Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

Édito
par Laurent Chemla

Trop tard

Hors du format "corporate" du billet de blog sur le site du projet, j'essaie ici d'apporter l'éclairage du projet Caliopen sur le milieu du logiciel libre, aujourd'hui en France. Lancer, de nos jours, en France, un projet de logiciel libre, n'est pas chose facile. D'abord pour toutes les raisons habituelles: difficulté de trouver les ressources nécessaires, les partenaires, le financement... C'est vrai de tous les projets, dans tous les domaines.

Hors du format "corporate" du billet de blog sur le site du projet, j'essaie ici d'apporter l'éclairage du projet Caliopen sur le milieu du logiciel libre, aujourd'hui en France.

Lancer, de nos jours, en France, un projet de logiciel libre, n'est pas chose facile.

D'abord pour toutes les raisons habituelles: difficulté de trouver les ressources nécessaires, les partenaires, le financement... C'est vrai de tous les projets, dans tous les domaines.

Ensuite, étrangement, alors qu'on s'attendrait plutôt - au moins à de la bienveillance - sinon à du soutien de la "communauté" geek, celle-ci s'avère en réalité très critique, souvent négative, et généralement fort peu accueillante. Non qu'elle se désintéresse du projet: ce que j'ai ressenti pour Caliopen relève plutôt d'un très fort esprit de concurrence (y compris et surtout de la part de ceux qui n'ont ni les moyens ni l'ambition de relever le défi).

Je ne voudrais pas faire une règle de mon cas pour autant, et il est très probable que je sois largement responsable de cet état de fait: Caliopen était à la base - et volontairement - un projet assez flou. J'ai choisi de demander aux gens ce qu'ils attendaient d'un outil moderne de correspondance privée plutôt que de me lancer directement, puis j'ai de nouveau préféré passer du temps sur le design avant qu'aucune ligne de code ne soit écrite: forcément ça rend la communication plus difficile.

Il n'empêche qu'il suffit de voir le nombre de projets relevant du même domaine, ayant les mêmes objectifs, et peu ou prou la même interface pour prendre la mesure du problème (les exemples abondent: je ne compte plus les outils de domotique qu'on m'a proposé d'essayer, même après que j'ai commencé à en utiliser un).

Concurrence libre et non faussée

Chacun voit midi à sa porte.

Alors même que - parce qu'un projet de logiciel libre se heurtera toujours au moins aux murs de l'argent, de la bonne volonté, de la maîtrise d'oeuvre et j'en passe - il est si difficile de réaliser de bonnes choses dans ce domaine, au lieu de trouver des synergies et de travailler ensemble à des causes communes, chacun semble choisir de faire dans son coin un produit qu'il considère comme le meilleur possible, utilisant la meilleure techno, le bon langage informatique, la bonne méthodologie...

Et c'est également le cas de mon propre projet, Caliopen, évidemment.

Dès le départ, alors même que le projet n'en était qu'à l'ébauche la plus légère, je faisais déjà face à des comparaisons avec tel webmail à la mode (Caliopen n'est pas un webmail), tel système de remplacement du mail (Caliopen n'est pas un remplaçant de l'email), et à des critiques plus ou moins justifiée sur le manque de sécurité inhérent à ce que je voulais réaliser (Caliopen n'est pas un outil de sécurité, c'est un outil permettant d'avantage de sécurité: ce n'est pas la même chose) et sur mes choix techniques (non, Caliopen n'est pas spécifiquement prévu pour de l'autohébergement, et il y a de bonnes raisons pour ça).

J'ignore si tous les projets dont je parle - et qui se retrouvent à se concurrencer plutôt qu'à partager le boulot - ont fait face au même genre de tir de barrage, mais il est certain que toutes ces critiques n'incitent pas vraiment à la coopération, mais surtout au repli sur soi.

Et la pire de toutes les critiques, parce que la plus démotivante, n'a jamais cessé de me poursuivre jusqu'à ce jour: "C'est trop tard".

Non Johnny, il n'est pas trop tard

D'abord parce qu'il aurait fallu se lancer au moment des révélations d'Edward Snowden, et que ma façon de travailler n'était pas raccord avec la publicité faite autour de cette affaire.

Ensuite parce que ceux qui avaient surfé sur la 1ère vague avaient sorti des produits et qu'il était inutile d'en faire d'autres.

Enfin parce que les gros s'y mettaient, et que si Apple et Google promettent du chiffrement partout, il ne sert à rien de proposer autre chose.

Pas facile de rester motivé. Et j'ai eu des périodes de doute. Mais, sur la durée, ça m'a surtout convaincu qu'au delà des difficultés inhérentes, je devais prouver à tous les sceptiques qu'ils avaient tort: il n'est pas trop tard.

D'abord parce qu'aucune des motivations qui étaient les miennes au départ n'ont reçu de réponse concrète depuis.

Non, inventer un nouveau protocole de messagerie pour initié ne peut pas répondre au fait que les États surveillent la totalité des communications. Aucune réponse uniquement technique ne peut y répondre: il faut a minima et en parallèle faire en sorte que le grand public prenne vraiment conscience des enjeux de la disparition de sa vie privée, et ça ne se fera pas en restant dans un "entre-nous", même le plus sécurisé au monde.

Non, les messageries chiffrées du type ProtonMail (qu'elles soient à base de logiciel libre ou non) ne relève pas de la problématique que Caliopen cherche à résoudre, parce que ce type de solution ne s'adresse qu'à des utilisateurs convaincus, qui seront toujours trop peu nombreux pour limiter la surveillance de masse ¹. Et d'autant moins quand ces solutions ne concernent que le courrier électronique quand la surveillance s'étend beaucoup plus largement à toute la correspondance privée, y compris et surtout à celle qui passe via les réseaux sociaux.

Et non, trois fois non, je n'ai aucune confiance dans les GAFAMs pour protéger la vie privée, non seulement parce que rien ne garantit que leur bonne volonté actuelle sera pérennisée si ça devait mettre en péril leur rentabilité, mais surtout parce qu'étant de nature hégémonique ils n'offriront jamais de solution pour les échanges entrant ou sortant de leurs propres réseaux. Sans parler de leurs modèles économiques qui sont, justement, pour le moins antagonistes de la vie privée.

Alors non, il n'est pas "trop tard" pour Caliopen. Beaucoup de travail reste à faire, et je suis le premier à me plaindre de notre lenteur même si j'en suis pour beaucoup responsable, mais nous avançons, et je suis convaincu que ce projet est plus que jamais nécessaire et utile.

Partage interdit

Mais au delà de ça, le constat de la très faible coopération qui existe dans le petit monde du logiciel libre reste patent. Nous aurions pu, et nous aurions dû, trouver des synergies avec d'autres projets, plus ou moins proches. Nous aurions pu, et nous avons essayé malgré nos faibles compétences en langues, chercher de l'aide au delà des frontières nationales (il faudrait un autre article rien que pour parler de l'enfermement français dans un monde des nouvelles technologies dominé par l'anglais). Et nous aurions dû mieux partager et convaincre du bien fondé de notre projet pour attirer d'avantage de bonnes volontés (et pour celà il n'est pas non plus trop tard).

C'est un vrai problème, et une belle ironie, que justement dans ce tout petit monde dont le maître mot est "partage" la concurrence soit si rude. Et à ce problème là, Caliopen n'apporte aucune réponse.

LC.

1Tant qu'il y aura un milliard de comptes Gmail face aux centaines de milliers de comptes ouverts chez Protonmail et consorts, ces derniers continueront d'échanger très majoritairement de manière non sécurisée.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée