Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jet Lambda

Sous le sable de la jungle de Calais, le béton de "Heroic Land"

Alors ça y est. Le camps de Calais, qui abrite environ dix mille réfugiés - hommes, femmes et enfants espérant se rendre en Angleterre -, est donc en phase de démantèlement depuis ce matin, 24 octobre. Tout ce remue-ménage n'est pas seulement du à la météo diplomatique, à la présumée "exaspération" des habitants ou du roulage de mécanique pré-électoral du Premier ministre.

Alors ça y est. Le camps de Calais, qui abrite environ dix mille réfugiés - hommes, femmes et enfants espérant se rendre en Angleterre -, est donc en phase de démantèlement depuis ce matin, 24 octobre. Tout ce remue-ménage n'est pas seulement du à la météo diplomatique, à la présumée "exaspération" des habitants ou du roulage de mécanique pré-électoral du Premier ministre. L'idée est de nettoyer la zone et faire place nette pour lancer le grand chantier de la sénatrice et maire droitière de la ville, Natacha Bouchard (LR tendance Sarko), à savoir un parc d'attractions qui répond au doux nom de "Heroic Land".

Ce qui ressemble à une grosse blague, vue la situation humanitaire déplorable de ce coin de France, doit très sérieusement ouvrir ses portes en 2019. Mais le chantier de ce vaste Luna Parc à la gloire des mangas et de la SF de pacotille doit surtout débuter en 2017, c'est à dire après demain. Ça urge. Ça se bouscule au portillon pour espérer occuper les quelque mille emplois précaires promis par ce nouveau projet d'aménagement débilisant qui va divertir le populo, ou plutôt faire diversion, pour que l'affaire des migrants de Calais ne soit plus qu'une vieille histoire pour gauchistes désœuvrés.

Alors bien sûr, pas surprenant de voir une collectivité locale, dans une région dévastée par la misère économique et le déclin industriel, chercher à changer la donne en "redynamisant" son territoire avec un...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée