tenter de l’expliquer pas de la nier.

            Ce qui dérange mon esprit critique, c’est qu’il y a autant d’explications que de personnes et que les explications sont très souvent contradictoires les unes avec les autres et surtout toujours contradictoires avec ce que ces même personnes expliquaient avant en te diosant qu’il n’y avait plus de débat.

            Mais, avec la science officielle, tu as le droit, personne ne viendra te faire chier avec ce genre de détail !

            « la vérité dérisoire de Lyssenko » / la vérité dérisoire du RCA

  15. Attention Yovan, pondre à la suite un article frisant l’apologie du terrorisme, et un autre blasphématoire à l’encontre de Saint GIEC. Tu risque à la fois la prison et le lynchage!

    En tout cas, ça faisait longtemps que je n’avais plus lu un de ces articles cherchant à réveiller notre esprit critique, et j’avoue que les kilomètres de réactions de trolls se voulant scientifiques tout en se montrant plus bornés que la route Napoléon me manquaient.

    Si ce n’était pas si triste de voir comment l’embrigadement peut fermer les esprits, j’en rirai volontiers!

    PS : pour les trolls pro-GIEC. La seule vérité inébranlable que m’ait appris la science (sorti des mathématiques bien sûr), c’est que la vérité ne nous est pas accessible. Tout n’est que théorie, et quand une mesure ne correspond pas au modèle attendu, c’est toute la théorie qui doit être remise en question. C’est comme ça qu’un mec mal coiffé a fait faire un pas de géant à la physique il n’y a pas si longtemps, en remettant en cause LA vérité acquise par les mécaniciens depuis des milliers d’années.

    1. « et j’avoue que les kilomètres de réactions de trolls se voulant scientifiques tout en se montrant plus bornés que la route Napoléon me manquaient. »

      C’est toi qui est borné et qui prétend être un scientifique. Nous, on ne fait que citer des sources et des faits, pas prendre ceux qui réfléchissent pour des imbéciles.

      1. Borné? Parce que je me pose des question plutôt que de prendre une théorie embryonnaire pour vérité avérée parce que 3 organismes d’états l’ont dit?
        Merci, cette fois j’ai bien ri!

        1. 3 organismes d’état et la quasi-totalité des la communauté scientifique.

          Je suppose que vous ne croyez pas non plus en la gravité puisque c’est de la science officielle et ceux qui osent s’y opposer sont raillés par la communauté scientifique.

    2. Peut-être même des milliards d’années. Je vous conseille d’appliquer votre maxime et de réviser votre vérité (ou d’acquérir un bon bouquin sur l’histoire de la physique, ça évitera aux Lorentz/Voigt/Poincarré de mourir une seconde fois)

      1. Ce que vous dites n’a aucun sens. Dans les sciences réelles tout n’est qu’approximation. Et si quand les mesures ne correspondent plus aux projections du modèle, il ne faut pas se contenter de chercher un perturbateur extérieur pour faire recoller le modèle, mais aussi remettre en cause le modèle lui même, sans ça on fait de la religion, pas de la science…

    3. @ Fredolo

      Vous avez fait des études scientifiques, vous avez croisé des climatologues mais vous ne savez pas faire la différence entre climat et météo…
      Vous avez probablement mal écouté les climatologues que vous avez croisé.

      « La seule vérité inébranlable que m’ait appris la science (…) c’est que la vérité ne nous est pas accessible »

      C’est un peu paradoxal. Cela me fait penser à la citation suivante :

      « Douter de tout ou tout croire, ce sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir. »
      H. Poincaré

      « Tout n’est que théorie, et quand une mesure ne correspond pas au modèle attendu, c’est toute la théorie qui doit être remise en question. »

      Ah, mais si on fait des mesures, c’est que justement tout n’est pas que théorie. C’est rigolo votre façon de vous contredire tout seul à chacune de vos phrases.
      Et lorsque les mesures confirment la théorie, qu’est-ce qu’il se passe ?

      1. Je fais très bien la différence entre météo et climat, mais les deux disciplines restent fortement liées.

        Très belle citation d’Henri Poincaré, merci.

        Et les résultats de mesures parfaitement exacts ça existe? il n’y a pas d’approximations? pas d’extrapolations (en particulier justement dans le cas des mesures de température moyenne à la surface de la terre)? Pas d’erreurs possibles?

        « Et lorsque les mesures confirment la théorie, qu’est-ce qu’il se passe ? »
        On est en droit de considérer sa théorie comme suffisamment exacte et précise pour pouvoir continuer à travailler avec. Pour le réchauffement c’est pas vraiment le cas, et il ne s’agit pas de centièmes de °…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *