Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Bluetouff, Jérôme Hourdeaux, Kitetoa

Surveillance: enquête sur Qosmos, le fournisseur de sondes à la Syrie d'al-Assad

Mediapart et le site Reflets.info s'associent pour une enquête en trois volets sur Qosmos, société française spécialisée dans la technologie de surveillance de masse (DPI), visée par une information judiciaire pour « complicité d'actes de torture » Qosmos est soupçonnée d'avoir participé, en 2011, à un projet de surveillance global du net syrien.

Mediapart et le site Reflets.info s'associent pour une enquête en trois volets sur Qosmos, société française spécialisée dans la technologie de surveillance de masse (DPI), visée par une information judiciaire pour « complicité d'actes de torture » Qosmos est soupçonnée d'avoir participé, en 2011, à un projet de surveillance global du net syrien.

En novembre 2011, Bloomberg révèle que la société Qosmos, l'un des leaders français du Deep Packet Inspection (DPI), la technologie d'interception de flux Internet la plus en pointe, travaille comme sous-traitant de l'allemand Utimaco, lui-même sous-traitant de l'italien Area Spa, pour la livraison à Bachar al-Assad d'un système de surveillance global de la population. L'image de Qosmos commence à se dégrader nettement, d'autant que la révolution dans le pays a démarré neuf mois plus tôt et a déjà fait 3000 morts.

Pour contrer les effets de cette publication, Qosmos annonce alors avoir décidé de se retirer du projet et clame que ses matériels n'ont pas été « opérationnels » dans ce pays. Cette défense tiendra-t-elle devant les trois juges d'instruction du pôle génocides et crimes contre l'humanité chargés d'instruire une plainte initiée par la LDH et la FIDH ?

Quoi qu'il en soit, son produit d'interception massive a été développé par Qosmos grâce au contrat avec la...