Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par shaman

Macron, le rebelle

Doxxing d'Emanuel Macron, une exclusivité Reflets, à l'ancienne.

Notre président peut paraître à première vue quelque peu réfractaire au mouvement social que nous observons en France aujourd'hui. Il semble sourd aux demandes venant de son peuple, continue ses petites phrases hautaines mettant sans cesse de l'huile sur le feu. Il semble soutenir la repression sans pareille qui s'abat sur les manifestants qui osent encore sortir dans la rue.

Notre président aurait-il une double vie ? Et est-ce que cela commencerait à se voir ? - Secret News

Mais tout ceci ne pourrait être qu'illusion. Macron pourrait être le meilleur allié du mouvement de contestation que nous vivons aujourd'hui. L'infiltré au cœur de l'État profond français qui s'assure que le mouvement garde la rage requise pour renverser un système qu'il honnit. Il placerait ainsi, à l'image de Christophe Castaner, les pires personnes aux pires endroits pour s'assurer qu'ne réponse déplorable soit donnée à chaque aspiration populaire. Et il n'hésiterait pas à pousser ces personnes à la faute de manière très subtile. On imagine sans peine un SMS bien senti envoyé au Ministre de l’intérieur le jour du 1er mai : "Un peu mou ta répression ... Sinon t'a vu, ils ont attaqué un hôpital".

Pour ceux qui savent lire entre les lignes et qui suivent de près ces petits événements qui émaillent notre actualité, cette thèse pourrait bien être la bonne. Et nous allons vous le démontrer en quelques lignes.

Il faut d'abord savoir que notre président est un sacré fugueur. Il aurait ainsi déjoué la surveillance des ses gardiens à de multiples reprises, pas moins de 39 fois depuis le début de l'année. Et pour cela, il peut compter sur l'aide d'un groupe de résistants qu'il a rencontré en sous-marin lors de la dernière COP21. Certains disent qu'il serait le grand chef secret de cette organisation. Une organisation qui s'étendrait partout en France. Ainsi Macron s'est échappé de 39 mairies réparties à travers tout le territoire. Et il n'a jamais été retrouvé malgré l'acharnement des forces de l'ordre à lui faire regagner le bercail. Depuis une répression sauvage s'abat sur son réseau. Mais les résistants tiennent bon malgré le très lourd tribut à payer : pas moins de 42 gardes à vues, 31 perquisitions, 31 convocations pour des procès.

Décrochage du portrait du Président Macron dans la mairie du 8ème arrondissement à Paris - Clément Tissot
Décrochage du portrait du Président Macron dans la mairie du 8ème arrondissement à Paris - Clément Tissot

Pour les activistes climatiques, actuellement le compte est de 31 prévenus dans 8 procès différents. Certains pour vol en réunion - ANV-COP21
Pour les activistes climatiques, actuellement le compte est de 31 prévenus dans 8 procès différents. Certains pour vol en réunion - ANV-COP21

Notre Macron a une fibre écologique très développée. Le rapport alarmant du GIEC sur le réchauffement climatique du 8 octobre dernier et celui sur la biodiversité de l'IPBES du 6 mai dernier ne l'ont pas laissé de marbre. Ils l'ont décidé à passer à l'action.

Il s'est ainsi rendu en personne sur les projets les plus controversés pour apporter son soutien aux activistes qui les dénoncent. Le 5 mars, il s'est ainsi rendu sur le chantier du GCO près de Strasbourg pour constater la destruction de terres arables par un projet autoroutier qualifié d'inutile. Ébahi par ce qu'il a vu, il y est retourné le 7 avril accompagné de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande pour les sensibiliser à cette cause.

Macron s'est aussi rendu sur les bords de la Loire à Mardié, lieu où le Conseil départemental envisageait la construction d’un pont autoroutier. Décidément, notre président ne semble pas porter les sociétés autoroutières dans son cœur.

La lutte contre les pesticides, voici encore un combat au cœur de son projet. Et pour le faire savoir, il s'est rendu en personne à un rassemblement des coquelicots, le 3 mai dernier. Mais la mère de toutes les luttes, il en est conscient, c'est le dérèglement climatique et Macron tient à le faire savoir. Ainsi, le 16 Mars dernier, il a manifesté au coté de son peuple durant les grandes marches pour le climat dans pas moins de 4 villes différentes : Perpignan, Clermont Ferrand, Lyon et Paris. Et a tenu à apporter son soutien à l'Affaire du Siècle, cette pétition préconisant d'attaquer l'Etat en justice pour son inaction climatique. C'était le sens de sa présence au salon Primevère de Lyon le 24 février.

Les maires de Pfettisheim et Griesheim décrochent symboliquement le portrait de Macron de leur mairie et accompagné des anciens président ils vont voir les terres dévastées par le projet de GCO. - ANV-COP21
Les maires de Pfettisheim et Griesheim décrochent symboliquement le portrait de Macron de leur mairie et accompagné des anciens président ils vont voir les terres dévastées par le projet de GCO. - ANV-COP21

Quand on est président, on est bien placé pour savoir où réside le réel pouvoir, le cœur de tous nos problèmes. Et on sait qu'il faudra un vrai rapport de force pour espérer s'y attaquer. Pour ces raisons, Macron a tenu à participer à la grande action de blocage de la "République des pollueurs" à la Défense, le quartier des affaires parisien, au coté des association Greenpeace, Extinction Rebellion et "Les amis de la terre". Il a ainsi participé au blocage de chacune des trois tours durant toute la journée. Il était présent devant EDF, devant Total et devant la Société générale. Chuck Norris n'aurait pas fait mieux.

Macron effectuant son blocage de la tour EDF à la Défense en compagnie d'activistes climatiques - Alternatiba
Macron effectuant son blocage de la tour EDF à la Défense en compagnie d'activistes climatiques - Alternatiba

Mais décrire notre président uniquement concerné par l'écologie serait un non sens. Il est le président de tous les français et il entend le malaise qui s'exprime dans le pays. Il sait que justice climatique et justice sociale vont de pair. Et le mouvement des gilets jaunes ne le laisse pas indifférent.

C'est ainsi qu'il a décidé de venir en observateur à l'assemblée des assemblée de gilets jaunes à Saint Nazaire pour observer de ses propres yeux comment ce mouvement sans équivalent tente de s'organiser. Un effort salué par l'assemblée et ils ont chanté ensemble une chanson : "On est là, on est là , ...". Il a aussi tenu à venir voir en présence de François Ruffin le film "Je veux du soleil" projeté le 2 avril dernier aux Champs-Elysée. Un film qui l'a ému, on me dit même qu'il a versé une petite larme. En témoigne sa décision de revoir le film, avec son peuple bien aimé sur le rond point des Sallanches le 7 mai dernier.

Escorté par les militants de ANV-COP21, le portrait de Macron fait une visite surprise à l'assemblée des assemblées.
Escorté par les militants de ANV-COP21, le portrait de Macron fait une visite surprise à l'assemblée des assemblées.

Il les aime bien ces gilets qui lui égaillent le paysage depuis six mois maintenant. Mais il voit bien qu'ils patinent un petit peu. En fin politicien, Macron a bien sa petite idée sur ce qui pourrait les faire gagner. Il faut que ce mouvement atteigne enfin tous les français, il faut qu'ils convergent ! Et quelle meilleure occasion que le jour des travailleurs pour cela. Alors que son ministre de l'intérieur s’empêtrait dans son mensonge de la Pitié Salpêtrière, lui se rendait dans la Sarthe et à Bayonne pour marcher avec son peuple et lui signifier sa préférence pour le scénario "vert / jaune / rouge". Et dès le samedi suivant, pour l'acte 25 des gilets jaunes, il descendait à nouveau dans la rue à Lyon bien déterminé à ne surtout rien lâcher.

On me dit dans l'oreillette que Macron aurait aussi manifesté à Rennes pour le 1er mai - Nicolas Troadec
On me dit dans l'oreillette que Macron aurait aussi manifesté à Rennes pour le 1er mai - Nicolas Troadec

Mais qu'il soit rebelle ou président, Macron sait que tout homme doit un jour rendre des comptes devant l'histoire. Et loin de lui l'idée d'échapper à ses responsabilités. Ainsi, lorsque se tiendra son simulacre de procès à la bourse du travail, il accourra pour tenir son rôle d'accusé. Il prendra ainsi le temps d'écouter son peuple. Et tentera de comprendre qu'elle place il va laisser dans l'histoire.

Le grand procès d'Emanuel Macron avec pour juge Daniel Mermet et comme procureur Frédéric Lordon. A la barre, Aurélie Trouvé, porte parole d'Attac - Attac France
Le grand procès d'Emanuel Macron avec pour juge Daniel Mermet et comme procureur Frédéric Lordon. A la barre, Aurélie Trouvé, porte parole d'Attac - Attac France

Alors rendons à César ce qui est à César et saluons ce président exceptionnel qui nous a été donné. Un président qui a su se positionner au centre de l’échiquier politique pour faire converger sur sa personne la révolte de tout bords. Un président qui, alors que la rue crie "Macron démission" n'a de cesse de nous montrer qu'il n'est pas qu'un homme mais qu'il est le représentant d'un système. Un système qui fait financer sa campagne par 800 ultra-riches, un système qui privatise ADP à 6h du matin grâce à 45 députés. Macron, qui a l'image du Parti Communiste Maoïste n'a de cesse d'"attiser le feu et de diriger les flammes dans la bonne direction". Et qui s'accroche au pouvoir envers et contre tous les sondages de popularité, semblant nous dire "C'est encore trop tôt, si je pars maintenant vous n'aurez effectué que la moitié du boulot".

Macron, l'homme providentiel.

Macron, le président de la révolution.

3 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée