Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jef Mathiot

Loi numérique, loi gauche

Vendredi soir, le 6 novembre, Axelle Lemaire a été reçue par Rue89 pour papoter loi numérique (mais pas que). Une vraie loi de gauche pas de droite, avec de la citoyenneté, de l'émotion, et du parler vrai dedans. Les internautes sont gentils Sur la consultation elle-même, Axelle Lemaire dit avoir eu des "sueurs froides" mais que, finalement, bah ça s'est plutôt bien passé. Les "internautes", une fois n'est pas coutume, ont été sages comme des images.

Vendredi soir, le 6 novembre, Axelle Lemaire a été reçue par Rue89 pour papoter loi numérique (mais pas que). Une vraie loi de gauche pas de droite, avec de la citoyenneté, de l'émotion, et du parler vrai dedans.

Les internautes sont gentils

Sur la consultation elle-même, Axelle Lemaire dit avoir eu des "sueurs froides" mais que, finalement, bah ça s'est plutôt bien passé. Les "internautes", une fois n'est pas coutume, ont été sages comme des images. Un de ces quatre il faudra que quelqu'un m'éclaire sur la différence entre un "internaute" et une personne, parce que j'avoue que ça m'échappe, bref. Elle nous explique que, sur les 8500 contributions, seuls "six commentaires" ont été placés dans la "corbeille", ce qui laisse entendre que l'on a tenu compte de toutes les autres. Si l'on considère que toutes les contributions non retenues - bonnes ou mauvaises - sont dans les faits poubellisées, ce sont donc près de sept cent articles et mille quatre cent propositions qu'il conviendrait de comptabiliser, pas six. Pour être vraiment honnête, il faudrait également tenir compte des milliers de contributions de la consultation organisée par le CNNum et de ses soixante-dix recommandations dont on ne retrouve que peu de traces dans le projet de loi. De la com', c'est de bonne guerre, ok.

La ministre nous apprend ensuite que le prince Manuel, bah il est un tout petit peu à fond sur le...