Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par shaman

Passer la droite décomplexée par les urnes (1)

Pourquoi une nouvelle chronique électorale ? Il peut sembler, de prime abord, que le marché est déjà saturé. Impossible d'allumer sa télé sans tomber sur un plateau de politologues prêts à discuter, des heures durant, autour d'un simple pourcentage ( à deux chiffres après la virgule, concédons-le ) censé représenter la sainte « opinion publique ».

Pourquoi une nouvelle chronique électorale ? Il peut sembler, de prime abord, que le marché est déjà saturé. Impossible d'allumer sa télé sans tomber sur un plateau de politologues prêts à discuter, des heures durant, autour d'un simple pourcentage ( à deux chiffres après la virgule, concédons-le ) censé représenter la sainte « opinion publique ». Et l'élection présidentielle de 2012 approchant à grand pas, nous allons tous devoir muscler nos petits doigts, afin d'être prêts à zapper rapidement ce bourrage de crâne pseudo-scientifique. Alors pourquoi y consacrer cette chronique ?

A contrario de la grande tribu des politologues, vivant aux abords des plateaux télés et autres instituts de sondages, l'Utopologue chasse seul et niche essentiellement sur Reflets.info. Il ne dépend pas des sondages pour vivre. Et il connaît leurs faiblesses, ayant constaté, comme la plupart des citoyens, que la plupart des grands instituts de sondages autour des dernières élections s'étaient pitoyablement fourvoyés. L'Utopologue n'entend pas légitimer le système en place. Il entend simplement mettre en lumière quelques clefs de compréhension, à l'usage de tout citoyen qui aimerait bien être averti et donc, en valoir deux.

A deux ans de la grande messe électorale de 2012, que sommes nous censés ne pas ignorer ?

Le vote front national

Les études en sociologie électorale soulignent que le facteur déterminant du vote des français est la...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée