Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par bluetouff

Twitter : vers une géo-censure de certains contenus

C'est une dépêche Reuters fort intéressante que nous avons là. Nous savions que le réseau social avait joué au bas mot un rôle de facilitateur, voir d'accélérateur, dans le cadre des révolutions du Printemps Arabe. La plateforme de micro-blogging a permis aux manifestants de coordonner leurs actions. Est-il possible que ce succès commence à effrayer le réseau social ? Toujours est-il que Twitter opère un virage stratégique important en terme de contrôle de l'information.

C'est une dépêche Reuters fort intéressante que nous avons là. Nous savions que le réseau social avait joué au bas mot un rôle de facilitateur, voir d'accélérateur, dans le cadre des révolutions du Printemps Arabe. La plateforme de micro-blogging a permis aux manifestants de coordonner leurs actions. Est-il possible que ce succès commence à effrayer le réseau social ? Toujours est-il que Twitter opère un virage stratégique important en terme de contrôle de l'information. Jusque là Twitter n'opérait pas de géo-censure, les tweets de tous étaient visibles par tous. Et bien ceci va changer et Twitter s'en explique dans un billet publié cette nuit sur son blog officiel, Tweets still must flow.

Invoquant sa croissance à l'international et la perception un peu différente de la liberté d'expression que peuvent avoir les différentes régions de la planète, Twitter explique qu'il pourrait très prochainement être amené à censurer certains contenus en fonction des pays. Attention, le propos est cependant à nuancer. Jusque là, quand une demande de retrait était faite à Twitter, ce dernier n'avait d'autre solution que de le censurer globalement, pour l'ensemble de la planète. Le retrait sera maintenant géolocalisé et un contenu X censuré pour un pays Y restera accessible pour le reste de la planète. Vous avez donc compris le message (tous à vos proxys et vos VPNs). Nous sommes par ailleurs relativement curieux de tester ce système avec TOR, après modification de la zone géographique dans les paramètres de notre compte. Vous l'aurez compris, cette censure, pour peu que l'on s'en rende compte, sera très simplement contournable.

L'exemple pris par Twitter, et vous allez adorer, sont deux pays dans lesquels la liberté d'expression est radicalement divergente de celle à laquelle on peut prétendre aux USA : la France et l'Allemagne, invoquant pour ces deux pays une censure des propos incitant à la haine raciale (Twitter parle ici de contenus néo-nazis). Twitter, comme n'importe quelle entreprise qui délivre un service en dehors de sa juridiction a pour devoir de se plier à la législation du pays sur lequel elle délivre son service. Au final, nous sommes donc censés avoir moins de censure... ou une censure "chirurgicale" comme l'expliquerait un chef d'état-major de l'armée de l'air avant un bombardement.

Comme Google pour les notifications de désindexation issue du DMCA, Twitter dit s'être rapproché du site Chillingeffect.org, dans lequel Twitter a maintenant sa page, pour tenir informés les internautes des retraits ciblés de contenus qu'il s'autorise désormais à opérer. On connaissait déjà les retraits de hashtags dans les trendy topics, ce sont maintenant nos tweets qui sont visés.

Twitter se lance donc dans la géo-censure à géométrie variable et ne donne pas d'indication sur la possibilité qu'il se laisse de censurer des tweets de son propre chef, sans aucune demande émanant d'une juridiction. Nuançons un peu... si Twitter se tient à son rôle d'intermédiaire technique, il ne devrait pas prendre de lui-même les initiatives de censures. Gardons à l'esprit que Twitter est, ou a déjà été, censuré dans certaines dictatures : la Corée du Nord, l'Égypte, la Chine et ... le Royaume-Uni.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée