Ca coûte très cher le temps, mon bon monsieur Sarkozy…

Reflets vous recommande la lecture de l’article en page 3 du Canard Enchaîné de cette semaine. Un joli résumé de la réalité concernant la crise financière actuelle. Vous vous êtes tous réveillés ce matin avec
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

24 thoughts on “Ca coûte très cher le temps, mon bon monsieur Sarkozy…”

  1. Mais ! Reflets est vraiment un sale repaire de conspirationistes paranoïaques, entre ça et la théorie du complot sur les moyens de surveillance électronique…Vraiment, qu’est-ce qu’on invente pas pour faire peur à tout le monde.

    En vrai, tout va bien et tous nos dirigeants sont à la fois responsables, intelligents et ne penses qu’au bieu de leur populasse :)

    Qui pour un apéro champagne/coke/prostituées avec moi pour fêter ça ?

  2. Je ne suis pas convaincu sur le sujet des CDS : à partir du moment où les banques ont accepté la décote, le mécanisme de CDS n’entrera pas en compte.
    Il semble faire consensus qu’à partir du moment où le défaut (puisqu’une décote est un défaut) est accepté « volontairement » par les banques, l’IIF n’active pas les mécanismes de CDS.
    A priori, activer le mécanisme de CDS reviendrait à sauter dans l’inconnu : j’imagine que comme les subprimes, il y en a un peu partout et les conséquences d’une activation sont imprévisibles…

    1. Ce que je voulais dire c’est : à partir du moment où on décide que 50% n’est pas un événement de crédit… Ou se situe ledit événement ? 80%, 99% ?

      PArtant, je me met à la place des investisseurs : à quoi me sert un CDS sur la dette d’un pays si les événements n’en sont pas ? ie : si je ne peux jamais actionner l’outil. Bref, les effets de cette décision sont **aussi** un saut dans l’inconnu.

      :)

  3. Le plan repose sur 3 points :
    1) Des pays hors europe vont participer au plan de sauvetage.
    Or les Allemands (les seuls qui en avaient les moyens) ne veulent pas mettre un euro de plus dans le plan de sauvetage. Tel est le mandat de la chancelière.
    redisons le : ceux qui en profitent le plus ne mettront rien de plus dans la cagnotte.
    2)L’abandon de créance est volontaire. Aucuns hedge fund ou autre banque privée hors europe ne va déclencher un « credit event » (un appel aux assurances) qui ferait assurément écrouler le système bancaire grecque puis par extension italien/portugais/irlandais puis français. (l’espagne tombera au premier semestre pour d’autres raisons)
    3)un certain nombre de gouvernements feront passer l’intérêt européen avant leur réélection, de la même manière que le gouvernement slovaque ou espagnol.

    Est ce que tout cela va marcher ? Disons que cela n’a pas encore échoué.
    (inutile de me répondre, je suis allé acheter des sacs de patates)

    1. >>)L’abandon de créance est volontaire.

      Anéfé©!

      En même temps, entre 50% de décote et 100%, vous choisiriez quoi vous ? A mon humble avis, les banques se frottent les mains de n’avoir à assumer que 50 %

      1. Au niveau bancaire, le FMI parle depuis le dernier rapport sur la grèce de 65 à 75% d’abandon de créances.

        Il faudra à nouveau sauver la grèce/l’euro/l’europe d’ici la fin de l’année (avant sans doutes).
        Et j’ai plus de chances de faire l’aller retour terre lune en vélo que la France de conserver son AAA.

      2. Pour le 2) Tu fais preuve de naïveté à mon avis, au premier bilan bien dégradé y’en a UN qui va le faire alors il le feront tous, les réassureurs n’ont pas put gérer la crise des subprimes alors celle là…

        1. Non non je ne fais pas preuve de naiveté, car je ne crois pas une seconde à ce qu’un seul des points du plan fonctionne. Mais c’est quand même sur tout ça que l’accord d’hier a été conclus.

      3. D’autant plus que cette décote partielle a pour contrepartie une « recapitalisation » qui est quand même une des plus belles arnaques de ces dernières décennies, qui n’en a pourtant pas manqué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *