Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par bluetouff

@Marianne2fr, Tor, le poids des mots, le choc des pixels : plongée dans le journalisme à la con

Marianne nous a la semaine passée gratifiés d'un article bien étrange : "Plongée dans l'Internet criminel ». L'article disponible sur le Web, a été publié dans l'édition papier de Marianne (numéro du 27 avril au 3 mai)... Le titre à lui seul ne laissait rien augurer de bon. Sur son édition numérique, l'article est taggué "TAGS : CRIMINALITE, DARK WEB, EUROPOL, HACKER ».

Marianne nous a la semaine passée gratifiés d'un article bien étrange : "[Plongée dans l'Internet criminel](http://www.marianne.net/Plongee-dans-l-Internet-criminela228487.html)_ ». L'article disponible sur le Web, a été publié dans l'édition papier de Marianne (numéro du 27 avril au 3 mai)... Le titre à lui seul ne laissait rien augurer de bon. Sur son édition numérique, l'article est taggué "TAGS : CRIMINALITE, DARK WEB, EUROPOL, HACKER ». C'est du grand journalisme, avant même de lire l'article, nous avons :

  • un titre racoleur digne des plus sombres heures du journalisme d'investigation sauce TF1,
  • le mot hacker associé à deux autres mots qui laissent entendre qu'un hacker est par définition un criminel (Criminalité et Europol), ainsi qu'à un autre mot qui n'existe même pas et est un non sens technique (darkweb).

Conclusion, il est le produit d'un auteur qui vient de découvrir Tor, qui n'en a pas lu la documentation la plus basique, qui ne maîtrise pas les concepts de chiffrement et d'anonymat, et qui ne connaît visiblement même pas la définition du mot hacker. Il y a quand même un moment où les piges alimentaires ont leur limites, l'auteur les a ici allègrement franchies.

Marianne s'est en fait intéressé aux darknets , des réseaux anonymisant qui abritent des services cachés, comme le font Tor ou I2P pour les plus connus. Et c'est bien de Tor dont il...