Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Dossier
par Jacques Duplessy

Ukraine : des Français prêts à rejoindre la Légion des volontaires étrangers

Le président Zelensky assure que 20.000 étrangers se sont déjà engagés aux côtés de l'armée ukrainienne.

Anciens militaires, jeunes plus ou moins désœuvrés, ils sont nombreux devant l'ambassade d'Ukraine et sur les réseaux sociaux à affirmer vouloir combattre en Ukraine. Si certains profils sont très sérieux, d'autres paraissent bien farfelus. Rencontres...

Devant l'ambassade d'Ukraine, des Français cherchent à partir combattre - © Reflets

Devant l’ambassade d’Ukraine à Paris, des bouquets de fleurs jaunes et bleues, une icône de la Vierge et des bougies. Sur l’allée centrale de cette avenue chic, un groupe d’une quinzaine d’hommes attire mon attention. Ils sont en discussion animée avec le chauffeur d’un minibus ukrainien qui ne parle ni le Français, ni l’Anglais. Une jeune femme ukrainienne assure la traduction. Ils tentent de convaincre le chauffeur de les déposer en Pologne où l’un d’entre eux à un contact. Les volontaires présents sont en majorité très jeunes. Ils portent des petits sacs à dos et aucun ne semble être habillé chaudement.

Théo, 22 ans, arrive de Saône-et-Loire. Ce boucher au chômage a entendu l’appel du président Zelensky et dit vouloir «faire quelque chose d’utile». Il n’a aucune expérience militaire, juste un diplôme de secouriste. Autour de lui d’autres jeunes hommes, paraissant un peu paumés, insistent également pour partir.

Pierre, un ancien militaire, réserviste au 27e bataillon de chasseurs alpins, contemple cette petite troupe avec effroi : «Ça fait peur, me glisse t-il. Ils ne sont absolument pas préparés, ils n’ont aucune idée de ce qui les attend là-bas...»

Franck, un ancien légionnaire parle au groupe: «On n’est pas dans un jeu vidéo, vous comprenez? Sachez que là où vous allez, ça peut être un aller simple!» Pourtant, tous assurent qu’ils veulent se battre.

Joe, un second ex-légionnaire, souhaite également reprendre du service : «Cette guerre est à nos portes, après l’...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée