Au fait… On se bat pour quoi ?

En Europe, des manifestations éclatent pour protester contre ACTA. Plusieurs milliers de personnes ont défilé en Pologne et plusieurs villes de France ont vu chacune quelques centaines de personnes défiler. Aux États-Unis, des manifestants ont
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

36 thoughts on “Au fait… On se bat pour quoi ?”

  1. Oui, mais malheureusement, c’est un des défauts de leur démarche. D’abord, ils n’ont pas de projet défini, hormis « lutter contre la société de surveillance et l’oppression de la finance et des gouvernements ». Vaste programme…

    Sur la forme, comme n’importe qui peut se réclamer d’Anonymous, il suffit qu’un taré commette par exemple un crime en leur nom pour les discréditer définitivement.

    Je pense que tous ces mouvements devraient:
    – Se focaliser sur une cause bien précise
    – Choisir les méthodes qu’ils emploient, et les cibles qu’ils visent
    – Le faire savoir à tout le monde.

    Sinon, bon article, mais il y a un point de réflexion qui n’est pas souvent évoqué. Comme tu le dis, Internet révolutionne la façon dont les gens interagissent entre eux.

    Il y a une contradiction flagrante entre ce moyen de communication qui est à l’échelle mondiale, et les lois d’une nation qui s’arrêtent aux frontières.

    Lois qui justement définissent comment les gens sont censés interagir entre eux (ou plutôt, les limites à ne pas dépasser dans le cadre de cette interaction).

    Partant de là, si on considère, dans un cas comme dans un autre, que la situation actuelle en matière de législation (« selon que vous soyez puissant ou faible ») n’est pas satisfaisante, on peut partir vers 3 options:

    – On continue à faire des lois qui s’appliquent à l’échelle d’un territoire. Et petit à petit Internet finira par se fragmenter en fonction des frontières. Mais un Internet fragmenté, c’est plus Internet.

    – On pond un traité international, qui laissera probablement les populations sur le carreau (pour ce qui concerne le débat). Sans compter que ça implique de mettre tout le monde d’accord sur ce qu’on accepte ou pas. Internet permettant aux gens d’interagir avec d’autres, ça revient à définir une sorte de « code de conduite mondial ». Bref, ça sera pas la panacée…

    – On ne fait rien. Non seulement je doute fortement que cette option soit retenue, mais en plus, je ne pense pas que ce soit une bonne chose.

    Quand on y réfléchit bien, ça fait moins de 20 ans qu’Internet s’est vraiment démocratisé. Et c’est normal que nos sociétés soient confrontés à ces questions, parce qu’elles n’ont pas (moi y compris) assez de maturité sur le sujet.

    Ce qui est par contre dommage, c’est l’absence d’un débat digne de ce nom, de la part de nos politiques comme des grands médias…

  2. Merci pour cet article ! En effet, personne n’a apporté de réponse à la question « Mais après, on va où ? ».
    Ce qui suit n’est que l’opinion d’un citoyen parmi d’autres et n’engage que moi : des mouvements comme les Anonymous ou les Indignés, auront eu le mérite d’attirer mon attention sur certains sujets d’actualité. Ces mouvements m’ont poussé à chercher les informations par moi-même et à développer mon esprit critique. Je ne souhaite pas me laisser gaver d’information ni par eux, ni par les médias, ni par qui que ce soit, sans même vérifier ce qui se dit. Si certaines de leur action me semble contestable, ils ont à mes yeux le mérite de réveiller des consciences. « Mais après, on va où ? », j’espère que c’est vers un monde où nous nous laissons moins abêtir :)

  3. je plussoie le commentaire de foo sur la partie « on se fout des anonymous » , probablement liée à une maladroite formulation voulant signifier que la question des Anonymous en soi n’est pas le point de focale central de l’ensemble des problèmes posés par la mutation en cours.

    Quoique l’on pense d’eux d’ailleurs, leur existence comme leur actions, leur propos comme leurs préoccupations, sont un des reflets cohérents de la mutation de la société humaine en ce début du 21eme siècle et de certains (pas tous) questionnements nécessaires et/ou incontournables.

    La nouveauté , et ce qui fait peur à beaucoup , c’est que ce mouvement est planétaire.
    Et comme apparemment il n’y a pas de « chef » , il y a de quoi désarçonner plus d’un dinosaure dans ses habitudes car cela ne correspond en rien à son éducation, son formatage et ses habitudes.

    La réponse facile serait pour ces dinosaures, de les qualifier d’ « Anarchistes » , mais là encore raté , si certains le sont peut être oui, d’autres ne le sont absolument pas, la question centrale étant les préoccupations communes, et non le costume réducteur préfabriqué qui n’a plus aucun sens aujourd’hui.

    En tous cas clairement, ils ne sont pas la question posée ou le problème central, tout au plus juste l’un de ses avatars.

    1. Oui, je ne me fous pas des Anonymous puisque je suis sur l’IRC des Anonops :)

      Je parlais, évidemment, du contexte précis de la manif avec quelque chose de précis à transmettre.

      Dans ce cadre on se fout tout autant de Telecomix, des blogueurs X et Y, etc. Je voulais juste dire ça.

      Et je suis 100% d’accord avec ta dernière phrase. :)

  4. La comparaison avec le livre est savoureuse… Il est aisé d’ouvrir un livre, mais combien le font ? Si les révoltent portées par les réseaux sociaux sont si creuses, ne serait-ce pas parce qu’il manque un peu de fond, de bases, de lecture ?
    Les gangrènes de nos démocraties sont assez proches de celles des démocraties grecques, il y a plus de 2000 ans. Les philosophes et scientifiques (c’étaient les mêmes, à l’époque) ont décris les mécanismes du pouvoir, les collusions, la police privée, tout ce qui a détruit la démocratie grecque. Qui les a lus avant d’aller voter ou de simplement mettre un commentaire sur S’Book ?

    Si seulement (rêvons un peu), l’internet ouvert le soit pour diffuser l’histoire et ses leçons…

    1. Un mot rapide pour ne répondre que partiellement : il est toujours plus facile de diffuser des messages et débattre avec ses proches, ses voisins, ceux qu’on a à côté, ceux qu’on voit au bistro du coin.

      Avec Internet, on a _beaucoup_ plus de voisins. :)

  5. Ça avance doucement. Un embryon de pensée. C’est réellement un bon « début » qui permet de sortir vaguement de certitude gauchos et de l’avis politique de kévin, 13 ans.
    Il reste, certes, du travail sans doute nécessaire pour éviter de s’agiter en tout sens et de promouvoir malgré soit les mêmes valeurs aristotéliciennes que ses « prétendus » adversaires.
    Bon, bien sur on est pas sorti du folklore révolutionnaire et pré puber pour militant-citoyen-du-monde petit bourgeois du quartier latin. Mais, ça fait franchement plaisir de lire, enfin, une ouverture et un peu moins de certitude absolue.
    Manque plus qu’une réelle réflexion sur la propriété intellectuelle, avec toute la nuance que cette notion mérite, une réflexion sur le rôle et la place des artistes, entre autre.
    Autant dire une stratégie, autant dire de la tactique, autant dire de la maturité et moins d’idéologie.
    Après le pathétique de la défense de MU, dealer de merdes grands publics, suceur de major (qui sont par ailleurs) et de leurs modes de pensées comme de représentation, cet article est frais. Il sort finalement, de la dérive matérielle et purement, bassement formelle de la dite défense de Megaupload. Avec cet article, je me dis que finalement les anonymous (vague) auraient pu faire ce qu’ils auraient du faire : couler eux mêmes Megaupload.

  6. Bon article, bonne rédaction. J’emettrais tout de même un bémol sur les « Anonymous » qui commencent à mon goût à être beaucoup trop médiatisés pour être crédible (ben oui ce qui appartient au système n’ira jamais permettre qu’on puisse le contrer sans en tirer profit ou le tourner au ridicule).
    A côté de ça j’admire cet élan d’indignation de la masse lorsqu’on lui montre qu’elle ne controle rien, bien sûr la liberté du net c’est bien, mais trop libre il devient dangereux pour le systeme, on ne peut pas laisser faire ca :)
    Alors oui on vous fait savoir aujourd’hui en grande pompe qu’une loi a été décidé dans l’ombre par plusieurs dirigeants de pays dit democratiques (democratie … le pouvoir appartient au peuple, pourquoi lui cacherait-on se qui se negocie pour sa vie quotidienne ? ou alors je me trompe et la democratie n’est plus à l’ordre du jour!) pendant qu’à côté on vous a rabacher pendant 2 ans qu’il n’y avait pas de crise (d’ailleurs au lieu de s’occuper de leur grands amis propriétaire d’universal&co ils auraient peut être du se sortir les doigts à propos de celle-ci nan ?).
    Et par tout l’art de la magie, on vous fait regarder d’un côté pendant que de l’autre on fait nos petites magouilles.
    Laissez les protester contre cette loi, tant qu’on peut encore les plumer c’est pas un gros problemes, pis au moins ils ne regardent pas trop ce qui se passe ;)
    La beauté de la chose, c’est assez énorme n’est-ce pas … tellement qu’on a pas envie d’y croire.
    Je ne vous demande pas de me croire, mais si vous voulez regarder un peu plus loin, lisez ou ecouter ce que des personnes comme Pierre Jovanovic, Alain Soral ou Etienne Chouard peuvent penser de ce que le systeme pourrait nous préparer.
    Ne prenez pas pour argent comptant ce qui se dit, ecoutez les en vous faisant votre propre reflexion, rien ne vous empeche d’adherer à certaines de leur idées/pensées tout en en rejetant d’autres (c’est le cas pour moi avec Soral avec qui je ne partage pas du tout les meme idées politique) et surtout reflechissez-y. Passez outre les théories conspirationnistes, mais écoutez en pensant, pas en apprenant (l’inverse de ce que l’ecole vous apprends :) ).

    Je suis désolé du méga hs que je viens de faire, mais quand je pars sur un sujet qui me permet de devier, je prend le virage avec entrain et beaucoup de plaisir. Si jamais tu voulais me censurer à propos de certaines choses fait le moi parvenir avant ;)

  7. Je republie ce texte qui, je ne sais pourquoi, s’est perdu en amont…

    Concernant la citation de Benjamin Bayart: « une société, c’est la somme des interactions entre les individus qui la composent » je ferais remarquer que « le tout est plus que la somme de ses parties » (holisme). Exemple => une maison est plus qu’un tas de briques. La société est donc plus que la somme des individus qui la composent et même des interactions qui les unissent: un groupe de chercheurs n’additionne pas les chances d’aboutir, il les multiplie.

    Le système auquel nous nous heurtons est malade de privilégier quelques individus au détriment de tous les autres (99%… et +). Et « tous les autres » c’est la société, la vrai, pas un clan de nantis prêts à tout pour non seulement sauvegarder leurs privilèges mais de plus pour les augmenter jusqu’à l’indécence. Voila ce que l’individualisme contemporain a produit.

    Le problème se pose donc entre l’individualisme et le socialisme (sens générique du terme hors toute notion de pédalo). Sachant que dans la vie nous avons tous à défendre nos intérêts individuels mais aussi nos intérêts collectifs (par exemple internet, tout seul c’est moins gai !) nous nous devons de nous arranger pour que ces deux formes d’intérêt coïncident et c’est heureusement souvent le cas (une route se construit dans l’intérêt de chacun en particulier mais également dans celui des services publics et autres entreprises). Mais lorsqu’il y a conflit d’intérêt, par exemple lorsque cette route doit traverser une propriété privée afin d’éviter un tracé dangereux, c’est l’intérêt collectif qui doit primer. Voila qui se fait peu ou prou dans toutes les collectivités locales via entre autres les expropriations et voila qui se pratique moins à plus grande échelle, les lois Hadopi ou ACTA en étant un parfait exemple mais également toutes les attaques libérales dont nous sommes victimes aujourd’hui, telles le recul des retraites, la TVA dite sociale, la privatisation des services publics, etc, etc, etc…

    Que nous le voulions ou non notre démarche est politique dans le sens générique du terme là aussi, c’est à dire qu’il tente d’influer sur la vie de la Cité. Cette vie est motivée par la double recherche du bien-être personnel et collectif, les deux étant intimement liés (n’est-on pas plus heureux quand son entourage l’est aussi ?…). Nous découvrons aujourd’hui où nous mène la loi de la jungle où les individus les plus « forts » imposent leur dictature. A nous de rééquilibrer la donne en rendant à la société son rôle fédérateur sinon décisionnel en cas de conflit individu/collectivité, cette dernière mesure étant la seule à pouvoir préserver des pulsions hégémoniques de certains individus ou groupes d’individus.

  8. J’ai l’impression que l’auteur se mélange un peu les pinceaux entre le fait qu’internet est la cause de la « révolution » et un moyen de mener à bien cette « révolution ».
    Parce qu’au final, j’ai l’impression qu’il dit que c’est internet qui a provoqué un besoin d’une révolution dans les pays arabe l’année dernière, or certes internet a joué un grand rôle, mais il ne faut pas non plus exagéré, si révolution il y a eu, c’est parce que les mentalités étaient enfin prêtes à se débarrasser des dictateurs en place!
    Ne pas tout confondre!

    Et pour résumer, on se bat pour quoi? Parce que du coup j’ai pas bien saisit les éléments de réponse…

  9. Bon article, et commentaires très instructifs, Reflets prend de l’ampleur, ça fait plaisir.
    Pour faire court et éviter les doublons : des manifestations… and what else ?

    Ben, c’est déjà ça. C’est bon à prendre. Le signe d’un ras le bol général. C’est diffus, relativement imprécis ? Oui, mais c’est convergent et international.
    Pour ceux qui se donnent la peine de réfléchir, les motivations semblent à peu près claires.
    Et comme le mouvement est relativement nouveau, les lignes de force finiront par s’imposer d’elles-mêmes.
    Les associations et les éventuelles scissions verront le jour prochainement.
    Ensuite, pour ce qui est du ressort du symbole, c’est chacun son choix, à la limite.
    Anomnymous me semble (personnellement) être suffisamment large, universel et « pluriel » pour être fédérateur.

  10. « Mais après, on va où ? »…
    La question n’a pas de sens dans une société complexe. Comment le saurions-nous ?
    Le futur ne sera que la somme de nos créations, de nos recherches, de nos espoirs, fruits de notre liberté acquise ou retrouvée.
    A quoi servirait d’avoir des plans de société alors que, même au niveau individuel, nul ne maîtrise son propre destin !

    « Want to make God laugh ? Tell him your plans… »

  11. honnetement, je pense que les gens se preoccupent plus de leur « pouvoir d’achat » et de leurs rentrées d’argent, que de acta et compagnie.
    Peut etre craindrait on la censure qui suivrait, quand la pression sur le porte monnaie sera trop forte.

  12. Il faudrait aussi arrêter de croire que la Tunisie et l’Égypte se sont soulevés juste à cause d’un ras le bol politique. Le gros déclencheur, c’est quand même le manque de bouffe et les prix exorbitants de celle-ci.
    Un peu comme la « révolution » Française, où le peuple affamé allait quémander du pain sous les fenêtres du roi.
    « S’ils n’ont pas de pain, qu’on leur donne de la brioche » dixit Marie-couche-toi-là-Antoinette.
    Supprime les restos du cœur, secours pop, croix rouge etc… je ne donne pas une semaine avant que se soit le merdier le plus complet chez nous.

    « la lutte contre des formes différentes de soumission économique et politique. »
    Du coup, tu as bien fait de placer « économique » avant « politique ». Bien vu.

    Pour le moment sur le net, c’est le cri du cœur ce combat.
    Le cri du ventre se passera lui, dans la rue et là, madame Michu (pour ne citer qu’elle), sera dans nos rangs et elle saura pourquoi elle se bat.

    Bon article KheOps.

  13. Article intéressant. J’ose une réponse : on se bat pour la démocratie. Notre système actuel n’en est pas une, la démocratie, la vraie, passe par le tirage au sort.
    Il faut ABSOLUMENT écouter Etienne Chouard sur ce sujet. Et après, il faut diffuser l’info, comme je le fais là.

    http://www.youtube.com/watch?v=6LB462z-j70&feature=youtube_gdata

    http://www.dailymotion.com/video/xiyzhh_etienne-chouard-conference-le-tirage-au-sort-comme-bombe-politiquement-durable-contre-l-oligarchie_news#rel-page-under-6

  14. Merci pour cet article qui m’a vraiment plus, de même pour les commentaires construits et relativement pertinent!
    La notion de « démocratie liquide » est curieuse, je vais m’y pencher dessus.

    EulPingouin: Je suis d’accord avec toi.

    A mon échelle je vois beaucoup de gens se « révolter » (quelqu’en soit l’objet) mais j’ai l’impression que peu s’interrogent vraiment sur le fond du problème qui les mobilise.

  15. Non de dieu de bordel, arrettez de nos briser les ovaires avec des

    Pierre Jovanovic, Alain Soral ou Etienne Chouard

    pour ces biiiip, Madelin est un dangereux gauchiste

    Les honnêtes gens comme emma sauront se servir de leurs outils de réflection préférés
    malheureusement dans le cas précis W n’est d’aucune utilité
    et je m’en voudrai de mettre un quelconque lien sur ces biiiiip manipulateurs
    qui polluent méthodiquement des sites comme les vôtres

  16. Je suis en dépression à cause d’ACTA, je ne suis pas une no-life mais à chaque jour, quand j’ouvre mon PC, j’ai peur qu’ACTA aille pris le dessus d’Internet. Je veux juste que se soit une bonne blague à la con, Je ne veux pas qu’Internet deviennes comme ça ! Pitié, j’ai peur !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *