Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

#Scoop, #EXCLU : des documents qui peuvent tuer toute la planète en accès libre sur l'Internet

Nous l'avons vu dans un article précédent, l'auteur est un (ex)cybercriminel , il est donc taquin. Souvenez-vous, en appel, les juges demandaient à Bluetouff s'il n'avait pas peur de tuer toute la planète en téléchargeant les documents de l'ANSES. Horreur ! En faisant une ou deux recherche, Reflets vient de découvrir que des documents de l'ANSES qui peuvent tuer toute la planète sont librement accessibles sur Internet, encore aujourd'hui.

Nous l'avons vu dans un article précédent, l'auteur est un (ex)cybercriminel , il est donc taquin. Souvenez-vous, en appel, les juges demandaient à Bluetouff s'il n'avait pas peur de tuer toute la planète en téléchargeant les documents de l'ANSES. Horreur ! En faisant une ou deux recherche, Reflets vient de découvrir que des documents de l'ANSES qui peuvent tuer toute la planète sont librement accessibles sur Internet, encore aujourd'hui. Que font la police, le parquet, le président de la république, Interpol et la NSA ?

L'article publié par Bluetouff sur Reflets, et qui est au centre de toute l'affaire était titré "Cas de légionellose à proximité des centrales nucléaires".

Dans son article succinct, Bluetouff indiquait "Si les faits sont connus, les documents que nous vous présentons aujourd’hui le sont moins. Ils sont pourtant librement accessibles sur le Net." Le lecteur avisé comprend de cette phrase que l'auteur n'avait pas conscience que ces documents, dans l'esprit de l'administrateur du site de l'ANSES devaient rester hors de la vue des internautes. Sinon, pourquoi écrire cela ? Mais revenons à notre petite enquête.

Première interrogation, ce sujet est-il traité par l'ANSES, de manière publique ? Pour le savoir, notre grand reporter Jean Durand est allé s'inscrire sur le site de l'ANSES :

L'ANSES demande à notre grand reporter quels sont ses sujets...