Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

Un nouveau gouvernement au son des casseroles

Soupçons de viol, de prise illégale d'intérêts, de corruption, la liste est très longue

Toute la presse s’interroge sur la parité dans le nouveau gouvernement, sur le fait qu’il contient des ouvertures à gauche ou au contraire, qu’il accentue le virage à droite, sur le nombre de reconduits et le nombre d’entrants. Reflets s’est plutôt penché sur les personnalités, sur ce qu’elles disent des choix qui ont été arbitrés par Emmanuel Macron, sur ce que ces choix impliquent comme renoncements et enfin, sur qu’ils disent de l’avenir.

Emmanuel Macron : ce que disent ses choix... - D.R.

Comme Nicolas Sarkozy ou François Hollande, Emmanuel Macron avait promis en 2017 une république exemplaire. «Dans le principe, un ministre doit quitter le gouvernement s'il est mis en examen», expliquait le président à la télévision.

Le temps à passé, le réel s’est imposé. La liste des ministres démissionnaires, car pris dans la tourmente judiciaire, a été particulièrement longue pendant le quinquennat précédent.

Premier touché, Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, démissionne après des soupçons de prise illégale d’intérêts. Pas grave, il se recase à la présidence de l’Assemblée Nationale. La Justice estime qu’il y a prescription mais l’affaire est toujours en cassation.

Suivent François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard soupçonnés d’abus de confiance pour des emplois fictifs présumés au Parlement européen. François Bayrou, ministre de la Justice devait porter une grande loi sur la moralisation de la vie publique. L’homme de la situation. Il démissionne mais Emmanuel Macron le recase au Plan, un outil pourtant tombé en désuétude.

Pas ministre, mais parfait exemple de la République exemplaire, Alexandre Benalla, sorte de garde du corps d’Emmanuel Macron, frappe des manifestants déguisé en policier, avec l’aval des plus hautes autorités. Le scandale est énorme mais le président définit à cet instant sa politique non écrite en matière d’actes répréhensibles de la part de ses proches: «S'ils veulent un responsable, il est devant vous....

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée