Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par drapher

Sarkozy et les millions libyens : l'ultime vérification de l'état de la France

Nos collègues de Mediapart continuent leur travail d'enquête sur le soupçon de financement (de 50 millions d'euros) de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par le pouvoir libyen, en 2007.

img_0104
img_0104
Nos collègues de Mediapart continuent leur travail d'enquête sur le soupçon de financement (de 50 millions d'euros) de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par le pouvoir libyen, en 2007. Le dernier rebondissement en date, alors que Claude Guéant — plus proche collaborateur de l'ex président français — a déjà été mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », « faux » et « usage de faux » (pour avoir touché 500 000€ d'un fonds offshore de l'Etat libyen) est la découverte d'un carnet. Mais pas n'importe quel carnet, puisque c'est celui du défunt chef du gouvernement puis ministre du pétrole libyen, Choukri Ghanem. Celui-ci avait pour habitude d'y rapporter de nombreuses choses, dont les contenus des réunions avec  les personnes d'influence du régime libyen de l'époque. Ce carnet apporte donc à la justice française un éclairage très précis sur cette affaire…

Des millions que Sarkozy veut "très vite"

Cette réunion, du 27 avril 2007, retracée par le carnet de Choukri Ghanem indique que Bachir Saleh (gestionnaire d'un fonds souverain), a versé 1,5 millions d'euros à Nicolas Sarkozy, mais que d'autres caciques du régime comptent bien faire la même chose.

img_0105
img_0105

Selon l'article de Mediapart ce sont 5 millions de plus qui doivent être transférés au futur chef de l'Etat français entre les deux tours de la présidentielle :

_ "3 millions envoyés par Saïf al-Islam Kadhafi et 2 millions par Abdallah Senoussi, chef des services secrets intérieurs libyens et beau-frère de Kadhafi. Soit un total de 6,5 millions d’euros qui auraient été versés, selon les écrits de Choukri Ghanem, en pleine campagne électorale au clan Sarkozy" _

Il semblerait que ceux qui devaient toucher ces fonds étaient très impatients et demandaient avec insistance quand ceux-ci seraient versés. L'impatience, ce vilain défaut qui caractérise certains chefs d'Etat…

Petit meurtres entre amis ?

L'affaire du financement libyen de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy ne s'arrête pas là. Et Mediapart de rappeler que le lendemain de la révélation du document indiquant l'accord de principe de  50 millions versés par Kadhafi et son entourage pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy, le 29 avril 2012, Choukri Ghanem meurt très bêtement à Vienne, en Autriche. Le pauvre homme, réfugié là-bas après la guerre de Libye déclenchée par le même Sarkozy en 2011, s'est noyé dans le Danube suite à une crise cardiaque. Vraiment trop ballot. Il faut dire aussi qu'aller barboter dans le Danube en pleine nuit avec un cœur "fragile", ce n'est pas très malin.

Il y eut quand même quelques soupçons de meurtre, mais vite balayés par la police autrichienne qui a conclu à la noyade accidentelle, tandis que les proches de Choukri Ghanem continuent, eux, à n'en pas démordre et affirment qu'il a été assassiné.

Le petit carnet qui peut démontrer l'état de la France…

Ce carnet a été trouvé lors d'une perquisition effectuée aux Pays-Bas — en lien avec une gigantesque affaire de pots-de-vin norvégienne impliquant Choukri Ghanem — et la justice norvégienne a eu la bonne idée de le communiquer à la justice française. Il y aurait beaucoup de choses compromettantes pour le pouvoir français dans ce carnet. Et ce que Mediapart décrit du carnet amène un éclairage tout à fait différent que le story telling sarkozyste au sujet du financement libyen, des "balivernes" fabriquées après l'intervention militaire de 2011, juste pour se venger de Nicolas. Sauf que visiblement, non.

Le carnet de Choukri Ghanem date de 2007, période qualifiée de "lune de miel" entre la France et Khadafi par un ambassadeur américain de l'époque. Il confirme parfaitement tout ce qu'a révélé l'ancien chef du gouvernement libyen de l'époque, Baghdadi Mahmoudi, qui a expliqué alors qu'il était réfugié en Tunisie, par la voix de son avocat, "avoir remis à une délégation française envoyée par Sarkozy de l’argent, beaucoup d’argent, des millions d’euros en liasses de billet".

Alors que la note de 2006 sur le financement de 50 millions a été authentifiée, et n'est donc pas un "faux grossier" comme le prétendait Nicolas Sarkozy, le carnet "du baigneur nocturne du Danube au cœur fragile" —  Choukri Ghanem — vient confirmer la réalité de ces transactions. La question qui s'impose immédiatement à la lecture de toute cette affaire, est donc simple, mais très importante : "que peut-il se passer désormais ?"

Parce que si la justice française ne met pas en examen le principal concerné, Nicolas Sarkozy, et n'utilise pas ces preuves pour connaître la vérité, il faudra se poser quelques dernières questions, bien plus sombres : "la France est-elle encore un État de droit, sommes-nous encore en démocratie, même partiellement, et peut-on accepter d'être dirigés par des politiques potentiellement mafieux, criminels et protégés par la justice ?"

Ça se pose là…

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée