Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par bluetouff

Rachat de SFR par Numéricable : Numergy, le cloud plus vraiment souverain

Vivendi a tranché, c'est finalement Numericable qui devrait mettre la main sur l'opérateur SFR. Par-delà les aspects tuyauterie qui au final ne devraient dans un premier temps pas vraiment affecter les utilisateurs de SFR, l'opérateur télécom cédé par Vivendi dispose d'entités diverses dont au moins une, Numergy, mérite une attention particulière. Numergy, c'est l'un de ces deux clouds souverains qui ont absorbé des sommes assez rondelettes de subventions publiques.

Vivendi a tranché, c'est finalement Numericable qui devrait mettre la main sur l'opérateur SFR. Par-delà les aspects tuyauterie qui au final ne devraient dans un premier temps pas vraiment affecter les utilisateurs de SFR, l'opérateur télécom cédé par Vivendi dispose d'entités diverses dont au moins une, Numergy, mérite une attention particulière.

Numergy, c'est l'un de ces deux clouds souverains qui ont absorbé des sommes assez rondelettes de subventions publiques. Au lendemain de Prism, la souveraineté d'infrastructures critiques était au centre des préoccupations gouvernementales. Faisant fi d'acteurs existants, la Caisse des dépôts et Consignations investissait alors massivement : Andromède, Cloudwatt et Numergy devenaient les "fleurons" du cloud souverain.

Un problème de concurrence déloyale ne pouvait que se poser. Pourquoi l'Etat aiderait-il Numergy de SFR et Bull, et Cloudwatt de Thales et Orange ? Ces entreprises ne sont pas dans le besoin et d'autres acteurs plus modestes, avec un véritable savoir-faire existaient bien avant Numergy et Cloudwatt... pourquoi donc aller financer avec des deniers publics Thales, Orange, SFR et Bull afin de construire les deux entités que sont Cloudwatt et Numergy ? Ne pouvions-nous pas capitaliser sur du Gandi, du OVH ou du Ikoula pour ne citer qu'eux ?

Plus c'est gros, moins ça fonctionne

Ce seront 75 millions d'euros (d'argent public) qui seront investis dans ces deux nouvelles entités... ça coûte cher la souveraineté toute neuve du cloud des Internets de France. Où est le problème si ça marche m'objecterez-vous ? Eh bien le problème numéro un, c'est que comme prévu par les acteurs historiques et beaucoup d'observateurs qui savent de quoi ils causent, ça ne marche pas. Un an et demi après, ça ne fonctionne pas du tout !

Pourtant, quand c'est bien fait, le cloud, ça fonctionne

Déjà, vu d'ici, on subodore le méga-fail... mais ce n'est pas tout.

Et maintenant... le bug

Numergy, dont SFR détient 47 % aux côtés de Bull (20 %) et de la Caisse des dépôts (33 %), vient donc de se faire croquer par Numericable et c'est là que notre beau cloud souverain avec de l'argent public souverain dedans devient un poil moins souverain.

Altice, câblo-opérateur luxembourgeois détient 40 % des parts de l'entreprise, devant la société américaine Groupe Carlyle (21,32 % du capital) et la société britannique de capital-investissement Cinven (13,27 % du capital)." (source Wikipedia)

Et nous voilà donc avec un cloud souverain détenu par Altice, un câblo-opérateur luxembourgeois, le groupe américain avec de l'ADN un peu souverain dedans, Carlyle, et l'anglais Cinven. Du coup, on aimerait bien re-souverainiser la feuille d'impôts du nouveau dirigeant, mais toute cette pollution ne va probablement pas contribuer à lui faire quitter le bon air pur suisse.

Et combien elle a coûté au contribuable la blague souveraine qui n'est plus souveraine ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée