Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

Nicolas Sarkozy : jusqu'où ira-t-il ?

Depuis l'élection du président de la république, Aporismes.com pose la question : mais jusqu'où Nicolas Sarkozy ira-t-il dans la dépréciation de l'image de ce pays ? Sans réponse. Et un peu tout seul dans le désert. Ce mercredi 16 février, Le Monde vient d'annoncer son édito du jour qui commence ainsi : Michèle Alliot-Marie : jusqu'où et jusqu'à quand ?

Depuis l'élection du président de la république, Aporismes.com pose la question : mais jusqu'où Nicolas Sarkozy ira-t-il dans la dépréciation de l'image de ce pays ? Sans réponse. Et un peu tout seul dans le désert. Ce mercredi 16 février, Le Monde vient d'annoncer son édito du jour qui commence ainsi :

Michèle Alliot-Marie : jusqu'où et jusqu'à quand ? Jusqu'où faudra-t-il descendre dans la trivialité et l'indignité pour que la ministre des affaires étrangères comprenne qu'elle porte atteinte à l'autorité des fonctions qu'elle occupe ? Jusqu'où faudra-t-il aller dans le conflit d'intérêts pour que le chef de l'Etat comprenne que le crédit de la France, dont il est garant, est engagé ? Et pour qu'il en tire la conclusion logique ?

C'est toujours mieux que rien. Mais c'est encore loin de ce qu'il devrait écrire (sous réserve de la suite de l'édito qui ne sera connu qu'en début d'après-midi).

Souvenez-vous, nous sommes dans l'ère de l'hyper président. Celui qui prend toutes les décisions. Sans l'aval de qui rien ne se fait. Peut-on croire un instant que Michèle Alliot-Marie a proposé à Zine Ben Ali l'appui des forces anti-émeutes françaises "dont le savoir faire est internationalement reconnu", sans que Nicolas Sarkozy ait validé cette offre de services ?

Dans ce cas, Michèle Alliot-Marie n'est que la messagère. Et le véritable responsable, c'est Nicolas Sarkozy. Ce n'est pas Michèle Alliot-Marie, avec ses actes décomplexés à qui il faut  demander de partir. C'est à son supérieur hiérarchique, celui qui a instauré la décomplexitude comme mode d'action en politique.

Jusqu'ici, ce pays s'enfonçait, grace à l'action de Nicolas Sarkozy, dans le ridicule et dans une crise économique terrible (à venir, si l'on tient compte de l'évolution des comptes de la nation). Maintenant, il a atteint l'ignominie. Les Tunisiens et les Egyptiens s'en souviendront longtemps. Nous aussi.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée