Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Yovan Menkevick

Ogm ou la science contre la démocratie (Jean-Pierre Berlan)

Jean-Pierre Berlan, ex-directeur de recherche à l'INRA (Institut National de Recherche Agronomique) analyse l'affaire des conclusions de la recherche de Gilles Seralini sur un OGM, le maïs NK603.

Jean-Pierre Berlan, ex-directeur de recherche à l'INRA (Institut National de Recherche Agronomique) analyse l'affaire des conclusions de la recherche de Gilles Seralini sur un OGM, le maïs NK603. Jean-Pierre Berlan ne tente pas de battre en brèche (ou non) le protocole de Mr Seralini, ce que la plupart des "experts" se sont empressés de faire, mais souligne les problématiques centrales que les OGM cultivés en plein champ, et voués à nourrir les êtres vivants posent : celles de la démocratie, de l'agriculture moderne des industries chimiques, du règne des experts, de l'addiction des populations aux pesticides.  

 

Ogm ou la science contre la démocratie :

Les contrefeux destinés à discréditer l’étude de Gilles-Eric Séralini et sa personne ne sont pas près de cesser : « rien de nouveau, manque d’information sur la composition de la ration alimentaire, protocole expérimental biaisé, échantillon statistique insuffisant, présence possible de mycotoxines, coup médiatique, etc. » Séralini témoignerait d’un biais anti-Ogm, accusent ses critiques - parabole de la paille et de la poutre. Mais la toxicologie est la seule discipline scientifique où ne rien trouver assure une carrière paisible.

Montrer des dangers des éthers de glycol, du nucléaire, du sel, des Ogm expose à des déboires sûrs plutôt qu’à des promotions. Le courage et le mérite de Séralini et de quelques rares scientifiques d’aller à contre-courant sont d’autant plus grands. Tout...