Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par shaman

Yemen : Chat perché !

Un pas en avant, deux pas en arrière. Sous la pression de la rue, les dictatures du Moyen-Orient ont dû apprendre l'art de la danse et à ce petit jeu, les "Présidents Dictateurs Généraux"  ont plus ou moins bien réussi. Ben Ali a rapidement déserté la piste. Mubarak quand à lui, a effectué une adroite pirouette avant d'envoyer sa jolie partenaire Egypte, dans les bras de son pote, le maréchal Tantawi.

Un pas en avant, deux pas en arrière.

Sous la pression de la rue, les dictatures du Moyen-Orient ont dû apprendre l'art de la danse et à ce petit jeu, les "Présidents Dictateurs Généraux"  ont plus ou moins bien réussi.

Ben Ali a rapidement déserté la piste. Mubarak quand à lui, a effectué une adroite pirouette avant d'envoyer sa jolie partenaire Egypte, dans les bras de son pote, le maréchal Tantawi. Mais si nos médias semblent convaincus par la prestation du syrien Bachar Al-Assad et le donnent à l'unanimité, "Interprète de l'année", il y a un autre  challenger prometteur, sur lequel nous aimerions attirer votre attention :

le président yéménite Ali Abdallah  Saleh.

 

Savez vous danser Saleh ?

Le printemps est chaud. Les yéménites sont de sortie : plus de 20 000 se rassemblent ainsi le 23 février à Sanna, la capitale. Comment Saleh va-t-il gérer cette affluence ?

Suivez l'artiste : les pas sont simples :

Un pas en avant ...

Le 23 avril, Saleh accepte un plan pour partir du pouvoir dans les semaines qui viennent en échange de l'immunité. Le plan est accepté par l'opposition.

Un pas en arrière ...

Le 30 avril, Saleh sabote l'entente en refusant de la signer en tant que président. Il n'accepte de signer qu'en tant que chef de parti.

Un pas en avant ...

Le 14 mai, les négociateurs du GCC reviennent à Sanna pour tenter de réactiver le plan de paix. L'opposition accepte le nouveau compromis.

Un...