Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Rédaction

Qosmos et le gouvernement Français, très à l'écoute du Net dès 2009

Extrait du document de Qosmos concernant IOL Pourtant, cette question n'est pas innocente. Tout au long de l'instruction qui la vise pour la vente d'un système d’interception global à la Syrie, Qosmos a axé sa défense sur le fait que lorsque ses sondes n'étaient pas mises à jour, elles devenaient inutilisables. Soit le beau jouet du GIC ne fonctionne plus depuis 2012, soit Qosmos continue d’entretenir les sondes, soit un autre prestataire a pris le relais.

Vue partielle d'une ancienne documentation commerciale de Qosmos

Lorsque les enquêteurs se sont penchés sur les activités de Qosmos dans le cadre de poursuites pour une éventuelle complicité de torture en Syrie, ils se sont vus opposer le secret-défense pour quatre "clients" de l'entreprise. Ceux-ci disposaient de codes : KAIROS, CHARLIE, IOL et DELTA. Le Monde a levé le voile sur le projet KAIROS. Selon le quotidien, il s'agit de la DGSE. Restent trois autres clients mystérieux. Le voile se lève doucement sur IOL.

Selon des documents que Mediapart  (lire leur article ici) et Reflets ont pu consulter et les personnes qui ont accepté d'évoquer IOL, il s'agit d'un projet d'interception "légale" chez tous les grands opérateurs, soit  à peu près 99% du trafic résidentiel. Ce projet a été imaginé en 2005. Le cahier des charges terminé en 2006 et le pilote lancé en 2007. La généralisation à tous les grands opérateurs s'est déroulée en 2009. Dans le cadre de IOL, des "boites noires" avant l'heure étaient installées sur les réseaux des opérateurs, mais ceux-ci n'y avaient pas accès. Il s'agissait d'écoutes administratives commandées par le Premier ministre et dont le résultat atterrissait au GIC.

Selon un document interne de Qosmos, dimensionné pour permettre de l'interception sur 6000 DSLAM, IOL, pour Interceptions Obligations Légales, pouvait analyser jusqu'à 80...