Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Samuel Paty, victime de la folie barbare

L'extrême-droite souffle sur des braises

Un enseignant d'histoire-géographie du collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, a été tué et décapité par un homme de 18 ans. Sur les réseaux sociaux, la haine des "musulmans" et des "étrangers" s'étale. Le cercle de la violence et de la haine prospère.

Couverture d'un livre d'illustrations de Seth Tobocman

Le terrorisme a fait une nouvelle victime vendredi 16 octobre 2020. Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie du collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines a été sauvagement tué puis décapité dans la rue par un jeune homme de 18 ans. L'enquête le précisera, mais tout porte à croire que l'auteur de cet acte barbare a commis un attentat terroriste au nom d'une vision intégriste de sa religion. Selon les informations qui ont filtré au fil des heures, l'enseignant avait fait un cours sur la liberté d'expression durant lequel il aurait montré une ou des caricatures du prophète, ce qui aurait déclenché une chasse à l'homme sur les réseaux sociaux de la part de certains parents d'élèves. Les coordonnées du professeur auraient été diffusées sur les réseaux. Outre l'évidente condamnation de cet acte, l'annonce de ce nouvel assassinat a déclenché une marée de messages hostiles sur les réseaux sociaux. Le cercle de la haine, du rejet et de la violence se nourrit sans fin. Les messages contre les "musulmans" et les "étrangers" se sont multipliés. La fachosphère et de nombreux internautes appellent à "affréter des charters", à expulser du pays "les musulmans" ou les "étrangers".

Si la lutte contre le terrorisme était, pour être efficace, aussi simple que la mise en place de d'avions remplis de personnes "expulsées", cela se saurait. Le temps passe, les...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée