Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par bluetouff

Pascal Rogard, Hadopi, Wikipedia et les "RG"

Pascal Rogard, président de la SACD, est un homme bien informé. Lobbyiste invétéré et décomplexé, il est aussi connu comme un trolleur de premier plan sur Twitter... un bon client. L'art est difficile, car un bon mot en 140 caractères, c'est toujours un véritable exercice de style, on ne peut pas trop en dire, mais il faut en dire suffisamment pour susciter un quelconque intérêt. Aujourd'hui, Pascal Rogard lance un scoop sur Twitter, sous forme de bouteille à la mer.

Pascal Rogard, président de la SACD, est un homme bien informé. Lobbyiste invétéré et décomplexé, il est aussi connu comme un trolleur de premier plan sur Twitter... un bon client. L'art est difficile, car un bon mot en 140 caractères, c'est toujours un véritable exercice de style, on ne peut pas trop en dire, mais il faut en dire suffisamment pour susciter un quelconque intérêt.

Aujourd'hui, Pascal Rogard lance un scoop sur Twitter, sous forme de bouteille à la mer. Il met en copie son bon ami Pierre Lescure, l'homme de la TV, tout désigné par le gouvernement pour lire et peser lourdement l'avenir Internet (cherchez l'erreur).

Très bien informé, Pascal Rogard annonce donc la fin de la loi Création et Internet, c'est à dire d'HADOPI et de la riposte graduée, et surtout ce que celà implique, à savoir le traitement massif de données à caractère personnel, orchestré par une entreprise privée inconnue jusque là du monde de la sécurité informatique, que son institution a d'ailleurs conjointement missionné, sans se tenir à ses engagements, à savoir pratiquer des audits réguliers pour s'assurer que ce traitement soit fait dans les règles de l'art... ce qui, nous l'avons démontré, était loin d'être le cas. Et ça aurait pu vraiment mal tourner.

Mais le plus amusant, c'est que selon les informations de Pascal Rogard, "Wikipedia et ses amis" auraient des fiches "RG" bien fournies.

Ce tweet de Pascal Rogard est troublant, amusant... mais troublant. Comment Pascal Rogard aurait-il pu avoir accès à des "fiches RG" concernant les contributeurs bénévoles de Wikipedia ? Qui donc aurait pu lui glisser cette information ? Info ou intox ? Mais pourquoi se poser cette question ?

Il vous manque probablement quelques élélements pour avoir une lecture correcte de cet échange de bons mots. Nous allons vous en donner les clés dont certaines se trouvent aisément dans cet article de 01Net :

  1. L'HADOPI doit selon ses statuts renouveler 3 membres de son collège depuis décembre 2013. Ce renouvellement ne peut intervenir que sur décret du premier ministre.
  2. Une information, véridique ou non, commence à s'ébruiter : Rémi Mathis, Président de Wikimedia France, militant pour « diffusion libre de la connaissance », pourrait rejoindre le collège de l'HADOPI.
  3. Tout ceci intervient au moment où l'HADOPI dit étudier les modalités delégalisation des échanges non marchands sur Internet.
  4. Pascal Rogard, a de longue date, une aversion pour certaines informations diffusées sur Wikipedia. Et après moulte vaines tentatives pour faire modifier certaines de ces informations, voilà qu'il apprend que le président de Wikimedia France risque d'intégrer le collège HADOPI. Cet aversion pour Wikipedia, transpire dans son tweet voulant faire passer les contributeurs de Wikipedia pour de dangereux terroristes.
  5. Etrangement, le gouvernement fait la sourde oreille et laisse planner depuis décembre 2013 l'HADOPI dans un flou juridique inquiétant, puisqu'elle ne peut plus prendre aucune décision engageant des montants de plus de 100 000 euros. L'HADOPI se trouve tout simplement castrée.

D'un tweet à l'autre, on commence à se demander si ce n'est pas cette nomination possible de Rémi Mathis au collège de l'HADOPI qui aurait pu motiver Pascal Rogard à aller exercer ses talents de lobbyiste au ministère de la culture, pour que ce dernier traine des pieds, jouant la montre au profit du CSA, un allié de circonstance plus fiable pour Pascal Rogard qu'un nouveau collège de l'HADOPI qui pourrait intégrer un militant de « diffusion libre de la connaissance » à l'expertise reconnue.

Nous allons donc ouvertement poser la question :

Pascal Rogard, son influence et son aversion pour Wikipedia seraient-il à l'origine, ou une partie des éléments, qui expliqueraient les réticences à peine voilées du Premier Ministre à redonner à l'HADOPI les moyens d'action que lui ont donné la loi Création et Internet ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée