Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Delphine Courel

Tatouage : réglementation sanitaire et lobbying des dermatologues

Nous avons eu les psy, venus demander à l'état de légiférer en se mêlant de l'éducation donnée à nos enfants. Puis, les institutions religieuses et même d'état (les maires) réclamant à l'état de ne pas autoriser les mariages homosexuels. Mais aussi les pharmacies, venues pleurer pour qu'on leur octroie la distribution de e-cigarettes.

Nous avons eu les psy, venus demander à l'état de légiférer en se mêlant de l'éducation donnée à nos enfants. Puis, les institutions religieuses et même d'état (les maires) réclamant à l'état de ne pas autoriser les mariages homosexuels. Mais aussi les pharmacies, venues pleurer pour qu'on leur octroie la distribution de e-cigarettes.

Maintenant nous avons les dermatologues, venus pleurer dans les jupons de l'état sous couvert de l'ANSM, pour nous dire que « le métier de tatoueur n'existe pas » dixit le Pr Nicolas Kluger dermatologue à l'Hôpital universitaire d'Helsinki, et que les encres utilisées sont nocives.

Vous avez dû l'entendre depuis quelques temps déjà, cette nouvelle qui gronde depuis mars dernier : l'utilisation d'encres de couleurs servant dans les tatouages sera interdite en France ? What ?! Et bien, c'est officiel depuis le 27 novembre.

Le Syndicat National des Artistes Tatoueurs, avec en tête Tin-Tin, a été entendu le 27 novembre dernier par le député Olivier Véran. En effet, le SNAT proteste contre cet arrêté qui interdit les encres colorées dans les tatouages et n'a réussi à obtenir qu'une prolongation de remise de peine au 1er janvier 2014, mais le SNAT espère bien faire annuler cet arrêté.

Que l'on remette bien les choses en place. La plupart des tatoueurs se fournissent auprès du Chemical-Technological Laboratory, un laboratoire allemand certifié et accrédité au niveau...