Journal d'investigation en ligne
par Antoine Champagne - kitetoa

Reflets, j'aime beaucoup ce que vous faites, mais...

L'article "L’Allemagne au coeur du système d’écoute de la NSA en Europe ?" publié hier a suscité un commentaire intéressant dont il convient ici de reprendre la première phrase : "je suis probablement bête, mais je comprend pas très bien comment d'un réseau utilisé par l'armée US on arrive a la NSA". Suit une explication logique, toute autre, qui se défend (la présence historique des USA en Allemagne depuis 1945). Reflets a un petit défaut qu'il faut bien avouer de temps en temps.

L'article "L’Allemagne au coeur du système d’écoute de la NSA en Europe ?" publié hier a suscité un commentaire intéressant dont il convient ici de reprendre la première phrase : "je suis probablement bête, mais je comprend pas très bien comment d'un réseau utilisé par l'armée US on arrive a la NSA". Suit une explication logique, toute autre, qui se défend (la présence historique des USA en Allemagne depuis 1945). Reflets a un petit défaut qu'il faut bien avouer de temps en temps. Nous pouvons parfois être elliptiques. Pour autant, cela ne devrait pas empêcher le lecteur de nous croire sur parole. Pourquoi ? Il n'est pas dans nos habitudes de publier des fac-simile de documents pour prouver nos assertions. Ni de titrer "EXCLU!!, Reflets vous dévoile le nom du chat de M. et Mme. Michu". Laissons à d'autres l'abus de superlatifs. C'est surtout utile pour l'ego et le notre est, contrairement à ce que pensent certains, assez petit. Cette démarche, cette ligne éditoriale, si vous préférez, n'exclut pas d'avoir sous le coude les informations nécessaires pour exprimer ce que nous exprimons dans nos articles sans risque de perdre un éventuel procès par la suite. Cela a aussi un revers de médaille. Nos "exclusivités" passent un peu inaperçues dans le paysage médiatique. Alors que tout le monde semble effrayé aujourd'hui après les révélations liées aux documents d'Edward Snowden, Bluetouff écrivait le 25 novembre 2011 un article titré "Et si… on était tous libyens ?". Cet article a été magistralement ignoré par toute la presse, y compris spécialisée. Et pourtant. Il contient toute la problématique actuelle. Il explique l'accord "Lustre". Il n'est agrémenté d'aucun fac-simile, d'aucune copie d'écran d'une présentation powerpoint bien moche.

Mais revenons à l'article d'hier. Nous avons rebondi sur une information du Spiegel qui expose la très forte présence de la NSA en Allemagne pour la surveillance globale, dont elle est devenue le champion toutes catégories. Nous nous sommes plongés dans des archives et en avons ressorti un plan des réseaux de l'armée américaine datant de 2003. A l'époque, déjà, l'armée américaine, en pleine mutation post 11 septembre, disposait de ressources très importantes dans ce pays.

D'où vient cette image insérée dans notre article ? D'une masse énorme de documents techniques générés par la DISA, pour la plupart non publiés (à part ici par exemple avec l'affaire Talon) puisque entre les mains quasi exclusives de Kitetoa.com puis de Reflets. La DISA est l'agence gouvernementale chargée de créer et d'administrer les réseaux militaires. Mais aussi de fournir une prestation technique aux autres agences gouvernementales en matière de réseaux de communications. Son champ d'action est très large.

Dès lors, on comprend aisément que la DISA n'a probablement pas été tenue complètement à l'écart des projets de la NSA lorsque celle-ci a décidé de devenir l'oeil global d'Internet.

Soyons un peu plus précis, histoire de ne pas déclencher un nouveau commentaire dubitatif.

En septembre 2004, la DISA planche sur un MoU global, un Memorendum of Understanding, (un accord) avec la NSA. Que peut-on lire dans ce document ?

Que la DISA et la NSA travaillent ensemble :

Le début du MoU fait référence au détail des accords liés au SIGINT (Signals Intelligence) et ITIS  (Information Technology and Information Systems). Il renvoie aux annexes pour le détail de ces projets.

Notez la dernière ligne "TRAILBLAZER Program" avec cette date : 9/5/02.

TRAILBLAZER est un peu la mère de tous les projets d'écoutes sur réseaux IP :

Voilà pourquoi on partait hier d'une carte des réseaux de l'armée pour illustrer un sujet sur la NSA...

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée