Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Entretien
par Rédaction

Une interview de Damien Viel, directeur général de Twitter France

Lorsque les comptes @_Reflets_ et @_kitetoa_ ont été suspendus par Twitter après les manipulations de Jean-Paul Ney, nous avons souhaité interviewer le directeur général de Twitter France, Damien Viel. Sa bio Twitter était engageante : "Directeur Général / MD @twitterFrance / #JamaisSansElles / «Je désapprouve ce que vous dites, mais je me battrai à mort pour que vous ayez le droit de le dire»". Entrer en contact avec Twitter est un parcours du combattant. Même pour les journalistes.

Lorsque les comptes @_Reflets_ et @_kitetoa_ ont été suspendus par Twitter après les manipulations de Jean-Paul Ney, nous avons souhaité interviewer le directeur général de Twitter France, Damien Viel. Sa bio Twitter était engageante : "Directeur Général / MD @twitterFrance / #JamaisSansElles / «Je désapprouve ce que vous dites, mais je me battrai à mort pour que vous ayez le droit de le dire»". Entrer en contact avec Twitter est un parcours du combattant. Même pour les journalistes. Paradoxal pour une entreprise qui se veut un réseau social. Twitter France a bien un adresse, mais c'est une domiciliation place Vendôme. C'est très chic, mais inefficace pour discuter avec quelqu'un. Les boites-aux-lettres répondent mal aux questions. Il faut donc passer par une agence de communication qui gère les relations presse du géant américain : Weber Shandwick. Qu'à cela ne tienne, nous avons envoyé une liste de questions à Weber Shandwick. Nous avons pris soin de mettre en copie une personne chez Twitter France, qui s'occupe des partenariats avec la presse.

Les questions ont été adressées le 20 septembre. Depuis, aucun gazouillis. Ni de la part de Weber Shandwick, ni de la personne en copie de nos questions, chez Twitter. Encore moins du directeur général, Damien Viel. Quand on vous dit "aucun gazouillis", c'est véritablement... rien. Même pas un mot pour nous dire que non, Damien Viel ne répondrait pas à nos...