Attention : manager un pays comme une entreprise peut nuire

Cela fait moins d’un mois que le plus jeune président français de tous les temps a été élu. Une fois passé l’instant clip-promotionnel de la pyramide du Louvre — basé sur une longue procession pédestre
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

27 thoughts on “Attention : manager un pays comme une entreprise peut nuire”

    1. j’eûs préféré un site moche avec un accès libre (i.e. sans login ou autre) et gratuit, qui tourne sur les donations, plutot qu’un énième site qui tease ses articles pour te demander de passer à la caisse… tant pis.
      Avant je donnais des sous volontairement, pour faire marcher votre projet, maintenant, j’ai vachement moins envie. D’accord, votre abonnement n’est pas bien cher, mais à mon avis, tout ça vous fait entrer dans une logique de petits épiciers. Si vos informations méritent d’être dites, elles méritent certainement d’être lues, alors pourquoi faire la différence entre ceux qui raquent et les autres ? Si des petits malins cassent votre site et ouvrent l’accès aux articles, est-ce que vous allez leur courir après comme un épicier cours après un voleur de mandarines ? Si oui, je trouve ça abusé, d’un point de vue éthique. Et si non ça fait encore une différenciation dans votre public, entre ceux assez techniques pour avoir accès à l’information, et ceux qui ne le sont pas et qui liront les news de yahoo.
      vous avez probablement de « bonnes » raisons de fermer l’accès à une partie de votre site, mais tout à coup vous ressemblez plus au Parisien qu’à un média intéressant.

      1. J’oubliais, je trouve ça aussi très dommage que ce changement se fasse sans prévenir vos lecteurs en amont (ou alors j’ai loupé le billet). J’ai un peu l’impression qu’on m’a claqué la porte au nez, et que, pour le coup, Reflets.info *est* géré comme une entreprise, avec sa clientèle qui rapporte, celle qui rapporte moins, ses frais etc.

          1. Et hop, un lecteur de moins !
            Dommage, certains articles étaient intéressants.
            Mais comme vous semblez déranger les bien-pensants, je prédis qu’en devenant payants, vous allez juste crever et vous ne dérangerez plus personne.
            RIP

          2. Pour info :

            On lit dans ce billet : « C’est donc pour cette raison que nous avons décidé de conditionner l’accès à certains articles à un abonnement, mensuel ou annuel. » On peut donc supposer que Reflets avait prévu d’aller dans le sens d’une des propositions (intéressantes) faites par hibiscus ci-dessus.

            D’autre part, il semble (d’après Antoine Champagne en commentaire du même billet) que le passage à l’abonnement soit une phase nécessaire à une souscription par lapresselibre.fr, chose à laquelle j’adhère tout à fait (cf. nextinpact.com et arretsurimages.net).

  1. … et quand on vous fait un virement permanent depuis plus de 2 ans et que vous vous donnez même pas la peine de nous avertir par mail pour pouvoir s’abonner contrairement à ce que vous déclarez dans votre billet de présentation, je trouve que c’est moche. J’arrête le robinet si à la fin du mois, jen’ai pas de nouvelles de votre part…

  2. Désolé, Drapher, mais je crois que les commentaires (aussi rares que les abonnés) vont tourner autour de tout autre chose que le sujet de vos articles, jusqu’à ce que la situation soit plus claire. Parlons donc du pachyderme installé au milieu du salon.

    Je ne sais pas si les barbus de Reflets savent où ils vont, en tout cas un calcul rapide montre que 5300 Euros (leur target) divisé par le prix de l’abonnement, 3.6 Euros, donne 1500 pékins, ou cochons de payants, ou privilégiés (cette dernière catégorie étant la plus désagréable, surtout que j’en fais apparemment partie).

    1500 abonnés, cela n’a l’air de rien mais cela chiffre. J’affronte un problème similaire là où j’officie (1000 dans mon cas), raison pour laquelle je compatis.
    Je donnerai donc mon humble opinion, qui est la suivante : si vous ne permettez qu’aux « abonnés » de lire les articles, plus personne de vous lira dans un délai assez court. En conséquence, il me semble que la situation actuelle ne va pas pouvoir durer.

    A partir de là, vous avez plusieurs possibilités :
    – Définir vous-même quels articles vous laisserez complets. Il en faut au moins quelques-uns, et celui qu’Antoine vient de publier sur un procès vicieux que vient de déclencher la « République en Marche » me parait faire partie de ceux-là car c’est une info. Note : le présent article est plus d’opinion donc… Mais discriminer de cette façon va enlever de la visibilité à d’autres articles comme le présent.
    – Une deuxième option pourrait être de laisser les articles visibles, mais verrouiller les commentaires, style Le Monde, mais sans la censure vicieuse… C’est une autre forme de discrimination, mais « au moins » les articles sont visibles.
    – Une troisième option serait un mix des antérieures. Vous laisseriez une partie des articles visibles (plus que les trois lignes de ce que j’ai vu avant de me faire introniser), pour que les lecteurs se fassent une idée, les articles d’info pure seraient, eux, entièrement visibles ; quant aux commentaires, vous pourriez les laisser ouverts (sachant que commenter un article pas lisible laisse un gout de discrimination aussi).
    Voilà, à la machette, comment je vois le jeu. S’il y a d’autres abonnés dans la salle, je les invite à s’exprimer aussi.
    Et aussi, quelque part, écrire des commentaires qui ne seront lus par personne, pas enthousiasmant …

    1. C’est vraiment dommage.
      Mettez nous donc quelques pubs (regardez ce que vous me faites dire).
      Une petite bannière, thales ou bull par ex… ou le pizzaiolo du coin.

      Vous allez vous niquer le ranking en plus :(

      Je suis pas contre le principe de payer, mais le truc c’est que je lis pas UN SEUL site d’infos, je lis tous ce que je trouve dans google news, en plus de mes flux persos, et même plusieurs fois par jour quand je me fais trop chier.
      J’ai besoin de comparer les trucs qui m’intéressent ou me semble louche. Si je lis qu’un chien à mangé une pomme, je vais voir sur 2 ou 3 sites,(parfois plus les jours ou j’aime les chiens) différents pour voir comment le chien à mangé la pomme. Parfois un des site va m’apprendre en bonus que la pomme était rouge, ou que le chien à sali le sol après.

      Si la plupart des sites décident de passer en mode payant, je suis sensé les payer tous ?
      Comment choisir qui mérite quoi ?
      Quelles sont mes options ?
      – Ne rien payer : Petit a petit, tout est plus merdique. J’en vois même un qui me dit que la pomme était empoisonnée par une complotation, un autre que le chien s’est fait enlevé par des aliens.
      – En sélectionner un ou deux parmi plusieurs d’excellente qualité, dans la limite d’un budget serré.
      Décision difficile, j’aurais jamais le temps de vraiment trancher. Je suis aussi indécis que radin. Autant continuer de rien payer. Les aliens c’est cool tfacon.

      MOI j’apporte LA SOLUTION :
      On (ou plutôt vous chez citoyen) faites un site. Tous les sites du monde deviennent partenaire de ce site.
      Les rares utilisateurs qui en ont quelque chose a foutre de comment vous allez manger peuvent insérer leur budget dans un porte monnaie virtuel.
      Tous les sites du monde partenaire foutent un module de tracking a la google. (tout le monde le fait c’est bon on a passé ce stade respire)
      A la fin de chaque mois, le site répartit le budget de chaque utilisateur selon la répartition des visites / temps de lecture / http / etc
      Voila.

      Bon j’ai écrit tout ça alors que ça existe peut être déjà.
      Je vois que « Laurent Joffrin, le patron de Libération » a proposé un peu le même délire en 2009, Sauf qu’il voulait taxer directement sur la facture du FAI ce bougre d’imbécile (Si tu me lis Joffrin, t’es un sale branleur).
      Le plus ironique c’est que son article il est en mode abonné donc j’ai pas plus de détail. Vous voyez comment c’est de la merde votre système ?
      http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20090603.RUE0736/joffrin-propose-un-paiement-global-pour-les-sites-de-presse.html

    2. Je lis tous ces commentaires et analyses négatives sur notre passage au payant. Je repense à la conférence gesticulée de Lunar de ce samedi soir que je suis en train de mettre en ondes pour la N°2 du Pistolet et la Pioche (#LPLP c’est du travail un peu long soit dit en passant). Lunar dit, vers la fin de sa conférence, quelque chose de très intéressant à mon sens : « Il va falloir s’habituer à payer [si on veut avoir une maîtrise du réseau], pour se réemparer d’Internet. Il faut des paysans de l’Internet, qui fabriquent des bouts d’Internet. » La suite ici : « Nous sommes des paysans de l’Internet : achevez-nous… ou sauvez-nous ! »

      1. Je le sens dégouté, le Drapher.

        Keep cool, Man ! Je ne sais pas si c’est mon commentaire qui vous parait négatif; si c’est le cas, j’ajouterai que peut-être un jour notre communauté « décollera » ou « prendra le large », en attendant elle a toujours une frontière avec l’ancien monde, une frontière qui est justement celle-là (exprimée en Euros ou Dollars, ou en pesos pour moi).

        Donc, courage ! La mauvaise humeur des habitués et des autres est un passage nécessaire : perso, je m’attendais à votre décision depuis un certain temps déjà ,mais cela surprend toujours.

      2. Bonjour.
        Pour ma part je suis un peu « deg » car j’avais mis en favori plusieurs articles sur la Syrie de Menkevick (articles pouvant être considérés comme controversés mais qui étaient les seuls dans nos média à offrir un angle d’approche un peu plus complexe …).
        Or je découvre en revenant à ces sources que désormais c’est devenu payant (très rapidement sans avoir le temps de se retourner : information début juin pour passage payant immédiatement après).
        La méthode est un peu brusque, il faut quand même l’assumer …

        Mais je respecte : l’information a un prix, surtout quand elle est de qualité, ce qui est le cas de l’information donnés par reflets.
        Pour autant je pense qu’il faut vraiment réfléchir au modèle payant : ne rien laisser en libre accès c’est courir à la mort à terme.
        Il faudrait laisser au moins le début des articles en accès libre (comme le Monde diplomatique qui permet de lire 10-15% des articles), et mettre aussi certains articles en libre accès pendant 24-48h (comme arrêt sur image) afin de promouvoir reflets.info et donner envie à des lecteurs potentiels de s’abonner.
        Sinon j’ai bien peur qu’à la longue, il n’y ait pas de nouveaux lecteurs et qu’une partie des abonnés s’en aille.

        Cordialement et en espérant que reflets fonctionne avec ce nouveau modèle qui s’imposait logiquement (pensez juste jusqu’au bout à avoir des lecteurs et comment arriver à en avoir …).

        1. On prend tout ça en compte, et on discute, et au final on va faire des choses autres que juste verrouiller. Mais il y a du boulot technique en coulisses pour offrir bien mieux que ce qui est en place aujourd’hui, donc un peu de patience, ça va viendre…

  3. Le monde du libre ce n est plus ce que c etait:
    – d abord ils acceptent l entrisme d adeptes de la societe panoptique (genre pour controler qu il y a bien partage egal des taches menagere, pour savoir si tu fais bien pipi assis ou qui veut encore, sous pretexte d’habitus bourdieusien et d’egalité, forcer les femmes a exercer des metiers qui ne les interesse pas [ou est ce par manie de la symetrie, digne d un TOC ou par rationalisme morbide ?].
    – passe le site web en mode payant.

    Vous etes decevants…
    Mais apres tout la deception n est que la reconnaissance de sa propre erreur de jugement…

  4. Bon, comme Drapher fait la gueule de ne pas avoir de commentaires à son article, je me fends d’un…

    Je n’ai évidemment pas voté pour ce keum, et l’attitude « Laissez-lui une chance », je la laisse aux voteurs utiles qui l’ont choisi par défaut en face de Marine. Le jour où les gens voteront pour leurs idées, cela signifiera qu’ils en ont. Mais nous en sommes très loin.

    En même temps, c’est un banquier, une des créations les plus anciennes de la civilisation et qui n’a jamais évolué, n’attendez pas de lui des progrès.
    Et puis c’est un premier de la classe, donc par définition quelqu’un qui a été éduqué à mépriser le bas-peuple, certainement pas à faire quelque chose pour celui-là. Il serait effectivement intéressant de savoir qui sont ses supérieurs (le conseil d’administration, les actionnaires majoritaires).

    1. « En même temps, c’est un banquier »

      Je vois cet argument revenir un peu trop souvent, et j’aimerais qu’on m’explique en quoi c’est pertinent.
      C’est juste un procès d’intention.
      Tout le monde n’est pas soumis a son travail, a son patron ou a son groupe social. On peut aussi voir le verre a moitié plein : Il est banquier, donc il pourrais aussi en savoir plus sur les abus, les améliorations possibles, etc…
      alors qu’un autre n’aurait même pas eu conscience de certaines pratiques abusives, et du coup rien a foutre. Il a la possibilité de taper la ou ça fait mal si nécessaire.

      Si vous avez un argumentaire solide, pas la peine d’en rajouter pour rien. Ne donnez pas à vos adversaires l’occasion de vous accuser de mauvaise foi.

      1. Eh bien voilà, le débat reprend !

        « Je vois cet argument revenir un peu trop souvent ». Peut-être justement parce qu’il est pertinent, justement. D’ailleurs vous non plus vous ne présentez pas d’arguments solides : les élements que vous avancez sont trés superficiels. Par exemple, le typique « Il a la possibilité de taper la ou ça fait mal si nécessaire », sans dec ! Comme François Hollande, peut-être ?

        En quoi le fait d’être « conscience de certaines pratiques abusives » donne-t-il le courage de s’y opposer ? La réponse est : « en rien » ! C’est même une constante de l’univers que d’acheter la fidélité des gens, et où trouvons-nous la plus grande concentration d’argent, et ce depuis la nuit des temps ? Je vous laisse trouver la réponse tout seul.

        Le dialogue étant soigneusement verrouillé, prenons plutôt une logique inverse sur un exemple précis : comment, dans une logique de banquier, faites-vous pour apporter une solution au dilemme de la santé, qui est, je le rappelle, que tout le monde devrait y avoir droit, tout en étant capable de garantir aux médecins le statut qui leur revient.
        Dans un système décrit par les économistes, il n’y a pas de solution et il ne peut pas y en avoir, ou plutôt la solution donnée est de réduire les uns et les autres en esclavage. Et il en est ainsi de pans entiers de la société, incluant le journalisme justement, parmi beaucoup d’autres.

        Et si, des gens ayant les tripes pour sortir de cette logique, il y en a, mais vraiment très peu, et c’est un luxe.

        Merci aussi pour l’accusation de mauvaise foi bien dissimulée à la fin de votre intervention derrière un paravent d’ « adversaires » hypothétiques. En quoi suis-je de mauvaise foi, pardon ? De dire ce que je pense ?

        1. « Peut-être justement parce qu’il est pertinent, justement. »
          Dans quels cas un procès d’intention serait valide ? Remplacez banquier par juif, arabe ou mécanicien.

          « Merci aussi pour l’accusation de mauvaise foi bien dissimulée »
          Bof, pas tant dissimulée que ça :p Mais je ne dis pas que vous l’êtes personnellement (même si vous en donnez l’impression), je dis que ce type d’argument est objectivement invalide.

          Pareil pour cette phrase, qui est même pire :
          « Et puis c’est un premier de la classe, donc par définition quelqu’un qui a été éduqué à mépriser le bas-peuple »
          Je sais pas quel dictionnaire à cette définition, mais une fois encore, argument foireux.
          On peut être premier de la classe ET extrêmement humble, on peut être banquier ET avoir une réelle envie d’aider les gens. Je ne dis pas que c’est le cas de macron, je dis que c’est pas un argument valide dans un débat.

          D’après wikipedia, il a travaillé plus longtemps en tant qu’inspecteur des finances qu’en tant que banquier. Donc en se basant sur votre type d’argumentation il pourrait tout aussi bien être un incorruptible inspecteur infiltré dans la finance ;)

          1. Salut Anon, vous avez une manière assez savoureuse de ne pas répondre aux questions, m’accusant de je-ne-sais-quoi, et j’avoue que vous êtes assez habile (pour vous défiler, j’entends).

            Sauf que vos arguments, je crois que je peux les attendre longtemps. Votre langage qui commence à verdir indique d’ailleurs que vous n’en n’avez pas vraiment.

            Il y a effectivement un débat à avoir avec les gens qui valent la peine (qui ne s’appellent certainement pas « on »), et avec lesquels j’adorerai construire quelque chose. Mais visiblement ce n’est pas vous qui amènerez de la matière.

            Je vous laisserai donc continuer à proférer des grossièretés, tout seul, j’ai du lait sur le feu.

          2. Je n’ai pas d’argument et je ne crois pas avoir prétendu en avoir.
            Prenez mon commentaire comme celui d’un non-aligné, qui ne demande qu’a être convaincu, mais à besoin pour cela de vrais arguments.
            Je ne considère pas « C’est un banquier dans une logique de banquier » comme un argument, désolé.
            Si vous aviez dit, par exemple :
            « C’est un banquier [Adjectif négatif] PARCE QUE dans l’affaire [Nom de l’affaire] il a [Action négative pertinente dans le cadre du débat] »

            J’aurais été ou pas d’accord avec vous, mais j’aurais pu me baser sur vos arguments rationnels pour une éventuelle réponse.
            Alors que la, je sens que vous, comme tous ceux qui usent de ce type de rhétorique, essayez seulement de m’embarquer de votre côté en jouant sur mes émotions et mes préjugés sur les banquiers.

            Désolé de vous avoir vexé avec mes « grossièretés ».
            Je vous invite quand même avec ceux que ça intéresse à relire les bases de l’argumentation pour éviter les débats stériles.
            http://www.informationisbeautiful.net/visualizations/arguments-rhetologiques-fallacieux/

      2. euh, il me semble qu’il a choisi d’être banquier, non ? et on parle d’un poste à responsabilités dans une grosse banque genre finance et compagnie, pas guichetier dans une agence du crédit agricole des côtes d’armor ouverte deux matins par semaine… du coup ça me semble être un choix de carrière plutôt qu’un boulot alimentaire… de plus, vu son cv (lycée de bourges (pas la ville) -> grandes écoles -> fonctionnaire pasenbasdelechelle -> banquier -> conseiller ou chef de chaipasquoi à l’elysée -> ministre -> président) on peut difficilement le comparer a un type un peu naif qui n’a pas eu trop le choix et s’est retrouvé là par hasard, un « honnête citoyen » qui va pas hésiter à lancer des alertes s’il voit son chef faire de la merde avec de l’argent public…
        du coup le « procès » c’est pas « bouh c’est un eméchant, regardez il était banquier », c’est « regardez le type que vous avez élu, c’est encore le même modèle depuis deux siècles, c’est un type né dans le pognon, qui a fondé sa vie sur le pognon et les relations poitiques, après avoir apris la vie dans des écoles qui forment les gens à faire exactement ça »

        1. J’avoue avoir vraiment du mal à comprendre ce point de vue (mais faut dire que j’aime l’argent, et que si je trouvais le moyen d’en avoir toujours plus je gâcherais pas ma change).
          Si c’était un pauvre type pas foutu de choisir sa propre voie et sans aucun « talent » (J’ai mis des guillemets parce que sinon ça hurle ;D) pour faire du profit pour lui, pour ses proches ou son pays, bah je me demande bien ce qu’il foutrait président !

          Il a l’air quand même moins sectaire et plus ouvert au dialogue que fillon et tous ses potes les affreux. Je ne crois pas l’avoir entendu balancer un gros mytho ou des chiffres bidons en public, contrairement aux autres.
          A titre personnel j’aurais préféré Mélenchon, et j’ai toujours voté Mélenchon. Et pourtant même lui je l’ai entendu dire de la merde, à tel point que les législatives je les passerait devant mon barbeuc.

  5. Reflets, ne te fourvoie pas dans la bêtise de ces gens qui préfèrent un média dépendant d’un système publicitaire corrompu, reste libre, intègre, continue à être totalement fier de tes contenus ,reste simple ne fait pas attention à cette dure réalité économico-sociale crée par ces gens radins , des gens qui font passer leur pouvoir d’achat avant toute réflexion et qui récolteront demain la pourriture de leurs fruits. À toi lecteur contrarié par le fait que l’existence d’une pensée lumineuse puisse te couter 3,6 euros par mois, continu ton chemin, tu n’as rien compris et surtout en l’état, rien à faire ici …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *