Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Fabrice Epelboin

Marine Le Pen, une chance pour les libertés numériques

Le Front National monte, monte, et semble désormais apparaitre comme une fatalité, aussi bien dans les notes (plus ou moins) confidentielles qui atterrissent à l'Elysée que sous la plume d'intellectuels de renom comme Bernard Stiegler. En off, dans les arcanes du pouvoir (où il m'arrive de bosser), ce constat se chuchote et se mesure. Publiée au début de l'année 2013 (avant les confessions de Cahuzac), une étude commanditée par Sciences Po.

marine-doigt
marine-doigt
Le Front National monte, monte, et semble désormais apparaitre comme une fatalité, aussi bien dans les notes (plus ou moins) confidentielles qui atterrissent à l'Elysée que sous la plume d'intellectuels de renom comme Bernard Stiegler.

En off, dans les arcanes du pouvoir (où il m'arrive de bosser), ce constat se chuchote et se mesure. Publiée au début de l'année 2013 (avant les confessions de Cahuzac), une étude commanditée par Sciences Po. (CEVIPOF) mettait déjà en évidence une très forte porosité de la frontière qui contingentait jadis les idées du FN au parti de Jean-Marie Le Pen. Une très large proportion des Français adhère aux idées du Front National, et c'est désormais les personnes âgées (des gens chez qui l'abstention est assez faible) qui sont contaminées.

L'arrivée du FN au pouvoir apparait de plus en plus comme inévitable. Tous les politiques en font l'amère constat, certains comme Fillon ont d'ailleurs commencé a mettre à jour leur stratégie, destinée à leur dessiner un avenir dans un monde où le Front National sera un parti de gouvernement. Ce n'est pas une raison pour baisser les bras face à l'inéluctable, mais c'est une motivation suffisante pour adopter, en parallèle, une autre stratégie : s'y préparer.

_ ♫ Maréchal, nous voilà ! ♫ _

Pour les plus jeunes (enfin, les 66% qui ne votent pas FN) il est temps d'envisager sérieusement de faire ses valises et de quitter le pays. L'herbe est en effet plus verte ailleurs, et la magie d'internet permet - au besoin - d'être dans le Vercors tout en étant installé confortablement à l'abri des problèmes. Demandez à la diaspora Tunisienne.

Pour les partisans des libertés numériques, Le Pen est une chance. Une opportunité. Pour peu que l'on s'en saisisse et qu'on en tire parti. Laissez moi vous dire pourquoi.

Vive Le Pen ?

Demain, personne ne pourra prétendre être surpris par le résultat des prochaines présidentielles. Au pire, les plus aveugles devraient se réveiller lors des prochaines élections, l'année prochaine. Le gouvernement actuel porte désormais la lourde responsabilité d'anticiper la transition vers un gouvernement présidé par le FN, ou - ça semble être l'hypothèse la plus réaliste - qui l'intégrera en lui faisant une large place.

Il convient désormais de se demander ce que deviendront les outils de surveillance de la population mis en place par Sarkozy et finalisés par Hollande, une fois ceux-ci dans les mains du Front National. Vont-ils faire pire que le gouvernement actuel ? Pour ce qui est de respecter les Droits de l'Homme dans des pays étrangers, c'est loin d'être évident, mais pour ce qui est des Droits de l'Homme sur le territoire national, on est en droit de se poser la question.

Si vous soupçonnez le FN de préparer, une fois arrivé au pouvoir en France, une utilisation douteuse de ces technologies de surveillance de la population, alors il est temps de vous révolter. Là, maintenant, pas en 2017. Il est temps de réaliser que la responsabilité de tout cela incombe au gouvernement actuel, qui refuse toute régulation de cet armement électronique très particulier, tant en ce qui concerne son exportation, son contrôle parlementaire, que son utilisation sur des ressortissants Français.

Sans régulation, tout est possible, et tout comme ces mêmes technologies ont servi, dans de nombreux pays, a briser toute opposition politique, elles pourraient servir à tout un tas de choses similaires, demain, en France.

Dans cette perspective, un large succès du Front National aux prochaines élections est une excellente nouvelle. Un score élevé mettrait nos élus face à leurs responsabilités quant aux dérives imminentes du Big Brother Français, qui aura de bonnes chances de commencer par s'attaquer à eux, histoire de faire place nette, en mettant à jour moultes affaires de corruption et diverses frasques sexuelles, qui jusque là ne servent qu'à agrémenter les discussion des salons parisiens.

Mais il n'est pas interdit de penser autrement. De refuser de diaboliser le FN. Si le gouvernement Hollande a fait bien pire que celui de Sarkozy en ce qui concerne le numérique, notamment en ce qui concerne la surveillance et la censure, rien n'autorise à penser que Marine Le Pen continuera l'escalade.

Le Pen était, dès les premiers jours, contre Hadopi. Contre la censure institutionnalisée par la LOPPSI, contre l'exportation à l'aveugle de technologies de surveillance. Ces avis étaient rendus de façon réfléchie, en dehors de tout opportunisme électoraliste, et il est plus que logique de penser que les idées du FN étant censurées dans les média mainstream, la volonté de lutter contre la censure de la part du FN est des plus sincères.

Mais en réalité, la problématique est bien plus profonde.

Le FN, premier parti 2.0

Là où les partis politiques 'de gouvernement' ont adopté des structures hiérarchique calcifiées, monolithiques, au commandement centralisé et opérés par des individus ayant tous la même formation intellectuelle, le FN a adopté un fonctionnement en réseau qui lui permet non seulement d'être parfaitement adapté à l'heure d'internet, mais de balayer de façon infiniment plus efficace les courants de pensée qui traversent la société Française.

L'islamophobie vous révulse ? Pour peu qu'une bonne dose d'antisémitisme ne vous effraie pas, Egalité & Réconciliation est là pour vous accueillir. Vous êtes au contraire violemment opposé à l'Islam et vous vous fantasmez en Roland de Roncevaux, il y a forcément un groupuscule de Catholiques un poil intégristes qui saura vous comprendre et vous faire une place. Vous êtes un ultra libéral à qui la vue de Margaret Thatcher provoque une érection ? Le clan de Jean-Marie - qui se voyait comme le Reagan Français - correspond à ce qu'il vous faut. Pas du tout ? Vous êtes un nostalgique du communisme et souhaitez la mort du Grand Capital ? Allez donc faire une tour du coté du bloc identitaire, vous y trouverez bonheur et compréhension.

Cette galaxie de mouvances hétéroclite, qui caractérise ce que l'on désigne - par fainéantise - « l'extrême droite », fonctionne à la manière d'un vaste réseau, qui réussi la prouesse de faire apparaitre comme un tout un assemblage d'idées assez incompatibles, qui balaient une très large partie de l'opinion publique.

Là où les partis traditionnels fonctionnent dans une hiérarchie stricte, où les dissensions internes sont le plus souvent des pièce de théâtre savamment mise en scène auxquelles plus personne ne croit en dehors d'un cercle restreint de militants, le FN arrive à allier l'inconciliable sans le moindre heurt apparent. Une forme d'assemblage qui tient plus du bazar que de la cathédrale, parfaitement adapté à la société du réseau, qui a trouvé sur internet le seul espace de liberté à sa disposition, et s'est du même coup mis à résonner avec cette nouvelle forme d'organisation sociale, en passe de détrôner la cathédrale un peu partout sur terre.

Pas étonnant que l'avenir s'ouvre à eux.

C'est probablement cette forme d'organisation du social que Bernard Stiegler entrevoit comme une solution à la montée sans fin du Front National en incitant à "mettre en place un nouveau système, fondé sur le numérique" - seul problème, le FN a, sur ce sujet, plus de dix ans d'avance.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée