Journal d'investigation en ligne
par Yovan Menkevick

Manuel de politique française pour les nuls (1)

(Parce que certains commentaires laissent penser qu'il y a des lecteurs de Reflets intéressés par la chose politique mais qui ne semblent pas bien maîtriser les fondamentaux historiques des courants de pensées politiques en France, il semble nécessaire de leur offrir ce petit manuel de politique pour les nuls. Vous pouvez envoyer vos dons directement à redaction@reflets.

(Parce que certains commentaires laissent penser qu'il y a des lecteurs de Reflets intéressés par la chose politique mais qui ne semblent pas bien maîtriser les fondamentaux historiques des courants de pensées politiques en France, il semble nécessaire de leur offrir ce petit manuel de politique pour les nuls. Vous pouvez envoyer vos dons directement à redaction@reflets.info sous forme de jolis dessins colorés, j'adore ça :-))

A force de mettre tout le monde dans le même sac, à confondre les choses, on en vient à raconter n'importe quoi et surtout créer une confusion qui n'aide en rien à la bonne compréhension de sujets importants qui nous préoccupent. C'est pourquoi ce manuel de politique française pour les nuls voir le jour sur Reflets en ce mois de mars 2012. Ce manuel sera décomposé en quatre volets afin de le rendre plus digeste. Le premiers volet que vous avez sur votre écran traite des fondamentaux des grands courants politiques. Le deuxième traitera de la droite française. Le troisième de la gauche française. Le quatrième et dernier volet traitera lui de l'extrême droite et de l'extrême gauche.

1.Politique, ça ne veut pas dire seulement parti

Oui, ça paraît évident dit comme ça, mais il faut mettre les points sur les I sur ce sujet. Il y a des courants politiques en France auxquels se sont rattachés des partis, avec plus ou moins de bonheur. Un courant politique, un parti est rattaché à un camp idéologique ou à un autre.

Pour les courants, on en compte deux qui en fait sont quatre : la droite, la gauche, l'extrême droite et l'extrême gauche. On pourrait même dire cinq avec les anarchistes, mais c'est compliqué de le faire parce qu'en France les anarchistes ne sont pas du tout considérés, à part dans les discussions de comptoir, genre sur Internet où les commentaires donnent du "mais toi t'es un vrai anarchiste" ou bien "mais avec ça, ce s'ra l'anarchie", enfin vous m'avez compris. Sachant que des cyber-activistes revendiquent à peu près tout ce qui compose l'idéal anarchiste et croient qu'on les insulte quand on leur dit qu'ils sont anarchistes…

Pour revenir aux courants politiques, la droite est appelée "droite" parce qu'après la révolution, en 1791 ceux qui voulaient conserver un droit de véto au Roi se sont mis à la droite du parlement (par rapport au président de l'assemblée). Les parlementaires anti-monarchistes, eux, sont restés à gauche de l'asssemblée. Ce n'est pas anodin. Mais ça ne fait pas tout non plus.

2. Qu'est-ce qu'il y a exactement derrière la droite et la gauche ?

On peut commencer par parler de valeurs, d'idéologies politiques contenues dans ces deux factions : droite et gauche. Et les valeurs, les idéologies défendues par la droite et la gauche ne sont pas les mêmes, bien entendu. Pour faire simple : la droite est conservatrice, traditionaliste, revendique des valeurs proches de celles de l'église catholique : la famille, le patriotisme, l'armée, la stabilité des institutions, l'autorité, par exemple. Son modèle politique est basé sur la perception que la société est fragile, peut être déstructurée par des forces internes révolutionnaires et qu'elle a pour mission politique et économique de la stabiliser, la protéger, la renforcer, la maintenir pour lui permettre de ne pas sombrer. Soit dans le chaos, soit dans dans une révolution menant à une dictature prolétarienne.

Dans le même temps la droite française étant anti-communiste, anti-révolutionnaire, elle se préoccupe de protéger les forces du capital et pense que ce sont elles qui permettent le progrès : propriété privée, liberté d'entreprendre, impôts faibles pour les entreprises, aides sociales de l'Etat réduites. L'enrichissement personnel est incité à droite puisqu'il représente la réussite : cet enrichissement est censé profiter à la nation par l'investissement, la création de nouveaux moyens de production. L'idée de la protection des classes détentrice des outils de production, c'est-à-dire le patronat est centrale dans l'idéologie de droite : la démocratie, le progrès sont dépendants de ces "classes" dominantes qui doivent se maintenir au plus haut niveau de la société pour pouvoir participer activement à son évolution.

A gauche : les deux grands courants, socialistes et communistes ont des idéologies très parallèles au départ pour ensuite fortement s'éloigner. Le socialisme est ancien, il trouve ses racine au début du XIXème siècle, est plus ancien que le communisme. Son idée politique centrale est la collectivisation des moyens de production pour créer une société plus juste donc plus égalitaire. Le communisme apparaît plus tardivement, il est revendiqué comme un "socialisme réel".

Pour faire court : la gauche n'est pas conservatrice à l'opposée de la droite, elle revendique normalement le changement des fondements capitalistes de la société pour une plus grande justice sociale, aller donc vers une collectivisation des moyens de production la plus importante qui soit, une redistribution des richesses, une limitation de l'enrichissement personnel, un Etat fort et régulateur, socialement protecteur. L'idée que la classe dominante, le patronat doivent être "éliminés" au profit d'une gestion collective par les travailleurs, est centrale dans l'idéologie politique marquée à gauche à l'origine. Le progrès, pour la gauche, passe par une justice sociale où le patronat, s'il n'est plus aboli, doit être contrôlé et au minimum, au service de la justice sociale.

3. Les grands tendances politiques françaises

Depuis l'institution de la Vème république (1958, De Gaulle), il y a trois grands courants à gauche et à peu près la même chose à droite : gaullistes, radicaux et centristes à droite, socialistes, radicaux et communistes à gauche. Dans ces courants, qui ont généré des partis politiques de chaque côté, on trouve aussi des extrêmes. L'extrême droite et l'extrême gauche. Qu'est-ce qu'un extrême en politique ? Disons qu'un courant politique extrême est un courant qui a intégré dans son idéologie les valeurs les plus intégristes, les plus jusqu'au-boutistes de celle-ci et est prêt à utiliser des moyens extrêmes pour y parvenir. Les valeurs d'un courant politique de l'extrême sont le plus souvent : un Etat très puissant et dominateur censé régler les problèmes de la société, la stigmatisation de catégories au sein de la population (tenues pour responsables des problèmes de la société : minorités ethniques, confessionnelles professionelles,  structures, organisations, etc…), ainsi qu'une vocation politique qui confine à la "mission divine", puisque seules leurs solutions empêcheront un désastre terrible (dictature, invasion, réduction de la souveraineté, paupérisation etc…).

Un parti à l'extrême explique le plus souvent qu'avec ses solutions radicales la société changera radicalement et que les problèmes seront réglés. Ce qui n'est pas faux. Point Godwin : Hitler ou Staline étaient des extrémistes politiques qui ont mis en application leurs programmes politiques et leurs sociétés ont radicalement changé… D'où le fait qu'aujourd'hui on exprime le Front National en terme d'extrême droite (vis à vis de ses alliances avec des partis européens qui se revendiquent néo-nazis et autres courants nationalistes proches de l'hitlérisme) et que jusqu'à une certaine époque le Parti Communiste était lui aussi considéré comme étant d'extrême gauche vis-à-vis de son soutien au PC soviétique. Mais cette partie à propos des extrêmes sera traitée dans le quatrième volet.

Le deuxième volet à suivre sur la droite française détaillera les orientations des différents partis la constituant ainsi que de leur évolution au cours des 30 dernières années.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée