Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Dossier
par Eric Bouliere

Que dire…

Ceci, bien sûr, n’est pas un titre. Mais là, franchement, les mots me manquent.

Du grand confinement de mars au petit couvre-feu d’octobre, huit mois se sont écoulés. La Covid est toujours là…

Le grand conseil : un quoi, pour qui? Vous êtes certain...

Les plus hautes autorités de l’État se sont concertées, elles ont réfléchi, légiféré, décidé de verbaliser, conseillé, préconisé, et puis, de nouveau, choisi de re-verbaliser. Que dire…

Les soignants, eux, ont moins réfléchi, ils ont alerté, soigné, sont tombés malades, ils vont re-soigner, bien sûr. Que dire…

La sphère médicale s’est faite surprendre, les chercheurs ont cherché, se sont cherchés, la médecine s’est médiatisée, dispersée, et puis elle s’est soudainement tue. Que dire…

Les commerçants et autres travailleurs obligés ont adhéré, contraints et forcés, ils ont fermé boutique, puis ouvert, puis re-fermé, puis ré-ouvert, aujourd’hui, ils s’exaspèrent… Que dire.

Mais heureusement il y a La Rochelle! Ici, tout va bien, la ville demeure belle, belle, belle, et re-belle. Ici, les mots et les phrases me reviennent tant il reste deux ou trois choses à dire, à voir ou à entendre pour faire avancer les choses du Covid. Ce n'est pas la première fois que je vous parle de ce lieu où le bon vivre et le bien portant luttent de concert contre le virus. La preuve, regardez la carte ministérielle, le gros rouge semble s'être arrêté sur les frontières des vignobles de la Gironde. Là bas, oui, il y a bien eu de quoi s'inquiéter, mais pas en Charente Maritime, enfin surtout pas à La Rochelle. Tenez, ici, même un cas Covid mortel s'avère moins grave qu'ailleurs! C'est pour le moins l'avis de Mme Carlier Mishari (11e adjointe de la ville en charge de...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée