Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Laurent Chemla

Rien à cacher

Quand on est, comme moi, un vieil activiste désabusé, il y a des lieux et des moments où on s'attend à déposer les armes. Se reposer l'esprit en assistant à un débat réunissant des gens qui partagent nos idées. Écouter tranquillement sans avoir à repérer les pièges et les non-dits. Lâcher prise. Et puis, paf le chien. La question - l'éternelle question quand on parle de défense de la vie privée - était "mais que dire à ceux qui n'ont rien à cacher ?". La réponse m'a laissé sur ma faim.

Quand on est, comme moi, un vieil activiste désabusé, il y a des lieux et des moments où on s'attend à déposer les armes.

Se reposer l'esprit en assistant à un débat réunissant des gens qui partagent nos idées. Écouter tranquillement sans avoir à repérer les pièges et les non-dits. Lâcher prise.

Et puis, paf le chien.

La question - l'éternelle question quand on parle de défense de la vie privée - était "mais que dire à ceux qui n'ont rien à cacher ?".

La réponse m'a laissé sur ma faim.

 

La grande question

Non qu'elle fut mauvaise: il s'agissait d'expliquer qu'on a toujours besoin d'un espace privé pour s'interroger, pour plonger en soi-même, pour se forger une intime conviction hors de la pression du regard de l'autre. Il est toujours utile de le rappeler.

Il s'agissait, aussi, de rappeler qu'on ne vivra pas dans la même société quand, par exemple, nos assurances et nos banques sauront tout de nos questions en ligne sur le cancer. Nous y sommes presque.

En tout état de cause, c'était une bonne réponse. Elle aurait même été excellente jusqu'aux révélations d'Edward Snowden.

Mais aujourd'hui ?

Si les révélations d'Edward Snowden nous ont appris une chose, ce n'est pas que les états nous espionnent.

Ils l'ont toujours fait.

Ce n'est pas non plus que nos communications électroniques sont écoutées: cela nous le savions au moins depuis 1999 et...