Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Dossier
par Antoine Champagne - kitetoa

Paris confiné le 17 mars...

Comme un dimanche de mois d'août, en pire...

Petite balade dans un Paris confiné depuis quelques heures ce mardi 17 mars. Quasiment tous les commerces ont baissé le rideau. Quelques rares passants. Et quelques policiers.

Contrôle de police en bas des champs. Le seul. - © Reflets

Le ministre des boites de nuit de l'intérieur l'avait annoncé la veille au soir, quelque 100.000 policiers allaient contrôler les Français qui s'aventureraient à l'extérieur. En fait, sur un parcours Champs-Elysées, Gare Saint-Lazare, Boulevard Magenta, République, Arts-et-Métiers, Beaubourg, Rivoli, Concorde, Étoile, seul un barrage de police faisait des contrôles, en bas des Champs. Ce qui était bien pratique pour que les journalistes puissent faire les images attendues.

Les rues étaient quasiment désertes. Quelques personnes promenaient leur chien, ou eux-mêmes, rarement en groupe. Un vrai dimanche de mois d'août, sans les touristes, sans les parisiens. Dans l'ensemble la population s'est enfin pliée aux demandes de l'exécutif. Les consignes continuent pourtant d'être troublantes. Alors que l'on demande un confinement complet 24h/24h, telle ville de banlieue annonce que le marché se tiendra toujours les jeudi et dimanche, mais que le cimetière est fermé. Comprenne qui pourra.

Marchés ouverts, cimetière fermé... - Copie d'écran
Marchés ouverts, cimetière fermé... - Copie d'écran

Au cours de la traversée de la capitale, on remarque les sans domicile fixe sont toujours dans la rue, personne à la préfecture ne semble avoir eu l'idée de les mettre à l'abri. Ils errent en groupe, comme quelques migrants. Mais dans les quartiers plus populaires de Paris, on ne croise plus de policiers.

Petite halte sur le parcours chez un médecin qui continue de recevoir ses rares patients. «...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée