Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

Édito
par Un Jour Une Idée

Quand l'AFP fait du journalisme de données sans mise en contexte...

...et que tous les journaux enchaînent le copier/coller. Attention, voici une flopée de liens. Ne les cliquez pas tous, leur contenu est identique. Seul le titre change, probablement sous l'action d'un stagiaire estival. Le Monde : Qui sont les députés les plus assidus à l'Assemblée ?

...et que tous les journaux enchaînent le copier/coller.

Attention, voici une flopée de liens. Ne les cliquez pas tous, leur contenu est identique. Seul le titre change, probablement sous l'action d'un stagiaire estival.

Allez, j'exagère un peu, l'article du Huffington Post a ajouté une réaction d'un député à la dépêche AFP d'origine. Et le Nouvel Obs a ajouté un diaporama des 10 députés les plus assidus (selon eux). Vous noterez la recherche dans la reformulation des titres...

Il manque plusieurs choses à ces "articles" (J'ai du mal avec ce nom. "Tas de nombres en vrac" serait plus adapté.)

Méthodologie

C'est bien de publier des chiffres. Ça change de tous ces articles qui ne sont que des éditoriaux basés sur le ressenti d'un auteur. Pour autant, la méthodologie de création de ces chiffres n'est jamais neutre. D'ailleurs, l'association Regards Citoyensreconnaît que les données qu'ils utilisent sont biaisées, mais qu'ils font avec ce qu'on leur donne. Ils font aussi beaucoup pour que les deux chambres de notre Parlement communiquent plus et mieux sur leur activité, big up à ces bénévoles qui font bouger les choses !

Premièrement, les données ne proviennent que du site Internet de l'Assemblée nationale. C'est un impératif pour permettre une génération automatique du site nosdeputes.fr. Les conséquences sont nombreuses. Par exemple, le calendrier des fermetures de l'Assemblée n'est disponible qu'en HTML ou en PDF. Regards Citoyens a donc créé un algorithme qui relève l'activité parlementaire, et en déduit si une semaine était ouverte ou bleue ou fermée.

Deuxièmement, leur catégorisation est issue de choix éditoriaux. Les interventions des députés sont classés en deux types : courtes, et longues lorsqu'elles dépassent 20 mots.

Vous êtes un député qui veut faire monter son score d'interventions longues ? Parsemez votre intervention de propos polémiques, qui vise l'autre camp. Vous provoquerez ainsi des réactions, qui seront notées au compte-rendu. Comme elles s'inséreront dans un discours de plusieurs centaines de mots, chaque partie de votre discours sera considérée comme une intervention longue.

Hop, 3 interventions longues pour le député Myard

Troisièmement, l'existence du classement modifie le comportement des députés. Il y a notamment un concours stupide sur le nombre de questions écrites, qui n'existerait pas si les recordmen ne bénéficiaient pas d'une exposition médiatique de ce fait. Le système est à tel point pénible que le président de l'Assemblée nationale va plafonner le nombre de questions qu'un député peut poser ! Cette information relativise beaucoup le "top" des députés questionneurs par écrit, non ?

Quatrièmement, tous les députés ne sont pas égaux. Les travaux à l'Assemblée nationale sont systématiquement présidés par un député. Le président ou un des 6 vice-présidents dans l'hémicycle, un des 9 présidents de commission lors... du travail en commission, merci de suivre. Ces 16 députés sont donc ceux qui introduisent, animent et concluent les débats. Devinez qui on retrouve dans le top des députés qui parlent le plus ?

Les 7 présidents de séance sont ceux qui font le plus d'interventions longues dans l'hémicycle. Ce qui permet de titrer que le recordman est un UMP. Sans expliquer pourquoi...

Prenons le groupe écologiste, tant vanté comme le plus assidu. Ce groupe est aussi recordman du nombre moyen d'interventions longues dans l'hémicycle : 217 par député, quand le deuxième groupe (GDR) atteint péniblement 163, et le troisième (UDI) 120. Les trois autres groupes ne dépassent pas 92. C'est impressionnant, non ? Ben non. L'Assemblée compte deux grands groupes, UMP (199) et PS (290). Les quatre autres sont 30 (UDI), 18 (Ecolo), 17 (RRDP) et 15 (GDR). Devinez lequel des petits est le seul à compter un vice-président dans ses rangs ? Eh oui, ce score moyen de 217 est tiré vers le haut par les 949 interventions longues de Denis Baupin. Sans lui, la moyenne serait de 174. Nettement plus proche des 163 de GDR, non ?

Le contexte, cette valeur ajoutée du journaliste

Il est très facile de reprendre des chiffres sans réfléchir. La reformulation de dépêches AFP sans information contextualisée ne produit pas une information digne de ce nom. Cette course au titre qui fait cliquer, sans proposer de fond ensuite est franchement déplorable et creuse un peu plus la tombe dans laquelle s'enterre toute seule la presse. La meilleure comparaison qui vienne à l'esprit, ce serait d'avoir plusieurs grands restaurants qui serviraient la même bouillie produite en usine.

Pour ne pas tirer davantage sur l'ambulance, je n'aurai qu'une seule chose à dire aux rédacteurs en chef de ces journaux : la prochaine fois que vous vous demanderez comment stopper la chute de vos ventes, réfléchissez à ce que vous apportez réellement à vos lecteurs.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée