Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Yovan Menkevick

Todd, la clique des énarques, et la fin du suffrage universel

Si en 2008, dans "Après la démocratie", Emmanuel Todd envisageait plusieurs scénarios à la crise, l'un de ceux-ci est tout à fait au goût du jour. Il faut dire que Moi-président-pépère-l'énarque et sa clique de premiers de la classe, sont des candidats tout à fait crédibles à un enterrement de ce qu'on appelle encore la "démocratie élective". "Circulez braves gens, y'a rien à voir" : c'est ainsi que l'on pourrait résumer les 10 mois de présidence Hollande.

Si en 2008, dans "Après la démocratie", Emmanuel Todd envisageait plusieurs scénarios à la crise, l'un de ceux-ci est tout à fait au goût du jour. Il faut dire que Moi-président-pépère-l'énarque et sa clique de premiers de la classe, sont des candidats tout à fait crédibles à un enterrement de ce qu'on appelle encore la "démocratie élective".

"Circulez braves gens, y'a rien à voir" : c'est ainsi que l'on pourrait résumer les 10 mois de présidence Hollande. Une guerre africaine déclenchée sans aucune consultation avec quiconque, des rapport de commissions obscures à effectuer par des copains politiques ou oligarques de longue date (rénovation et démonologie de la vie publique avec Jospin,  Pacte pour la compétitivité de l’industrie française de Gallois), des débats pipots pour occuper les foules (mariage pour tous durant plus de 3 mois), des déclarations creuses suivies de réformes qui font pschit : toute la gestion socialiste est résumée dans cette première année d'exercice du pouvoir qui s'achève bientôt.  N'oublions pas les cadeaux aux fonctionnaires, parce que la majorité de l'électorat socialiste travaille dans la fonction publique, suivis d'accords avec les partenaires sociaux qui explosent le droit du travail, avec la bénédiction du Medef, ému aux larmes de voir la "gauche" aller dans le sens des réformes que la droite libérale n'a jamais osé effectuer. C'est...