Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Palantir : le retour

Il y a un an, Reflets mettait en garde contre les tentatives appuyées d'une pénétration sur le marché Français de la société Palantir. Cette société spécialisée dans le traitement du Big Data qui aime se raccrocher à des feeds d'information publics bénéficiait, comme nous l'expliquions, de nombreux soutiens de personnalités françaises bien placées. Notre article nous avait valu toutes sortes de quolibets.

Il y a un an, Reflets mettait en garde contre les tentatives appuyées d'une pénétration sur le marché Français de la société Palantir. Cette société spécialisée dans le traitement du Big Data qui aime se raccrocher à des feeds d'information publics bénéficiait, comme nous l'expliquions, de nombreux soutiens de personnalités françaises bien placées. Notre article nous avait valu toutes sortes de quolibets. Aujourd'hui, ce sera le tour de la Lettre A qui annonce que Palantir s'implante au sein de la DGSI :

"Les rendez-vous se succedent a Levallois Perret, le siege de la DGSI, entre les responsables de sa direction technique (DT) et les commerciaux du geant americain du traitement de donnees applique au renseignement, Palantir. La societe dirigee par Alex Karp formerait meme deja les premiers analystes du service a ses outils, en vue de devenir son prestataire privilegie."

Les liens entre Palantir et la NSA sont de notoriété publique, notamment au travers de In-Q-Tel et de ses contrats variés avec toute sorte d'agences gouvernementales américaines. Fournir des informations aussi sensibles que celles détenues par la DGSI à une telle société dans un monde post-Snowden est une démarche qui laisse pantois.

Au delà c'est toute la démarche reposant sur le prédictif à base d'algorithmes qui est posée. Un monde panoptique où le surveillant est une machine devrait inquiéter un tout petit peu.